En Attendant Ana

Si Verity Susman chantait mieux, enfin juste, En Attendant Ana aurait pu être le nouveau Electrelane. Et c'est tout le mal qu'on leur souhaite, avec cette naïveté charmante qui pointe à chaque refrain comme le faux prétexte d'une vraie bonne humeur portée en bandoulière, le sourire aux lèvres. La mélodie vivace et entêtante, l'envolée fraîche et radieuse, c'est tout ce qu'il leur faut : une pop pas piquée des hannetons, un peu garage et agrémentée d'un ton lo-fi de bon aloi. On n'attend plus Ana puisque les jeunes pousses, chasse gardée Montagne Sacrée et Buddy Records, sortent leur premier album, Lost & Found, le 14 avril et livrent cet extrait exclusif, The Violence Inside... cadeau !

Agenda : release party au Chinois, à Montreuil, le 14/04 (event FB)

D’où venez-vous ?

De banlieue parisienne essentiellement, et d'un bled perdu (mais fier !) de l’Ain.

Où allez-vous ?

Là où on peut mais on évite les tunnels du métro.

Pourquoi la musique ?

On a vu de la lumière, on est rentré, c'était très cool donc on est resté !

Et si vous n’aviez pas fait de musique ?

Ce serait tout pareil mais on s'ennuierait probablement un petit peu plus.

Une épiphanie personnelle ?

Harry, I’m going to let you in on a little secret. Every day, once a day, give yourself a present. Don’t plan it, don’t wait for it, just let it happen. It could be a new shirt at the men's store, a catnap in your office chair or two cups of good hot black coffee. Like this.

Une révélation artistique ?

Le pogo d’un concert de rock californien pour la fête d’une ville perdue en banlieue, Peter Gabriel, Joan Jett et la victoire au concours de double pédale de grosse caisse avec une seule pédale.

Le revers de la médaille ?

On n'y a pas encore goûté, pourvu que ça reste comme ça !

Y a t-il une vie après la mort artistique ?

Oui, regardez Schwarzy. (et on en connaît d'autres...)

Un rituel de scène ?

Romain change ses cordes parce que sinon elles se cassent pendant le concert, Camille et Margaux fument des clopes, Antoine boit deux pintes plus un shot, Adrien trois pintes de Picon et Viktor donne des coups de tête à tout ce petit monde en gueulant des trucs idiots.

Avec qui aimeriez-vous travailler (musique et hors musique) ?

Globalement, nous ne sommes pas de grands érudits de la musique et, très régulièrement, après les concerts, on vient nous parler de groupes ou de musiciens à qui on fait penser, ou qui pourraient nous plaire. On ne connaît généralement pas, puis on rentre, on écoute et là... coup de foudre ! Du coup la liste des artistes avec qui on aimerait travailler change souvent mais, en ce moment, ce serait Verity Susman (Electrelane), Pat Flegel (Women/Cindy Lee), Katie Sketch (The Organ) ou Lætitia Sadier. Et la liste est longue encore !

Quel serait le climax de votre carrière artistique ?

Jouer en première partie d’Electrelane pour leur reformation, elle-même dûe au fait qu'on les a harcelées pour qu'elles le fassent.

Retour à l’enfance, quel conseil vous donnez–vous ?

Panique pas, tu seras toujours aussi stressé dans vingt ans !

Comment vous voyez-vous dans trente ans ?

Fatigués et de droite.

Comment voyez-vous évoluer votre musique ?

Un peu plus improvisée probablement, puisqu’on joue moins mal qu’avant

Un plaisir coupable ou un trésor caché ? (musique ou hors musique)

Un MacDo de temps en temps.

