Trésors - Once A Believer (PREMIERE)

DSC01296_04_HD

All photos © Sébastien Roussel

Dès l'origine de leur projet à deux, Adrien Durand et Adrien Kanter ont envisagé Trésors comme une libération d'eux-même et un aller simple pour ailleurs. Pour tout bagage, quelques synthés et boites à rythme mais surtout l'envie de s'ouvrir à une multitude d'influences afin de rendre plus nette et personnelle leur synth pop dense matinée d'un esprit post-punk fait successivement de lutte et d'abandon. Jamais avare d'échanges, le duo a ainsi pris plaisir à convier sur ses différents singles des musiciens de tous horizons pour venir encore enrichir cette recherche électronique partie de zéro. Après Missionnaires en 2012, Trésors revient le 6 juillet prochain chez Desire Records (CD / LP / Digital) et BLWBCK (K7) avec un deuxième album au titre aussi clair et sans détour qu'un nom sur une pierre tombale : Adrien.

Dans cette nouvelle étape de leur voyage initiatique, Trésors convie un partenaire de longue date, le producteur parisien Holy Strays, pour la confection de Once A Believer, premier single tiré de l'album à venir. Si la tentation électronique était claire sur les premiers mouvements du duo, Once A Believer semble porter les musiciens vers un mélange bigarré où le chant d'outre-tombe réveille un paysage sans vie, où les riffs de guitare presque noise viennent se fracasser sur des synthés en suspension, à l'influence ambient évidente. L'amplitude de Once A Believer semble annoncer un nouveau virage dans le parcours du duo, revenu du tout-électronique et conviant plus ouvertement les influences rock du duo enrichie de cette identité synthétique éprouvée sur les précédentes sorties ces cinq dernières années.

Fidèle à sa démarche, Trésors s'entoure de trois groupes pour plonger Once A Believer dans des bains de culture et disséquer le morceau dans tous les sens. Si Saaad propose un remaniement ambient / drone dansant de qualité, bâti autour de ce groove hypnotique d'une simplicité mais d'une puissance évidente, contrebalancé par l'énergie destructrice du remix proposé par le duo d'énervés Warsawwasraw, la mixture expérimentale touche-à-tout du duo lillois Puce Moment reste plus difficile à comprendre dans son ensemble ; semblant un peu perdu entre les couches du morceau original sans parvenir à clairement tracer une ligne différente et personnelle, au bout du compte.

Once A Believer et les remixes seront disponibles en digital le 15 juin prochain via Desire.

Audio (PREMIERE)


Trioskyzophony 1.0 - Improvisations 1 & 2 (PREMIERE)

Trioskyzophony

Véritable vétéran de la scène rap française, actif depuis plus de 20ans, D' de Kabal aura souvent évolué en marges d'un genre exploré à sa façon : toujours avec beaucoup d'émotions et d'engagement, testant ses limites sur le fond comme sur la forme, dans une recherche de sens jamais véritablement terminée. A la frontière du slam et d'autres exercices stylistiques où le texte joue un rôle central évident, il rencontre Blade MC (Diaspora Rockers) et Raphael Otchakowski (ex-batteur du groupe black metal Plebeian Grandstand) avec qui il monte Trioskyzophony 1.0.

Pour ce nouveau projet porté par les défricheurs Toulousains de BLWBCK que l'on ne présente plus, si la voix de chacun des protagonistes demeure l'élément central, la construction de thèmes explicites n'a plus vraiment court. Trois MCs adeptes de beatbox en tout genre équipés en tout et pour tout de quelques loopers vont donner naissance à une autre forme d'expression vocale loin des poncifs du genre. Souvent résumé à quelques gimmicks clownesques sans intérêt, le beatbox trouve ici une véritable finalité dans la construction d'un panorama à la frontière de l'expérimental, l'ambient et les inspirations ritualistes évidentes.

