MIXTAPE : Home made 09 by Aki

Oui, c'est l'hiver et il caille sévère. Fous ta chapka, sors la vodka et écoute la sélection d'Aki, tu le regretteras pas.

01 - Caroline K – Chearth
02 - In Aeternam Vale feat. Anneq - Je Ai Dissous (Page R version)
03 - Kaitlyn Aurelia Smith & Suzanne Ciani – Retrograde
04 - K-Lone & Ill Chill - Rare Jewels
05 - John T. Gast - Jah Guidance
06 - Peder Mannerfelt - Building Of The Mountain
07 - Alessandro Cortini – Ovest
08 - Deathprod - Treetop Drive 3
09 - Hex – Exotica
10 - Kyoka - Smash/Hush
11 - Marie Davidson - La Femme Écarlate
12 - Fatima Yamaha - Love Invaders
13 - Pan Daijing – Exile
14 - Not Waving - Redacted 2
15 - Manie Sans Délire – Pyre
16 - Bourbonese Qualk - Something In The Air
17 - Rezzett – Rupez
18 - Ekman - سبعة عشر
19 - Mitchell Goor - The Self Destructive
20 - Unknown - A1
21 - Years Of Denial - Metal Wave (Broken English Club remix)
22 - James Ruskin - Take Control (Surgeon remake)
23 - Alessandro Adriani - Crow (Mick Wills cut)
24 - Restive Plaggona - Muse Of Tragedy
25 - People Skills - Gunshots At Crestridge II
26 - Skinny Puppy – Politikil
27 - Youth Code - Commitment To Complications


Marie Davidson - Balade aux USA

Marie Davidson - Un autre voyage

Après un excellent premier album paru l'année passée sur Weyrd Son Records (lire), l'inusable Perte d’Identité, et déjà à l’œuvre au sein d’Essaie Pas (lire) et des Momies de Palerme, Marie Davidson fera part d'Un Autre Voyage via Holodeck Records le 14 avril prochain. Dropant en guise de preview une mise en images soignée du morceau Balade aux USA par Kaspar’89, et mariant avec une volubile dextérité spoken words, beat italo-disco et rythmique hypnotique, la gracieuse Québécoise aura tôt fait d'envoûter quiconque dans son électronique à la fois minimale et méandreuse, seyant parfaitement à l'intimité crue de ses textes, sachant qu'un troisième LP baptisé Esthétique Revisitée est annoncé en novembre de cette année sur la structure Belge précitée de Michaël Thiel.

Vidéo

https://www.youtube.com/watch?v=P9XEN5DZaps

Tracklisting

Marie Davidson - Un Autre Voyage (Holodeck Records, 14 avril 2015)

01. Boulevard Taschereau
02. Excès De Vitesse
03. Kidnap You In The Desert
04. Insomnie
05. Balade Aux USA
06. Perséphone


Who are you Weyrd Son Records?

_ever Alive_artwork_frontRencontré lors d'un concert d'Animal Bodies et Bestial Mouths qu'Hartzine organisait à l'Espace B en novembre 2012 - les premiers cités reviennent d'ailleurs à Paris flanqués de Black Bugs (Event FB) -, Michaël Thiel, venu exprès de Bruxelles pour l'occasion, n'en était alors qu'aux balbutiements de l'aventure Weyrd Son - aucune sortie n'ayant encore noirci les lignes de son discogs. L'année 2013 changera radicalement la donne : une compilation rassemblant dix-sept groupes d'ici et là et réunis autour d'un projet tribute et d'une esthétique sombre et minimale - parmi lesquels Scorpion Violente, Deathday, Led Er Est, Newclear Waves ou Mushy -, sortira en début d'année, très vite suivie par deux EP : un split réunissant l'Italienne Valentina Mushy et la Londonienne Monika Krol de Meddicine en août, puis un 45T d'une seule face de feu Linea Aspera, conjuguant synthétiseurs et noise d'un seul tenant. 2014 ne devrait pas démériter, Michaël, collectionneur et amateur de beaux objets vinyliques, ayant son plan d'attaque : un premier LP égrainé en avril et dénommé Perte d'Identité de Marie Davidson - moitié d'Essaie Pas et révélant ici une formidable écriture dans les eaux troubles de la mélancolie et de l'étrange (lire) - bientôt rejoint sur le calendrier d'un triumvirat de sorties dont le maxi Vide de Koban, formation post-punk de Vancouver, prévu pour juillet et dont l'obsédant morceau 401a est à découvrir ci-après. Profitant ce cet entretien pour faire d'une pierre deux coups, on lui a soutiré une mixtape - à écouter et télécharger ci-après - dédiée au catcheur Ultimate Warrior. Michaël Thiel est un passionné, presque héréditairement, œuvrant avec le discernement nécessaire afin d'accorder souci du détail, sélectivité, honnêteté et une certaine forme d'humour. Ce qui n'est pas rien au royaume de l'ombre.

