Xarah Dion - Fugitive

par Stéphanie-Lucie Mathern

Xarah Dion vient de Montréal et fait de la minimale sur le label Visage Musique. Fugitive, son deuxième album, sort le 30 septembre et sonne un peu comme le Désenchantée de Mylène Farmer : un peu troisième sexe, un peu la voix des anges, un peu je-souffre-dans-ma-chambre-mais-danse-quand-même. Les titres sont joliment maniérés : Dysphorie, altération du support sonore, commence par « Je n'ai pas demandé à être ici ». Dans Anhédonie, qui symbolise un désintérêt diffus, il est question de l'odeur de sexe froid. Le naufrage n'est pas loin, mais sur une belle rive : Cap Tourmente, son tube, porte le nom de la ville du Québec qui subit la première attaque contre l'aviation civile. On pense aussi à Trust – autre groupe canadien de synthpop, mais de Toronto – où l'on se retrouve un peu trop habillé dans une boîte de province à regarder des poses et des cocktails colorés.

Xarah finira par se laisser pousser la frange après son premier LP, Le Mal nécessaire, où elle chante la douleur des amitiés perdues, les os et l'amour qui déraille. Sa poésie est celle du serpent ; on le constate dans Sottises : « Mon angoisse fond le doute / Et j'accueille cure et poison ». Les arrangements sont intelligents, les mélodies tristes et dansantes ; la puissance du synthé analogique est là. On sent les années d'étude de piano classique, puis de l'orgue à travers le répertoire baroque. De riches influences qui lui feront dire que « la musique est le meilleur moyen de communiquer à travers l'espace ». Propos mystiques qui signifient que la musique reste un langage de référence, résolument hors d'âge. Il s'agira de toutes les façons d'entrer en contact.

Connue pour ses performances, elle en parle comme de communions où le plaisir est partagé, d'un lien entre le corps et l'esprit. Dans sa quête de sagesse et de vérité, elle s'intéresse aussi à Naomi Klein, Noam Chomsky et le mouvement Black Bloc, ce collectif anarchisant anonyme vêtu de noir qui lutte contre le Grand Capital ainsi qu'à des choses plus confidentielles comme la convergence des luttes anti-capitalistes, une organisation canadienne. Dans ce sens, elle crée La brique, un loft communauté culturelle à l'esprit DIY prônant l'ouverture aux différents styles et folklores.

La pensée de Xarah peut être qualifiée de pensée underground ; on pense au girl power hybride d'Anne Clark – qui chanterait en français. Xarah dit d'ailleurs entretenir un rapport privilégié à sa langue maternelle, le français, langue de l'intime. Plus jeune, Xarah admirait le travail du label Constellation ; aujourd'hui, avec Le Mal nécessaire, elle a fait la première partie de la tournée européenne de Godspeed You ! Black Emperor. Xarah Dion est un ravissement pour tous ceux qui écoutent Xeno and Oaklander ou Peine perdue mais aussi pour les nostalgiques de Manureva.

Audio

Xarah Dion - Cap tourmente

Tracklist

Xarah Dion - Fugitive (30 septembre 2016, Visage Musique)
01. MTL KO
02. Fugitive
03. Dysphorie
04. Dérive
05. Le Dédale
06. Anhédonie
07. Station
08. Cap Tourmente
09. La Voie Intérieure


Brusque Twins - Touch

Après s’être mis à nus en 2015 avec un Sick Pig à l’EBM aussi ronde et galbée qu’on peut l’être quand on porte un bagage minimal et indus, et avoir annoncé la sortie en décembre dernier de leur EP Trashbag, repoussé au 15 avril prochain mais toujours prévu chez Visage Musique, le tandem montréalais redéfinit plus avant la silhouette technoïsante de sa synth pop avec Touch, dont on se régalera les oreilles ci-dessous.

Trompeusement, Touch n’est pas tactile. Et même, il s’extrait de tout rapport aux sens hormis l’ouïe et se susurre comme une incitation troublante au contact défendu, se lit comme une provocation bravache à dépasser l’interdit mais réfrène l’impulsivité du geste par une distanciation glaciale mesurée jusqu’à la frustration. C’est un jeu sur la retenue que nous propose la voix grave et lascive d’Hollie Hensman, et Derek George de soutenir le vice de sa complice par un entrelacs d’accords et loops obsédants étalés sur neuf minutes trente de pulsations discrètes comme un pouls à fleur de peau. Écoute autorisée, mais coït interdit.