En deux improvisations de 15 minutes chacune, Trioskyozophony propose plusieurs explorations d'un monde imaginaire où le rythme porte presque tout. Les trois voix semblent proposer une infinité de combinaisons qui rend la transe virtuellement interminable pour celui qui ne craint pas de se laisser embarquer. L'auditeur se retrouve au milieu d'une cérémonie occulte, entouré de faux tambours, de bruits étranges, entre la voix, le bruit, l'absence de repères et l'envie de se laisser porter au loin, suivant les voix qui disparaissent dans les vapeurs de fumée s'élevant dans la nuit noire.

Prémices d'un nouveau projet travaillé aussi pour le live, Trioskyzophony surprend et déroute. Son approche singulière balaye l'envie d'ignorer avec force tout ce qui peut porter le nom de "beatbox" et autorise l'auditeur exigeant à se confronter à cette musique sans sons, créative et inspirante comme peu le sont. Et puisque l'on sait que cette première tape chez BLWBCK n'est qu'une introduction qui devrait ouvrir la voie à d'autres enregistrements, inutile de préciser que l'on s'attend justement à de nouveaux développements inattendus du côté du trio.

Audio (PREMIERE)

Vidéo

https://vimeo.com/100708242

Tracklisting

Trioskyzophony 1.0 - Improvisations 1 & 2 (BLWBCK, 2 mars 2015)

01. Improvisations 1
02. Improvisations 2


Sundrugs - Low (FULL STREAM PREMIERE)

Le producteur polonais Patryk T Kawalarz, à la manœuvre sous le patronyme Sundrugs, revient le 31 octobre avec le LP Low sur BLWBCK après une première cassette, Hidden Scenes, parue en avril 2013. A la fois austère et glacial d'approche, ce premier effort se révélait à l'écoute attentive aussi intime qu’introspectif, ne révélant qu'au prix d'un abandon le plus total à ses drones éthérés et mélancoliques, les volutes insondables séparant avec une grande porosité les sentiments et la mémoire, la dépression et les émotions. Sans forcément bazarder une telle force immersive, Low est animé d'une variété de lumière, d'une variation de coloris sonores et de rythmes, qui confèrent à l'image de l'artwork du disque, un biais d'entrée différent dans l'ambient ici professée : si Hidden Scenes était rivé à la profondeur de l'être, caressant mentalement les doutes inhérents à l'action humaine, Low s'adresse au ciel, à l'extériorité, sans doute au devenir. Tout aussi impalpable, les fenêtres ouvertes du long de ces dix morceaux aux textures réverbérées hétérogènes constituent la parfaite bande-son pour la découverte d'une nouvelle Amérique, fût-ce de nuit et à tâtons. Et si l'ensemble du LP converge vers l'immense 2082, à la fois courte et longue de vingt minutes, l'ensemble dénote de quelques mesures étonnantes (Billion Of Light Years ou Somnolence Airlines) en plus de nombreux moments forts (Cheating The Bats, Escape N/A). Si un jour la musique drone-ambient devenait le nouvel eldorado, les Toulousains de BLWBCK seraient roi.

Full Stream (PREMIERE)

Tracklisting

Sundrugs - Low (BLWBCK, 31 octobre 2014)

01. •••
02. Further
03. Cheating The Bats
04. Billion Of Light Years
05. Melanistic Aberration
06. Vanishing Point
07. Escape N/A
08. Let’s Can’t Sleep Together
09. Somnolence Airlines
10. 2082


Muhd - Dilogia (FULL STREAM PREMIERE)

MUHDMuhd sort le 15 octobre prochain en format cassette son premier album Dilogia sur BLWBCK. Opérant déjà au sein du groupe noise hardcore Cortez et ayant déjà un patronyme solitaire avec Consor, responsable notamment du très électronique Mesantropia paru en 2006, le résident suisse Samuel Vaney a récemment plié les gaules des blanches vallées helvètes pour un Singapour que l'on ose imaginer un tantinet plus bruyant et remuant. De là sans doute lui est venu ce besoin de bâtir le refuge ambient Muhd, sorte de fenêtre solitaire ouvrant contemplativement sur un espace-monde infini : Dilogia fait baisser le rythme cardiaque de quiconque s'y attelle avec la ferme volonté de s'y perdre, de ne pas refuser le souffle enveloppant d'une distorsion diffuse, vaporeuse et vertigineuse. Severing ouvre la voie dans un brouillard blême, Orthorexia Nervosa creuse cette complexité cathartique entre vagues saturées et pulsations rythmiques, tandis que Kychtym clôture un disque qui n'aurait jamais du finir, avec une guitare ascensionnelle se délitant d'elle-même une fois atteinte la cime. Flanqué d'une telle emphase émotive - l'emodrone pour les guichetiers - n'importe quel paysage désolé devient poétique, profondément évocateur, à tel point, qu'encore une fois, on se prend à ressasser le slogan qu’appose BLWBCK (lire) à son site internet : life is a walkman.

