Tomaga - The Shape of the Dance

The Shape of the Dance, la forme de la danse. Comme si l’on pouvait en esquisser les contours. Comme si Tomaga parvenait, et comme s’y sont essayés avant eux tant de sculpteurs, peintres, poètes et musiciens, à donner à cet art de l’expression corporelle — un art mobile, spatial et pluriel — une constance géométrique ou une représentation universelle. Valentina Magaletti et Tom Relleen ne recherchent pas l’allégorie, ils recherchent la forme, et dans leur approche expérimentale ils en admettent la malléabilité et l’évolutivité. Les huit pistes versatiles de cet album, qui ne s’écoute cependant pas comme un album concept, apportent la démonstration que la danse est avant tout une question de mouvement et de rythme, et même de rythmes au pluriel — avec autant de formes à croquer — entre tensions mécaniques et tempos biologiques.

Tuscan Metalwork s’ouvre comme une étude de signaux électroniques — une approche très expérimentale telles qu’on en a connues chez Edward Zadja ou Éliane Radigue — avant de vriller abruptement vers un répertoire industriel, sur le modèle du Persepolis de Xenakis mais revisité par une instrumentation contemporaine, où le grincement métallique assoit une ambiance dramatique durable qui impose sa respiration au morceau: une série redondante d’aspirations et d’expirations aussi harassantes que mille soupirs exhalés par des métallurgistes frappant leur acier en cadence. C’est une danse militante et ouvrière qui assèche la gorge et étourdit jusqu’à l’épuisement, et dont l’essence resurgira dans Scacco Matto. Derrière la respiration naturelle du track menée par un ressac régulier et soufflant s’est glissé le rythme taylorien d’une locomotive fatiguée, peut-être trop ancienne pour donner sa pleine puissance, ou bien contrariée par le grésil qui assourdit l’arrière-plan et finira par craqueler en cédant sous d’intenses projections de vapeur. De l’usine à la voie ferrée, le souffle a la même vitalité, le mouvement la même régularité.

L’album façonne d’autres formes de mouvement et de danse, revenant dans le titre éponyme à son expression tribale, fervente, mystique autour d’une ligne de basse ronde et bouillonnante allant et venant pour rythmer le déhanché d’une farandole minimaliste encerclée par une jungle de sons 8 bits. Une jungle dense, humide et lourde qui ne sera pas défrichée, quatre morceaux plus tard, dans la luxuriante et conclusive Gonda’s Dream et ses cliquetis sur fond de modulations giratoires et extatiques. L’exploration se fait, à la différence de la forme esquissée par le duo, universelle. Et l’ensemble revêt une certaine harmonie à puiser dans ces va-et-vient, ces tourbillons, ces exhalaisons, ces ressacs, ces grincements. Entre biologie et mécanique la respiration a la même régularité d’un bout à l’autre d’un morceau, allant jusqu’à métamorphoser une cadence notoire, comme ces castagnettes transformées en crécelles infatigables et irritantes (serpentines?) dans Stone Comb et qui, rejointes par des roucoulements électroniques pour toute ligne de basse, appuient de concert une sorte de phasing propulsé par des cuivres numériques lancés en un élan épique mais atonal. Le bref morceau prend des airs de duel interrompu par une conclusion mutilante, peut-être par une mise à mort?

Extraits du groupe de krautrock londonien The Oscillation (lire sur hartzine), Valentina et Tom n’ont conservé de cette approche que l’esprit d’expérimentation qui le caractérise et un morceau, A Perspective With No End en écoute ci-dessous, entamé par une ligne de basse qui rappellera les parangons autoroutiers des groupes d’outre-Rhin des années 70, mais qui échafaudera rapidement une structure indépendante à coups de percussions carillonnantes et membranophoniques. Il assoit à lui seul le propos du disque: l’expression du corps insufflée par le mouvement et la respiration, et renvoie à cette capacité naturelle et universellement partagée du mouvement libératoire, fût-ce de la danse ou le simple désir d’occuper l’espace entre deux pulsations.