Audio (PREMIERE)

Entretien avec Michaël Thiel

pic
Michaël, Weyrd Son est un jeune label. Peux-tu nous dire d'où tu viens, quel est ton parcours et ce qui t'a conduit à créer ce label ?

J'ai eu l'idée de créer ce projet un matin d'avril 2012, alors que se précisait l'envie de travailler sur un album hommage à mon père et à sa musique au travers de son projet cold/dark wave du début des années 80, Snowy Red. Ce matin-là, tout un tas de choses, d'envies quant à ce projet se faisaient plus précises et me faisaient fantasmer. Les groupes et artistes que je voulais inviter surtout. J'ai d'abord tenté de m'imaginer quel label aurait pu convenir pour la sortie de ce tribute. Je sentais que ça allait être compliqué de faire se rencontrer le patrimoine pur eighties et des groupes aussi variés que Bestial Mouths, Mushy, Mirror Mirror, Bright Future et autres au sein d'un label. Deux ans auparavant j'avais travaillé avec Onderstroom Records sur un coffret avec la discographie presque complète de Snowy Red. Mon premier réflexe eût été de me tourner à nouveau vers eux pour leur proposer le projet d'album hommage, mais je savais aussi que leur identité et esthétique était de creuser dans la tradition des sonorités années 80 et clairement, les groupes auxquels je pensais sonnaient un peu trop "actuels" pour eux. Et c'est comme ça que très naturellement je me suis dit que je ne serais jamais si bien servi que par moi-même et que je ne rencontrerais jamais aucun conflit avec qui que ce soit voulant m'imposer ou me refuser l'une ou l'autre chose. Surtout au vu du projet, de ce qu'il représentait pour moi, son aspect personnel et sentimental.

Quelle est l'esthétique défendue par le label ? Quels sont tes modèles en terme de maison discographique ?

Musicalement parlant, je suis à la recherche d'une esthétique et d'une démarche purement honnêtes, quelles qu'elles soient. Il faut que ce soit à la fois très fort dans les énergies, mais aussi très sensible. Ce qui, pour une personne peu habituée aux sonorités froides assistées par des machines, pourrait sembler paradoxal quand on évoque la musique électronique. Mais je pense jusqu'ici remplir cette mission, surtout en évoquant des noms tels que Mushy ou encore Marie Davidson, qui ont toutes deux une identité musicale très riche et hyper sensible, de par leurs textes et leur jeux sur les sensations qu'elles cherchent à procurer à l'auditeur.

Je reste dans une musique électronique qui peut sembler froide, mais si on s'y penche un peu, on se rend très vite compte que derrière toutes ces machines, l'apport est principalement humain, presque miraculeusement, dirais-je.

Pour ce qui est de mes "modèles" en terme de labels, je citerais sans hésitation des maisons comme Chondritic SoundIdeologic Organ (sous-label de MEGO), Sacred BonesSige ou encore Pan-Act. Tous ces labels font partie de ceux qui parviennent vraiment à donner une direction dans leurs sélections, bien que très souvent le style diffère vraiment d'une sortie à l'autre, parfois même de manière très radicale.

Comment choisis-tu les artistes avec lesquels tu travailles et quelle relation développes-tu avec eux ?