Écoute exclusive

Tracklist

En Attendant Ana - Lost & Found (Buddy Records/Montagne Sacrée, 14 avril 2018)

01. Intro
02. (Not) So Hard
03. Night
04. Re
05. This Could Be
06. Why Is Your Body So Hard To Carry ?
07. The Violence Inside
08. Tinkle Twinkle
09. Square One
10. I Don't Even Know Your Name


Mixtape : Tropical Horses

Après quelques maxis auto-produits, dont un EP en étroite collaboration avec Princesse (lire), le Rennais Max-Antoine Le Corre vient d'harnacher son projet solitaire Tropical Horses pour gagner de nouvelles contrées, délaissant la surf-pop aux salmigondis lo-fi de ces premiers ébats pour d'oblongues chrysalides psychédéliques, où de troubles mélodies émaciées se perdent dans un dédale narcotique, torsadé de fulgurances lysergiques. Avec le LP Mirador, sorti le 23 février dernier, le label Montagne Sacrée, bien aidé par celui bien en place Anywave, parie ici sur le bon canasson et n'accouche pas d'une souris, sinon d'une pop opiacée, incertaine, rétrocédant d'un même mouvement amphétamine no wave et morphine synthétique, un peu comme si Alan Vega avait un peu trop squatté à la table de Bobby Gillespie. Histoire de rentrer dans la nasse des influences ayant présidées à un tel disque, on a soutiré une mixtape au Rennais qui, c'est a noter, jouera le 22 mars à l'Olympic Café (Event FB) avec les canadiens de Blanka dont on a parlé... hier (lire).

Mixtape

01. Winter Drones - Watch Your Eyes
02. Anthony Braxton - Composition 23A
03. Throbbing Gristle - Auschwitz
04. Electrelane - The Boat
05. Jerusalem In My Heart - Ah Ya Mal El Sham
06. Swans - Just A Little Boy (For Chester Burnett)
07. Tindersticks - Friday Night
08. Food Pyramid - Southside Blacktop Beat
09. Keita Sano - Bouzouk
10. Jan Jelinek - Planeten in Halbtrauer
11. Troy Von Balthazar - The Tigers

Audio

Tracklisting

Tropical Horses - Mirador (Anywave / Montagne Sacrée, 23 février 2016)

01. Satanic Prayers
02. Your Love Is A Devil
03. Dead Gaze Exorcism
04. Here Comes Your Ghost
05. Hologram
06. River Of Sadism
07. Wild Night
08. Impenetrable Darkness
09. Depressed Is Only The Beginning


Princesse - Vivid As Fever (PREMIERE)

Validé ou non par Alejandro Jodorowsky, la seconde sortie du jeune label Parisien Montagne Sacrée, après un premier LP en collaboration avec AB records des Lyonnais de Satellite Jockey, s'instigue via une bande magnétique qui s'embobine et se rembobine autour des circonvolutions sexysensibles, selon le mot de son auteur, d'Anthony Alias Princesse. Angelot de quelques vingt-cinq balais, qui a fréquenté il y a quelques années les atours de notre e-redaction, et qui compose en toute sincérité de romantiques balades oscillant entre pop balayée de guitare et électronique à la linéarité mélancolique, Princesse divulgue par le biais de sa voix grave et sensuelle une seconde partie à son Permanent Heartbreak, déjà initié en juin 2014 et un maxi digital, et dont le second extrait Vivid As Fever, subtilement mise en images par Diva et un montage en plan fixe d'un visage à l'émotivité humide, résonne en parfait écho du bonhomme qui sera en concert le 19 novembre prochain à l'Espace B en première partie de J Fernadez (Event FB) : "Je vis dans un tout petit studio de 15 m2, aussi les gens qui me rendent visite sont directement en contact avec mon intimité : ma cuisine est aussi ma chambre, mon canapé est aussi mon lit. C’est un peu comme ça que je conçois ma musique : sans hall d’entrée ni salon, on est directement dans la chambre à coucher, tant pis pour la pudeur."

Audio (PREMIERE)

Audio

Tracklisting

Princesse - Permanent Heartbreak Part II (Montagne Sacrée, 10 novembre 2015)

01. Celle Que Tu Aimes
02. Vivid As Fever
03. Mourning
04. Rosalie (Soft Edit - feat. Tropical Horses)
O5. Losers

Princesse