Audio (FULL STREAM PREMIERE)

Tracklisting

MUHD - Dilogia (BLWBCK, 15 octobre 2014)

1. Severing
2. Komorebi
3. Orthorexia Nervosa
4. Dalhem
5. Side Effect
6. Kychtym


Toucan - De Nuit (PREMIERE)

Le quintet Toulousain Toucan, réunissant Jérémie Ruiz, Alexandre Berenguer, Luc Ferré, Maël Pretet, Clément Cathala autour d'un rock progressif influencé sans être nostalgique, sortira le 16 juin prochain via BLWBCK (lire) son premier EP cassette, De Nuit. Une tape où rien ne se ressemble, sinon les aspérités instrumentales, les ambiances lysergiques et ce goût immodéré pour les fenêtres ouvertes, où l'on s'enfonce dans les effluves vespérales à pas de course avec Autopista et Cascadent Lumière et où l'on rêve les yeux ouverts avec Traum, où s'insinue un vibrant saxophone et où la basse se dessine omnisciente, où la guitare pèse de tout son poids sur les arrangements signés Luc Ferré (Plebeian Grandstand, Jean Jean, Sed Non Satiata). A découvrir intégralement ci-après, De Nuit, voie médiane entre le space rock de Zombi et le post-rock de Maserati, s'écoute de préférence de nuit. On l'aura compris.

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

Toucan - De Nuit (BLWBCK, 16 juin 2014)

1. Autopista
2. Neo-Seoul
3. Cascade Lumière
4. Toundra Express
5. 99 Parsecs
6. Traum



Notice: unserialize(): Error at offset 94 of 1566 bytes in /home/experime/hartzine.com/wp-content/themes/uncode/partials/elements.php on line 700

Cétieu - Ceiling City (for Pan•American) (PREMIERE)

Cétieu - Ceiling StoriesTekla Mrozowicka est polonaise, musicienne, poète et peintre, elle s'inspire de la nature, sans autres filtres que ceux révélés par la brume et le crépuscule, elle aime les chats, les chiens et les effluves sonores à la fois oniriques et sensibles, introspectives et cinématiques. Sa musique - jouée selon trois anagrammes patronymiques interchangeables técieu, cétieu et éctieu - est la somme de ses penchants, dépeignant selon un impalpable détachement, d'oblongues formes musicales gommant tout sens mélodique sur l'autel de respirations drones, profondes, enveloppantes et méandreuses. Dernier épisode de son imposante discographie - comptant plus de vingt-quatre références - une cassette à paraître le 23 avril prochain sur le label toulousain BLWBCK, intitulée Ceiling Stories, et dont Ceiling City (for Pan•American) - ci-après visuellement et virtuosement adaptée - en constitue l'inaugurale missive entre grâce céleste, voyages intérieurs et réminiscences ondoyantes.

