Tops - Way to be Loved

ABT040 TOPS LP-Jacket 11183 v2Cela aurait pu être l'album de l'été, mais il sort en septembre. Le 2 précisément. Alors ce délicat Picture You Staring glissé par les canadiens de Tops sera le disque de la reprise, celle douce et éphémère, lorsque l'humeur n'est pas encore tronquée par la fastidieuse quotidienneté. Annoncé une nouvelle fois via Arbutus Records (lire), label de leur précédent Tender Opposite paru en 2012 et idoine fenêtre de tir pour une interview avec le frontman David Carriere (lire), ce nouvel LP est partiellement défloré par la lumineuse Way to be Loved, aussi confortable qu'un rocking chair à l'ombre d'un immense érable un après-midi d'été : la voix de Jane Penny se love avec candeur dans la guitare aux résonances jazz de Carriere sans tremper une seule seconde dans ces mélodies surannées qui faisaient leur charme d'antan.

Audio

Tracklisting

Tops - Picture You Staring (Arbutus Records, 2 septembre 2014)

01. Way to be Loved
02. Blind Faze
03. Circle the Dark
04. Outside
05. All the People Sleep
06. Sleeptalker
07. Superstition Future
08. 2 Shy
09. Change of Heart
10. Easier Said
11. Driverless Passenger
12. Destination


Who are you Arbutus Records?

Arbutus by Marilis CardinalLorsqu'un saut calendaire d'une année sur l'autre se profile, il est désormais coutume de dresser des listes exhaustives classant les groupes et morceaux ayant fait l'année, en plus de labels sans cesse plus nombreux à assumer les risques de la production vinylique, et ce, malgré ou grâce à la musique en ligne et au téléchargement. D'ailleurs, on ne déroge pas à la règle (lire). Mais au-delà du coup d'éclat, à quoi se jauge un bon label ? A son identité, ses sorties, son activité mais aussi et surtout à son modèle de développement : un bon label est un label qui dure, qui s'inscrit dans le temps et qui par ses choix imprime une esthétique à la fois multiple et référentielle. Le label créé une unité visuelle et stylistique, permettant à l'auditeur déjà acquis de s'y fier presque aveuglément, tout en conservant une diversité musicale intrinsèque. Dans la musique indépendante contemporaine, si l'on veut s'extraire de la ghettoïsation engendrée par les modes de production lo-fi - digital et cassette - il n'y a pas trente-six solutions. Il y a quelques années déjà, au cours d'un long entretien (lire), Julien Rohel, instigateur de Clapping Music, nous livrait de but en blanc l'une des recettes les plus réalistes : aujourd'hui notre modèle économique est quasi le même que celui d’il y a dix ans : tout juste suffisant pour vivoter et se débrouiller. Dans dix ans ? Le même mais avec plus de moyens et avec un ou deux groupes ayant bien explosé, permettant de financer le reste… Pas un truc de masse mais de bons disques qui marchent et qui permettent à la structure de grossir pour se développer et produire dans de meilleures conditions. Je reste persuadé qu’avec les groupes qu’on a, il y a la potentialité de sortir du cercle un peu trop étriqué du réseau indépendant français… Si l'on reste convaincu de l'acuité d'un tel constat, inutile de préciser que les exemples qui viennent à l'esprit pour l'illustrer ne sont pas légions en France quand d'autres, Outre-Atlantique, se posent là, tout auréolés d'une flopée de disques ayant fait date en 2013. Ce qui n'est pas rien à l'heure où tout se perd et se confond dans un fil d'actualité continu, noyant littéralement l'auditeur de nouveautés et rééditions après l'avoir sevré de si longues années. Parmi ceux-ci, les labels Arbutus Records et Mexican Summer (lire), chacun ayant soufflé en 2013 sa cinquième bougie, méritent un éclairage tout particulier, cristallisant l'attention, par de-là leurs spécificités respectives, autour d'un triptyque de valeurs cousu d'amitié, d'intégrité et d'éthique.