Audio

Tomaga - A Perspective With No End

Tracklist

Tomaga - The Shape of the Dance (19 septembre 2016, Hands In The Dark)
01. Tuscan Metalwork
02. Stone Comb
03. The Shape Of The Dance
04. Scacco Matto
05. A Perspective With No End
06. Questionable Art In Public Spaces
07. Four Ducks Dead
08. Gonda's Dream


The Oscillation - Monographic

The Oscillation - Monographic

Dans la discothèque d’Hartzine, les Anglais de The Oscillation tiennent une place particulière. On a déjà encensé leur approche britannique d’un terrain de jeu krautrock (lire), et plus récemment rappelé leur capacité à la suggestion visuelle, presque cinématographique (lire), pour décrire le charisme d’un groupe mené par un Demian Castellanos qui, depuis 2006, imprime une approche caractéristique où domine la friction métallique des cordes. Dix ans plus tard, Monographic annonce une évolution, presque une exception comme l’évoque son titre, un hors série dans la discographie des Londoniens. Tout en mesure et à l’image du groupe, cette transition reste subtile, prenant la forme d’une glissade vers une esthétique plus drone sur le fond, électronique sur la forme, sans dénaturer la personnalité musicale du trio. Et sans doute le doit-on en partie à une implication plus formelle de Valentina Magaletti and Tom Relleen, respectivement batteuse et bassiste de la formation, à travers leur side project TOMAGA (lire).

Cette fois, l’arrière-plan drone qu’on percevait dans From Tomorrow ou Out Of Touch en 2013 déroule sa parfaite extension dans un registre plus synthétique, et on ne retrouvera pas d’équivalent à Corridor, Pt. 2 et son alliage jazz / dub / garage psyché: dans Monographic, le métal est plus poreux, léger, concédant un peu de sa solidité pour lover habilement dans ses boucles aux mélodies neuroleptiques les harmoniques electro noise des jeux de clavier et autres bidouilles modulaires. Les stems gonflent en densité, la production gagne en richesse et en diversité, passant sans écueil du rock prog bourré de glitches SF de Take Us To The Moon au drone mélodique de Lonely People et son delay miaulant harcelé de fuzz. Et si le garage psyché alangui de Truth In Reverse, en écoute ci-dessous, renvoie aux précédents albums, un palier est franchi dans la démarche expérimentale du groupe.

Monographic lui-même, titre introductif et éponyme, fourmille d’incursions électroniques, réduisant la partie guitare à des phrases claires, sobres à dessein, ouvertes sur un arrière-plan bavard de curseurs et boutons traficotés avec souplesse, et qui aura le dernier mot tout au long de l’ultime minute du morceau. Toute la beauté de ce LP est là, dans l’ouverture. Car en prenant le parti de déroger discrètement aux conventions stylistiques qui ont fait leur réputation, ces enfants du kraut ne cherchent ni la rupture, ni la maturité mais de nouveaux espaces où apaiser leur insatiable soif expérimentale; et prolongeant la dimension psychédélique des premiers albums, ils en élargissent le spectre en l’amplifiant de boucles kosmische, à l’image de Let It Be The End, une mélancolique berceuse interstellaire, ou d’Alignement Zone qui juxtapose à un drone chuintant puis saturé une jungle de sons électroniques ponctuellement noyés sous un torrent de cymbales. L’immersion est graduelle, brillante à l’image de ce qui est possiblement leur meilleur album à ce jour, à tout le moins celui qui les éloigne à grands pas de l’indolence de la routine.