Audio


Brusque Twins - Sick Pig (PREMIERE)

Brusque Twins

Tandis que Gold Zebra revient sillonner l'Europe en mai prochain, que le dernier maxi de Violence n'en finit plus de tourner sur nos platines (lire) et que le krew Montréalais emmanché par Dino Secondino compte désormais un nouveau venu en la personne de Françoise - on en reparle - , Visage Musique s'apprête à perpétuer la discographie d'un duo placé sous sa bienveillance depuis sa formation en 2010. Après trois formats courts, Brusque Twins radicalise le propos et transcende sa synth-pop originelle d'une prétention de plus en plus affirmée pour un dance-floor mâtiné de résonances EBM. A paraitre avant la fin de l'année, l'EP baptisé Trashbag et défloré ci-après par l'extrait Sick Pig révèle littéralement à nu Derek George et Hollie Hensman. Et personne ne s'en plaindra.

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

Brusque Twins - Trashbag (Visage Musique, décembre 2015)

01. Start It Over
02. Stick The Knife
03. Sick Pig
04. Touch


Violence - Shaking Pictograms

Le 11 septembre prochain sortira via Visage Musique, le nouvel EP du duo Canadien Violence dénommé Le Théâtre et déjà pitché par nos soins en mars dernier avec le morceau L’invention du divertissement (lire). Plus court chemin synthétique entre italo-disco réfrigérée et cold-wave luminescente, le duo emmanché par Eric Trottier et Julie Morand-Ferron déflore un peu plus ledit maxi avec le très sensuel Shaking Pictograms à l'électronique raffinée. On l'écoute ci-après.

Audio


Liz & László - Rien A Paris

Liz & LászlóLa néo-New-Yorkaise Liz Wendlebo de Xeno & Oaklander et le Montréalais Xavier Paradis, instigateur d'Automelodi, ont composé ensemble, sous l’alias Liz & László, un 7" intitulé Rien à Paris paru en mars 2012 sur le label de Pieter Schoolwerth Weird Records, aujourd'hui en sommeil. Et alors que leurs carrières respectives prennent une certaine ampleur, Xeno & Oaklander ayant récemment sorti Par Avion sur Ghostly International et Automelodi le très bel LP Surlendemains Acides sur Electric Voice Records (lire), le label Canadien Visage Musique réédite en vinyle ladite perle rare. En écoute ci-après, Rien à Paris s'inspire, avec une subtilité synthétique rare, du film surréaliste Céline et Julie vont en bateau (1974) de Jacques Rivette quand la face B, Je ne suis là pour personne, est une relecture d'un morceau de Françoise Hardy. Et plus si affinités donc.

Audio

Tracklisting

Liz & László - 7" (Visage Musique, 25 novembre 2014)

A1. Rien à Paris
B1. Je ne suis là pour personne

Liz&Laszlo


Ambrose - Hourglass Sands (PREMIERE)

IMG_0330-web2A peine sorti à Pop Montréal d'un showcase bouillant au menu des plus excitants - avec notamment en tête d'affiche Femminielli Noir que l'on retrouvera le 19 novembre à l'Espace B (Event FB) - le label Montréalais Visage Musique (lire) révèle déjà ses plans pour le début de l'année 2014. Parmi les multiples comètes que compte cette galaxie communautaire, un nouvel astre illumine de son charme désuet et mélancolique les contours de nos impatiences noctambules : Ambrose sortira son debut EP, Spanish Boomerang, dans le premier tiers de l'année prochaine, dont l'extrait Hourglass Sands est en écoute exclusive ci-après. Pour le moment plus qu'énigmatique, mise à part une photo, le duo inocule de fragiles mélodies, parcourues d'une voix gracile et fluette, donnant l'impression de se laisser déambuler, guidée par les éléments. Comme nos pas, erratiques, sur ce tapis de lune étoilé.