Entrevue avec Sebastian Cowan

Sebastian Cowan by Emily Kai Bock

2012 aura été l'année de Claire Boucher qui, avec son troisième album Visions sous le patronyme de Grimes, réussit le tour de force de conjuguer succès critique et engouement populaire. Propulsée par une alliance entre son label de toujours Arbutus Records et l'anglais 4AD Records, la Canadienne fit d'Oblivion un véritable hymne d'une jeunesse n'arrivant pas à se décider entre gimmick pop et sonorités électroniques. Pile le creuset de la structure fomentée en 2008 par Sebastian Cowan qui, à la force du poignet, convertit ce qui au départ n'était qu'une histoire d'amis se côtoyant aux alentours de La Brique, squat d’artistes à Montréal, aujourd'hui fermé, en véritable label à l'exigence avérée et à l'aura dépassant allègrement les frontières. De Sean Nicholas Savage publiant en 2008 successivement les trois premières références d'Arbutus, deux CD-R et un LP, de Grimes donc, égrainant en 2010 son inaugural Geidi Primes, en passant par Blue Hawaii, Tops, Braids, Doldrums, Tonstartssbandht, et plus récemment Majical Cloudz, chaque sortie est étudiée, ne laissant que peu au hasard - Sebastian, rejoint par Marilis Cardinal, trouvant pour chacune d'entres elles le format adéquat, le réseau idoine, se saignant presque pour les faire tourner aux États-Unis et en Europe, dans des salles de moins en moins confidentielles. Si tu lances un label avec des potes, tu n'as jamais l'impression de bosser - une bien belle maxime qu'il coucha sur papier pour Impose (lire) et qui explique un tel dévouement s'exprimant même pour les projets plus confidentiels de ses amis regroupés au sein d'une division digitale et libre de téléchargement du label, dénommé Movie Star, avec, entres autres, Kool Music et Solar Year en plus des side-projects de David Carriere de Tops, Paula, d'Alex Cowan de Blue Hawaii, Agor, et d'Edwin Mathis White de Tonstartssbandht, Eola. Histoire de commencer l'année 2014 sous les meilleurs auspices, le label québécois dropera Bermuda Waterfall le 13 mai prochain de son éminence Sean Nicholas Savage, véritable coqueluche du Hog Hog Festival.

Quelles ont été tes premières expériences musicales ?

Je ne peux parler qu'en mon nom, j'ai grandi à Vancouver où j'allais aux concerts punk tout public dans les centres communautaires. Je jouais dans des groupes et j'aidais à organiser des concerts. À 17 ans j'ai déménagé à Londres et je suis tombé à fond dans la dance et le son Warp du début des années 90. Puis je suis arrivé à Montréal en 2007. J'ai rencontré Marilis. Au départ, j'avais besoin de quelqu'un pour faire la com', elle était fan des groupes et s'en chargeait déjà plus ou moins. C'était logique de commencer à bosser ensemble.

Dis-moi comment Arbutus est né.

Quand j'ai emménagé à Montréal, c'était pour monter un espace de concert DIY dans un entrepôt. Il y a eu de nombreux changements mais le plus durable et le plus significatif pour moi impliquait une règle selon laquelle un de mes amis devait jouer à chaque concert. Le nombre de mes amis a vite augmenté et ça a effectivement permis à une certaine scène d'émerger et de grandir. J'ai commencé Arbutus afin d'enregistrer et de partager la musique au-delà de ces murs.

Arbutus est plus qu'un simple label. Pourquoi ?

L'éthique à son origine, celle des valeurs punk et DIY, imprègne encore tout ce qu'on fait. Derrière, il y a une communauté très soudée. On habite tous dans le même coin et notre bureau sert à la fois de local de répétition et de studio d'enregistrement. Tout ce qu'on fait, on le fait ensemble.

highres_vector

Peux-tu expliquer le nom du label ?

C'est un arbre de la côte ouest. J'ai passé la majorité de mon enfance sur cette petite île du golfe qui en était recouverte. J'ai toujours aimé la façon dont l'écorce s'écaillait en été comme un parchemin afin de laisser apparaître le bois blanc, avec des colonies de fourmis faisant des allers-retours. Il prend toujours racine dans les endroits les plus surprenants, en haut des falaises surplombant l'océan.

Peux-tu nous expliquer pourquoi La Brique est un lieu important pour Arbutus ?

