Wave Temples

Not Not Fun Records et Hartzine, ça matche plutôt bien (lire). C'est donc naturellement qu'on s'est tournés vers l'une de leurs dernières sorties pour refermer la saison 2016 d'Out Of The Blue, Wave Temples, qui dessine les contours de drôles de cartes sonores imaginaires à sonder les yeux fermés, allongé dans un hamac. Les field recordings architecturés avec transparence et les expérimentations sous plantes exotiques qui composent cette cassette intitulée Isle Enchanted sortie il y a quelques jours à peine nagent dans les eaux pas si limpides et bien hallucinées de sa Floride natale. À moins qu'il ne s'agisse d'une île mystérieuse, perdue dans les limbes d'un océan Pacifique source des fantasmes inassouvis de cet explorateur enregistreur des fonds marins... plongée dans les profonds méandres de son processus créatif.

D’où viens-tu ?
Where do you come from?

Je suis originaire de Floride mais je suis assez persuadé de venir d'ailleurs, je passe pas mal de temps dans ma tête.

I hail from Florida but Im pretty sure I come from somewhere else. I spend a good deal of time in my head.

Où vas-tu ?
Where are you headed?

À ce stade de ma vie, je me sens être une sorte de star vivant des moments de parfaite coïncidence dans une mer d’incohérence autrement chaotique.

At this point in my life I feel like I am kinda star charting moments of perfect coincidence in a sea of otherwise chaotic randomness.

Pourquoi la musique ?
Why music?

Bonne question. Il fut un temps où je connaissais la réponse, ah ah ! La musique peut être un moyen d’expression très unique. Parler d’un "langage universel" fait plutôt cliché de nos jours mais ça me semble vraiment être une sorte de langage vestigial, ou peut-être une combinaison de genres venue de la quatrième dimension qui réussirait à exprimer des choses qui ne pourraient être communiquées d’aucune autre façon.

Thats a good question. I used to know the answer to that haha... music can be a very unique form of expression. To say a “universal language” is probably a little cliche today but it does seem to me like some vestigial language or maybe a 4th dimensional connection of sorts... that can express things that can’t really be communicated in any other way.

Et si tu n’avais pas fait de musique ?
And if music wasn’t your thing?

Je doute qu’une telle réalité puisse exister ; j’ai eu des périodes où j’ai essayé de ne pas écouter de musique mais cela a souvent été des moments de tristesse et de frustration. Je m’intéresse aussi à la photographie, aux techniques de cinéma, à la narration et à la réalisation mais j’estime que ce sont d’autres formes de musique.

I’m not sure such a reality exists... I’ve gone through periods where I tried not to listen to music but it was often sad and frustrating times. I also like photography, cinematography, storytelling, and filmmaking ... but it’s all kind of music to me.

Une révélation artistique ?
Your artistic breakthrough?

Un jour, j’ai dû me demander pourquoi je faisais tout cela. Parce que booster mon ego ne m’intéressait plus et que je n’ai jamais trouvé gratifiant de placer un personnage ou une célébrité au-dessus de tout ce qui peut être réel ou vrai. Les êtres humains sont fondamentalement imparfaits, à un certain niveau ça en devient même de la connerie, mais il reste des endroits sacrés, au moins dans un état d’esprit si ce n’est plus dans un état matériel. Loin de moi l’idée de ne pas percevoir toutes ces réalités comme un besoin du monde d’aujourd’hui, je pense juste qu’il n’est pas bon pour moi de concentrer mon énergie dans ces directions. Si tu crois que la musique est sacrée, qu’elle peut transcender le monde dans lequel nous vivons, où est-ce que tu peux bien aller à partir de là ?

At some point I had to question why I do any of this... because I’ve lost interest in ego aggrandizing and it never felt rewarding to me to put persona or celebrity over all the possibilities of what can still be real or true. Humans are inherently flawed and at some level it’s all bullshit, but there are still sacred places left. If not in material form than at least a state of mind. Not that I don’t accept all theses realities as a necessity of our world today.... it just didn’t seem right that I focus my energies in those directions. If you believe music is sacred and can transcend the normal world we live in... where do you possibly go from there...

Le revers de la médaille ?
Any downside?

