On y était : Os Mutantes & Faust à Petit Bain

On y était - Os Mutantes et Faust, les 20 et 21 novembre à Petit Bain

Comment aimer de nouveau après une longue séparation? Cette question, qui pourrait faire l'objet d'un déchirant sujet dans une émission télévisée pour mère au foyer, s'est posée tout au long de la prestation des Os Mutantes. Il était de bon ton de se retrouver dans une salle remplie de personnes fermement décidées à célébrer l'hédonisme en toute insouciance et l'hilarité à l'occasion de la 3e édition du festival How To Love à Petit Bain. Après Tahiti Boy, l'heure était à l'esprit carnavalesque et le public réservait son plus bel accueil à Os Mutantes pour communier chaleureusement et partager un moment de douce ébriété. Leur entrée, quelque peu ratée puisque Sergio Dias, n'arrivant pas à amplifier sa guitare, fut contraint de quitter la scène pour quelques ajustements, était à l'image de ce rendez-vous manqué aux espoirs ô combien déçus. Allons donc... Fallait-il vraiment s'étonner ? Quelle vaine illusion que de croire qu'ils pourraient ressusciter ou même se réinventer après tant d'années ! Du trio facétieux il ne reste que Sergio. Rita Lee et Arnaldo Battista, les anciens amants sulfureux, se sont à jamais éloignés, et Sergio porte désormais l'héritage funeste d'un groupe céleste déchu avant même d'avoir triomphé. Aujourd'hui, leur rayonnement s'étend sur toutes les contrées indés et les Os trônent désormais au Panthéon de l'Outsider. Quelles sont les raisons d'une telle fascination? Le mystère de l'incarnation reste intact.

Depuis leur reformation en 2006, deux albums ont vu le jour et le dernier LP intitulé Fool Metal Jack sorti l'an dernier et chanté en anglais, marquait un revirement important quelque peu alarmant. Malheur et damnation! Le glas sonna aux premiers riffs dignes de ceux d'un Carlos Santana, dénaturant un style estampillé qui pourtant faisait leur spécificité. Les velléités guitaristiques de Sergio s'en donnaient à cœur joie et plombaient la légèreté des douces mélodies psychés au profit d'interminables solos dégoulinants. Vade Retro Santanos Mutantes! Le plaisir qu'il prenait à jouer était pourtant évident et il s'amusait, tel un enfant, à presser indifféremment les cordes de son jouet et à appuyer sur tous les boutons.

La formation était restreinte ce soir là, seuls quatre membres officiaient, et nous étions loin du joyeux bordel foutraque et coloré auquel ils nous avaient habitués. La fantaisie n'était soulignée que par des artefacts compassés. L'adorable Sergio arborait un costume à la Paul Revere and The Raiders, accompagné de bottines à talonnettes et d'une redingote de capitaine de vaisseau en pleine époque coloniale tandis qu'Esmeria Bulgari, toute de noir vêtue, portait également des bottes montantes au fétichisme sexuel vicié, délaissant ainsi leurs traditionnelles tuniques de farfadets au profit d'un look glam outrancier.

En dépit d'une chaleureuse ambiance, je préférais rester dans mon coin et boudais bêtement comme une petite sotte ingrate, au lieu de me laisser submerger par le plaisir et me réjouir d'être en aussi bonne compagnie... J'étais en effet entourée de jeunes représentants de la diaspora brésilienne, composée à 80 % de charmantes petites soubrettes plantureuses au déhanché et décolleté vertigineux qui m'invitaient à danser. Parmi l'assemblée, Il n'y avait aucun vétéran de l'ère psyché et encore moins de garageux 60's, seulement de joyeux boute-en-train prêts à danser sur les rythmes endiablés de la Bat Macumba !

