Pale Blue - The Past We Leave Behind

Pale Blue - The Past We Leave BehindCo-fondateur d' avec Johnny Jewel, Mike Simonetti s'est récemment barré de la machine à tube italo-disco orégonaise. On a cru un temps qu'il noyait son ressenti ou sa nouvelle liberté dans le n'importe quoi, dégoisant des fonds de tiroirs dédiés à la space music plus ou moins potables, dénommés At the Juncture of Dark and Light et débités en quatre volumes sur différentes micro-structures - respectivement sur Far Away Tapes, Grovl Tapes, Opal Tapes et Harsh Riddims - , mais non, son leitmotiv restait bel et bien son nouveau label, 2MR, doté le 14 avril 2015 d'un premier LP de Pale Blue appelé à faire date puisqu'il s'agit de sa nouvelle formation avec Elizabeth Wight de Silver Hands au casting vocal. Co-édité par son pote Mike Sniper sur Captured Tracks, ce-dernier vient d'être défloré jeudi 4 décembre avec le morceau-titre The Past We Leave Behind, soit, hasard du calendrier ou non, le même jour de l'annonce du cinquième album des Chromatics. Car si Johnny Jewel s'est mis en tête d'expédier lui aussi un quintal de compositions relativement non abouties sur son soundcloud, l'ambitieux Pierrot La Lune prévoit pour la Saint Valentin - mais bordel quelle idée naze - le successeur de l'adoubé Kill for Love, baptisé Dear Tommy et dont l'imposant tracklisting et la pochette sont à décrouvrir ci-après. Histoire de ne pas les départager trop tôt, ils sont d'ores et déjà exclus l'un et l'autre des top 2015 s'agissant des artworks.

Audio

Tracklisting

Pale Blue - The Past We Leave Behind (2MR / Captured Tracks, 14 avril 2015)

01. The Past We Leave Behind
02. The Scars
03. Distance to the Waves
04. Mia
05. Tougher
06. Myself
07. The Scars (Reprise)
08. Dusk in Parts
09. The Math
10. Rain
11. The Eye
12. Embrace
13. One Last Thing

Chromatics - Dear Tommy (Italians Do It Better, 2015)

01. Fresh Blood
02. In Films
03. Time Rider
04. I Can Never Be Myself When You’re Around
05. Cherry
06. She Says
07. Just Like You
08. 4 A.M.
09. Teacher
10. Camera
11. Dear Tommy
12. Touch Blue
13. After Hours
14. Shadows
15. In Silence
16. Colorblind
17. Endless Sleep

Chromatics - Dear Tommy


BLACK & WHITE mixtape by Johnny Jewel

De retour à Montréal après avoir parcouru en quelques semaines deux fois le tour du monde avec ses Chromatics, l'ami Jewel évoque a travers cette mixtape surprise son moment préféré de l'année, la fin de l'automne, époque où de ce côté-là du monde les couleurs s'effacent peu à peu au profit du gris et du blancs, où tout n'est plus que neige et béton, moment opportun pour s'enfermer dans un studio et s'enfiler quelques bons disques.

Audio

Tracklist

01. Lamuka (Johnny Jewel Edit) / Zazou Bikaye Cy1
02. The Fading Faces / Symmetry
03. Nuit / Xeno & Oaklander
04. The President Is Gone / John Carpenter & Alan Howarth
05. Dans Mes Reves (Test Pressing) / Desire
06. One Night At The Raw Deal 12"/ Twisted Wires
07. Ceremony (16 Track Demo) / Chromatics Feat. Ida No On Lead Guitar
08. Stars & Houses (Feeling Without Touching 12") / Glass Candy
09. It's More Fun To Compute (Symmetry Edit) / Kraftwerk
10. Home Is In Your Head / His Name Is Alive
11. Alone In The Ring / Bill Conti
12. As We Could Ever / His Name Is Alive
13. Boy Girl / Blonde Redhead
14. Afraid / Nico