Bien sûr, plein. Le plus brutal étant ce flirt total avec la folie. L’isolation aussi.

Sure, lots. At it’s rawest, a total flirtation with madness; isolation.

Y a t-il une vie après la mort artistique ?
Is there life after artistic death?

Dernièrement, je suis tombé sur une citation que j’ai beaucoup aimée : « accepte les dons de l’heure avec joie et renonces-y avec stoïcisme ».

A quote I came across recently that I like a lot is “Accept the gifts of the hour joyfully and relinquish them stoically”.

Un rituel de scène ?
Your pre-stage ritual?

J’improvise presque tout ce que je fais, j’ai tendance à écrire et expérimenter à travers le live. Une fois que les sets sont prêts pour l’enregistrement, j’efface souvent tout et je recommence, ça m’empêche de faire les choses de manière mécanique ou ennuyeuse et m’aide à réfléchir aux endroits (réels ou imaginés) qui m’inspirent. Cela me rappelle pourquoi je fais ça. Cela dit, cette année, m’envoyer des shots de vodka tropicale avant de monter sur scène et durant les lives a été un rituel très efficace, ah ah !

Almost everything I do is improvisational and I tend to write and experiment through live shows. Once the set gets laid down to tape I often scrap everything and start over. It helps keep it from getting mechanical or boring. It helps to think of places (real or imagined) that inspire me; Just to remember why I’m doing this... but with that said... pounding tropical vodka shots has also been an effective pre- and during-show ritual this year haha

Avec qui aimerais-tu travailler (musique et hors musique) ?
Who would you work with (musically or not)?

C’est difficile à dire, je respecte le travail de beaucoup d’artistes et je m’inspire de nombreuses choses mais je suis de plutôt de nature solitaire.

Not sure... I respect the work of lots of people and many things have inspired me but I am kind of a loner by nature.

Quel serait le climax de ta carrière artistique ?
What would be the climax of your career?

À ce stade, je dirais que sortir un vinyle serait le climax de Wave Temples. C’est une question difficile… ce pourrait être un live enregistré à Malte, aux îles Bimini ou au sommet d’un pyramide maya, qui sait ? Des sentiers parfois étranges et mystérieux me rattrapent.

At this point I think a 12” inch record would be the climax of wave temples... but it’s hard to say... it could be a live recording in Malta... Bimini... or atop a Mayan pyramid maybe... who knows?! I find myself caught up in a sometimes strange and mysterious path.

Retour à l’enfance, quel conseil te donnes–tu ?
Back to your childhood – what piece of advice would you give your young self?

Sûrement de toujours écouter son intuition et de faire confiance en la voie naturelle des choses, de ne pas céder à la destruction. Là je me remets justement d’un de ces moments, j’avais l’impression que la vie n’aurait pas pu se passer autrement, donc c’est difficile à dire avec certitude.

I guess... always listen to your intuition and have more faith in the ways of things... not to be so easily seduced by the destroyer... but I am also recovering from one of those moments where it seems like life couldn’t have gone any other way so it’s hard to say for sure.

Comment te vois tu dans trente ans ?
How do you see yourself thirty years from now?

Mort, probablement.

Probably dead.

Comment vois-tu évoluer ta musique ?
How do you see your music evolve?

En fait, j’ai vraiment atteint un moment décisif là, je suis comme un enfant face à une toute nouvelle phase de la vie. Je me débats constamment avec mon envie de me retirer… je pouvais voir la musique devenir encore plus une échappatoire.

I’m really at a crossroads right now actually. Infantile to a whole new phase of life... but I do constantly wrestle with the urge to withdraw... I could see music becoming even more of a personal escape.

Un plaisir coupable ou un trésor caché ? (musique ou hors musique)
Your guilty pleasure or hidden treasure (musically or not)?

Hum, je suis devenu pas mal hédoniste ces sept dernières années, ah ah ! Je préfère m’abandonner au plaisir plutôt que penser à la culpabilité.
Comme trésor caché à proprement parler, ma femme et moi venons d’acheter une propriété à l’abandon. Un bungalow au design post-Memphis et à l’atmosphère Key West que nous avons surnommé Hawaiki - « maison » pour nous. C’est un trésor caché et plutôt modeste, tout compte fait. À part devenir de plus en plus fan de plantes exotiques et d’architecture, cet endroit m’a offert l’occasion de me fixer pas mal d’objectifs à un moment où je flottais paresseusement sur les rives d’une prochaine aventure.