Audio

The Oscillation - Truth In Reverse

Tracklist

The Oscillation - Monographic (Hands In The Dark, 11 mars 2016)

01. Monographic
02. Take Us To The Moon
03. Let It Be The End
04. Truth In Reverse
05. Another Attack
06. Lonely People
07. Alignment Zone (Extended version)
08. Lonely People (Drone mix)
09. The End Of Conscious Thought (Bonus Track)


Tomaga - Familiar Obstacles (FULL STREAM PREMIERE)

Lorsque le label bisontin Hands In The Dark annonce une nouvelle sortie, on sait que, plus que d'écouter un simple disque, on s'apprête à vivre une expérience sensorielle. Lorsqu’on apprend en plus qu’il s’agit de l’EP de Tomaga, on se tient alors prêts à vivre une véritable exploration chamanique de notre moi profond, non sans risque de réveiller quelques sentiments enfouis. Le duo londonien Tomaga malaxe le son, il le dénude, le purifie, l’épaissit à volonté et l'ancre dans nos mémoires à l'aide de visuels industriels et alambiqués dont il a le secret. Ces mécaniciens de la matière sonore arrivent à faire résonner le moindre bruissement aussi bien dans nos âmes que dans nos esprits. C’est grâce à leurs engagements respectifs dans des groupes comme The Oscillations, Neon Neon ou Raime que Tom Relleen et Valentina Magaletti ont pu modeler un son si singulier et reconnaissable se nourrissant d'électro industrielle, d'ambient et de drone, de stoner rock, de kraut-jazz et de tout un tas de styles musicaux dont ils sont quasiment les inventeurs. Avec leur première cassette, Sleepy Jazz for Tired Cats et leur premier EP Futura Grotesk, Tom et Valentina avaient déjà réussi à créer un genre qui leur était propre et à toucher l'objectif qu'ils s'étaient fixés ; inventer un nouveau silence.

Avec Familiar Obstacles, à paraître le 27 octobre, ils nous ouvrent les portes d'un paradis voilé, un lieu où l’ambient flirte gentiment avec les rythmes vaudou, où l’electronica s’éprend du lo-fi, où le son DIY règne en maître absolu. Un univers déconstruit et onirique imagé par le fidèle Ross Adams sur la pochette de l'EP.

Tomaga - Familiar Obstacles 2

La procession au clair de lune commence dans une brise de tourments et de coups bruts dès l'entrée dans la face A. Les bruits résonnent, se perdent dans l’espace, ils se répètent inlassablement faisant déjà monter à chaque seconde la tension incandescente qui s’installe. Si l’on ferme les yeux lorsque l’on écoute Train For Owl, on peut imaginer un ferrailleur en train de travailler la matière et de laisser s'échapper des éclats qui s’entrechoquent entre eux, rebondissant contre les portes grinçantes de l’atelier. Malgré le climat peu rassurant de la scène, des notes de synthétiseur viennent nous envelopper. Nos angoisses sont mises à nu, elles s’expriment à travers la musique de la façon la plus pure qu’il soit. La peur du vide, de l’incertain est calmée par des retentissements de harpe, nos incertitudes prennent alors la forme de jolies symphonies. Une samba des ténèbres vient nous fouetter en plein vol sur Hibernation Theme. Un micmac bruitiste, grinçant et mélodique à la fois nous rappelle à l’ordre. Se fraient un passage à travers la valse des machines, des voix fantomatiques se jouant des poussées stridentes et épaisses tantôt remplacées par des froissements d’une pureté absolue. C’est là le génie de Tomaga, arriver à faire se frôler légèreté et lourdeur sans jamais que tous deux ne se percutent. On imagine l’utilisation de tout un tas d’objets dans Familiar Obstacles, du bon vieux Bontempi rongé jusqu’à l’os que l’on pousserait dans ses retranchements comme dans Over The Cracks, à l’antenne de télévision qui créer des interférences malgré elle vissée sur le toit du voisin en passant par les bips fous des Arcade games des 80s dans Down Purge, clin d’œil à la cassette Play Time : Music For Video Games de Tomaga et Orlando. C’est ce maniement unique des sons et de l'espace qui transforme chaque essai de Tomaga en un singulier chef d'oeuvre, sans comparaisons possibles.