La Brique est le centre de tous nos efforts créatifs. C'est dans le même bâtiment où était Lab Synthèse - le lieu où tout a commencé - et c'est à cinq minutes à pied, au-delà d'une barrière et d'une voie ferrée, de là où nous habitons tous. Notre bureau s'y trouve et je fais souvent des journées de douze heures. Donc j'y passe beaucoup de temps et j'y vois les choses s'y produire. C'est au quatrième étage et il y a une très belle vue sur la voie ferrée.

Y a-t'il une esthétique, un concept auquel vous essayez de vous tenir à chaque sortie ?

En plus de tout ce dont j'ai déjà parlé, je pense qu'il y a quelques caractéristiques communes à tous les artistes d'Arbutus. C'est vrai que les styles sont tous un peu différents mais à l'origine, nous somme tous très semblables. On vient du même univers, on fait tous quelque chose de similaire. Il y a quelques principes que je considère comme essentiels à l'existence et que j'essaie d'encourager dans la mesure du possible chez les artistes et leur musique. Un exemple serait l'humour. C'est si important de garder le sens de l'humour face aux aléas de la vie et c'est très certainement une qualité que l'on retrouve au travers de nos productions.

Comment choisis-tu les artistes avec lesquels tu travailles ?

Je regarde parmi mes amis les plus proches. Aussi mince/limité que cela puisse paraître, si une personne fait de la musique vraiment magnifique, je me retrouve attiré par elle - et on devient très proches en peu de temps.

Quels sont les rapports entre les groupes et le label ?

Très liés. Je travaille très dur et j'accorde énormément d'importance à ce que je fais, ce serait impossible si je n'aimais pas chaque individu avec lequel je travaille. C'est la base de tout. Les artistes sont impliqués dans chaque décision prise par le label, et à divers degrés, je suis presque toujours impliqué dans la musique.

Claire Boucher fait plus qu'une apparition sur le label. Comment expliques-tu le succès de Grimes ?

Claire travaille beaucoup. Elle a tout sacrifié pour que ce succès se produise. Non pas que les autres groupes n'en aient ni la volonté ni la possibilité, mais son succès est le résultat d'un immense travail. Claire est une personne intelligente et a une idée très précise de ce qu'elle veut faire. Ceci, conjugué avec une compréhension profonde de la culture et une conduite/attitude exceptionnelle a vraiment aidé son succès.

Eola et Doldrums font partie des sorties de 2013. Peux-tu nous renseigner sur eux ?

Doldrums c'est Airick Woodhead. Il est de Toronto mais vit ici maintenant. J'ai fait deux tournées internationales avec lui et Grimes, ce qui nous pas mal rapprochés. Sa musique est une parfaite représentation de sa personnalité. On pourrait dire la même chose d'Eola, qui est Edwin White de Tonstartssbandht. Eola est plus un projet axé sur des boucles de voix et un des disques les plus joués dans notre bureau.

Quelle est la sortie dont tu es le plus fier ?

Je ne peux pas choisir.

Qu'est-ce qui s'annonce pour Arbutus ?

On est en train de faire la transition afin de devenir un label viable. Un label qui puisse subvenir aux modes de vie de ses artistes et sortir de la musique à échelle mondiale. C'est une période excitante.

Audio

TOP 5 LP Arbutus 2013

01. Blue Hawaii - Untogether
02. Braids - Flourish//Perish (lire)
03. Sean Nicholas Savage - Other Life
04. Eola - Deo Gracias
05. Doldrums - Lesser Evil

Vidéos

http://vimeo.com/37084272

http://vimeo.com/31626231

http://vimeo.com/84574181

http://www.youtube.com/watch?v=WU2M10f0dzE

http://www.youtube.com/watch?v=_Xk-s4fCCwc


Tops - Diamond Look / Easy Friends

Si Arbutus Records tient sa mine d'or en la personne de Claire Boucher (Grimes), le label montréalais n'en reste pas moins un intarissable gisement de fulgurances pop, aussi raffinées que variées. En témoigne les hallucinations de synthèse chères à Doldrums, mais aussi - et surtout - l'intransigeance mélodique de Tops, emmené par un David Carriere que l'on s'était empressé d'interviewer en mars dernier (lire) à l'occasion de la sortie de Tender Opposite, leur premier LP paru en France - en cassette et en vinyle - via Atelier Ciseaux. Une collaboration se perpétuant d'une jolie manière puisque la structure française vient de publier le 10 septembre un 7" single de Diamond Look - par ailleurs mis en images par Marilis Cardinal - comprenant en face B, Easy Friends, un inédit ci-après en écoute, à la patine toujours aussi fabuleusement rétro. Une façon comme une autre d'annoncer la double escale du groupe en terre francilienne puisque Tops se produira le 16 novembre à la Gaîté Lyrique (FB Event), en première partie de Grimes, et le lendemain (FB Event) dans un Espace B que l'on imagine forcément blindé.