Vidéo (PREMIERE)

http://www.youtube.com/watch?v=ksENtBaNazQ

Tracklisting

Cétieu - Ceiling Stories (BLWBCK, 23 avril 2014)

01. Ceiling City (for Pan•American)
02. Waiting for somebody or something
03. Sleeplessness
04. Flyermelon
05. The Dreamers
06. Self-portrait
07. Chrysanthèmes


Fausto Maijstral vs Sádon

Fausto Maijstral - FrontD'un côté Fausto Maijstral, duo berlinois composé de Du Champ et Will Gresson, de l'autre Sádon, entité russe partagée par Donat Mavleev et Sanya Vorobey. Deux dénominateurs communs, un penchant pour les drones électriques, voir synthétiques, et une terre d’accueil, l'hexagone, où séjourne leurs labels respectifs, La Station Radar et BLWBCK. L'air de rien, en France, la musique expérimentale, nourrie d'improvisation, passionne et engendre de belles histoires telles celles de leurs albums à voir le jour les 27 et 25 janvier prochains sur ces deux micro-structures qu'on ne présente plus (lire ici et là). A la fois méandreuses, obscures et mélancoliques, leurs compositions bien que différentes dans leur chimie intrinsèque - Fausto Maijstral s’imprègne des silences, Sádon étire le bruit - n'en restent pas moins les plus courts chemins vers l’introspection, la méditation et le rêve. De quoi occuper sans ciller nos longues nuits d'hiver.

Audio

Tracklisting

Sádon

Fausto Maijstral - s/t (La Station Radar, 27 janvier 2014)

A1. Lucky 15
A2. Naval Reserve
B1. Kesington
B2. Epitaphium

Sádon - Fire+Water (BLWBCK, 25 janvier 2014)

FIRE
A1. Desolation
A2. Condor
A3. Nameless Soul
A4. Dernier Refuge

WATER
B1. Water Starter
B2. Born In The Barrel
B3. Sleep
B4. Quit Heaven


ZENИTH feat. ALMEEVA - Iceberg

Partie prenante de la monstrueuse et expérimentale compilation Sequence6 - éditée en mai dernier via le bandcamp du blog/label Futuresequence - , Iceberg du duo toulousain ZENИTH, rejoint pour l'occasion au chant par Gregory Hoepffner d'ALMEEVA et à la guitare par Gregory Buffier de SAÅAD, vient de trouver avec superbe un vaporeux écrin filmique, signé Gregory Hoepffner, mettant en relief la mélancolie de l'absence inhérente au morceau. Plongée gravitationnelle et visuelle de mise donc pour les effluves drone instiguées par Tony Llados et Guillaume Sauvage que l'on avait déjà évoquées à l'occasion de leur ultime EP cassette Ritual paru via BLWBCK (lire).

Vidéo (PREMIERE)

http://vimeo.com/78164417


Appalache - Achievement March (STREAMING PREMIERE)

Celui dont on avait observé les prémisses de la mue stylistique avec son LP Sourire - co-réalisé par Bookmaker Records et BLWBCK (lire) - revient avec un nouvel album dans l'escarcelle, à la fois plus abouti et définitivement libéré du post-rock d'alors, aussi aride que cathartique. Julien Magot, sous le patronyme d'Appalache évoquant l'immensité étasunienne, se libère littéralement de toute contrainte afin d’apposer son chant sincère et pénétrant dans un entrelacs de guitares lo-fi, résonnant tel le double trituré d'une sensibilité poignante. On ne sait d'ailleurs pas trop pourquoi, mais à l'écoute répétée de cette cassette à paraître le 28 novembre prochain sur le seul BLWBCK, on l'imagine telle une réplique charnelle au récent et instrumental Southern Lights de Johnny Hawaii sorti le 30 septembre dernier par Hands in the Dark (lire). Si ce dernier s'immisce à merveille lors de flâneries estivales et lascives, les jambes recouvertes de sable, Achievement March en constitue l'exact contrepoint, à la fois heurté et intime, cru et passionnel : la douce fumée fait place à l'alcool délétère, la paisible amitié cède le pas à la solitude contrite. À l'écoute d'Acquire Peace, véritable sommet inversé du disque, on ne peux qu'esquisser les traits d'une infinie mélancolie, où dans le dénuement le plus total - un bruissement de cordes - la voix du jeune Parisien déchire le silence et entraîne l'auditeur dans une confusion brutale et immersive. Le voyage, initié dès l'électrique et entêtante Escape Baby, se poursuit avec la rassérénée Victoire - dont les premières notes semblent étonnamment proches d'une intro de The XX - répondant à la très panoramique Assessment For Life. Double Up obscurcit à nouveau le ton, quand le diptyque conclusif associant Emptiness à Pays Double When You Are Free fait superbement écho à la précitée Acquire Peace, tirant sur une corde émotionnelle à tout moment prête à lâcher. Avec ou sans nous, Julien Magot ira loin.