Je ne fonctionne qu'au coup de foudre. Qu'importe que le groupe, l'artiste soit connu ou non, soit une promesse de bonnes ventes ou non. Si je suis obsédé par un morceau, comme ça a été le cas dernièrement avec la musique de Marie Davidson, qui n'avait alors sorti sous son nom qu'une cassette, il y a fort à parier que je propose à son auteur de travailler sur un projet commun. Et c'est sur cette base que la relation se crée et se développe avec l'artiste ; sur un plan passionnel pour la musique. Assez souvent, la relation évolue au-delà de l'amour pour la musique et se mue en véritable amitié.

La première sortie de Weyrd Son est donc cette compilation, A Tribute To Snowy Red, réunissant Animal Bodies, Deathday, Led Er Est ou encore Mushy. Est-ce une façon de fédérer autour d'un objet une scène underground internationale ? As-tu d'autres projets du genre ?

Ce rapport à la scène underground n'a rien d'intentionnel, si ce n'est que c'est plus par là que je vais chercher et trouver des émotions fortes. C'est là que je découvre les choses qui me semblent les plus franches, honnêtes et directes, sans chercher à tout prix à plaire ou à faire partie d'une scène. Une nouvelle compilation est quelque chose qui me fait assez fantasmer, oui, car il y a  y a tant de groupes et de morceaux qui gagneraient à être transmis et écoutés. Mais très franchement, c'est un boulot colossal que de coordonner ce genre de chose, que j'ai d'ailleurs sous-estimé, qui plus est pour une première sortie. C'est une tonne d'imprévus et de contraintes (de temps surtout) qui rendent dingues quand il y a une dizaine (dix-sept dans ce cas-ci) de groupes à gérer. Donc c'est pas pour tout de suite, mais qui sait, peut-être pour les deux ans du label, voire au-delà, si les choses évoluent dans le bon sens.

Créer un label c'est avoir un rapport particulier à l'objet, le disque. Quel est le tien et jusqu'où as-tu envie de le pousser ?

C'est certain que le rapport à l'objet est manifeste. Je fais d'ailleurs moi-même partie de la famille des fétichistes du disque, voire des collectionneurs. J'aime les beaux objets en général, les posséder, et plus encore maintenant les créer. Avec Weyrd Son Records, j'ai envie de m'adresser à une clientèle qui a le souci du détail. J'aime les labels qui soignent leurs sorties, qui ne font pas QUE sortir un disque, n'hésitant pas à mettre le paquet pour faire d'un disque un objet qui se désire, qui soit agréable à la manipulation et qui se regarde autant qu'il ne s'écoute. C'est dans cette optique-là que je me dirige.

Quant à savoir jusqu'où j'ai envie de pousser cela, je sens justement que la limite s'éloigne de plus en plus au fur et à mesure des sorties. Je cherche à apporter à chaque sortie un petit quelque chose de nouveau et de différent par rapport à la précédente, afin que chaque objet ait son identité propre et sa part d'exclusivité.

Marie_Davidson_retrav

Peux-tu nous parler de tes deux dernières sorties, Linea Aspera et Marie Davidson ? Comment s'est faite la rencontre - d'autant que Linea Aspera se fait rare - et qu'est-ce qui te séduit dans leur musique ?

J'ai découvert Linea Aspera vraiment sur le tard, lors de leur ultime concert avant leur séparation. C'était lors du festival Grauzone, à Amsterdam, début décembre 2012. J'ai été très fortement impressionné par l'alliance entre la voix d'Alison Lewis, son écriture très personnelle, et les compositions carrées et sombres (mais pourtant assez pop) de Ryan Ambridge. Alison a pour moi l'une des plus belles voix que l'on puisse trouver dans le domaine de la synth music. J'ai donc été pris dans le tourbillon, à écouter leur album ainsi que d'autres morceaux exclusifs en écoute sur leur page bandcamp, également autoproduits par le groupe lui-même sous forme de cassettes très sobrement intitulées Linea Aspera I et Linea Aspera II. C'est cette dernière qui a retenu mon attention et que je me suis mis en tête d'éditer en lui donnant ses lettres de noblesse sous la forme vinyle. Au final, ça donne un trois titres (face A uniquement, face B vierge) sur un vinyle transparent avec un insert imprimé sur papier calque et artwork imprimé sur PVC. Toutes ces transparences évoquent quelque chose d'un peu fantômatique, le groupe n'existant plus à l'époque de la sortie du disque... Du point de vue du continu musical, on est dans un vrai concentré de ce que Linea Aspera sait, ou plutôt savait faire. Un titre très énervé, se noyant dans l'expérimental, un autre plus EBM et un peu menaçant. Le dernier titre étant lui instrumental, plus coloré.

