Zola Jesus - Night (vidéo)

65024054_640 La part sombre des années 80 revue et corrigée par Zola Jesus, nouvelle prêtresse d'une Dark Wave revenue des enfers de l'ignorance. On attend d'ailleurs la demoiselle de pied ferme fin mai à l'occasion du festival Villette Sonique. Mais finalement la jeune femme n'est qu'un prétexte introductif pour saluer ici le travail remarquable de la vidéaste Jacqueline Castel qui, à la tête de l'agence new-yorkaise FUTURE PRIMITIVE FILMS, met en boite l'avant-garde du rock américain de Moon Duo à Blank Dogs en passant par US Girls. Les films qu'elle réalise sont de véritables expériences visuelles marquées du saut de l'intelligence artistique, expériences qui, ajoutées à celles, cette fois-ci sonores, de la musique que ces images accompagnent susciteront sans doute en vous l'étonnement et ça c'est le signe que vous n'avez pas encore totalement basculé dans ce que Georg Simmel appelait le caractère "blasé" de la vie moderne.

Vidéo

Bonus


oOoOO l'interview

ooooo

Après Cosmetics, continuons l'exploration de la face sombre de la musique de blog. oOoOO : nom énigme, line-up énigme, musique énigme... Les quelques réponses suivantes ne vous en diront pas plus sur l'identité  de la personne derrière ce projet. Cela dit, vous en saurez davantage sur ses trucs de geek de studio et son amour pour Chris Isaak et la littérature white trash....

Bonjour, tout d'abord, tu/vous peux/pouvez nous en dire plus sur toi/vous. Qui es/êtes-tu/vous ? L'image de la jeune fille dans l'onglet influence sur myspace est assez effrayante, elle fait partie du groupe ?

oOoOO : Non, mais j'aurais aimé. À l'heure actuelle oOoOO c'est juste moi, et parfois Mlle Lisa. Mais bientôt il y aura un autre membre à temps plein.

Quand j'ai montré votre myspace à mes amis, la plupart d'entre-eux se sont arrêtés sur le nom du groupe. J'ai de plus en plus de difficultés à me souvenir des noms de groupes alors le vôtre me convient, mais comment puis-je le prononcer ? Et que puis-je répondre à mes amis qui cherchent un sens ?

oOoOO : Je ne sais pas comment le prononcer. Mais ce n'est pas grave car tout se passe sur internet désormais. Les noms de groupe ne sont plus nécessaires. Il y a juste besoin d'un visuel pour identité. Ce qui est une bonne chose car je n'ai jamais été à l'aise avec les noms de groupes. La musique doit être indicible.

J'ai découvert votre musique dans un mix que mon frère m'avait fait. Le titre seaww était placé entre un track de Gatekeeper et d'autres trucs ambiant provenant du catalogue Kompakt. Je me suis dit ok, encore un titre horror électro. En allant sur ton MySpace, le lecteur s'est mis en route sur la piste No Shore, qui m'a tout de suite évoqué Boyd Rice et d'autres trucs néo folk assez obscurs. Après cela, j'ai écouté votre remix de deux vieux tracks club... un sacré grand écart. Sens-tu une filiation avec tous ces artistes et / ou ces genres ?

oOoOO : No Shore est une vieille chanson. J'avais l'habitude de faire des trucs plus orientés dark folk. Je vais y revenir un jour, mais maintenant je veux juste faire des tracks électroniques. J'aime tous les genres de musique, mais surtout les choses sombres. Je suis bon pour trouver de l'obscurité dans un rien, et parfois dans la musique la plus optimiste qui soit.

J'aime beaucoup ce travail sur les voix avec ces effets dans des tonalités graves. Comment fais-tu ça ?

oOoOO : Parfois, je bouge entièrement la totalité du morceau vers le bas, voir même je le ralenti . Il y a toujours une tentation, après avoir terminé le morceau, de rendre la version finale plus lente que prévu initialement. Tout sonne mieux comme ça. Parfois, j'enregistre la voix sur une tonalité plus élevée, puis je baisse la tonalité pour coller à l'instrumentation.

l_afec0c819dd740bd97292f06176cde18
Tu joues ça sur scène ou ça reste du domaine du studio ?

oOoOO : Pas de show pour le moment. J'ai travaillé avec un ami ces derniers temps et nous voulons mettre un set live en place ensemble. Je pense que nous jouerons quelques concerts cet été.