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

appalache-2013©gregory-hoepffner

Appalache - Achievement March (BLWBCK, 28 novembre 2013)

1. Escape Baby
2. Dignity
3. Orange Part I
4. Acquire Peace
5. Victoire
6. Bonjourno
7. Assessment For Life
8. Double-Up
9. Orange Part II
10. Emptiness
11. Pays Double When You Are Free


Stitched Vision - The Greatest Depth (PREMIERE)

Stitched VisionJ’aimerais vraiment qu’on travaille avec lui… J’ai écouté ses cassettes en boucle et je ne jetterais rien. J’ai essayé de le contacter plusieurs fois, sans succès. C'était il y a un an et demi et Romain, l'un des trois instigateurs de BLWBCK alors interviewé (lire), était encore loin de se douter que son label sortirait la cassette Headland, le 21 septembre prochain, de Jason Campbell caché derrière le patronyme Stitched Vision. De l'eau a donc coulé sous les ponts de la Garonne, et la structure au fort accent toulousain s'est entichée plus que jamais des chrysalides telluriques de l'Australien, sculptées dans d'épaisses lignes de synthétiseurs analogiques, doublées d'arpeggiators et de pads saturés. Un voyage contemplatif et introspectif récemment défloré avec la vidéo de Crossing Over et aujourd'hui un peu plus dévoilé avec la profonde expiration initiée par The Greatest Depth, en écoute ci-après.

Audio (PREMIERE)

Vidéo

http://vimeo.com/44866829

Tracklist

Stitched Vision - Headland (BLWBCK, 21 septembre 2013)

01. Lay Down on the Sand
02. Crossing Over
03. The Greatest Depth
04. Repose
05. Coastal Plains


Boyfrndz - Moving Parts / Daughter

BLWBCK040-coverLe trio d'Austin Boyfrndz, inoculant par le biais de Scott Martin des vocalises qu'Animal Collective ne renierait pas dans un math-rock vacillant, vient de sortir le 16 juin dernier, via le label Blwbck (lire), l'EP Nature. Produit par l'ex-Mars Volta Ikey Owens, ledit maxi s'inscrit telle la première pierre dans un "cycle estival" du label dérogeant quelque peu à son esthétique expérimentale, et révèle une complexité dans le dimensionnement des mélodies plongeant l'auditeur à la fois dans le chaos et l'évidence. Moving Parts, transposé à l'image par Sean Stout de Terror Eyes TV, se révèle un maelström d'hybridations noise, punk et rock progressif tout aussi addictif que n'est dérangeante son adaptation vidéo. Daughter, dans sa longue maturation aux accents heavy, enfonce le clou.

Audio

Vidéo

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=q6vVJnT0I_Q

Tracklist

Boyfrndz - Natures (Blwbck, 16 juin 2013)

01. All Get Out
02. Moving Parts
03. Daughter
04. Take The Arm
05. Water Weight


ZENИTH - Wind

Le duo ZENИTH, composé de Tony Llados et Guillaume Sauvage, sort Ritual, cassette EP en édition ultra-limitée, le 19 avril prochain via BLWBCK. Si les chemins empruntés peuvent s'avérer ultra-éculés - les groupes post-rock/drone n'étant pas ce qu'il y a de plus rare parmi les moutons de panurge -, la formation toulousaine réussit le pari d'inoculer une bonne dose de mélancolie dans les entrelacs de ses compositions, conférant à celles-ci une intensité dramatique magnifiée par des rythmiques lentes et rampantes et que la captivante vidéo de Wind, second extrait de Ritual après Moon, délaye, à l'aune d'images floutées en clair-obscur.