12246774_10154056360713029_4879791348332792690_n

Photo © Vincent Arquillière

Bien heureusement, dès le lendemain, Faust m'a réconciliée avec l'idée que je ne pourrai plus jamais assister à un concert de pépés. Hé hé ! Grand bien m'a fait de communier en collectivité et d'entrer dans la danse de l'irréalité. Ce groupe de krautrock a pourtant 40 ans d'existence mais il continue de croire en ses forces vives et de vouloir œuvrer pour le bien de l'humanité. Les époques changent, les mentalités évoluent, les idéologies s'alternent, les régimes se succèdent mais Le monde selon Faust s'indiffère de ces mutations. Le premier titre renommé Paris pour l'occasion, faisait écho aux récents évènements et donnait le ton de cet engagement dès l'introduction. À la fin du morceau, le bassiste Jean Hervé Péron a ensuite brandi un papier dressant la liste des grands dictateurs (déchus), parmi lesquels Augusto Pinochet ou encore le général Franco! Révélation ultime et prise de risque absolue! Engagement total au mépris des conséquences! Oui oui en effet… Faust a fauté. L'intervention était surréaliste et plutôt anachronique, mais en dépit de l'apparent ridicule de la situation, la sincérité et l'engagement était tels que nous finissions par adhérer pleinement.

L'expérience était inédite, d'autant qu'elle ne se reproduirait sans doute jamais. Leur prestation nous plongeait dans une faille spatio-temporelle pour un voyage dans un passé utopiste et antimilitariste. Nous commencions à nous prendre au jeu et à saluer leur ferveur idéologique. Le rythme martial de la batterie, martelé par le mastodonte Werner « Zappi » Diermaier nous faisait marcher au pas et facilitait cette adhésion. Cependant, les discours avaient beau être bienveillants, l'angoisse nous saisissait tout du long car leur musique était glaciale. L'effet de répétition, les collages électroniques fantomatiques, les sonorités stridentes obtenues au moyen d'objets fétiches informes et tranchants, d'écuelles en métal renversées suspendues à des mobiles, concouraient à cette plongée dans les abîmes en vue d'un fatal envoûtement. Faust a triomphé et a ravi notre âme pour la damner éternellement. Nous ne voyions plus les choses de la même façon. Un filtre abject couvrait ainsi les visages de mes condisciples qui commençait à agir de manière étrange. Un voisin se grattait frénétiquement le crâne en grimaçant notamment à l'écoute d'un extrait incorporé du document sonore d'Antonin Artaud (Pour en finir avec le Jugement de Dieu), une femme pécheresse s'est jetée tout à coup dans les bras d'un parfait étranger pour le couvrir de baisers. Je vis ensuite débouler un mec défoncé arborant un look de métalleux salafiste, tenant sa housse de guitare sous le bras, et les pires visions se bousculaient tout à coup. Je me voyais déjà, prête à bondir dans un élan désespéré, pour contenir le geste furieux d'un illuminé. L'esprit de Faust avait eu raison de moi. J'étais devenue folle à lier.

Le très beau titre éponyme et archétypique intitulé Krautrock (issu de l'album Faust IV), a clôturé ce secte.. euh set pardon et je pensais alors à la multitude de formations actuelles qui se réclamaient de cette obédience…. Finalement, leur soi disant approche passéiste, que je raillais au début de leur prestation, n'était pas irréaliste. L'histoire se répète inlassablement, à l'image de ce mouvement musical, qui ne cesse de réapparaître et dont les forces n'ont jamais été plus vives qu’aujourd’hui.

Le visage grimaçant du cynisme se propage mais l'utopisme avant/arrière-gardiste de Faust entend fortement résister à cet état irréversible des choses. Telle une poignée d'irréductibles révoltés (« Faust » signifie également « poing » en allemand ) ses membres réactivent un rêve et sont emprunts d'une ferveur qui leur donne encore à penser que l'art peut transformer le monde et qu'il peut même se fondre dans la vie. Aujourd'hui, il semble n'y avoir plus de lieu pour l'utopie, comme si nous étions imprégnés de la conviction désespérée que le monde court à sa perte et que le jugement critique tient du leurre. Les initiatives de ce type tendent à nous réconcilier avec certains principes prétendument oubliés et il ne pouvait y avoir de concert plus salutaire, en ces temps troublés, que celui auquel je venais d’assister.


Faust l'interview

Alors que Faust sort un nouvel album sur Bureau B le 28 novembre prochain, intitulé j US t et sur lequel il est possible encore une fois de s'étonner avec par exemple l'utilisation d'une machine à coudre comme métronomeet tandis qu'ils seront en concert le vendredi 21 novembre dans le cadre du festival boulonnais BBmix qui fête ses dix ans (programmation), nous avons sauté sur l'occasion pour brosser les grandes lignes d'un mouvement musical encore omniprésent et poser quelques questions au désormais duo formé par Jean-Hervé Peron et Zappi Diermaier.