Hmmm.... I’ve become kind of a hedonist these past 7 years haha... not a big fan of guilt, but I’m all for pleasure.
As far as hidden treasure, my wife and I recently purchased a rundown bungalow estate designed in a post-memphis style key west vibe that we have dubbed Hawaiki - to us meaning “home”... It’s fairly hidden and quite a modest treasure considering. Aside from getting more and more into exotic plants and architecture, this place has provided a great deal of purpose while floating idle on the shores of the next adventure.

Écoute exclusive

Audio

Tracklist

Wave Temples - Isle Enchanted (Not Not Fun Records, 16 décembre 2016)

01. Isle Enchanted - Part I
02. Isle Enchanted - Part II


Skeppet - Deluxe (FULL STREAM)

Le duo Skeppet, réunissant les multi-instrumentistes Andreas Malm et Henrik Wallin sur l'autel d'un psyché-kraut lo-fi, n'avait, mis à part son LP Phase 3 ‎sorti en 2004 sur le label Californien Not Not Fun Records, édité que quelques cassettes à tirages ultra-limité, plus qu'impossible à dénicher pour qui aime laisser divaguer son esprit sur une motorik cramée d'opiacés. C'est ainsi que la structure de Britt Brown a compilé en décembre dernier les travaux des deux Suédois sur la période 2006-2010, faisant par la même résonner leurs odes cosmiques à l’introspection et au voyage intérieur avec leur travail quotidien au sein du label Kosmisk Väg - ou Routes Cosmiques en français dans le texte. Soit une véritable mine d'or à découvrir ci-après en intégralité.

Audio (FULL STREAM)

Tracklisting

Skeppet - Deluxe (Not Not Fun, 18 décembre 2015)

01. Saluto!
02. Coast Rider
03. Inbjudan Till Trance
04. Perfekt Skugga
05. Inåt Landet
06. Tripolitania
07. Skog Och Jord
08. Sargasso


Purple Pilgrims - Into Night (Brush My Hair, While I Cry) (PREMIERE)

Valentine et Clementine Adams, au-delà de former le duo Purple Pilgrims, mêlant claviers viciés, psychédélisme ouaté et vocalises éthérées, ont une sacrée histoire à conter. Celle d'un tremblement de terre qui les chassa de leur Christchurch natal, en Nouvelle-Zélande, les forçant à s’exiler en Chine, pour finalement s'installer dans la volcanique et peu peuplée péninsule de Coromandel. Un itinéraire en soi pas forcément banal mais qui prend un relief d'autant plus de relief inattendu que les frangines comptent parmi leurs amitiés Gary War et Ariel Pink, rencontrés dans le Hong Kong débauché et interlope, qui les baladèrent par la suite le temps de quelques dates aux Etats-Unis et plus particulièrement à New-York. C'est pourtant loin de ces mondanités que les sœurs fomentèrent leur premier album, Eternal Delight, paru le 26 février dernier via Not Not Fun, toujours friand de ces oniriques missives, alors isolées entre palmiers et nuées d'oiseaux. Réussissant le tour de force de créer par le biais de cette lointaine solitude une musique ondoyante et ostensiblement urbaine, les Purple Pilgrims n'ont pas leur pareil pour hanter, avec un angélisme sculpté dans la pureté de leur voix, cette paisible odyssée en dix morceaux aux confins de la blême sensualité. Mise en images et collages par Ducklingmonster, la gracile Into Night (Brush My Hair, While I Cry) est loin de s’inscrire en faux d'une telle beauté, à la fois sobre et luminescente.