Vidéo (Première)


BLWBCK mixtape

 

01. Painting By Numbers - Banana Ray
02. Karelle - Visite Écourtée
03. Noir CÅ“ur - Hizzouse
04. Metal Alvin - Water Silver
05. Metal Alvin - Breaking
06. Appalache - Dimensions Of Truth
07. Saåad - Missing Parts (Jam VI)
08. Stitched Vision - Glass Palace*
09. Demdike Stare - Hashshashin Chant*
10. Papi Slow - After All
11. Do Make Say Think - The Landlord Is Dead*

* Titres non parus sur le label.

01. Painting By Numbers - Banaray Ray

Un des trois titres inédits de la réédition du 2008-2009 de Painting By Numbers. Comme le reste, c'est issu des sessions live et improvisées enregistrées entre 2008 et 2009.

02. Karelle - Visite Écourtée (BLWBCK, 2012)

Premier extrait du nouvel EP, Disparition de Mu & Vu. On retrouve son électronica lente et 'spleenesque', mais comme on peut l'entendre sur ce titre, une grande place a été laissée à la voix et aux mélodies.

03. Noir CÅ“ur - Hizzouse (BLWBCK, 2012)

Extrait du premier EP de Noir Cœur, Jahnimal. Derrière ce titre énigmatique, des nuages de voix et de synthé sur un beat chaloupé. Une impression d'été en slow motion.

04 & 05. Metal Alvin - Water Silver/Breaking (BLWBCK, 2012)

Les deux chansons qui ouvrent l'album de Molly et qui illustrent parfaitement cet opus aux multiples facettes : pop, noise, lo-fi, folk...Et puis cette voix...

06. Appalache - Dimensions Of Truth (BLWBCK, 2012)

Extrait de l'album Fue de notre ami Julien Magot sorti le mois dernier et déjà épuisé. Son disque le plus sombre et aussi le plus électrique.

07. Saåad - Missing Parts (Jam VI) (BLWBCK, 2011)

Extrait de l'EP Delayed Summer sorti en décembre dernier, compilation d'improvisations enregistrées à l'été 2011.

08. Stitched Vision - Glass Palace (Eternal Solitude, 2011)

Romain : J'aimerais vraiment qu'on travaille avec lui... S'il nous écoute... J'ai écouté ses cassettes en boucle et je ne jetterais rien. J'ai essayé de le contacter plusieurs fois sans succès.

09. Demdike Stare - Hashshashin Chant (Modern Love, 2011)

Adrien : Une discothèque avec un sol bien dégueulasse.

10. Papi Slow - After All (BLWBCK, 2012)

Extrait du premier EP de Papi Slow à venir au printemps. Un disque pour faire l'amour à même le sol devant la cheminée.

11. Do Make Say Think - The Landlord Is Dead (Constellation Records, 2000)

Simon : Simplement parce que Constellation fait partie de nos modèles... Ou plutôt un idéal impossible à atteindre...


Who are you BLWBCK ?

Notre activité d'organisateur de soirées nous demande parfois de replacer nos critères artistiques dans une démarche hyper terre à terre qui se résume souvent ainsi : "On a un groupe parisien crédible pour une première partie ?".  Notre intérêt pour BLWBCK est le produit par ricochet de ce questionnement. Un de leurs artistes, Appalache, s'est placé en tête de nos post-it listant ces oiseaux rares. Positionné en soutien de projets musicaux en développement, BLWBCK a récemment étendu sa visibilité à des sorties physiques sous forme d'éditions limitées de cassettes. Appalache donc, mais également Noir Coeur et Metal Alvin sont de ceux-là.

Nous avons pu discuter avec Romain, Simon et Adrien des conditions de création de leur label ainsi que des conditions d'existence de ce genre d'entreprise.

Entretien


La première des questions, simple mais indicative : comment doit-on prononcer le nom de votre label ?

Romain : Il suffit d'ajouter les voyelles et ça donne "BLOWBACK".

Y a-t-il des dates ou des évènements importants dans votre démarche de création du label ?