Quant à Marie Davidson, je l'ai découverte en m'intéressant à tout ce qui s'approche de la scène électronique texane. Il y règne une très forte concentration de très bonnes choses en terme de sonorités synthétiques. Marie a donc sorti un premier EP sur le label Holodeck, originaire d'Austin. J'ai été immédiatement obsédé par le côté humain et intime de sa musique, sa poésie à la fois sobre et puissante, et l'humilité et la subtilité de ses sons et de ses mélodies. Très naturellement, j'ai pris contact avec Marie et lui ai proposé de travailler sur un projet, lui laissant la plus grande liberté. Nous nous sommes instantanément mis d'accord sur une collaboration, tout ça sans que j'aie même eu l'occasion d'entendre le moindre morceau ou connaître la direction du futur Perte d'identité. Tout ce que je savais, c'est que je sentais que je pouvais lui faire confiance, et lui donner carte blanche.

Aujourd'hui, quand je regarde ce qu'il en est advenu, je me dis que c'est clairement pour sortir ce genre de disque que la création d'un label trouve sa justification.

Quel est le futur proche de Weyrd Son ?

Au niveau du programme des sorties, les prochains mois vont être chargés, et ce jusqu'à la rentrée. À commencer par un 45T de Luminance, projet solo coldwave/new wave/synth pop/goth basé à Bruxelles. Sur ce deux-titres apparaît en guest Nathalie Bruno, membre du récemment défunt Phosphor. Ce disque sortira fin mai/début juin, en deux versions ; la première tirée à deux cents exemplaires sur vinyle noir, la seconde en vinyle blanc à cinquante exemplaires. Ce dernier aura une seconde pochette qui viendra par-dessus la première. Cette seconde pochette sera une épreuve négative de la première, et sera imprimée sur un film plastique transparent. Les deux superposés donneront un artwork tout noir, qui se révèlera une fois ôtée la première couche.

Pour juillet, ce sera le tour d'un EP du groupe Koban de Vancouver. Il s'agit d'un six-titres aux allures post-punk composé de boîtes à rythme, basse, guitare et de deux voix alternant l'anglais et le français. Ce EP s'intitulera Vide et annoncera la première tournée européenne du duo, qui débutera le 3 juillet prochain.

En août résonnera à nouveau l'espoir de la sortie de ce fameux coffret 3xEP de White Horse, intitulé The Revenant Gospels annoncé il y a presque un an maintenant. S'il a été maintes fois retardés, c'est parce que Ben Chisolm, le seul membre de White Horse joue un très grand rôle dans le groupe de Chelsea Wolfe. Ce groupe lui prend énormément de temps, entre les enregistrements et les tournées à répétition... La bonne nouvelle, c'est que ce projet a eu le temps de mûrir et je peux d'ores et déjà promettre que le produit final sera über classe!

Et enfin, dernier projet en chantier, une nouvelle édition de Bleak Tissue - dont on peut entendre un extrait dans la présente mixtape - premier LP de Bleak Seven, vraisemblablement pour le mois de septembre. Celui-ci va être très spécial car nous avons décidé de nous allier avec Teenage Menopause Records pour la réalisation de ce skeud ultra noisy. Weyrd Son Rec considère Teenage Menopause un peu comme son grand cousin et cela faisait un moment que nous projetions de coproduire quelque chose...

Parallèlement à ça, j'ai mes activités de DJ et commence tout doucement à faire de l'organisation d'événements, principalement à Bruxelles, avec pour partenaire Elzo Durt, le sérigraphiste fou, DJ punk/techno tout aussi maboul et seconde moitié de Teenage Menopause, pour parler une nouvelle fois d'eux.