Avant d’être rangé au rayon genre ou influence de l’histoire musicale contemporaine cité à tout bout de champ, le krautrock connut, en tant que mouvement, une géographie étriquée, l’Allemagne de l’Ouest, en plus d’une histoire relativement courte, se bornant à la période 1969-1975. Longtemps considérée, à tort, comme un sous-genre du rock progressif, l’avant-garde krautrock est le fruit d’une poignée de musiciens qui, s’ils ne se définissaient pas spontanément comme scène, partageaient néanmoins une approche radicalement expérimentale dans l’utilisation de nouvelles technologies appliquées à la musique (synthétiseurs, séquenceurs, échantillonneurs). S’il était d’usage, au début des années 70, de parler de kosmische Musik à l’égard de groupes tels que CAN, Faust, ou Neu!, le terme krautrock, littéralement "rock choucroute", apparaît pour la première fois au cours de l’année 1972, lorsque l’Angleterre, via le Melody Maker et le New Musical Express, se passionne pour ces formations mélangeant, dans un délire fusionnel, rock psychédélique, rythmiques funk, improvisations jazz et électronique d’avant-garde. Longtemps considéré comme péjoratif, puisqu’au départ il désignait, dans un élan de paresse, l’ensemble de la production rock teutonne, le terme krautrock apparaît pour la première fois noir sur blanc au tracklisting de l'album IV de Faust avec un morceau long d'une quinzaine de minutes en forme de véritable archétype du genre : rythmiques répétitives et mélodies lancinantes, distendues et étirées au maximum, agissant communément comme chemin le plus court vers la transe.

Faust

Au sortir de la guerre, les soldats américains, disséminés partout en Allemagne de l’Ouest, n’avaient pas seulement popularisé les chewing-gums et le Coca Cola. Ils inoculèrent au sein d’une jeunesse désœuvrée l’essence d’un mythe, le rock’n'roll que les foules vivaient jusque là soit par procuration, soit par le biais de pâles copies locales d’une Beat Music triomphante (Beattles, The Who). Le souffle libertaire balayant l’Europe en 1968 changea alors fondamentalement la donne de ce côté-là du Rhin. Tandis qu’en France, la passion du grand public ne se vouait qu’encore et toujours à des artistes recopiant les formats archi-dominants de la pop anglo-saxonne, les groupes de kosmische Musik participèrent eux à une émancipation du rock allemand vis-à-vis de ces derniers. Faust signifie "poing", signe apparent de révolte, Neu! singe le langage publicitaire avec son message le plus concis (Nouveauté !) et CAN est l'acronyme de Communisme, Anarchisme et Nihilisme. En ce sens, le krautrock doit donc être considéré comme un mouvement éminemment politique dans un pays saccagé puis séparé successivement par deux idéologies liberticides : son essence même s'apparente à un rejet envers le passé, l'establishment et une quelconque tutelle étrangère. D'ailleurs, la quantité astronomique de disques produits sur cette période peut s’analyser rétrospectivement comme une façon de dire aux Américains et aux Anglais, ça va, on se démerde, il y a de quoi faire. Le krautrock, dans sa démarche d’absorption et de recréation des genres, se mua dès 1972 en véritable raz-de-marée discographique à raison de cent cinquante disques par an, et ce, jusqu’au début des années 1980. Soit, selon le mot de Julian Cope, le "legs audacieux d’une jeunesse allemande qui piétina le passé en dansant", préférant de loin les psychotropes au déshonneur d’un drapeau entaché de sang. Il permettait la relecture libératrice des codes d’une culture importée sans jamais convoquer autrement que par la distance une identité germanique malmenée. Et si CAN refusait d’être considéré comme un groupe allemand, avançant la nationalité de leurs chanteurs successifs, le sculpteur américain Malcolm Mooney, suivi du chanteur japonais Damo Suzuki, Faust dénombrait parmi ses membres fondateurs un Français, Jean-Hervé Péron.