La face B s’ouvre sur un joyeux bordel confus bruitiste. Les arrêts entre chaque morceau sont aussi bruts que la musique des multi-instrumentistes ne l'est. Sur Brutal Gravity, on pince les cordes puis on les triture, on laisse nos doigts déraper volontairement. On entend un violon brailler au loin, voulant sûrement attirer l’attention de cette flûte enchanteresse qui fait la belle. Notre mélancolie est balayée comme les vagues électroniques emportées par le vent de Bethnal Grey. Puis l’espoir renaît, des notes de guitare folk amènent la douceur attendue déjouant les crissements métallurgiques. Biscuit Tin marque l’accomplissement de notre voyage spirituel, le point d’orgue où notre anxiété devient heureuse, où le rock psyché et l’electronica forment une union ténébreuse. Les notes synthétiques infinies et subtiles de The Pegs and the Moon présagent le flottement aérien que nous expérimentons à l’écoute d’Adventure in Minor Scale, temps de repos délectable qui trouvera son climax lors de la danse finale des orgues électroniques.

Tomaga bouscule nos habitudes en termes d’écoute et nous démontre ici toute la capacité du son à pouvoir s’implanter dans notre imaginaire. Le son devient matière, il habille l’air. Familiar Obstacles, c’est un parcours de vie, les sons minimalistes qui en découlent nous font traverser des moments en proie aux doutes puis nous font espérer à nouveau, ils nous baladent d’émotions en émotions sans jamais nous irriter. Ce ne sont pas des obstacles que nous trouvons sur notre chemin à l'écoute du nouvel EP de Tomaga mais des pierres brutes d'une pureté et d'un étincellement sans équivoque.

Audio (FULL STREAM PREMIERE)

Vidéo

Tracklist

Tomaga - Familiar Obstacles (Hands In The Dark, 27 Octobre 2015)

Side A

1.Train For Owl
2. Hibernation Theme
3. Lettere di Pezza
4. Central Position
5. Fugue State in Marbles
6. Central Position (reprise)
7. Over the Cracks
8. Downpurge
9. The Knight with Four Hands

Side B

1. Frog March
2. Brutal Gravity
3. Microns in Amber Light
4. Bethnal Grey
5. Special Bass Line for Alan
6. Biscuit Tin
7. The Pegs and the Moon
8. Adventure in Minor Scale
9. Giant Cosmic Tear
10. Closing Thrum

 

 



Notice: unserialize(): Error at offset 113 of 2144 bytes in /home/experime/hartzine.com/wp-content/themes/uncode/partials/elements.php on line 700

Tomaga l'interview

Embringués dans de multiples formations dont The Oscillation, que l'on a déjà sondé par le passé (lire) et à laquelle ils participent tous les deux, Valentina Magaletti et Tom Relleen on récemment mis sur pied un atelier expérimental de déconstruction sonore et mélodique : Tomaga. Véritable prisme oblique dans l'agencement rythmique, prenant à rebrousse-poils un savoir très actuel en matière d'ambient-drone, le duo objectivise certains éléments dans son laboratoire, les sortant de leur contexte, pour mieux tricoter tout autour un ensemble cohérent, lointain et cotonneux, oscillant entre psychédélisme et minimalisme. Il faut avoir goûté aux charmes insidieux des morceaux Alphabet Of Light, Malintesi ou Futura Grostesk pour comprendre que d'apparence conceptuelle, leur musique, à l'emprunte du temps et de l'écoute noctambule, s'intime pourtant invariablement tel le chemin le plus court vers l'engourdissement des sens et la divagation de l'esprit. Sur le point de sortir un premier album, Futura Grotesk, sur le label bisontin Hands in the Dark (lire), et ce après la cassette Sleepy Jazz for Tired Cats co-éditée par Bunkland et Negative Days, et à quelques encablures d'une tournée débutant le 18 novembre prochain au Point FMR en première partie de Silver Apples et pour laquelle on offre des places en fin d'article, l'insatiable batteuse, également à l'oeuvre au sein de Raime, à accepter de répondre à nos questions.