Romain : L'évènement vraiment déclencheur est la sortie de la première cassette fin décembre 2011. On a tout vendu en trois jours, et du coup on s'est dit que ça valait le coup de se lancer à fond. Depuis qu'on est passé à quelque chose de physique, on se voit cruellement comme un label, on fait des réunions, des plans promo, alors qu'avant on était plus une étiquette sur un mp3. C'est ce premier succès qui nous a vraiment motivés à passer le cap.

Simon : Comme dit Romain, le "succès" de notre première sortie nous a motivés à nous lancer, mais c'est aussi l'amitié qui nous lie tous les trois qui a été motrice dans la démarche à la base de BLWBCK.

Romain : Et même au-delà de notre amitié à tous les trois, les artistes que l'on sort sont des amis proches et donc il y a aussi ce côté grande famille.

Diriger un label à trois, est-ce quelque chose de simple ? Est-ce que l'on peut parler de rôles arrêtés pour chacun d'entre vous ?

Simon : C'est plutôt simple dans le sens où on est complémentaire, les tâches se répartissent naturellement.

Romain : C'est bien pour la dynamique du label de pouvoir se répartir le travail ou se passer le relais. En général, on redistribue les rôles à chaque sortie.

Adrien : Et puis, il y a une certaine émulation à trois têtes car la création d'un label part avant tout de la volonté d'échanger et de partager de la musique, ce que nous faisons avant tout entre nous.

Vos deux dernières sorties sont limitées à 44 exemplaires K7. C'est un choix dicté par le "marché" potentiel de la musique que vous sortez, ou plutôt un moyen de vous projeter rapidement d'un projet à l'autre ?

Simon : C'est effectivement plus confortable pour nous en termes de stock et de gestion de l'aspect financier des différentes sorties, et la K7 est aussi un média que l'on aime et qui permet beaucoup de possibilités en matière d'artwork et de packaging. Et vu que tout est ''fait-main'' dans nos sorties, on se concentre sur des petites séries en essayant de faire des objets DIY qui ont de la gueule.

Romain : C'est un mélange de plusieurs facteurs. L'aspect économique nous permet de sortir n'importe quoi sans avoir peur de parler chiffres de ventes, nos choix restent artistiques et on peut faire ce qu'on veut. Nos prochaines sorties vont rester en dessous de la centaine de copies, ça permet comme tu le dis de se projeter rapidement d'un projet à l'autre, et on en a beaucoup. Mais au-delà de tout ça, j'aime le son, cette chaleur de l'analogique et ses petits crépitements. On fait partie de la génération qui a connu les cassettes, et ça me renvoie à mon adolescence. Sur les stands, les gens sont parfois étonnés ou émerveillés que ça existe encore et on a déjà fait ressortir pas mal de baladeurs des placards.

Avez-vous trouvé un peu de résonance à ce que vous sortez ici, en France ?

Romain : On a sorti le premier single de Noir Cœur cet été et on peut dire qu'il a plus que marché, puisque six mois après le groupe s'est retrouvé sur la scène du Nouveau Casino pour son premier concert. Saåad a reçu également un très bon accueil, mais là c'est clairement plus à l'étranger, autant en termes de public que de presse, même si tout ça est en train de changer, du moins localement. La plupart de nos commandes et de nos contacts viennent des États-Unis et du reste de l'Europe, mais on espère que cela va changer car il y a clairement un public pour ces musiques en France.

Quelles sont les voies de développement du label ? Aller vers d'autres esthétiques sonores ? Des collaborations avec d'autres labels ? D'autres formats à exploiter ?

Simon : Quelques projets plus axés "musiques extrêmes/alternatives" sont en préparation, BLWBCK va bientôt révéler son côté obscur. Pour les collaborations, c'est déjà le cas avec Blonde Records pour le Metal Alvin. Cela dépendra des artistes, je pense, et des projets.

Romain : On va continuer à sortir des choses sans se soucier des étiquettes, mais le printemps va être noir, c'est sûr ! À plus court terme on sort deux projets parisiens, Karelle et son nouvel EP Disparition de Mu & Vu, une musique électronique remplie de spleen et l'album de Painting By Numbers, du math rock hybride et improvisé qui regroupe leur premier EP augmenté de trois titres bonus.