Peux-tu nous présenter ta mixtape ?

Ca faisait un moment que je bossais sur ce truc, avec pour point de départ un monologue d'Ultimate Warrior, catcheur star du début des années 90, et ennemi juré de Hulk Hogan. C'est une de mes ex-copines qui m'a un jour montré un match de catch avec cette montagne de muscles à la crinière peroxydée et se cachant derrière le célèbre maquillage tribal, et bien que n'ayant jamais trouvé le moindre intérêt à ce "sport/show" j'ai néanmoins été séduit par le personnage barré de Ultimate Warrior, surtout pour ses monologues hallucinés où il invite ses adversaires à en découdre sur le ring.

Pour cette mixtape un peu conceptuelle, je voulais tour à tour des trucs poisseux, sombres, qui puent la pisse aux hormones, protéines et dope (Thomas Bangalter - Rectum, Future Blondes - Feather 17, Bleak Seven - Movements), de la testostérone (Dälek - Speak Volumes, Spooky - Spartan), et de la biatch (Amanda Blank - Gimme What You Got). Le tout agrémenté de moments-clés qui ont fait la légende d'Ultimate Warrior ; ses monologues décalés - dont son plus connu où il défie Hulk Hogan - comme marque de fabrique, les commentaires de son premier match contre Gibbs et en fin de mixtape, le dernier round de la Wrestle Mania VI, ravissant le titre de champion du monde à Hulk Hogan...

Quand j'ai appris sa mort la semaine dernière, d'une crise cardiaque, j'y ai mis les bouchées doubles afin de lui rendre hommage à ma manière.

Mixtape

the_art_of_weyrd_wrestling_back


VIDEOSTAR 14

Europ EuropIl n’y a pas LA vidéo de la semaine, chaque lundi, et toutes celles qui ne méritent pas d’y figurer. On arguera que tout est une question de timing et que, pour le coup, ce mois d'avril est aussi riche en sorties qu'en déclinaisons cathodiques de celles-ci. On commence avec les Hollandais d'Europ Europ (en photo) et une mise en boîte à leur image complètement marginale et fêlée de Hearing Aid squattant leur LP Repeating Mistakes sorti sur l'inévitable Enfant Terrible (lire). Tout aussi expérimental et sombre, le duo angelino formé par G. Holger et J. Short, Pure Ground, dégoise ses morceaux sur bande VHS. La preuve avec Passage 2 tiré de The Tenebrous Passages VHS pour des boys qui seront de passage le 23 mai à la Mécanique Ondulatoire sous le patronage de Teenage Menopause (Event FB). Concert encore, Soft Metals annonce sa venue parisienne et sa tournée européenne avec une vidéo de No Turning Back toujours extrait de Lenses paru l'année passée sur Captured Tracks : un délice aux synthétiseurs glacés. Raison de plus de se radiner le 24 avril au Batofar (Concours). Fraîcheur nordique, de plus en plus influencés Madchester, les trois de Lust For Youth font rutiler leurs claviers au soleil d'une pop de moins en moins caverneuse mais toute aussi obnubilante. Après Epoetin Alfa (lire), le clip d'Illumine réalisé par Cali Thornhill DeWitt donne le la d'un album à paraître le 10 juin sur Sacred Bones Records. Radotage quand tu nous tiens, on ne dira jamais assez de bien de la belle Marie Davidson qui, si elle est mariée à l'autre moitié d'Essaie Pas (lire), assène un Je ne t'aime pas comme personne, dans un fourbis électro-synthétique issu de l'écrin Perte d’Identité édité via Weyrd Son Records. Improbable mais pourtant tangible, on s'intéresse à Gary Numan et son exocet I Am Dust ouvrant Splinter (Songs From A Broken Mind), son ultime album, et porté à l'écran par Logan Owlbeemoth. Retenez ce nom, c'est un bon. Et un ami agissant sous le patronyme de TACHYONS +. Caresse dansante de cette digression du mercredi, le beau blond Damon Palermo descendu de la lune sous l'alias Magic Touch - et formant Mi Ami avec Ital - se paye une tranche de Passion via 100% Silk et un album Palermo House Gang paru le 18 mars dernier - entre house-funk et freestyle R&B. Du grand n'importe quoi diront certains, les mêmes à pleurer le grand Z.