Audio (PREMIERE)


Brusque Twins - Game of Desire

VM09Récente incrémentation de la série de split 7" initiée par le mirifique label Visage Musique (lire), Brusque Twins - déjà auteur l'année passée de l'EP A Voice In The Night -, invite l'élégant et hyperactif Cameron Findlay dont le projet Kontravoid a marqué 2012 d'une pop électronique lourde à la frontière de l'EBM avec un Lp éponyme sur Pretty Pretty Records doublé d'un EP sur Cititrax, division de Minimal Wave. Et l'immersif et vespéral Game of Desire du duo synth-pop Montréalais s'immisce telle une délicate vignette en négatif d'Impurities du résident de Toronto à l'aura plus qu'intimidante. On parle là du premier batteur de Cristal Castles et Trvst, par ailleurs co-fondateur de Parallels.

Teaser

https://vimeo.com/67893247

Audio


Son de la semaine (PREMIERE) : Gold Zebra - Invisible Disorder

Attendu depuis mai 2012, date correspondant à la sortie de l'enivrant morceau Dark Musique à l'occasion d'un split 7" partagé avec The Golden Filter, et annoncé lors d'un récent entretien consacré à leur label Visage Musique (lire), le retour discographique des Montréalais de Gold Zebra se précise. Même si les inconnues entourant l'imminent LP demeurent nombreuses, le duo - très justement décrit au cours de la précitée interview comme pourvoyeurs d'une disco noire, bouleversante et déchirante - dessine avec Invisible Disorder, en écoute ci-après, une délectable ébauche de ce que sera celui-ci : une lame, merveilleusement synthétique, foutrement mélancolique, chatouillant de son tranchant toute corde sensible. Perçant la glace d'une italo-disco minimale, aux fortes consonances cold-wave, la voix de Julie s'insinue aussi sensuelle que distante. C'est avec un plaisir certain qu'Hartzine Events les accueillera le 7 juin prochain au Point Éphémère lors d'une soirée au line-up bientôt dévoilé.

Audio


Who are you Visage Musique ?

Appréhender Visage Musique, c'est être subjugué par la beauté et la cohérence d'une compilation, leur première. Tenter de s'immiscer dans le monde de Visage Musique, d'en démasquer les contours, c'est contacter Dino Secondino. Et questionner Dino, c'est attendre les réponses d'un collectif de groupes - Gold ZebraBrusque TwinsTony CopsPolice des Moeurs et Violence -, unis et soudés autour de leur existence comme label. Pas d'entremetteur donc, mais un relatif et excitant anonymat pour ce label montréalais initié en août 2010 via un premier EP de Gold Zebra, et dont la discographie s'est récemment étoffée par le biais d'un split 7" de Police des Moeurs et Frank (Just Frank) (lire) et d'un maxi de Violence - dernier groupe ayant rejoint la micro-structure -, défloré cette semaine à peine (lire). Mais questionner Dino, c'est aussi penser plus que consciemment au truculent Bernardino Femminielli (lire ici et ), qui partage, outre la feuille d'érable et la consonance transalpine des noms d'emprunt, un irrépressible attrait pour une musique européenne, mélange d'italo-disco et de synth-pop, le tout sur fond d’atmosphères rétro-futuristes. Bernardino m'expliquait ce choix, que l'on fera leur, signifiant un amour certain "pour la sensualité des ambiances des discothèques et des pulsions de la musique disco". Pourquoi ? "C’est une musique qui possède une base assez simple pour la complexifier à sa guise". Visage Musique est ainsi assimilable à ces curieux anachronismes avant-gardistes revisitant une esthétique minimaliste eighties - musicalement grimée aux sons de synthétiseurs d'époque et graphiquement froide et épurée - tout en conservant une tonalité résolument moderne, voir post-mortem, Police des Moeurs se définissant tel "un moment transitoire vers un monde post-technologique et post-écologique". Contrebalançant adroitement la rigidité d'une image déshumanisée propre à l'ère digitale par une certaine dose d'humour et d'auto-dérirision - leur blog en atteste - et par la récurrente volonté de se produire sur scène, chaque groupe délaye à sa manière une palette de sentiments qui en font sa spécificité au sein du label : il en va de la magie noire et sensuelle des deux Brusque Twins, de la mélancolie d'alcôve propre à Gold Zebra - en concert le 7 juin prochain à Paris -, de la vindicte acide de Police des Moeurs - s'invitant cette année le temps d'un EP sur Atelier Ciseaux -, de l'érotisme feutré du duo Violence ou encore de l'hédonisme ludique d'un Tony Cops auteur d'une mixtape à (re)découvrir ci-après et dont le tracklisting révèle deux inédits du futur LP de Gold Zebra.