Tomaga l'interview

TOMAGA.Promo1
Tom et Valentina, vous jouez tous les deux dans The Oscillation. Comment est né ce projet et quel sentiment essayez vous de transmettre via Tomaga ?
Tom & Valentina, you play both in The Oscillation. Why did you start this project and what kind of feelings do you try to transmit via Tomaga?

On a passé beaucoup de temps ensemble sur la route et nous avions besoin de plus de musique chill out à écouter dans la voiture. Nous sommes très proches musicalement et nous avons commencé à explorer de nouvelles sonorités et à utiliser différents instrument et machines pour créer. Tom et moi sommes d'assidus collectionneurs de disques, nous avons donc commencé à jammer en recherchant une nouvelle manière d'exprimer notre état d'esprit musical hétérogène et un nouveau silence.

I guess we spent a lot of time together on the road,​ ​starting craving for more chilling music to listen in the car while driving ah!​ ​We found ourself very close musically​ and started wanting to explore new sounds and ​​to use some different instruments and machines to make music​.​ ​Both me and Tom are avid record collectors and listeners so we started jamming in search for new way to express our ​mixed up musical state of mind, and to find a new silence.

Pourquoi ce nom? Que signifie-t-il et quel lien à sa signification avec votre musique ?
Can you explain the name of the project? What meaning does it take on and which link it established with your music?

Ca ne veut rien dire dans aucune langue mais ça a un rythme plaisant, comme la musique.

It doesn't mean anything in any language.​ but it has a pleasing rhythm. similar to the music!

Comment décrivez-vous Tomaga, quelles en sont les plus grandes influences ?
How would you describe Tomaga, and who are your biggest influences in this project?

Ca a commencé explicitement comme un projet sans guitare, une manière pour nous de placer la rythmique au premier plan. On écoute de tout mais peut-être qu'en ce moment nous sommes plutôt influencé par des compositeurs modernes, le minimalisme, la musique concrète et industrielle et le jazz spirituel.

​It started out as explicitly a guitar free zone. A way for us to bring the rhythm section to the front! We listen to everything but perhaps right now are most influenced by modern composers, minimalism, music concrete, industrial and spiritual jazz.

Comment composez-vous ensemble et quel est votre champ d'investigation ?
How do you compose together and which is your field of investigation?

On travaille en studio sur la création d'un nouvel environnement sonore, on prépare les instruments afin qu'ils sonnent différemment ou bizarrement. Ensuite on passe généralement des heures à enregistrer puis nous écoutons le tout à la maison, en discutons et enfin sélectionnons ce qui nous plait.

We ​ work in the studio on creating a new sound world, using preparations to make our instruments sound different or strange. Then we usually ​record for hour​s, and then​ at home ​we listen to it all, discuss and make selections that we like.

Est-ce un projet avant tout conçu pour le live ?
Is it a project intended above all for the live?

Nous n'avons pas tellement d'intentions concernant le clivage studio / live, les deux ont leur charme. Ce projet est né en studio puis nous avons fait quelques concerts qui étaient essentiellement improvisés. Nous préparons actuellement un set plus concentré pour notre tournée de novembre, une nouvelle approche. Nous voulons faire de la musique en continu.

I guess we don't have ​specific ​intention​ about live vs studio, they both have their charms. This project was born in the studio and then we did some live shows, which were pretty much entirely improvised. ​​​Now we are preparing a more focused live show ​​for our tour in November, which will be a slightly different approach. ​Making music constantly is what we want to do​. ​

Front Cover -TOMAGA 'Futura Grotesk'

Votre musique est très cinématographique. C'est un effet voulu ? Pensez-vous, au moment de composez, une possible adaptation video ?
Your music is also very cinematographic. Is it a studied effect? Do you think, at the time of composing, has a possible video translation of your pieces?

