On y était - Soirée BimBamBoum#3

bornruffians0018Photos © Patrice Bonenfant pour hartzine

Soirée Bim Bam Boum#3 : Born Ruffians, JJ, Baden Baden, Paris, Le point FMR, 21 mai 2010

Lecteur assidu ou pas de la revue pop moderne, on se doute que ce soir il va se passer un truc. Très tôt, une foule sur son trente-et-un se masse aux abords nimbés de soleil du Point FMR. Avant goût estival, chacun y va de sa paire de Ray-Ban acquise l'an passé. Baden Baden ouvre la danse danse, mais furtivement, sur la pointe des pieds, pour ne pas déranger, égrainant, le temps d'une demie-heure d'un set qu'on ne saurait qualifier de mémorable, une pop agréable mais trop courtoise pour être vedette. S'ensuit JJ, dont notre cher aki vantait les mérites en ces termes si élogieux : "cet album est à chier, comme le précédent d’ailleurs… Allez hop, gardez vos 15 euros pour sponsoriser des artistes qui en valent vraiment la peine." J'ajoute que vos quinze boules vous pouvez aussi vous les garder pour des prestations scéniques qui ressemble à quelque chose, car le duo est aussi stérile en concert que sur disque. Leur morceaux sont anecdotiques et bien peu mis en valeur par leurs films de vacances où l'on se tape l'inénarrable blonde avachie s'effeuillant dans à peu près toutes les poses. Lorsque les quatre Born Ruffians investissent le point FMR c'est une autre histoire qui débute. Une grande histoire. Celle-ci est relatée entre les lignes de la chronique de Say It, à découvrir ici, le groupe étant venu présenter cet ultime album à nos mirettes ébahies. Comme l'on dit dans le Sud-Ouest, l'essai est transformé tant la salle fut à la limite de l'apoplexie lorsque le groupe se retira pour de bon, le tonitruant Badonkadonkey balancé à la volée en guise d'adieu, sous la clameur infernale d'un public irrassasiable. Quelque part, au plus profond de nous, on fait voeux que ces quatre là gardent une telle humilité, Luke n'hésitant pas une seule seconde à emprunter une gratte et nous chanter à brule-pourpoint l'affriolant Oh Man, là, sur les rives du Quai Valmy. Pour nous, pour vous. Merci à eux.

Photos

[flagallery gid=38 name="Gallery"]


JJ - N°3

jj_no3_covNe croyez pas que la vie de chroniqueur soit aisée… Comme tout le monde, vous pointez au pôle emploi ou galérez 45 heures par semaine au SMIC horaire. Votre mec ou nana s’en fout un peu de vous parce que, franchement, le Pulitzer c’est pas pour demain. Vous passez tellement de temps à écrire que vous en avez perdu la notion de la parole. Parfois, c’est à peine si vos potes vous reconnaissent ou vous saluent, tellement vous avez changé. Vous vous prostituez pour des places de concerts, des interviews… Et vous sentez meurtri lorsque l’artiste avec qui vous avez passé la soirée la veille ne vous reconnaît même plus le lendemain. Vous sombrez dans l’alcoolisme, les stéroïdes, la malbouffe, le proxénétisme…
Mais de temps en temps, pas très souvent, mais quelquefois, un moment d’apaisement vient frapper à vos carreaux. Ce mois-ci il est personnifié par le duo suédois JJ, signant son second album sur le label qui monte, Secretly Canadian après un passage remarqué chez Sincerely Yours. Tout simplement intitulé n°3, car et oui, n°1 était en fait leur premier single. Jusqu’ici vous me suivez ?
Si le duo reste un vrai mystère se cachant derrière les initiales de Jules et Jim, en hommage à François Truffaut, leur musique flirte également avec l’irréel. Pop aérienne et doucereuse couvée d’une voix vaporeuse, on les rapprochera immédiatement des sur-buzzés The XX. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que JJ. ouvrira pour les quatre Anglais lors de leur tournée américaine. Mais moins maniérés que leurs comparses britanniques, le couple offre des mélodies un brin exotiques qui dénotent avec ce fond délicat et éthéré (Voi Parlate, lo Gioco, You Know…). Et malgré cette ambiance Sunset and Coconuts si précieuse aux harmoniques planantes de ce nouvel essai, notre séraphique chanteuse n’oublie pas de soigner ses textes abordant une très large palette de thématiques qui…
Non, non mais en fait je suis en train de me foutre de vos gueules, cet album est à chier, comme le précédent d’ailleurs… Allez hop, gardez vos 15 euros pour sponsoriser des artistes qui en valent vraiment la peine. D’ailleurs, il en faut de l’esprit pour appeler son album numéro 3, sûrement pour le dépareiller du précédent au cas où nous n’aurions pas fait la différence. Et un disque de plus à la benne… Je commence à mieux comprendre pourquoi son industrie se casse la gueule… Comme une petite envie de suicide moi aujourd’hui…

akitrash

Audio

JJ - Let Go

Video

Tracklist


JJ - N°3 (Secretly Canadian)

01. My Life
02. And Now
03. Let Go
04. Into the Light
05. Light
06. Voi Parlate, Io Gioco
07. Golden Virginia
08. You Know
09. I Know
10. No Escapin’ This