Audio

01. Gold Zebra - Love, French, Better
02. Gold Zebra - Dark Musique
03. Brusque Twins - Speaking in Colors
04. Brusque Twins - What Else Is There to Say
05. Tony Cops - Eventide
06. Tony Cops - Umberto
07. Police des Moeurs - La Politique de la division
08. Police des Moeurs - Incertitude et démission
09. Police des Moeurs - Monde Fallacieux
10. Violence - Façades

Entrevue avec Dino Secondino

D’où est venue l’idée et la volonté de créer Visage Musique ? Quels sont vos modèles et influences ?

C'est en voyant l'engouement pour notre musique à l'étranger ainsi que le manque d'intérêt du public et des médias montréalais que nous avons eu l'idée de créer VM. En nous regroupant, nous voyions l'avantage de s'associer entre groupes locaux, autant pour la facilité de bâtir une confiance entre tous, mais aussi la possibilité de faire la promotion de la musique sous cet angle, organiser des spectacles...

Nous ne suivons pas de modèle pré-établi, car y en a-t-il un encore aujourd'hui ? Pour ce qui est des labels qui nous ont influencés, il y a d'abord Factory pour l'esthétique et le travail graphique. Certains labels français comme Kitsuné et Tigersushi nous avaient impressionnés par leur approche "boutique" et une sélection raffinée. Nous aimons beaucoup les labels qui s'efforcent de faire de bon repress de disque maintenant cultes comme Minimal Wave et .

Peux-tu nous expliquer la signification d’un tel nom, Visage Musique ? Est-ce lié à cette obsession de donner corps à l'immatériel, le digital ?

Effectivement, (le) Visage est la somme de notre identité commune, l'interface avec laquelle nous présentons notre musique. L'idée de travailler face à face, sous une identité commune, semblait être bien exprimée de cette façon. Nous voulions un nom en français pour illustrer notre identité montréalaise francophone, même si paradoxalement le nom a été suggéré par un de nos membres anglophone (Derek de Brusque Twins) !

Le fait d’être basé à Montréal n’est-il pas un avantage conséquent quand on veut faire vivre ce type de structure ?

Oui dans la mesure où Montréal est reconnu pour sa créativité et son rayonnement à l'international. En revanche les scènes sont nombreuses mais petites, donc il y a d'une part un travail rassembleur à faire, et d'une autre la nécessité de s'exporter.

Les groupes du label semblent proches aussi bien esthétiquement qu'humainement. Visage est-il tourné vers ce qui se fait ailleurs, comme le laisse penser la collection de split entamée avec Gold Zebra et Police des Moeurs ? Y-aura-t-il un jour des artistes étrangers ? 

C'est une question que nous nous posons toujours. Serait-ce dévier de nos intentions initiales ou plutôt manquer l'opportunité d'offrir cette modeste plateforme à d'autre, puisqu'elle existe ? La série de splits 7” donne un début de réponse à cette question tout en reflétant les liens que nous avons tissés avec des groupes étrangers.

Comment définis-tu l’esthétique musicale et graphique du label ?

L'esthétique graphique minimale vient du désir de mettre la musique à l'avant-plan. Tous les groupes ont leur propre style et influences, mais l'utilisation des synthétiseurs, le contexte sonore rétro et la mélancolie définissent l'homogénéité entre les groupes, le son VM.
Visage compte aujourd'hui neuf sorties physiques. Votre mode de production est essentiellement DIY.  Pouvez-vous décrire votre fonctionnement ? 

Le design graphique, l'assemblage et le shipping des releases se font de manière collective. Nous avons trouvé notre vitesse de croisière avec la sortie des derniers 7". Le cycle de fabrication des disques vinyles est de plusieurs semaines, ce qui nécessite un ajustement si on a l'habitude de faire des sorties mp3 ou CD.

Gold Zebra, Brusque Twins, Police des Moeurs, Tony Cops... Peux-tu nous présenter les artistes du label ?