L’œuvre sur laquelle s’articulera la nébuleuse kraut est Hymmen, hymnes pour sons électroniques et concrets datant de 1966, du compositeur Karlheinz Stockhausen qui, dans cette création, expérimenta la technique de collages sonores, forme primitive du remix et champ d'investigation privilégié de Faust, pour martyriser l’hymne national allemand alors perçu comme un symbole d’oppression. Associé au minimalisme d’un Steve Reich et à la radicalité rock du Velvet Underground, la volonté d'expérimenter conféra toute sa spécificité au krautrock, notamment dans son appréhension de la déferlante psychédélique. Les groupes formés aux quatre coins de la RFA, comme CAN à Cologne, Tangerine Dream à Berlin-Ouest, Popol Vuh et le collectif libertaire Amon Düül à Munich, Organisation (futur Kraftwerk) à Dusseldörf, n’avaient pas conscience de telles accointances dans la recherche effrénée d'un son nouveau. Traumatisés par le Velvet Underground et par le I’m the Walrus des Beatles, Irmin Schmidt (claviers) et Holger Czukay (basse), tous deux disciples de Stockhausen, optèrent pour le rock et créèrent CAN en 1968. Peu après, une véritable scène commence à émerger sous l’égide d’un journaliste rock hollandais, Rolf-Ulrich Kaiser. Il participa, dès 1968, à l’organisation de l’Internationale Essener Songtage Festival, où, hormis quelques pointures de la mouvance underground américaine, tel Frank Zappa, de jeunes groupes comme Tangerine Dream, Guru-Guru et Amon Düül jouèrent pour la première fois devant un auditoire aussi vaste. En 1969, à l’initiative du label ouest-allemand Metronome, Rolf-Ulrich Kaiser, aidé du producteur Peter Meisel, mis sur pied le label Ohr, regroupant au sein d’une même structure des groupes tels que Kraftwerk, Amon Düül, Tangerine Dream et Ash Ra Tempel. Monster Movies (1969), le premier album de CAN, est la source d’un engouement poussant Polydor à se lancer sur le terrain du label Ohr. Loin de la supercherie commerciale, les "maestros de l’incongruité", comme se plaît à les nommer Simon Reynolds, recrutés par le journaliste Uwe Nettelbeck missionné par l'antenne allemande du label anglais, inscrivirent entre Can et Neu!, dès 1971 et leur premier album éponyme, le nom de Faust dans la sainte trinité krautrock. La même année, deux échappés du label Ohr, effrayés par la personnalité autocratique de Rolf-Ulrich Kaiser, fondèrent Brain Records et s'entourèrent du producteur Conny Plank qui attira des groupes tel que Guru Guru, Cluster et Harmonia, en plus de deux membres dissidents de Kraftwerk, le batteur Klaus Dinger et le guitariste Michael Rother. Mécontents de l’orientation tout à l’électronique prise par Kraftwerk, ils quittèrent le groupe pour fonder Neu! et la motorik, hypno-groove consacrant l’adage selon lequel la restriction est mère de l’invention.

Aguichée par un écho international sans cesse grandissant, la presse musicale anglaise s’éprenant de kosmische Musik, les majors créèrent chacune leur division consacrée au krautrock. BASF débaucha l’omniprésent Rolf-Ulrich Kaiser pour fonder l’éphémère et moins expérimental label Pilz, qui hébergea entre autres les Berlinois de Popol Vuh. Virgin, fondé en 1972 par Richard Branson et Nik Powell, se constitua un catalogue impressionnant de groupes de rock progressif et signa, dans la foulée, Faust, en grande difficulté avec Polydor, et bien plus suivi en Angleterre qu'en Allemagne. Pour preuve, les ventes de leur premier album furent ridicules de l'autre côté du Rhin tandis que le disque se répandit telle une traînée de poudre outre-Manche, à tel point que Polydor sortit leur second long format, Faust So Far, d'abord dans les bacs de la perfide Albion. Prenant le pari de vendre le trente-trois tours The Faust Tapes au prix d'un quarante-cinq en 1973, Virgin intensifia le mythe Faust puisque le disque, véritable cut-up de vingt-six segments, inonda littéralement les ondes malgré sa complexité apparente, créant aux dires de Julian Cope un véritable phénomène social puisqu'un court instant l'avant-garde pénétrait les foyers les plus normaux. La même année, alors que les disques d’anthologie s’accumulaient dans les rayons des disquaires allemands (Neu! 2, Faust Tapes et Futures Days de CAN), Rolf-Ulrich Kaiser, complètement subjugué par les attributs du LSD et s'entichant du pape américain en la matière Timothy Leary, lança un sous-label d’Ohr, Kosmischen Kuriere, embrigadant le guitariste d’Ash Ra Tempel, Manuel Göttsching et l’ancien batteur de Tangerine Dream, Klaus Schultze, dans de longues sessions d’enregistrement sous acide. En s’en appropriant le résultat sous le nom de Cosmic Joker, Rolf-Ulrich Kaiser précipita la fin de ce qu’il avait contribué à créer. Les artistes lui intentèrent un procès qu’ils gagnèrent, les contrats furent annulés par la justice allemande et Ohr dut mettre la clé sous la porte. En 1974, et alors que Rolf-Ulrich Kaiser, traqué par le fisc allemand, s’apprêtait à quitter le pays pour rejoindre Leary, Krawtwerk rencontrait un gigantesque succès international, sortant Autobahn, qui, s’il popularisa le krautrock dans sa version électronique, occulta la dimension rock d’un mouvement sauvagement mis à mal, dès 1976, par l’explosion du punk en Angleterre. En témoigne la décision de Virgin, éconduisant Faust en 1975 suite à l’échec commercial de leur album IV.

