Digits - Keeping Secrets (PREMIERE)

digits_by_arnold_frolics_loQuand il ne prend pas le pouls de la création musicale alternative Canadienne via l'excellent webzine Silent Shout, Alt Altman susurre une pop romantique et synthétique par l'entremise de son projet Digits dont on s'est déjà fait l'écho, notamment s'agissant de la vidéo très réussie et complément barrée de Street Violence (lire). Faisant le pont, tant par les sonorités que par la nationalité, entre les écuries berlinoise et montréalaise Morr Music et Visage Musique, les mélodies duveteuses de l'échalas ont récemment trouvé leur quintessence sur l'EP auto-produit Only Affection paru digitalement l'année passée. Histoire d'en faire vivre ses plus beaux ornements au-delà de tout cadre formel, celui qui est aussi la moitié de Bad Passion divulgue une mise en images de Keeping Secrets - également présent sur sa mixtape Shake Your Body Down (lire) téléchargeable par ici - aux claviers tintinnabulants et enfantins, tournée dans un karaoké Thaï de Liège et réalisé par D-Mo Prod, Filmmakers Cooperative. Soit en parfait décalage ou en pleine adéquation - c'est selon.

Vidéo (PREMIERE)

https://www.youtube.com/watch?v=HLhApnIZM4k&hd=1

Audio


VIDEOSTAR 08

Videostar 08Il n’y a pas LA vidéo de la semaine, chaque lundi, et toutes celles qui ne méritent pas d’y figurer. On arguera que tout est une question de timing et que, pour le coup, début novembre, c'est toujours un beau bordel mâtiné des premières dégelées mélancoliques. Après quelques mots doux échangés, on saura ainsi apprécier, avec un amour fleurant bon le souffre, l'étonnante Winter Family se mettant en scène pour clipper la vindicative The land of the free, prélude d'un nouvel album enregistré à New-York par Ruth Rosenthal et Xavier Klaine que l'on avait, il y a deux ans, interviewé (lire), on badinera sans ciller avec l'histoire pullulant de zombies narrée par Seth Mendelson autour du morceau Say Goodbye de Digits, extraite d'un 7" du même titre, on écarquillera froidement les yeux devant la mise en images toute cheloue de la bien nommée Bizarre entonnée par la néo-berlinoise Perera Elsewhere ayant sorti son premier LP Everlast le 28 octobre dernier via Friends of Friends Music et en concert demain à l'Espace B (Event FB), on se replongera avec une joie non contrite dans les effluves san-franciscaines de l'ami Ty Segall ressortant visiblement The Man Man de son ultime Sleeper, dilapidé via Drag City, à l'occasion d'Halloween, tout comme la jeune et jolie new-yorkaise Bermuda Bonnie entubant elle aussi sa propre mort sur la vespérale The Prince And The Temptress qui anticipe de quelques mois à peine son nouvel LP, Drama 2, more Drama. Allô Houston, reçu cinq sur cinq.

VIDEOSTAR 01
VIDEOSTAR 02
VIDEOSTAR 03
VIDEOSTAR 04
VIDEOSTAR 05
VIDEOSTAR 06
VIDEOSTAR 07

Vidéos

https://www.youtube.com/watch?v=CkZQB8s8T-A

http://www.youtube.com/watch?v=QK7jOJYkn5o&hd=1

https://www.youtube.com/watch?v=mnKY6KcPfP4

http://youtu.be/kkzEBdF_3_c

http://vimeo.com/78240330


Digits - Street Violence

Digits est le projet solitaire du Canadien Alt Altman - membre du duo Bad Passions avec Lesley Davies - passant le plus clair de son temps à inoculer une synth-pop réconciliant, entre Berlin et Londres, électronica et Human League, quand il ne blogue pas pour l'excellent thermomètre de la création musicale à Toronto et ses environs, Silent Shout. Jouant sur l'anachronisme de sa démarche pour jouer des coudes sur une scène électronique sur-saturée, le prodigue Alt tente à la fois d'insuffler dans ses mélodies synthétiques un sentimentalisme tutoyant le mièvre, sans jamais s'y fourvoyer, tout en illustrant des récits à dormir debout sous la forme - antédiluvienne - d'album-concept. Il en va ainsi de Street Violence, dont le morceau s'insère dans l'ambitieux album In the City of Dead - en téléchargement libre à cette adresse - racontant l'histoire délurée d'un journaliste perclus dans la Cité des Morts - cité abandonnée à son propre sort par le reste du monde, déchirée entre politiciens véreux, bande de voyous et conciles de zombies - et obligé, pour survivre et être protégé par les gangs, de composer une bande originale à la John Carpenter pour magnifier l'activité délictueuse de ces derniers. Les quatorze chapitres de ladite anticipation ont tous été égrainés un à un via différents blogs à la fin de l'année 2012 - parmi lesquels 20jazzfunkgreats, Dummy ou No Fear of Pop - et se trouvent désormais adaptés pour certains à l'image, tel Street Violence - hommage plus qu'appuyé à The Warriors de Walter Hill - par la troupe de comédiens Tony Ho dirigée par Roger Bainbridge et Miguel Rivas. À voir, avec une mention spéciale aux femmes du Real Estate.

Vidéo

Audio