Photoshoot : The Babies + Big Deal + Spectral Park au Point Éphémère

8902588774_a3874dfe82_b

Photoshoot : The Babies + Big Deal + Spectral Park au Point Éphémère

L'objectif d'hartzine était au Point Éphémère le 28 mai pour une Route du Rock Session électrique emmenée par les New-Yorkais de The Babies dont le premier concert parisien, organisé par nos soins il y a un peu plus d'un an, avait déjà été une réussite (vidéo). Pour l'occasion, Cassie Ramone et Kevin Morby étaient notamment introduits sur scène par les Anglais de Spectral Park, dont on avait déjà parlé - en bien - ici.

Photos

The Babies

Big Deal

Spectral Park


VIDEOSTAR 01

Il n'y a pas LA vidéo de la semaine, chaque lundi (lire), et toutes celles qui ne méritent pas d'y figurer. On arguera avant tout que tout est une question de timing. Ainsi, Chevalier Avant Garde, de retour discographique via Beko le 12 mai prochain, Au.Ra, ayant demandé à Mitchell Grant de mettre en images Pyramids, extrait de leur premier EP Sun paru en fin d'année dernière (lire), et The Babies, récent auteur de l'excellent Our House On The Hill et en concert le 28 mai prochain au Point Ephémère - en bonne compagnie de Spectral Park et Big Deal (Event FB) -, ne seront pas passés fortuitement au travers des mailles de notre volatile attention. En prime, Seven Mirrors, issu de la collaboration entre Terror Bird et Cyan Kid, bientôt consacré sur Cut-Outs, LP à paraître en mai via le label Svn Sns Records et dont la release party aura lieu le 22 du même mois à La Mécanique Ondulatoire (Event FB).

Vidéos


The Babies - The Babies

The Babies correspond parfaitement à l'archétype du groupe sans prétention dont on se voit très bien faire partie. Il n'est pas vraiment difficile de s'imaginer à la place de Cassie Ramone - échappée des Vivian Girls pour l'occasion - donner la réplique à Kevin Morby - quant à lui en vacances de Woods - dans cette course effrénée entre garage et punk pop qui, toute en désinvolture, n'a pas vraiment de départ ni de but. The Babies n'est qu'un side-project spontané de plus né des entrailles fécondes de Brooklyn. Il n'est pas là pour conquérir le monde - tout juste son quartier. Et pourtant, les dix morceaux de son album éponyme sont tous si bien trouvés et si bien portés par la nudité de leurs arrangements que le charme opère inévitablement, évidemment, sans qu'on y prête attention. C'est là tout le charme de The Babies : si facile qu'on y aurait pas pensé. Et mine de rien, sans éclats et sans effets, le quatuor new-yorkais aura balancé l'un des albums qu'on aura le plus écouté cette année. Ce dernier ne contient pas de tubes, mais les bons morceaux s'y enchaînent aussi simplement qu'une répèt' dans un garage - ça passe tout seul. L'opus démarre discrètement avec les quelques notes gratouillées de Run Me Over et prend son envol avec l'énergique Meet Me In The City, avant de nous convaincre définitivement grâce à l'excellent trio de tête composé de PersonalityBreaking The Law et Sick Kid. Sur celui-ci, la folk inventive et sensible de Woods trouve sa parfaite harmonie avec le garage rugueux des Vivian Girls. Et si Cassie Ramone reste étonnamment assez discrète tout le long de l'essai, répondant nonchalamment à son acolyte comme dans une simple conversation, Kevin Morby, quant à lui, sort de l'ombre et y révèle des talents d'écriture insoupçonnés. Nul doute qu'on entendra encore parler de lui.
Inutile de disserter davantage sur le premier album de The Babies : il serait vain de se perdre en conjectures devant une telle évidence. Ce n'est pas de la grande musique ; on n'y évoque pas de sentiments supérieurs ; on n'y réfléchit pas au sens de l'existence ni à ses amours déçues. Ce n'est pas plus qu'une parfaite virée entre potes - un juste reflet de la vie.

Comme rien ne vaut une vérification par soi-même, Hartzine et l'Espace B sont fiers de recevoir The Babies pour leur première et unique date parisienne le 15 novembre. Si, comme nous, ça fait près d'un an que vous attendiez ça, ne prenez pas le risque de manquer cet événement et réservez dès maintenant vos places par ici. Pour l'occasion, les New-Yorkais seront accompagnés des Parisiens de Cry Wolf, nouvelle formation née des cendres encore fumantes de This Is Pop, Cavaliers, Le Parti, Voltamix ou encore Fix-It.

Hartzine présente THE BABIES + CRY WOLF
Mardi 15 novembre à 21h
L'Espace B
club_concerts_amour_expos
16, rue Barbanègre
75019 Paris
Entrée : 8,80€ en prévente/10€ sur place
Event Facebook

Audio

Tracklist

The Babies - The Babies (Shrimper Records, 2011)

1. Run Me Over
2. Sunset
3. All Things Come To Pass
4. Meet Me In The City
5. Personality
6. Breaking The Law
7. Sick Kid
8. Wild 1
9. Wild 2
10. Caroline


The Babies

babies1Lorsque Cassie Ramone des Vivian Girls s’acoquine avec deux membres des Woods, cela donne le side-project The Babies, et il se pourrait bien que nous assistions à la naissance d’une nouveau supergroupe comme seul New-York est capable d’en enfanter. Pour l’instant, pas d’album en vue, juste quelques morceaux disséminés avec parcimonie sur la toile, une page MySpace aussi vide que celle d’un groupe mort dans l’œuf et quelques rares apparitions scéniques dont la dernière en date, à la Glassland Gallery de Brooklyn, fut captée par l’équipe de NYC Taper et est téléchargeable ici. Non, il n’y a définitivement pas grand chose à se mettre dans l’oreille, mis à part peut-être cette chanson, Meet Me In The City, véritable petit bijou de punk-pop brouillonne à l’énergie brute qui rappelle l’époque où le premier album de CYHSY s’échangeait encore sous le blouson et qu’Alec Ounsworth ne gâchait pas son génie en cherchant vainement l’apaisement.

Audio

The Babies - Meet Me In The City