Vidéos

https://vimeo.com/91965550

http://vimeo.com/85417766

https://www.youtube.com/watch?v=pQOQu4Fgjs4

https://www.youtube.com/watch?v=tmDMiUDm4rY

http://vimeo.com/82414588

https://www.youtube.com/watch?v=FXjM7jqv5dY#t=66

http://vimeo.com/88421218

Éditions précédentes

VIDEOSTAR 01
VIDEOSTAR 02
VIDEOSTAR 03
VIDEOSTAR 04
VIDEOSTAR 05
VIDEOSTAR 06
VIDEOSTAR 07
VIDEOSTAR 08
VIDEOSTAR 09
VIDEOSTAR 10
VIDEOSTAR 11
VIDEOSTAR 12
VIDEOSTAR 13


RE(FLUX) 13

Marc St. Gil, Lake Charles, Louisiana, June 1972RE(FLUX) n’est pas une mixtape. RE(FLUX) est un revue « passé, présent, futur » de disques que l’on ne peut se résoudre à passer sous silence. RE(FLUX) est une publication (presque) mensuelle changeant de mains et d’optique à chaque numéro. RE(FLUX) à vocation à être sommaire, partiel et subjectif. RE(FLUX) n’est pas une mixtape, mais peut s’écouter – en fin d’article – comme une mixtape.

RE(FLUX) 13

Pharmakon - Bang Bang (Nancy Sinatra)

Son album Abandon est incroyable mais au final c’est juste un mélange de Diamanda Galas et Maria Zerfall. N'en déplaise à Martijn Van Gessel du label culte hollandais Enfant Terrible (lire),  Margaret Chardiet et son alias  ont un truc, un vrai, dont recèle chaque plage de son EP Abandon paru l'année dernière sur Sacred Bones Record. Intérêt d'autant plus vivace qu'elle sera à l'affiche le 4 juin prochain de la soirée In Paradisum dans le cadre de la Villette Sonique (lire). En attendant, la New-Yorkaise nous gratifie d'une reprise d'un classique de Nancy Sinatra, Bang Bang, à l'occasion d'un quatrième volume des compilations Todo Muere qu'éditera la structure de Caleb (lire) le 18 avril, lors du Record Store Day avec Amen Dunes, Zola Jesus, David Lynch, Pop. 1280 et Lust for Youth au tracklisting.

Marie Davidson - Je Ne T'aime Pas

Déjà à l’œuvre au sein d'Essaie Pas, dont l'EP Nuit de Noces sorti sur Teenage Menopause a créé plus d'un remou (lire), et des Momies de Palerme, la Québécoise fait à nouveau parler d'elle mais cette fois-ci en solo via le label belge Weyrd Son Records. Après trois sorties en 2013 dont un split réunissant Mushy et Meddicine, la micro-structure livre Perte d'Identité et ses compositions synthétiques et poétiques telle une ode fantasmagorique à l'opacité des sentiments. Je Ne T'aime Pas et son tourbillon mélancolique figurent ici, mais finalement tout l'album aurait pu y contenir, un LP récemment dévoilé via Noisey.

Rude 66 - Radio Peace and Progress

Toujours là où il le faut, Gooiland Elektro, ramification dark-techno d'Enfant Terrible, dégoise un maxi de Rude 66, duo vétéran de la scène acid hollandaise ayant squatté les sillons du mythique Bunker Records. Ambiances sombres aux résonances gothiques, instrumentales mais accompagnées sur le reste du 12' par  Beta Evers et Sololust, Rude Sixtysix et Shaunna Lekx, que l'on croise également via diverses rééditions sur le label d'Otto Kraanen Bordello A Parigi, se produiront au Batofar à Paris dans le cadre d'une cinquième édition des soirées Rendez-vous le 9 mai prochain (Event FB).

