Ceo – White Magic

ceo1Ce qu'il y a de bien lorsque vous faites ami-ami avec certains labels, artistes, distributeurs, etc... c'est que vous vous évitez la pénibilité de lever votre cul de votre fauteuil pour aller farfouiller les bacs, puisque les disques arrivent directement dans votre boîte aux lettres. Et par cette saison, ce n'est pas un luxe, car l'excuse est toujours bonne pour pantoufler chez soi. Le hic, c'est quand votre boîte déborde, que le concierge râle parce que les colis traînent partout, que le facteur vous réveille à 11 heures du mat' parce qu'il n'y a plus de place pour glisser le courrier, etc... Vous en êtes finalement à votre sept cent douze millième album de la semaine à chroniquer, et rien que l'idée d'en glisser un seul dans votre chaine hi-fi vous semble un supplice insurmontable. Bref, vous êtes devenu fainéant ! A ce titre la chronique de l'album de Ceo me paraissait douloureuse. Je regardai l'objet passer maintes fois entre mes mains avec curiosité sans daigner y prêter plus d'intérêt. Le disque avait beau me faire de l'œil depuis le rayon import des disquaires, rien n'y fit, pas même les recommandations élogieuses proférées par mes collègues. Pourtant, la diffusion du single Come With Me durant l'entracte d'un concert aiguisa mon intérêt et m'obligea à céder devant ce nouvel ovni venu du froid.

ceo

Ne vous méprenez pas, car la première chose qui m'a attiré dans cet extrait de White Magic est la ressemblance vocale d'Eric Berglund avec un certain Richard Sanderson. Comment ? Cela ne vous dit rien ? Vous n'avez pas dû faire beaucoup de boums dans les années 80 je pense. Pourtant,  après deux ou trois écoutes, le titre devient plus que fort sympathique. La rythmique entêtante enroulée autour d'un sample répétitif fini par vous obséder jusqu'à ne plus vous lâcher. On ne savait pas les druides nordiques aussi festifs. Le co-fondateur de Tough Alliance, mais surtout du label Sincerly Yours (JJ, Memory Tapes, Air France...) se dévoile à travers quelques perles ésotériques cherchant parfois bêtement à défoncer les portes du clubbing (Illuminata). On préfèrera quand celui-ci renonce à la mélodie pure pour céder au chaos incantatoire de White Magic, la voix bercée par une cavalcade de percussions et de nappes aquatiques, Ceo invite alors la nature au centre de sa cabale. Difficile de ne pas penser à l'écurie animalière la plus célèbre de Brooklyn à l'écoute de la moitié de l'album, écoutez bien Love and Do What You Will. On peut également sans trop prendre de risque lire l'influence du plus grand pop band anglais dans le songwrting et l'harmonisation des compositions de Ceo. Si vous cherchiez le sens du titre de cet album, vous le découvrirez dans la discographie des Beatles. Oh God, Oh Dear et Love and Do What You Will n'en sont-ils pas les hommages les plus parfaits ?  Mais loin d'être un copycat, l'artiste manie le verbe et l'instrumentalisation avec une impériale maestria, se jouant des clichés avec style pour mieux imposer une esthétique propre, aussi insalissable que péchue. Un très court opus de seulement neuf tracks, cloisonné par deux morceaux plus baroques (All Around, Den Blomsterid Nu Kommer), traçant le cercle divin autour duquel l'artiste invite l'auditeur à s'exalter.

White Magic est indéniablement l'une des grosses surprises de 2010 à voir le jour en 2011. En effet, si l'album est disponible depuis quelques mois sur les plateformes de téléchargement légal et en import, il ne sera distribué officiellement chez nous qu'en début d'année.  Donc les impatients savent quoi faire, les autres patienteront. En attendant, allez faire un petit tour sur le site de ce sorcier du dancefloor, ça vaut le détour. 50% bizarre, 50% occulte, 100% krisprolls. Ils sont fous, ces Suédois.

Audio

Vidéo

Tracklist

Ceo – White Magic (Sincerely Yours, Modular, Discograph, 2010)

1. All Around
2. Illuminata
3. Love and Do What You Will
4. White Magic
5. Oh God, Oh Dear
6. No Mercy
7. Come With Me
8. Den Blomstertid Nu Kommer