Faust 2

"Vers la fin des années 1970, il devint clair pour Kurt Enders, un chasseur de tête chez Polydor, qu'il existait un créneau pour la musique radicale des rockeurs ouest-allemand (...). Il En parla au critique musical Uwe Nettlebeck, lequel, très impressionné, voulut aussitôt transformer cela en programme d'action. Ainsi naquit Faust - d'une façon aussi froide et aseptisée que ça.  En fait, pas vraiment. C'est un formidable défi qui montre que de temps en temps, quelque visionnaire au sein d'une maison de disque peut avoir raison sur toute la ligne". Julian Cope, Krautrocksampler (Kargo & L’Eclat, 2005).

En schématisant à l’extrême, et même si sa spécificité réside dans le paradoxe "entre une discipline stricte et d’une liberté absolue" tel qu'énoncé par Simon Reynolds, le son krautrock est dual. Chacun des groupes naviguait entre les deux pôles que sont l’héritage rock et la promesse électronique. Avant le départ du batteur Klaus Dinger et du guitariste Michael Rother, Kraftwerk déployait une sensibilité exploratoire essentiellement rock. Dès Autobahn, le groupe s’engagea dans un tout électronique qui les consacra pères de la musique électronique et précurseurs de la synth-pop. L’hypnotique rock du triumvirat CAN, Neu! et Faust se distingua par la suite des divagations cosmiques d’Ash Ra tempel, Tangerine Dream, Cluster ou Harmonia, nettement plus électroniques.

Précurseur d’une musique élaborée uniquement par synthétiseur, Klaus Schulze (ex-Tangerine Dream) quant à lui devint pionnier d’une musique électronique méditative et planante. Par le biais d’Ash Ra Tempel, auquel participa Schulze, ou sous son propre nom, Manuel Göttsching explora une même voie, sortant en 1984 le prophétique E2-E4, album-morceau d’un seul tenant annonçant l’ambient techno. Si Tangerine Dream fut vite associé à la soupe New Age, Electronic Medidations (1970) témoignant cependant d’un sens expérimental centré sur les guitares et leurs déflagrations, Cluster fut l’un des groupes de la kosmische les plus en avance sur son temps. Après avoir disséqué la matière sonore sous le nom de Kluster, le duo formé par Roedelius et Moebius confectionna à l’aide de pédales d’effets et de synthétiseurs balbutiants d’hallucinants paysages sonores (Cluster IICluster 71), motifs obsessionnels de leurs compositions. Ils collaborèrent ensuite avec Brian Eno, puis Michael Rotter, sous le nom d’Harmonia, véritable proto-électronica. Suite à trois premiers albums mariant minimalisme new-yorkais et avant-garde électronique allemande, Ralf Hutter et Florian Schneider décidèrent d’engager Kraftwerk dans la création d’une musique pop entièrement synthétique. Si Autobahn, symphonie pour synthétiseurs et boîte à rythmes, leur ouvrit le chemin d’une renommée toute tracée, Trans-Europ-Express en 1977 constitua l’apothéose esthétique du groupe.