En naviguant sur votre myspace, j'ai réalisé que de nombreux groupes utilisent actuellement des sons de plus en plus durs et sombres. 2010 = tristesse + ténèbres ?

oOoOO : Ouais, ça semble être le cas. C'est intéressant de voir combien de personnes font de la musique sombre et étrange en ce moment. La désolation est en train de tout saturer car les gens sentent que l'illusion du progrès est terminée. L'idée de progrès est devenue quelque chose de pathétique; les seuls trucs synonymes de progrès sont désormais les espaces de stockage de plus en plus importants sur un lecteur mp3 ou les applications de plus en plus distrayantes de l'iPhone. De toute évidence nous vivons l'agonie du progrès. La plupart d'entre nous allons sans doute avoir des vies plus difficiles que celles de nos parents.

Quels sont les derniers trucs cool que tu as écoutés ?

oOoOO : J'aime vraiment beaucoup ce groupe / type appelé Balam Acab. Broadcast & the focus group ont sorti un album vraiment bon à l'automne et je commence à peine à entrer dedans. Sans oublier Tammy Wynette et Connie Smith.

l_ab320894e35e4db99dd692ec1f346e2e
En ce qui concerne la littérature, quels livres as-tu dans les mains en ce moment ? Quelles sont tes références intemporelles ?

oOoOO : J'étudiais la littérature à la fac jusqu'à ce que j'abandonne il y a environ un an et demi. Depuis, j'ai pris une pause concernant la littérature. Mais je viens de lire Veronica de Mary Gaitskill  et c'est incroyable ! Je précise, ce n'est pas du tout un grand roman, mais les observations des gens sont si cruelles, et je n'ai jamais lu quelque chose décrivant de manière aussi proche ma propre façon d'être dans le monde. C'est l'histoire de cette jeune mannequin qui hait l'ennui, le lieu stupide d'ou elle vient et les gens médiocres qui y vivent. Elle veut vivre dans une région idéale où seuls quelques élus résident et passent leur temps à rire, écouter de la musique et se bourrer la gueule pendant que  les autres pourrissent de jalousie derrière leurs bureaux de merde. Mais tout en cherchant à atteindre cet objectif, elle sait que ce désir est une sorte de maladie, et que, même si elle pouvait l'atteindre, elle serait toujours misérable.

Si tu devais résumer ta vie à San Francisco en 5 morceaux, quelle serait la playlist ?


oOoOO : Patrick Cowley - Warp Mind

Noel - Silent Morning

Cristina Monet - Is That All There Is?

Chris Isaak - San Francisco Days (Remix Drag)
(ndlr : a défaut du remix, la video de l'original en lien)

Grateful Dead - Viola Lee Blues (de la bande originale de Petulia)

Actuellement, sur quoi travailles-tu ? Quels sont tes projets pour l'avenir proche ?

oOoOO : Je travaille sur un remix pour un groupe assez connu. Une fois que j'en aurai terminé avec ça, j'ai quelques démo que j'ai besoin de transformer en chansons. Je vais sortir un EP 4 chansons sur Tri Angle Records, probablement en juin. Et j'espère commencer à jouer live.