Dust - Feel it By / Acid Freak

Le duo new-yorkais Dust fondé par Michael Sherburn et John Barclay, sporadiquement épaulé par les musiciennes Angela Chambers et Greem Jellyfish, et dont on avait évoqué non sans admiration les précédents EP Past Future et Onset of a Decimation (lire), s'invite à nouveau sur les dancefloors déviants et le label Mannequin, tout auréolé d'un 12" acid techno aussi psyché que cinématique, et dont les deux morceaux Feel it By et Acid Freak sont à découvrir ci-après. Une putain d'orgie analogique et auditive.

Stage Hands - The Populating of Empty Space

De Stage Hands, on ne sait pas grand chose, sinon que le duo composé de Brandon Locher et du multi-instrumentiste Gerald Mattis vient de Pennsylvanie et que leur label My Idea of Fun est un puits sans fond pour qui se repaît de divagations abstraites et trans-genres. Ayant sorti leur premier EP Regardless en fin d'année dernière, force est de constater que leur syncrétisme ne connaît que peu de limites, à la fois synthétique, tropical et afro-pop sur les entournures.

Colours - You Can't See Me / My Memory Is a Maze

Loin d'être un inconnu dans ces pages, l'Australien basé à Londres Tom Crandles s'échappe du duo Au.Ra qu'il forme avec Tim Jenkins pour réouvrir le chapitre Colours qu'on avait découvert via Free Loving Anarchists (lire) et depuis deux ans en hiatus. Celui que l'on avait playlisté dans notre compilation Beko il y a déjà trois ans (écouter) et qui avait bénéficié d'une mise en images de son morceau Lost in a Sea par The KVB (lire), fait paraître un 7" You Can't See Me / My Memory Is a Maze par le biais de Father/Daughter Records et entièrement écoutable ci-après. Le shoegaze ensoleillé, oui ça existe, la preuve par deux.

Thee Oh Sees - Transparent World

Grand retour des Friscains de Thee Oh Sees, qu'on ne fera pas l'affront de présenter, et qui sortiront via Castle Face Records le 19 avril prochain l'excellent LP Drop au psyché garage drôle et dopaminé. L'occasion idoine de présenter le documentaire de la danoise Ada Bligaard Søby, Petey & Ginger - A Testament to the Awesomeness of Mankind, relatant la vie de deux de ses amis, Petey Dammit, bassiste de Thee Oh Sees, et la diseuse de bonne aventure brooklynoise Ginger Partington, qui ne se connaissent pas mais qui travaillent tout deux dans l'industrie US du sexe. Du beau linge.

https://www.youtube.com/watch?v=sVBOU12OzMo

The Moles - Bury Me Happy

Attention, groupe culte alternatif australien passablement sous-coté de ce versant de l’hémisphère et qui mérite la gloire et les lauriers pour tout admirateur de Pavement. Le groupe de Richard Davies, The Moles, voit ressortir ses admirables frusques du placard indie pop par l'excellent label Fire Records qui publiera à l'occasion du Record Store Day Flashbacks and Dream Sequences: The Story of The Moles. Dont Bury Me Happy fait partie, forcément.

Slint - Pam Rough Mix Spiderland Outtake

Pour Slint il y a plusieurs options, toutes indicibles : lire ce qu'en pense Stuart de Mogwai (lire), écouter l’entièreté de la version remasterisée de Spiderland via NPR - et bordel qu'est-ce que c'est bon -, ou prendre d'ores et déjà sa place pour le 3 juin prochain à la Gaîté Lyrique (par là). Pour le reste, inutile de dire qu'on attend de pied ferme le documentaire Slint Documentary Breadcrumb Trail (lire), avec du beau monde au casting.

Mixtape

01. Pharmakon - Bang Bang (Nancy Sinatra)
02. Marie Davidson - Je Ne T'aime Pas
03. Rude 66 - Radio Peace and Progress
04. Dust - Feel it By
05. Dust - Feel it By / Acid Freak
06. Stage Hands - The Populating Of Empty Space
07. Colours - You Can't See Me
08. Colours - You Can't See Me
09. Thee Oh Sees - Transparent World
10. The Moles - Bury Me Happy
11. Slint - Pam Rough Mix Spiderland Outtake