V.A. – La Station Radar on Beko

beko-lsr

Comme on se retrouve. Il y a moins d’un mois, Beko DSL, label digital d’excellence (lire), invitait les fous furieux Tchèques d’Amdiscs (lire) pour une double compilation au tracklisting proprement hallucinant et ce juste après avoir initié ce type de collaboration avec les Texans de Free Loving Anarachist. Le couvert est remis dès ce soir et pas de n’importe quelle manière puisque cette fois, La Station Radar, label loin d’être inconnu sur Hartzine (lire et écouter), s’occupe de dresser un menu dont Fleur nous révèle la teneur. « Si j’ose dire, nous nous soutenons mutuellement (avec Beko). Reno nous a un jour proposé de participer à son projet de collaboration digitale de labels. Nous n’avons pas hésité une seule seconde ! Il a fait une sélection parmi des groupes que nous avons déjà produits et après s’être mis d’accord, nous avons complété ces choix par des groupes qui ont déjà eu des sorties chez nous ou des choses à venir plus tard… et nous lui avons aussi fait quelques surprises de dernière minute ! Chacun des groupes qui font partie de cette collaboration ont été trés enthousiastes et nous ont envoyés des morceaux exclusifs spécialement faits pour cette compilation. » La beauté lunaire de Black and White Flight d’Ela Orleans (lire) – dont le vidéo-clip à découvrir ci-dessous souligne l’acuité spatiale de cette allégation – introduit ainsi une crépusculaire constellation déchirée de comètes déjà largement observées dans nos pages – de la grâce des ombres figurée par Terror Bird (lire) au spleen déstructuré de Jeans Wilder (lire) – côtoyant, passé les quelques champs magnétiques nimbés de saturation d’Archers by the Sea (Leather Jacket Dance) et Skitter (Stutter), la fièvre vespérale d’Yves / Son / Ace et de Dirty Beaches (dont on reparlera très bientôt à l’occasion de Badlands à paraître le 29 mars sur Zoo Music). Avec le conclusif The Garden Room, le psychédélisme des limbes de Wet Hair fait écho au calme inquiet des instrumentaux I Panema et I Have to be Leaving de Je Suis le Petit Chevalier et Gremlinz quand le groove tourmenté d’Holy Strays rappelle comme il est jouissif de plonger dans un océan de nuit. C’est aspiré dans les abîmes de cette collaboration à l’homogénéité insoupçonnable que l’étreinte émotionnelle se resserre. On rêve alors du futur conjugué de ces artistes sur Beko, la Station Radar ou plus si affinités. Ela Orleans, après le split vinyle, Double Feature, en compagnie de Dirty Beaches (février) et l’album Mars is Heaven, prévu pour mars sur la Station Radar, enquillera un second LP dès la fin de cette année sur Clandestine Records. Clandestine Records qui, en plus d’occuper dans un futur proche notre une, sera le prochain invité du label digital. Tiens donc, comme on se retrouve.

Audio

Tracklist

cover_lsr_03a1. Ela Orleans – Black and White Flight
a2. Je Suis le Petit Chevalier – I Panema
a3. Archers by the Sea – Leather Jacket Dance
a4. Terror Bird – Cant Tell What’s Real
a5. Jeans Wilder – Be Ok

b1. Holy Strays – Phrenesia
b2. Skitter – Stutter
b3. Yves / Son / Ace – My Confusion your Delusion
b4. Gremlinz – I Have to be Leaving
b5. Dirty Beaches – Night City
b6. Wet Hair – The Garden Room

Vidéo