Chromatics - Kill For Love

Il y a plus de vingt ans, Neil Tennant, grande gueule pop parmi tant d’autres, avouait regretter que ses morceaux soient perçus uniquement comme des machines à faire balancer les bourrelets sur les dance floors. Comme si un songwriter digne de ce nom ne pouvait donner envie de se trémousser. Il est vrai qu’il ne faut pas spécialement être Johnny Cash ou Lou Reed pour savoir épancher son spleen, se revendiquer cynique, écrire « I love you, you pay my rent ». C’est peut‑être une des raisons qui avait poussé Pet Shop Boys à reprendre le standard Always On My Mind et ainsi démontrer qu'une bonne chanson peut être dansée. S'il est dès lors un exercice que je vous conseille, c’est de dépouiller un morceau de tous ses artifices dès que vous le pouvez et de vous concentrer sur son noyau. C’est par une reprise de Neil Young que commence Kill For Love. Et si le premier titre est cette relecture d’Into The Black sobrement réarrangée, ce n’est pas un hasard… Les « Hey, hey, my, my…» nous interpellent et nous invitent à écouter cet album à plusieurs niveaux. Car si ce recueil est composé de tubes à faire hocher les têtes, il comporte des qualités d'écriture et de composition intrinsèques indéniables. Dès le début de l’année, Chromatics avait commencé à récompenser les cinq années d’attente écoulées depuis Night Drive en dévoilant quelques titres, puis en conviant très vite l’auditeur à la découverte de l’œuvre dans son intégralité (voir ci‑dessous). Kill For Love, c'est une constellation d’échardes amoureuses. Les pièces abstraites telles qu’Eleventh Hour ou Broken Mirrors, qui rappelle un certain Tick Of The Clock, lient les perles concrètes et donnent un film de 90 minutes célébrant le négativisme et l’absurde conclus par un No Escape au titre évocateur. Les sommets en termes de composition sont nombreux. Ainsi, Kill For Love, Back From the Grave, The Page, At Your Door et d’autres titres passent haut la main le test du démaquillage synthétique évoqué en début d’article. Parmi ceux‑ci également, Candy et ses notes vocales délicieusement graves, Running From The Sun ou Birds Of Paradise reflètent la tristesse et la virtuosité mélodique à leur apogée. Mais, allez savoir pourquoi, mon morceau préféré de ce début 2012 avec son atmosphère cold et ses guitares planantes restera Dust to Dust et pas seulement parce qu’il résume parfaitement l’amour : « From ashes to ashes and dust to dust, this skin is rust… »

Audio

Vidéos

Tracklisting

Chromatics - Kill For Love (2012, Italians Do It Better)

01. Into the Black
02. Kill for Love
03. Back from the Grave
04. The Page
05. Lady
06. These Streets Will Never Look the Same
07. Broken Mirrors
08. Candy
09. The Eleventh Hour
10. Running from the Sun
11. Dust to Dust
12. Birds of Paradise
13. A Matter of Time
14. At Your Door
15. There’s a Light Out On the Horizon
16. The River
17. No Escape


Chromatics - Into The Black


Depuis l'annonce en octobre dernier de la sortie imminente de Kill For Love, attendu successeur de l'inoubliable Night Drive, nous n'avons eu de cesse de nous demander si ce nouvel album de Chromatics méritait notre impatience, fébriles que nous étions à l'idée d'être possiblement touchés par la déception après l'écoute d'un premier extrait ni vraiment bon ni tout à fait mauvais. C'était sans compter sur un second extrait lâché par l'ami Jewel, nous offrant par là-même la deuxième bonne surprise du week-end après l'annonce de la mort de Whitney. Petit bijou improbable en forme d'élégante réinterprétation d'un classique de Neil Young, ce titre porté de bout en bout par la voix troublante et réconfortante de Ruth Radelet est, on l'espère cette fois, l'incipit d'un nouveau chef-d’œuvre.

Audio

Vidéo