Sous la férule de Teo Macero, producteur de génie, CAN entamait d’éloquentes sessions d’improvisation dans son studio – l’Inner Space, château situé près de Cologne – qui oscillaient, avant de se muer en formules cohérentes, entre rock psychédélique, musique répétitive et expérimentations bruitistes. Si les premiers disques étaient plus arides (Mother Sky), le groove qui s’insinua dans les compositions (Tago Mago), aboutit finalement à une musique apaisée, nimbée de lumière, comme en témoigna la « trilogie Gaïa » (Future Days, Soon Over Badaluma, Landed). Loin d’une telle évolution et refusant le beat funk, Neu! fut le groupe le plus proche de CAN, déployant sa motorik au rythme de pulsations métronomiques. A mille lieux de la cohérence de Neu!, Faust pratiquait l’hétérogénéité et le collage dadaïste, au sein d’albums qui "fourmillaient de juxtapositions discordantes et de raccords cut saisissants". Selon Uwe Nettlebeck, alors interrogé par le NME, "les Faust ne sont pas des professionnels. Nous avons toujours aimé l'idée de sortir des disques qui n'avaient pas forcément une finition conventionnelle... La musique devait évoquer un enregistrement pirate, comme si quelqu'un avait saisi le groupe pendant des répétitions ou un bœuf, puis monté sauvagement différents passages". Entre crasse et esthétisme, entre méthode intuitive et volonté de transcription de la rumeur cosmique, entre sens mélodique absolu tel que révélé par l’inoxydable Jennifer, et bordel bruististe inénarrable par les mots, entre hurlements, chuintements, tressaillements et incorporations de non-instruments préfigurant la musique industrielle telle qu'instiguée par Einstürzende Neubauten au début des années quatre-vingt, Faust a toujours tracé sa voie propre, dans le halo du secret, influençant, aussi bien dans sa démarche que dans sa tonalité, Cabaret Voltaire que Throbbing Gristle.

Le son krautrock, qu’il soit kosmische, motorik ou dadaïste, traduisait une même préoccupation inconsciente : le double dépassement de la guitare comme instrument, du rock comme mouvement. Jouant de pédales d’effets qu’ils fabriquaient eux-mêmes, puis poussant les limites de celles-ci via leur table de mixage bidouillées, l’utilisation de leurs guitares présageait l’avènement du synthétiseur, voire de l’ordinateur. Le groove, l’espace et les textures du rock se trouvaient alors transfigurés par la répétition et l’hallucination, garantissant ainsi l’immersion totale de l’auditeur.

Entretien avec JHP.art-Errorist pour faUSt

Faust Jean Herve (Credit Ian Land)

Photos © Ian Land

Vous avez été à l'origine de la création de Faust en 1971. Il a souvent été écrit que Faust était une sorte de super-groupe instigué par Polydor pour s'engouffrer dans la brèche béante ouverte par Can et consorts. Avec le recul, est-ce la réalité ou est-ce un postulat historiciste visant à romancer la naissance du krautrock ?

Celui qui est vraiment le créateur de Faust, c'est notre producteur Uwe Nettelbeck, décédé hélas, sacré nom de dieu, que son âme repose en paix. C'est lui qui aura su faire converger les énergies intenses mais disparates et souvent contraires de chacun de nous, membres de Faust. Sans lui, les membres n'auraient jamais fait connaissance, sans lui, son formidable aplomb et sa perspicacité jamais nous n'aurions pu berner Polydor et les convaincre de s'embarquer dans cette folle aventure qu'est Faust. Sa femme, Petra Nettelbeck, a joué aussi un rôle discret mais essentiel, sur le plan humain. Polydor ne fut que le vecteur portant, la machine à disques qui ne veut, mais c'est dans l'ordre des choses, que faire du fric.