Audio

Vidéo


TOPS l'interview & chronique

Si TOPS trouve en Europe un bien bel écrin magnétique - et bientôt vinylique ! - via le label franco-montréalais Atelier Ciseaux, le groupe formé par les deux ex-Silly Kissers Jane Penny (voix) et David Carriere (guitare) - en plus de Riley Fleck à la batterie et Thom Gillies à la basse - est un pur produit d'Arbutus Records, label à l'élégance aussi éclectique qu'avérée (Blue Hawaii, Grimes, TonstartssbandhtSean Nicholas Savage). Enregistrant Tender Opposites, leur premier LP, dans les locaux de La Brique - loft transformé en studio et salle de concert et hébergeant la plupart des artistes du label - Tops est l'émanation d'une communauté de groupes ayant de loin ou de près des rapports avec Arbutus : les feu Silly Kissers donc, mais aussi Paula (David Carriere) et Pat Jordache (Thom Gillies) que l'on retrouve notamment sur la récente compilation de la structure dédiée à Montréal (télécharger). À l'instar de Blouse ou Summer Camp, ou de leur compère de maison de disques, Sean Nicholas Savage, les quatre Canadiens ancrent leur musique dans des standards pop propres aux années quatre-vingt, à quelques encablures des Pretenders de Chrissie Hynde ou de Romeo Void, distillant sur Tender Opposites une huitaine de douceurs à la fois naïves et complexes, enjouées et mélancoliques. À l'origine d'une telle ambivalence, l'assurance et la chaleur de la voix de Jane Penny, omniprésente, tranche avec la fragilité rétro de guitares discrètes et de nappes surannées de claviers, suggérant un charme anachronique que la volubilité des mélodies ne fait que subjuguer. Tender Opposites, sans être rétrograde, est ainsi à concevoir tel un voyage passéiste invitant l'auditeur à l'immersion, entre introspection tourmentée (EveningGo Away), funambules cavalcades (Diamond LookVII BabiesTurn Your Love Around) et balades rassérénées (Double VisionRings Of Saturn). Il n'en fallait pas plus pour inviter David Carriere à nous dévoiler quelques Tops secrets. Easy.

Entretien avec David Carriere

10838004_861778127177178_1292364222354406930_o
Qui es-tu, David ?
Who are you David?

Salut tout le monde ! Je m’appelle David, j’ai grandi à Edmonton et je vis à Montréal. J’aime passer mon temps à jouer de la guitare au sein de TOPS avec mes amis Jane, Thom et Riley.

Hi Everybody, My name is David, I grew up in Edmonton and live in Montreal. My favourite things to do are play guitar in my band TOPS and hang out with my friends Jane, Thom, and Riley.

Comment as-tu rencontré Jane Penny et les deux autres membres du groupe ?
How did you meet Jane Penny and the two other guys of the band?

J’ai rencontré Jane au college à Edmonton, Alberta, et on a commencé à traîner ensemble quelques années plus tard à Montréal. J’ai rencontré Thom et Riley à Montréal lors de concerts et de fêtes.

I met Jane in middle school in Edmonton, Alberta, we started hanging out years later in Montreal. I met both Thom and Riley in Montreal by going to shows and parties.

Comment vous est venu le nom du groupe ?
How did you come up with the band name?

Nous avons trouvé le nom TOPS en assemblant les première et troisi§me lettres du prénom ‘Thom’, la première lettre du nom de famille de Jane, ‘Penny’, et Riley a ajouté le ‘S’. En fait, ça veut dire ‘le meilleur’ ou ‘le plus cool’.

We came up with name TOPS by combining the 1st and 3rd letters of Thom's name, the first letter of Jane's last name Penny, and Riley came up with the S. Actually, it means the best or the coolest.

Comment pourrais-tu décrire ta musique, et quelles seraient tes plus grandes influences ?
How would you describe your music, and who are your biggest influences?

