The Chap - Well Done Europe

the-chapjpegIl doit y avoir quelque chose de navrant à faire un grand disque, unanimement reconnu comme indépassable par les feux croisés de la critique, et ne pas se faire une caillasse avec. Pas étonnant donc que The Chap, quatuor partagé entre Londres et Berlin, se fende d'un nouveau disque, Well Done Europe, paru le 24 mai dernier sur LO Recordings, histoire d'essayer de capitaliser enfin sur Mega Breakfast paru deux ans plus tôt sur cette même structure au catalogue impeccable. Et pour y parvenir, ces déconneurs de première au look d'autiste ont mis le paquet, tabassant dans tous les sens le chaland d'hymnes tarabiscotés, arpentant une foultitude de genres et de sous-genres de la pop moderne tout en tamisant de leur consubstantielle ironie un sens de l'écriture pop hors du commun. Douze morceaux brossant donc à la manière d'une anthologie didactique l'éventail de leur savoir faire et de leur potentiel de faiseurs de mirages. On passe successivement, et sans plus de ménagement que les poignées de secondes séparant les différentes plages, d'une pop symphonique en apesanteur (We'll See To Your Breakdown) à une version échevelée de celle-ci (Even Your Friend), d'une électro-pop éthérée et minimale (Obviously) à une antienne nettement plus humoristique (Gimme Legs), d'une électronica sans consistance (Well Done You) à une embardée cadencée dub expérimentale (Nevertheless, The Chap) ou d'un formalisme pop-rock neurasthénique (Pain Fan) à une déferlante math-rock printanière (Torpor), et ce avant même de friser le non-sens absolu (Few Horoscope). En somme, un inventaire à la Prévert comme il n'en n'existait plus depuis Brian Van 3000, la finesse en prime. Et c'est bien là que le bât blesse, car si les doux dingues frénétiques, incapables de garder le fil de leur pensée ne serait-ce que plus de trois minutes, ont un droit de cité inaliénable, il s'avère qu'ils fatiguent irrémédiablement l'auditoire, conspuant celui-ci jusqu'à l'ennui le plus létal. Sans se rendre jusqu'aux bords de ce précipice artistique, Well Done Europe, quatrième effort du groupe, ne daigne pas s'affranchir des canons de Mega Breakfast tout en soustrayant sa substantifique moelle faisant cruellement défaut ici : la folie créatrice d'antan, débarrassée de tout symptôme épileptique, est ici traitée et canalisée, notamment par le filtre d'une production on ne peut plus clinique. Pas étonnant qu'enserré dans sa camisole, le malade divague vitesse grand V, ne se laissant pas le temps d'approfondir son saugrenu génie. Une thérapie libératrice existe pourtant. Leur renommée scénique les précède de loin et ce n'est pas une broutille d'hyperactivité cérébrale qui sera à même de la démentir. Et comme chacun sait, un concert peut changer l'appréhension que l'on a d'un disque. Réponse le 12 juin au Café de la Danse.

Audio

The Chap - Even Your Friend

Tracklist

The Chap - Well Done Europe (LO Recordings, 2010)
01. We'll See To Your Breakdown
02. Even Your Friend
03. We Work In Bars
04. Obviously
05. Gimme Legs
06. Well Done You
07. Nevertheless, The Chap
08. Pain Fan
09. Torpor
10. Maroccan Nights
11. Few Horoscope
12. Chalet Chalet


POLLYester - POLLYester

polysterVoilà une découverte qui sonne presque comme un revival. À l'écoute du premier album de POLLYester, sobrement intitulé POLLYester, on se retrouve propulsé au tout début des années 80 dans le New York de ESG. Post punk, post funk et no wave, HELLo!
POLLYester : c'est un couple de zinzins, Polly et Mooner qui organise des soirées complètement barrées à Munich (oui la bourgeoise Munich, pas le bobo Berlin), sur des thématiques comme le catch mexicain, les zombies ou les aéroports. Le duo auxquels s'ajoutent Dj Kaput et Kitt Bang, redécore un club à fond, se déguise et donne un show, entre happening arty et impro totale. Ces quatres personnages à la créativité boulimique forme une galaxie de groupes, entre punk, minimale disco et délire rythmique. Du goût pour le grandiloquent à la sauce chilly, un je ne sais quoi de tocade cabaret et des influences on ne peut plus évidente à laurée du résultat : les B52's bien sûr, Ultravox et Kid Creole, ben voyons.
Après le fantastique et entêtant Ep Round Clock, le groupe allemand au potentiel scénique très attendu compte tenu de leurs activités mensuels, nous livre un album au parti pris 80's claquant de sincérité. La boîte à rythme très groovy fait se remuer l'arrière-train moulé de très près dans une jupe rétro, les B52's traînent effectivement le coin. Kichi & Sada nous font faire un petit détour par le Japon, aux sonorité pop sucrée de ce petit groupe de filles, des copines de Sean Lennon, mais si : Cibo Matto! Dissonant ce qu'il faut, il m'est impossible de ne pas mentionner les Raincoats, allez basta avec les références!
En même temps, POLLYester doit tellement à cette époque formidable, leur son est si proche qu'on ne peut s'empêcher de l'associer à un tel ou à un autre, et c'est peut-être le seul point faible de cet album régénérant de fraîcheur tout de même. Il manque à ces teutons un je ne sais quoi de "teutonnade" peut-être, ou encore de "russitude" avec les origines de la mutine Polly. Certes, ces zozos n'habitent pas à Brooklyn, mais s'ils ne le soulignaient pas avec les titres Beuys Boys et Dietrich, on leur collerai sans problème l'étiquette. Aucune importance me direz-vous, et vous avez raison. On se fout des origines, des influences, POLLYester s'envoie en l'air sur les traces de Liquid Liquid et autres A Certain Ratio et c'est très bien comme ca. Ils accèdent d'ailleurs directement à mes playlists de soirée. La consécration en somme.