Nous sommes très heureux que ce lien se soit fait naturellement. Nous avions en tête des visuels précis lorsque nous avons composé la musique mais nous nous sentons maintenant très privilégiés d'avoir de fantastiques artistes comme Ross Adams qui s'impliquent dans le projet et nous aident à traduire notre musique en images. Nous pensons de plus en plus à composer pour et avec des visuels d'accompagnement et ça semble totalement naturel et parfait.

​We are very pleased that this link has naturally occurred. We weren't thinking specifically about visuals when we made the music but now feel very privileged to have fantastic artists like Ross Adams who are getting involved and helping is to translate our music into images. We are now thinking more and more about composing for and with visual accompaniment and it seems completely natural and perfect.

Pensez-vous que Tomaga va influencer The Oscillation ?
Do you think that Tomaga is going to influence in the approach The Oscillation?

Ce sont deux projets très différents. En revanche nous aimerions que Damien Castellanos fasse un remix de Tomaga et en faire un pour lui en échange. C'est un musicien et un producteur incroyable et un super ami.

They are very different projects. However we would love to have a TOMAGA track remixed made by Damien Castellanos and will probably do a remix swap with him very soon! He is an amazing musician and producer and a great friend.

D'ailleurs, avez-vous demandé à être remixés ?
Do you go to ask your music to be remixed?

Nous ne demandons pas vraiment mais nous sommes toujours excités de travailler avec quiconque comprend et apprécie notre musique. certains producteurs très intéressants ont manifesté un intérêt et nous venons de faire un remix pour la première fois et on s'est bien amusé.

I guess we don't ask but we are alway​s excited to work ​with whoever understands and appreciates our music.​ We have had some interest from some very interesting producers already, and we just finished remixing someone else's music for the first time which has been fun. ​

Pourquoi avoir choisi Hands in the Dark pour sortir ce LP ?
Why have you chose Hands in the Dark Records to take out this new LP?

Ce sont des gens géniaux, nous les connaissions depuis longtemps et respectons leur travail donc lorsqu'ils ont manifesté de l'intérêt pour sortir notre musique on s'est dit qu'il n'y avait pas de meilleur moyen pour commencer.

​They are ​​a​mazing people, we ​have known them and ​respect​ed​ their ​work for ages, and when they were interested to release our music we thought that couldn't be a better way to start.

Quel est le futur proche de Tomaga ?
Whats the near futur of Tomaga?

Grotesk !... et nous sommes en tournée en novembre avec Silver Apples et aussi Le Guess Who festival et un voyage à Leipzig pour jouer avec A Winged Victory For The Sullen. Et nous avons déjà enregistré de nouveaux trucs.

Grotesk!​ ...and we're on tour in November with Silver Apples, and also Le Guess Who Festival and a trip to Liepzig to play with Winged Victory For the Sullen. And we've already been recording new material​.

Audio

Video

http://vimeo.com/108414897

Tournée & concours

On fait gagner trois places pour leur concert au Point FMR à Paris le 18 novembre prochain en première partie des mythiques Silver Apples. Envoyez vos nom et prénom à l’adresse hartzine.concours@gmail.com ou remplissez le formulaire ci-dessous. Les gagnants seront tirés au la veille du concert et prévenus par mail le lendemain matin.

[contact-form-7 id="21274" title="Concours post"]

18 November – Point FMR, Paris (FR) w/ Silver Apples
19 November – Occii, Amsterdam (NL) w/ Silver Apples
20 November – Le Guess Who? Festival, Utrecht (NL)
21 November – Kammerflimmern / UT Connewitz, Leipzig (DE) w/ Deaf Center
29 November – Discipline Party At Garage Sound, Bari (IT)
03 December – Corsica Studios, London (UK) w/ Silver Apples

Tracklisting

Tomaga - Futura Grotesk (Hands in the Dark Records, 12 novembre 2014)

01. Alphabet of Night
02. Long Term Green
03. Malintesi
04. Futura Grotesk
05. Taste the Indifference
06. Mountain Opener
07. Days Like They Were Before