Gold Zebra : amoureux et pourvoyeurs de disco noir bouleversante et déchirante. Parfois en français, parfois en anglais, ils célèbrent le passé, entourés d’instruments analogiques, de mélodies et de mélancolies.

Brusque Twins : perdus quelque part dans la captivité d'un vol chamanique, les Brusque Twins refont occasionnellement surface, offrant des morceaux d'eux-mêmes, nous donnant ainsi un bref aperçu de l'émotion fervente de leur esprit venant d'un monde lointain.

Police des Moeurs : groupe de musique pop synthétique fondé à Montréal qui propose une musique froide, mélodique et nostalgique pour les coeurs brisés et les âmes noires. Police des Moeurs est la trame sonore de la nuit nucléaire, un moment transitoire vers un monde post-technologique et post-écologique.

Tony Cops : un projet solo sous un pseudonyme, célébrant le côté leftfield des productions discos électroniques du début des années 80.

Quels sont les projets immédiats et futurs du label ? 

2013 sera l'année des LP ! D'abord avec le premier long jeu de Gold Zebra en mai, suivi du premier LP des Brusque Twins dû pour la fin de l'année. Gold Zebra et Police des Moeurs planifient présentement des tournées européennes pour l'été. La série de splits 7" se poursuivra avec VM09 et VM10. La compilation Volume II est aussi prévue pour la fin de l'année.

La première compilation Visage Musique donne un seul indice en la personne de Femminielli. Quels sont les amis de Visage Musique ?

Nous avons partagé la scène avec plusieurs groupes d'ici et de l'extérieur comme Automelodi (lire), Chevalier Avant GardeDigitsFrank (Just Frank)Dream AffairMartial Canterel (lire) et Kontravoid. De plus nous avons développé de bonnes relations avec des groupes comme The Golden FilterSoft MetalsNeud Photo et aussi avec l'excellent blog de Toronto Silent Shout, ainsi que le label français Chez Kito Kat.


Violence - Façades

Si la formation québécoise 011 n'est pas allée plus avant que son premier album pop électronique, Calcul Désintégral - produit par Xavier Paradis d'Automelodi (lire) et comportant une reprise de Tombé Pour la France de Daho - Eric Trottier et Julie Morand-Ferron ne se sont pour autant pas arrêtés en si bon chemin, publiant le 19 févier dernier via le label Visage Musique un inaugural EP sous le patronyme énigmatique de Violence. Rythmes discoïdes en clair-obscur, entrechoquant nappes de claviers chères aux Orégonais de Glass Candy et certaines parties chantées qu'une Mylène Farmer consentante ne renierait pas - dont Dernier Cri en écoute ci-après -, Violence réussit le tour de force de flirter avec l'ensemble du spectre new wave eigties sans jamais s'y perdre complètement, effeuillant un futurisme synthétique parfois proche de la perfection. Façades - mixé par ce même Xavier Paradis - en atteste, avec addiction.

Audio

Tracklisting

Violence EP 12" (Visage Musique, 19/02/2013)

A1. Steps
A2. Rubis
A3. Dernier Cri
B1. Façades
B2. Eurydice
B3. Istiyorum


Police des Moeurs - La Politique de la Division (PREMIERE)

Fleuron haut de gamme de l'écurie québecoise Visage MusiquePolice des Moeurs - trio synthpop montréalais - sortira début 2013 son tout premier LP. En attendant, à l'orée de l'hiver, le groupe sort un troisième pressage de son indispensable premier EP tout en distillant deux nouveaux édits. Le premier, Rôles Inversés, est extrait d'une compilation bientôt disponible via le label barcelonais Domestica Records, quand le second, La Politique de la Division, constitue la première face d'un split 7" partagé avec le trio franco-américain Frank (Just Frank) (lire). Second d'une série de quatre collaborations entre artistes du label Visage Musique - après Gold Zebra (écouter) et avant Brusque Twins et Tony Cops - et artistes des quatre coins du monde, le split, disponible par ici en 150 exemplaires, sortira le 6 novembre prochain. Mélodie glacée et synthétique, La Politique de la Division sonne telle une adéquate mise en bouche à un futur Who Are You? consacré à la jeune structure patronnée par Dino Secondino.

Audio (PREMIERE)

Audio