Comment avez-vous rencontré les autres protagonistes de Faust et quel a été votre cheminement artistique pour aboutir au monumental et avant-gardiste album Faust

Histoire banale : on fréquentait tous les mêmes bistrots, donc sans se connaître vraiment, on savait tous qui faisait quoi, où, quand. Donc quand Uwe, après avoir écouté une cassette (eh oui, cassette !) démo de Rudolf, Gunther et moi, a trouvé ça bien mais il nous a dit qu'il serait mieux d'avoir un batteur en plus. On a demandé à Zappi qui a accepté à condition que  l'organiste, Irmler, et le deuxième batteur, Meifert, soient pris avec lui. Voilà l'histoire vraie du boy-group faUSt. Faust a exigé de Polydor, par le biais d'Uwe, qu'ils nous mettent à disposition un studio où l'on pourrait vivre en commun, qu'ils financent le matos, la bouffe et qu'ils nous foutent la paix pendant un an ! Uwe a su leur faire accepter ça ! Le reste, tu connais : Faust sort Clear, le vinyle transparent avec le poing rayons-X, puis Faust fait paraître l'album So Far tout noir, puis foutu dehors, puis Virgin avec les faUSt Tapes et faUSt IV puis re-foutu dehors, etc., etc., etc.

Le Faust de Goethe pactise avec Méphistophélès. Pourquoi avoir choisi ce nom et avec qui avez-vous pactisé à l'époque ?

Pourquoi ? Parce que c'est court, percutant, et ça se prononce facilement dans toutes les langues... et puis il y a un double symbole. Faust veut dire "poing" en allemand, symbole de la révolte. Et Faust qui vend son âme pour aboutir à ses aspirations. Dans notre cas, Gretchen c'était un studio, du matos, et assez de fric pour pouvoir vivre. Le Méphisto, c’était l'industrie du disque. Assez clair et pas de remords. Je pense que finalement c'est Méphisto qui s'est fait... errr... avoir !

Avez-vous eu le sentiment à l'époque de faire partie d'un triumvirat sacré - avec CAN et Neu!...

Non , je ne savais même pas qu'ils existaient !

... à l'avant-garde d'un mouvement musical prépondérant pour encore de longues années ?

Non, on faisait notre truc, on suivait nos impulsions, on pensait à rien, RIEN d'autre que de faire la musique qui était en nous, créée par la situation politique, sociale. Nous, comme tous les artistes de tous les temps, n'étions et ne sommes que les médias d'une rumeur cosmique sous-jacente mais omniprésente.

Quel était le lien entre toutes ces formations à qui l'on a apposé les étiquettes de Krautrock ou kosmische Musik ?

Pour nous, aucun ! Nous avons vécu dans notre studio, en retrait de tout. Pas de télé, pas de journaux, pas de radio... rien. Cloîtrés volontairement avec nos chiens.

A votre égard, on lance souvent les mots de collage et dadaïsme. Votre démarche a-t-elle toujours voulu être expérimentale ?

C'est vachement difficile de répondre à ta question, parce que, vois-tu, on n'a jamais fait notre musique avec préméditation. Il n'y a pas de plan, de théorie, de préparation, de concept. Mais bon, oui, nous avons toujours préféré l'approche dilettante - c'est-à-dire dans la joie - plutôt que systématique ou intellectuelle.

Quelle place était accordée à l’improvisation et à l'incorporation de nouveaux sons et de nouvelles technologies dans votre processus créatif ?

100%. Point final !

Faust Zappi (Credit Ian Land)

Photos © Ian Land

A la fois radicale et anticonformiste, votre musique a dès le départ été distribuée à grand tirage...

Bof, t'es  sûr de ce que tu dis ? Grand tirage, c'est quoi ?

... et ce, jusqu'à ce que Virgin refuse votre cinquième album.

Dommage, parce qu'il aurait pu être super chouette... D'ailleurs il est sorti plus tard avec Recommended Records et aussi sous d'autres formes en bootleg.

Quel a été votre ressenti s'agissant de "l'industrie musicale" ? 

Tu sais, quand on a vingt et quelques ans, on s'en fout royalement... Nous n'avons jamais accepté de faire de compromis avec qui que ce soit... Elles - les industries musicales - font leur boulot et suivent leurs règles de jeu... Nous on fait kif-kif, on suit nos règles de jeu à nous... Ça a souvent fait boum-crac-on-s'casse.

Mais quelle est actuellement votre opinion par rapport à son évolution ?

Aucune idée. Il me semble que, en gros, il n'y a pas de grand changement. En ce moment, Zappi et moi, nous sommes avec le Bureau B d'Hambourg et travaillons avec Gunther Buskies qui semble être un idéaliste comme on n'en voit pas beaucoup. Ça fonctionne facile, c'est agréable.