Nirvana et les Beatles étaient mes groupes préférés en grandissant. Tu connais le morceau Captain of the Heartde Double ? Ouais, bon…

Nirvana and the Beatles were my favourite bands when I was a growing up. You know the song Captain of the Heartby Double? Yeah, well…

Quels disques emporterais-tu avec toi sur une île déserte ?
If you were stranded on a desert island what records would you want with you?

Don Cherry - Mu Part I and II
Brian Eno - Music For Airports
James Brown and Rick Ross
Ariel Pink - Worn Copy
Romeo Void - Warm In Your Coat
Tusk - Fleetwood Mac
Elton John - Don't Shoot Me I'm Only the Piano Player
Madonna
Minute By Minute - Doobie Brothers
Michael Jackson - Thriller

De quels groupes te sens-tu le plus proche ?
Which actual bands do you feel close to?

Sean Nicholas Savage est l’un de mes meilleurs potes. Il ne fait pas partie d’un groupe, mais c’est quelqu’un de très spécial. J’aime aussi beaucoup Mac DeMarco et son groupe.

My favorite pal is Sean Nicholas Savage, he is not an actual band but he is special. I like Mac DeMarco and his band too.

Qu’attendais-tu de Tender Opposites ?
Did you have specific goals for Tender Opposites?

Au début, on voulait juste voir si on était capable de jouer ensemble, et comme ça a bien marché, on a décidé de faire un album. On voulait l’enregistrer par nous-mêmes, et essayer de reproduire le son live. Désormais, je voudrais juste que ça plaise et pouvoir partir à nouveau en tournée. J’ai vraiment hâte de commencer un nouvel album après celui-ci car le groupe a pas mal évolué depuis le mois d’avril dernier.

At first the goal was to see if we could play together, and after it started to work we decided to do an album.  We wanted to record it ourselves and have it convey the feeling it does live. Now I want to have people enjoy it and to be able to tour to all over.  I am really excited to start writing another record after this one because we grew so much as a group since starting the band last April.

Diamond Look est un morceau magnifique. Pourrais-tu nous parler du contexte dans lequel il a été écrit ? Tous les morceaux ont-ils une histoire particulière pour toi ?
Diamond Look is a magnificent song. Can you tell me in what conditions you composed it? All the songs have a particular story for you?

J’ai écrit les paroles de ce morceau car je n’arrêtais pas de voir des artistes super apprêtés. Je ne sais pas pourquoi tout le monde pense qu’il n’y a que cela à faire quand bien même le contenu véritable n’est pas bon du tout. Je me suis sans doute focalisé sur le mauvais côté des choses et pas tellement sur ce qu’une chanson doit vraiment être. Jane écrit la plupart des paroles, et il n’y a pas énormément de narration ou d’histoire, mais chaque morceau a sa raison d’être.

I wrote the lyrics for that song because at the time I felt like I kept seeing artists super done up and for some reason everybody would think it was the best thing ever even though the actual content was not good at all. I think I was focusing too much on the wrong thing, but that is what the song is about. Jane writes most of the lyrics, there isn't much storytelling or narrative in them but each song has a reason.

Tender Opposites est sorti sur Arbutus et Atelier Ciseaux. Pourrais-tu nous parler un peu de ton histoire avec ces deux labels ?
Tender Opposites was released on Arbutus and Atelier Ciseaux. Can you say a few words about your history with those label?

Arbutus nous a soutenus dès le début. Je connaissais Sebastian depuis quelques années. C’était vraiment une expérience musicale libératrice, parce qu’on savait qu’on avait un label derrière. Atelier Ciseaux m’a contacté très peu après la sortie de la première version de Turn Your Love Around. Quand j’ai fini l’enregistrement de Tender Opposites en janvier dernier, je l’ai envoyé à Rémi en lui demandant s’il voulait faire une sortie européenne. J’ai vraiment hâte de travailler sur de nouveaux enregistrements avec eux deux.

Arbutus was with us right from the beginning, I have known Sebastian for a few years. It was very liberating musically to start a band knowing that we had a label to back us up. Atelier Ciseaux contacted me very soon after we released the first version of Turn Your Love Around. When we finished recording Tender Opposites in January I sent it to Remi and he asked if wanted to do a European release with him. I look forward to putting out more recordings with both of them.