Audio


oOoOO – NoShore

Video


Sunn o))) – monolith & dimensions (Southern Lord Records)

sunn100Le tant attendu nouvel album de sunn o)) est enfin arrivé. Il faut bien avouer que le buzz avait été savamment orchestré par le duo O'malley-Anderson : révélation d'un casting de rêve [Oren Ambarchi, Attila Csihar (Mayhem), Dylan Carlson (Earth), Julian Priester (Sun Ra, John Coltrane’s African Brass band) rien que ça], aucun exemplaire promo distribué, interview en mode « érudition complaisante » de tous les protagonistes de l'album par le web magazine The WIRE, etc... On avait pas vu ça depuis la sortie du dernier Mylène FARMER. Bref, passons.Comment aborder ce cd ? De prime abord et vu le casting, je serais tenté de dire que c'est le cd de l'ouverture (sic). Oui, oui la même qu'en politique, du moins sur le principe : on invite des individus d'un autre bord dans le but de former un groupement plus consistant. A ce sujet sunn o))) n'en est pas à son coup d'essai : une grande partie de sa discographie est parsemée de collaborations diverses et variées qui sont longtemps restées dans le domaine du métal [boris, xasthur, burzum] ou de la noise [merzbow, john wiese]. N'oublions que le duo-socle de sunn o)) est composé de deux metalheads (O'malley s'occupait d'un fanzine orienté black métal dans les 90's). L'évolution marquante du groupe sur ce cd se situe donc davantage dans la concrétisation sonore d'un rapprochement avec de nouvelles sphères musicales (jazz cosmique et chant grégorien principalement); rapprochement entrepris depuis DOMKIRKE, leur précédent enregistrement live. Ils s'en défendront peut être mais on sent quand même poindre la volonté de la part de sunn o)) de sortir du format « happening musical » dans lequel ils s'étaient enfermés (multitudes de side project à l'intérêt plus que douteux) au profit d'une formule moins linéaire, davantage axée sur des compositions abouties. Le résultat est une semi réussite et une histoire de référentiel : à titre personnel, Black One (un de leur précédent opus) est mon disque-référence dès lors que j'aborde les musiques lentes et bourdonnantes; tout y est : ambiance claustro, son monolithique, haine palpable... Au bout du compte la production un peu trop propre de ce monolith & dimensions fait perdre à sunn o)) l'avance qu'il avait sur pas mal de ses concurrents.

Audio

Tracklisting

Sunn o))) – monolith & dimensions (Southern Lord Records – 2009)

01. Aghartha
02. Big Church
03. Hunting & Gathering (Cydonia)
04. Alice


Black Cargoes - Glass (Saiko Records)

black-cargoes-glassL'histoire nous enseigne que le quatuor helvétique Black Cargoes fut responsable en 2005 d'un premier opus recommandable, du temps où seuls les deux frères Frédéric et Manuel Oberholzer en formaient le line-up. Entretemps rejoints par Mario Weiss à la basse et Grégoire Quartier à la batterie, la fratrie helvétique n'a guère musardé en chemin, produisant à quatre paires de mains ce second effort, techniquement irréprochable bien que très référencé Depeche Mode vs Sisters of Mercy vs Japan.
D'une manière plus générale, les douze compositions déclinent leurs envies electro-dark-rock sur des thèmes pas couillons du slip, à l'image du très enthousiasmant «Here», d'une percussion tranchante qui évoque allègrement la bande à Dave Gahan et Martin Gore au milieu d'une plaine de corbeaux métalleux. La moisson n'est pas toujours du même cru, notamment quand Manuel Oberholzer (aka Feldermelder quand il endosse l'habit électronique) et ses petits camarades polissons entament une ballade rocktronica qui évoque le douloureux souvenir des Teutons de Scorpions (qui a crié ouille ?). Heureusement, la post pop de «Mars» vient à la rescousse, ses airs de David Sylvian aidant, bien que l'hommage au pote de Ryuichi Sakamoto tende un peu trop à jouer de la redite («Black Waves»). Globalement, la toute grande majorité des titres tient la route de fort belle manière, fût-elle un peu trop familière aux oreilles aiguisées dans les eighties.

Fabrice

Video

[flashvideo file=http://www.youtube.com/watch?gl=DE&hl=de&v=GECLQyabIcw /]

Tracklist

black-cargoes-glass1

Black Cargoes - Glass (Saiko Records, 2009)
1. Darkened Floor
2. Three, Four
3. Here
4. Streets
5. Mars
6. Ocean
7. Black Waves
8. Rerun, Rerun
9. Lover C'mon
10. The Ravage
11. Glass
12. Twilight

achetez l'album