Rétrospectivement, quel disque de Faust est le plus à même d'en définir l'essence ? L'inaugural Faust ? Outside the Dream Syndicate réalisé en collaboration avec Tony Conrad ? Ou Faust IV qui, par le morceau Krautrock, auto-référence le genre du même nom ? 

Ah là là ! C'est féroce une question comme ça ! Tu t'imagines bien que pour moi chaque album est essentiel... Comment veux-tu que je choisisse l'un ou l'autre... Demande à une mère quel enfant est essentiel pour elle et tu te ramasses au moins un sale coup d’œil ou une bonne baffe !

Entre 1975 et 1990, Faust était en hiatus. Qu'avez-vous initié personnellement durant cette période ?

C'est un secret et jamais je ne le révélerai. En tout cas, je peux te dire que nous avons pris notre pied en faisant de la musique en underground...

Et pourquoi avoir reformé Faust avec Irmler et Diermaier ?

J'en sais rien. Parfois je me dis que ç'a été la plus grosse connerie de ma vie... Parfois je pense que notre album à trois You Know faUSt est super. Je ne sais pas. C'était viscéral.

Vous venez de sortir Just en octobre dernier qui emprunte de nouveaux chemins, entre instruments à cordes et divagations au piano, bien loin de la musique bruitiste. Qu'avez-vous voulu transmettre par son biais ? 

J'aime beaucoup le mot divagation et ce serait même la réponse à ta question. En effet, nous, Zappi et moi, ne souhaitons transmettre quoi que ce soit précisément mais plutôt nous aimons nous balader musicalement sans but conscient, divaguer. Nous espérons que si vous nous accompagnez dans notre balade, ça saura vous titiller les vertébrales et exciter les cérébrales. C'est tout. Et surtout, n'oubliez pas de nous envoyer le résultat.

Vous jouez très bientôt dans le cadre du festival BBmix. Quelle est votre appréhension de la performance scénique et que cherchez-vous à (re)créer sur scène ?

Un monde inhabituel, voir même déstabilisant. Inciter notre public à larguer les amarres et prendre le large vis-à-vis de soi-même, de ses a priori, de se dilater le cœur et les oreilles, de regarder une bétonnière avec intérêt, d'écouter une machine à coudre avec amour et de sentir la chlorophylle... Tout ça dans la joie... Il n'y a rien de sérieux dans notre musique.

Vous considérez-vous comme un précurseur ?

Définitivement : non ! tout a été déjà dit et fait, nous apportons seulement une nouvelle facette à une grosse balle qui tourne depuis toujours.

Et considérez-vous toujours votre démarche, à l'image du festival que vous organisez depuis maintenant plus de dix ans, comme artiste avant-gardiste ?

Merci d'aborder le thème de l'avantgardefestival. Je l'organise en effet avec ma femme, ma fille , mon fils, mon chien... et une grosse poignée d'amis idéalistes - bon dieu, merci à tout ceux-là - depuis dix-huit ans et j'en suis épuisé mais fier comme tout !

L'avant-garde est-t-elle un concept validé par le temps ou une réalité en musique ?

En temps que mouvement académique figé, historiquement bien précis, c'est un concept qui a su s'établir internationalement et traverser quatre ou cinq générations. Pris au sens propre du terme, l'avant-garde est un élément sain, vital, créatif du pire et du meilleur. Heureusement qu'il y a des hurluberlus, des possédés, des naïfs, des génies qui transcendent toutes les valeurs établies pour aller, sans gêne, sans  scrupule, impitoyablement et sans souci de la casse, pour regarder ailleurs ce qu'il s'y se passe.

Quels sont les champs d’investigations dans la musique qui vous paraissent désormais les plus excitants ? 

Les recherches dans le silence continu et dans l'ordre dans le désordre.... non, attends !  Le désordre dans l'ordre et... Non, non, attends !  Ça y est ! Je sais : c'est... euh... c'est... merde, j'ai oublié.

Tracklisting

Faust - j US t [Just Us] (Bureau B, 28 novembre 2014)

01. Gerubelt
02. 80hz
03. Sur Le Ventre
04. Cavaquiñho
05. Gammes
06. Náhmaschine
07. Nur Nous
08. Palpitations
09. Der Kaffee Kocht
10. Eeeeeeh...
11. Ich Bin Ein Pavian
12. Ich Sitze Immer Noch

Agenda

BBMIX 2014 - AFFICHE SIMPLE