Comment avez-vous trouvé l’idée pour la pochette de Tender Opposites ? Penses-tu que l’artwork est aussi important que la musique en elle-même ?
How’d you come up with the album art for Tender Opposites ? Is the album art and packaging as important as the music itself?

Les apparences ont souvent plus d’importance, parce qu’il est plus facile de refuser quelque chose d’un regard que d’écouter le message derrière. Ceci dit, je crois que nos morceaux sont ce qui importe le plus. Je pense que la pochette d’album est pas mal car on y est tous, mais nous ne sommes pas dans notre élément. Je ne suis pas quelqu’un de très glamour et je ne pense pas qu’au fond on me voie de cette façon. L’idée à la base de la pochette était d’imiter celle d’un groupe super tape-à-l’œil.

The way something looks is usually more important because it easier to turn something down by looking at it than to hear what they have to say. That being said, I think the songs are what matters most. I think the album cover is cool because all of us are on it, but we are out of our element. I am not a glamorous person and in the end I don't think it comes across that way. The idea for the cover came from the front cover of a super fancy looking band.

À quoi ressemble la scène musicale de Montréal ?
What is the music scene like in Montreal?

Montréal est un endroit excellent pour faire de la musique, et très peu cher, ce qui permet de passer plus de temps à faire ce qui importe le plus. Je ne parle pas français... du coup je n’ai pas du tout envie de me lancer dans une carrière conventionnelle. Mes amis ont la même vision des choses à ce niveau.

Montreal is a good place to make music. The city is super cheap so it allows you to spend more time on things you care about. I don't speak French, so I have no desire to start a conventional career job, I think my friends are people who seem to feel the same way.

Traduction : Simone Apocalyse.

Vidéo

Tracklist

TOPS - Tender Opposites (Arbutus/Atelier Ciseaux, 2012)

01. Evening
02. Diamond Look
03. VII Babies
04. Double Vision
05. Go Away
06. Turn Your Love Around
07. Rings Of Saturn
08. TOPS Theme


TOPS - Tender Opposites

Si TOPS trouve en Europe un bien bel écrin magnétique via le label franco-montréalais Atelier Ciseaux, le groupe formé par les deux ex-Silly Kissers Jane Penny (voix) et David Carriere (guitare) - en plus de Riley Fleck à la batterie et Thom Gillies à la basse - est un pur produit d'Arbutus Records, label à l'élégance aussi éclectique qu'avérée (Blue Hawaii, Grimes, TonstartssbandhtSean Nicholas Savage). Enregistrant Tender Opposites, leur premier LP, dans les locaux de La Brique - loft transformé en studio et salle de concert et hébergeant la plupart des artistes du label - Tops est l'émanation d'une communauté de groupes ayant de loin ou de près des rapports avec Arbutus : les feu Silly Kissers donc, mais aussi Paula (David Carriere) et Pat Jordache (Thom Gillies) que l'on retrouve notamment sur la récente compilation de la structure dédiée à Montréal (télécharger). À l'instar de Blouse ou Summer Camp, ou de leur compère de maison de disques, Sean Nicholas Savage, les quatre Canadiens ancrent leur musique dans des standards pop propres aux années quatre-vingt, à quelques encablures des Pretenders de Chrissie Hynde ou de Romeo Void, distillant sur Tender Opposites une huitaine de douceurs à la fois naïves et complexes, enjouées et mélancoliques. À l'origine d'une telle ambivalence, l'assurance et la chaleur de la voix de Jane Penny, omniprésente, tranche avec la fragilité rétro de guitares discrètes et de nappes surannées de claviers, suggérant un charme anachronique que la volubilité des mélodies ne fait que subjuguer. Tender Opposites, sans être rétrograde, est ainsi à concevoir tel un voyage passéiste invitant l'auditeur à l'immersion, entre introspection tourmentée (EveningGo Away), funambules cavalcades (Diamond LookVII BabiesTurn Your Love Around) et balades rassérénées (Double VisionRings Of Saturn).

Audio

Vidéo

Tracklist

TOPS - Tender Opposites (Arbutus/Atelier Ciseaux, 2012)

01. Evening
02. Diamond Look
03. VII Babies
04. Double Vision
05. Go Away
06. Turn Your Love Around
07. Rings Of Saturn
08. TOPS Theme