Si vous deviez évoquer un disque du label ?

Romain : Dur de choisir ! Je dirai le Metal Alvin. Je suis tellement fier d'avoir sorti l'album de Molly ! Je l'ai rencontrée dans un bar à Manhattan à l'époque où elle jouait dans l'un des groupes de Brooklyn les plus sous-estimés, The Love Story. Elle me parle de son album depuis plus d'un an, mais comme elle est du genre assez timide j'ai du lutter pour écouter le disque. Quand j'ai pu enfin le récupérer, j'ai pris une claque monstrueuse. Cet album est tellement beau, simple et précieux à la fois.

Simon : Une de nos futures sorties sera le premier disque de Nereids, un one-man-band derrière lequel se cache Charles de Sed Non Satiata. Neireids pourrait être assimilé à une certaine frange du black-métal US, très introspectif, sombre, mélodique, et chargé de désespoir.

Adrien : Le premier EP de Papy Slow devrait sortir avant la fin du printemps sur BLWBCK, un projet de chopped and screwed très inventif, revisitant des classiques des années 80, mettant en exergue le meilleur de cette esthétique très typée.

Mixtape

01. Painting By Numbers - Banana Ray
02. Karelle - Visite Écourtée
03. Noir CÅ“ur - Hizzouse
04. Metal Alvin - Water Silver
05. Metal Alvin - Breaking
06. Appalache - Dimensions Of Truth
07. Saåad - Missing Parts (Jam VI)
08. Stitched Vision - Glass Palace*
09. Demdike Stare - Hashshashin Chant*
10. Papi Slow - After All
11. Do Make Say Think - The Landlord Is Dead*

* Titres non parus sur le label.

01. Painting By Numbers - Banaray Ray

Un des trois titres inédits de la réédition du 2008-2009 de Painting By Numbers. Comme le reste, c'est issu des sessions live et improvisées enregistrées entre 2008 et 2009.

02. Karelle - Visite Écourtée (BLWBCK, 2012)

Premier extrait du nouvel EP, Disparition de Mu & Vu. On retrouve son électronica lente et 'spleenesque', mais comme on peut l'entendre sur ce titre, une grande place a été laissée à la voix et aux mélodies.

03. Noir CÅ“ur - Hizzouse (BLWBCK, 2012)

Extrait du premier EP de Noir Cœur, Jahnimal. Derrière ce titre énigmatique, des nuages de voix et de synthé sur un beat chaloupé. Une impression d'été en slow motion.

04 & 05. Metal Alvin - Water Silver/Breaking (BLWBCK, 2012)

Les deux chansons qui ouvrent l'album de Molly et qui illustrent parfaitement cet opus aux multiples facettes : pop, noise, lo-fi, folk...Et puis cette voix...

06. Appalache - Dimensions Of Truth (BLWBCK, 2012)

Extrait de l'album Fue de notre ami Julien Magot sorti le mois dernier et déjà épuisé. Son disque le plus sombre et aussi le plus électrique.

07. Saåad - Missing Parts (Jam VI) (BLWBCK, 2011)

Extrait de l'EP Delayed Summer sorti en décembre dernier, compilation d'improvisations enregistrées à l'été 2011.

08. Stitched Vision - Glass Palace (Eternal Solitude, 2011)

Romain :  J'aimerais vraiment qu'on travaille avec lui...  S'il nous écoute... J'ai écouté ses cassettes en boucle et je ne jetterais rien. J'ai essayé de le contacter plusieurs fois sans succès.

09. Demdike Stare - Hashshashin Chant (Modern Love, 2011)

Adrien : Une discothèque avec un sol bien dégueulasse.

10. Papi Slow - After All (BLWBCK, 2012)

Extrait du premier EP de Papi Slow à venir au printemps. Un disque pour faire l'amour à même le sol devant la cheminée.

11. Do Make Say Think - The Landlord Is Dead (Constellation Records, 2000)

Simon : Simplement parce que Constellation fait partie de nos modèles... Ou plutôt un idéal impossible à atteindre...