Vidéo (PREMIERE)

Tracklisting

Purple Pilgrims - Eternal Delight (Not Not Fun Records, 26 février 2016)

01. Love Letter I
02. Is You Real
03. False Friend (Pythia)
04. Yes
05. Forever
06. Orbit You
07. Perpetual Prelude
08. Into Night (Brush My Hair, While I Cry)
09. Penglai
10. Thru Evry Cell


Mixtape : White Poppy

Si Crystal Dorval n'est pas la plus à son aise lorsqu'il s'agit de parler de sa musique, m'ayant délicatement éconduit à l'heure des questions appelant réponses, la Canadienne s'est en revanche volontiers prêtée avec grâce à l'exercice de la mixtape préfaçant de quelques décibels une tournée Européenne qu'elle entreprendra bien entourée de son groupe du 5 au 19 mars. Histoire d'enfin défendre, de ce côté-ci de l'Atlantique, son ultime LP, le kaléidoscopique Natural Phenomena, sorti l'année passée via Not Not Fun Records (lire) et dons les effluves shoegaze s'alanguissent d'une psychédélie new-age agissant dans les méandres de notre cerveau telle une infusion lysergique de pop amniotique. De passage le 7 mars à Paris sur les planches de l'Espace B (Event FB), la vancouveroise sera précédée sur scène des mancuniens d'Horsebeach. L'occasion comme il s'en fait peu à cette période de l'année de laisser derrière soi le froid pénétrant et de s'ouvrir, les yeux mi-clos, aux promesses estivales.

Mixtape

01. Hole - Clouds
02. Sleep ∞ Over - Porcelain Hands
03. Mozarts Sister - 700€GEN
04. Prince - The Beautiful Ones
05. Suicide - Keep Your Dreams
06. Maria Minerva - Mad Girl’s Love Song
07. Mariah - 少年
08. Eleventeen Eston - Panulirus Cygnus
09. Gilbert O’Sullivan - Alone Again
10. The Durutti Column - Opera II
11. Gal Gracen - Turquoise Rings
12. Sean Nicholas Savage - You Changed Me
13. Valet - Nature
14. Peaking Lights - Silver Tongues, Soft Whispers
15. Ash Ra Tempel - The Fairy Dance

Tournée

11700716_1002692203096846_6033903581831366644_o

March 5 DE Darmstadt, Oetinger Villa
March 6 NL Groningen, Noorderlicht
March 7 F Paris, Espace B (EVENT FB)
March 9 F Marseille, Les Demoiselles Du Cinq
March 10 ESP Barcelona, Heliogàbal
March 11 ESP Oviedo, Lata de Zinc
March 12 F Bordeaux, tba
March 13 F Strasbourg, Le Diamant d'Or
March 15 DE Leipzig, Pracht
March 16 DE Berlin, Heimathafen Neukölln
March 17 DE Hamburg, Hafenklang
March 18 DK Copenhagen, Drone
March 19 SWE Malmö, Inkonst


X.Y.R. - Mountain drift 2 (PREMIERE)

Habitué de labels à haute teneur lysergique tels le New-Yorkais Illuminated Paths ou encore le Californien Constellation Tatsu, et marivaudant souvent dans les eaux dévoyées des Canadiens de Jeunesse Cosmique, le Russe Vladimir Karpov se fait une spécialité toute particulière de nous envoyer paître philosophiquement dans l'espace au moyen de l’aréopage stellaire peuplant sa chambre à coucher et constitué de frustres synthétiseurs analogiques, boîtes à rythmes bricolées TR-626 et quelques pédales d'effet et micro. Le kit de l'apprenti échantillonneur de sons en somme, mais qui, entre ses dix doigts et via son patronyme mot compte triple Xram Yedinennogo Razmuwlenuja, confine au matériel idoine pour faire scintiller la voie lactée de toute sa splendeur. Cinquième LP de son cru, Mental journey to b​.​c. vient de sortir sur bandes magnétiques le 27 novembre dernier via le Not Not Fun de Britt Brown (lire) et imprime de sa patine atmosphérique une incroyable sensation de détachement et de plénitude au plus profond de notre sensibilité écorchée. Vital donc, à l'heure actuelle. Histoire de joindre la matière à la parole, la gravitationnelle Mountain drift 2 s'écoute ci-après en intégralité. Fermez les yeux, paré au décollage.

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

X.Y.R. - Mental journey to b​.​c. (Not Not Fun Records, 27 novembre 2015)

01. Teleportation
02. Exotic world
03. Underwater jungle
04. Obscure Silhouettes
05. Into the wild
06. Night drips
07. Volcano
08. Mountain drift 2
09. Mental inspiration
10. Noitatropelet