Virginie Polanski.

Audio

POLLYester - Round Clocks

Tracklist

POLLYester - POLLYester (Erkrankung, 2009)

1.Run In My Stocking
2.Erectric Guitar
3.Meditate
4.Kichi & Sada
5.Beuys Boys
6.Chew Chew
7.Billy Rubin
8.Dietrich
9.You Are Amen


Get Well Soon - Vexations

gwsEn commençant par le lyrique, somptueux et mélancolique Nausea, notre dandy blafard Konstantin Gropper l’affirme de but en blanc, les choses ne vont pas mieux pour le moment. Aurait-il pu en être autrement ? On voyait mal de toute façon Get Well Soon se transformer en Mika et le berlinois embrasser une carrière de pop-singer coloré. Et à nouveau Vexations porte les stigmates de son auteur. Un songwriting à fleur de peau, dont les mots glissent sur les lèvres jusqu’à en faire saigner. La musique de Get Well Soon porte en son sein la marque de fabrique d’une certaine tradition allemande, bien que délicatement optimiste et tournée vers de sentiments profonds, elle est également entouré d’un halo sombre et maladif. L’artiste semble chanter la joie avec toute la tristesse du monde (A Voice In The Louvre, We Are Free).
Résolument baroque, les mélodies de Konstantin Gropper, homme-orchestre et orchestral seul à bord du navire Get Well Soon, fait le grand écart entre musique classique et rock indépendant, et peint le spleen à l’aide d’une palette de couleurs délavées. On pense énormément à Piano Magic (5 Steps – 7 words), à Divine Comedy aussi (We Are Ghosts), frénésie de cabaret, dont les pathos ressurgissent de façon poétique. Vexations se dévore comme un roman qui nous serait chanté d’une voix suppliante, fabuleux cantiques enveloppées de leur mélopées enivrantes. Dépassant de loin la profondeur de Rest now, weary head ! You will get well soon, se second album à la fraîcheur et la gaîté d’une ballade nocturne dans la sylve des Carpates.

Akitrash

Audio

Get Well Soon - We Are Free

Video

Tracklist

Get Well Soon - Vexations (City Slang, 2010)

1.Nausea
2.Seneca's Silence
3.We Are Free
4.Red Nose Day
5.5 Steps / 7 Swords
6.We Are Still
7.A Voice In The Louvre
8.Werner Herzog Gets Shot
9.That Love
10.Aureate!
11.We Are Ghosts
12.A Burial At Sea
13.Angry Young Man
14.We Are The Roman Empire


Sharam Jey Feat. Princess Superstar - Monday Morning

Petite fête entre amis qui tourne au grand n'importe quoi. Le clip de Monday Morning, pépite electo trash et premier extrait du prochain album de Sharam Jey, invite Princess Superstar en fond sonore et quelques unes de ses copines allemandes à montrer leurs culotte à la petite camera indiscrète et maligne. Frustration de ne pas en avoir été  assurée.

Video


Kiki - Good Voodoo

kikigoodvoodoopost

Cette année, le label Bpichcontrol fête ces 10 ans d'existence, 10 années durant  lesquelles la maison berlinoise n'a cessé d'écrire  les pages les plus mémorables de l'histoire de la musique électronique. Après un début d'année marqué par les sorties successives des albums de Telefon Telaviv et du duo AGF/DELAY, l'armée technoïde  de la belle Ellen se prépare à lancer son nouveau Cheval de Troie. Avec Kaiku, Kiki donnera en mai une suite à Run with me et le finlandais  saura sans nul doute, une nouvelle fois, recharger les batteries des amateurs de tech-house.

AUDIO

Kiki - Good Voodoo

ALBUM

kikikaku

Kiki - Kaku (Bpitch , 2009)

01. Autumn Leaves
02. After The Storm
03. Good Vodoo (feat. Chela Simone)
04. No Words Necessary
05. Starslider
06. Immortal (feat. Pirica)
07. Death Railway
08. Twins
09. Mogadishu
10. Living On FFWD
11. Helios


Slowcream - Wax On Wool

waxalbum
Même s'il n'est guère au sommet de l'affiche, le nom de Me Raabenstein sonne désormais familièrement aux oreilles des fans d'electronica ambient, tendance jazz vs musique contemporaine. Patron du label berlinois Nonine, (co-)auteur de plusieurs sorties dont le très recommandable First Raw de Sqaramouche, il explore pour sa seconde production en tant que Slowcream la musique du début du vingtième siècle (Schulhoff, Berg), qu'il confronté dans un osé mélange au spoken word revêche et lentissimo d'un fils vocal de William S. Burroughs, le tout sur un fond dub ralenti et oppressant («Into Butter», «Mild Mountains»). D'autres instants atmosphériques fondent rapidement dans une ambient proche de Ryan Teague et de Marsen Jules, en moins bien jusqu'à l'entrée de la ligne mélodique, émouvante comme du Giuseppe Ielasi («In The Cave»). Une curiosité, qu'on aime partager les jours de pluie.

Fabrice

Tracklist

Slowcream - Wax On Wool (Nonine, 2009)

1. Punch indigo
2. Into butter
3. In the cave
4. Mild mountains
5. Luck of the north
6. On carpets
7. Wanderlust
8. Gwynplaine’s hill
9. Asymetric herding
10. Creamin’ over
11. Sacred knots

Video

[flashvideo file=http://hartzine.free.fr/videos/slowcream_nob.flv /]