Portable Morla - Zosimos of Panopolis (Mixed by Sound Farmer)

J'ai souvent pensé qu'il fallait réserver un sort cruel aux groupes qui s'essayaient aux covers. Et pourtant c'est grâce à cet exercice de style que Portable Morla m'a séduit avec sa version bricolée d'I Wanna Be Your Dog. Quelques mois se sont écoulés depuis ces premiers émois et la chanteuse américaine de nous inviter en première mondiale à son cours d'alchimie (avec la participation d'Expect Delays à la vidéo et de Sound Farmer au mix) qui fera partie de Beko 100, une compilation exceptionnelle proposée par Beko DSL. Pour rappel, Beko DSL (interview) nous a offert pendant plus de deux ans un single par semaine en téléchargement libre ainsi que de nombreuses collaborations dont la compilation Hartzine on Beko (lire) dont nous ne sommes pas peu fiers. Beko 100 marquera la fin de l'ère digitale et sera disponible en avril. Quant au Beko 101, il mettra le numérique aux oubliettes pour passer au support physique et plus précisément aux 7'' dès la fin du même mois. C'est ça le progrès.

Vidéo


Interview et mixtape : Beko, bilan et perspectives

A l'heure où l'on s'apprête à lancer dès samedi une série en cinq volets sur des labels tous plus ou moins connus et approchés par l'intermédiaire de celui brestois, Beko DSL - who are you... Hands In The Dark, SVN SNS Records, Free Loving Anarchist, Crash Symbols & Skrot Up - ce dernier tire sa révérence digitale avec l'onirique single d'Ela Orleans, non moins coutumière de nos pages. Le diptyque In the Night/Song For Beko After It's Dead, gracieusement chanté par la Polonaise, revêt donc bien les oripeaux d'une ultime incantation noctambule dans lesquels se lovaient habituellement nos dimanches soirs pétris d'une curiosité souvent comblée.

Death & Vanilla, Memoryhouse, The KVB, Rape Faction, Moscow Olympics, Jamie Long, Holy Strays, Procedure Club, Coolrunnings, MillionYoung, The Bilinda Butchers, Eternal Summers, The Arctic Flow, To The Happy Few, Welcome Back Sailors, Lizard Kisses... pour ne citer dans le désordre qu'eux, la liste est longue, mais définitivement close. Ceci dit, Reno et Jack ne devraient pas nous laisser orphelins trop longtemps. Alors, avant de saluer leurs futures embardées soniques, d'ores et déjà annoncées pour 2012, dressons un bilan de ces cents singles, neuf LP, deux compilations, deux tribute, et cette dizaine de collaborations en compagnie de Reno - que l'on avait préalablement sondé au début (lire) et à mi-chemin (lire) de cette odyssée d'un genre nouveau. Un entretien - à la typographie de circonstance - agrémenté de deux mixes exclusifs écoutables et téléchargeables ci-après : l'un rétrospectif (beko_mix_beko), l'autre, prospectif (beko_for_hartzine).

Interview

Tout d'abord Reno, sans tergiverser, qu'est-ce qui te pousse à stopper l'aventure Beko DSL à sa centième sortie ?

Jack et moi avons fait le tour de beko, la sortie de ce 100ème single (référencé beko_00) c'était le bon moment et aussi notre clin d’œil à Sarah Records et puis sans mentir, une certaine lassitude se faisait sentir de notre côté mais aussi face à la banalisation des posts de certains blogs qui oublient (parfois) de citer le label ou ceux qui ignorent nos sorties. Enfin depuis l'année dernière, nous étions submergés par les demandes de sorties venant souvent de groupes inintéressants. Il fallait gérer les refus pas toujours bien acceptés mais ce fut une chouette aventure et rétrospectivement nous sommes fiers du travail accompli, de la diversité du catalogue proposé.

Tu peux nous en dire un peu plus sur la suite ?

La suite... Nous reviendrons sûrement sur la toile en 2012 mais en attendant nous avons besoin de faire une pause bien méritée !!! Un single/collaboration/album chaque lundi à gérer pendant plus deux ans, il a fallu tenir le rythme.

Ela Orleans clôture donc une série de cent single digitaux commencée avec Death & Vanilla. Pourquoi un tel choix ? Était-ce prémédité ?

Nous sommes extrêmement fan du travail d'Ela Orleans. Lost est un album de chevet. Elle était déjà présente sur les collaboration de Clan Destine Records et de La Station Radar mais elle n'avait pas son propre single beko. C'était pour nous une évidence de clôturer l'aventure avec elle en nous offrant un magnifique single... pour finir en beauté... D'ailleurs, Nocturne et Song For Beko After It's Dead sont un clin d’œil à un groupe que j'idolâtre. Concernant Death + Vanilla, les premiers à avoir accepté (avec Jamie Long) de collaborer, je suis ravi qu'un album sorte prochainement chez nos amis de Hands In The Dark.

Que retiendras-tu de cette expérience, tant au niveau humain que musical ?

Cosma de xam (phantasma disques) andrea+adam (the procedure club) mélanie (moscow olympics) manu grrrizzly morgantim (maps+diagrams) loic (club tropicana) mon ami david noirto james/tara (de fla) carl/ela (de clan destine) morten (skrot up!) fleur/jerome (lsr) la team de montréal (hobo cult, rape faction, chevalier avant garde, wicked crafts, passion party, haiduks) le collectif dieselalex/david de Svn Sns Rcrds, dwight (crash symbols) kill shaman amdiscs les gape attack ! Toutes ces rencontres avec de chouettes personnes... j'oubliais hartzine !

Musicalement aucun regret enfin... peut-être un mais dont je tairai le nom.

Les collaborations ne te manqueront-elle pas ?

J'aurais souhaité travailler avec d'autres structures, en particulier Electric Voice Records EardrumsPop et Foxy Digitalis. Electric Voice Records sort très prochainement un split cassette de Rape Faction et Chevalier Avant Garde et un chouette 7"de U.S. Girls.

Mes plus grands regrets, les Indonésiens de HeyHo! Mais la collab ne s'est jamais faite, trop compliquée ! Et The Shanghais : un grand nombre de messages envoyés aucune réponse, je pense malheureusement que le groupe n'existe plus !

D'autres n'ont jamais pris le temps de nous répondre... mais chut.... Ah oui, j'oubliais Hot Ma un groupe parisien, notre coup de cœur du moment mais c'est trop tard...

Le site servira-t-il occasionnellement ?

Le site restera actif, les singles restent disponibles, mais aucune autre info ne sera plus postée...

Parmi la grande diversité et l'immense richesse de la musique stockée sur vos serveurs, quelles auront été les sorties dont tu es le plus fier ?

Question trop compliquée, mais... Colours, Tropic Of Cancer, Procedure Club, The KVB, The Dreams/Delacave, Jamie Long/The Never Years, Muscle Drum, Blood!, Pink Playground, Moscow Olympics, Raw Moans, Bilinda Butchers, The New Lines, MSV, Ela Orleans, Death + Vanilla, Portable Morla, Daixiaole, Rape Faction, 2 Muchachos, Chicaloyoh... mais tous les autres sont vraiment chouettes.

Celles ayant eu le plus de retombées, tant pour le site que pour l’artiste ?

Au niveau des téléchargements ce sont les singles de Moscow Olympics et Memoryhouse - plus de 15 000 - et ensuite la cs02 qui arrive à 12 000 (et qui continue à être téléchargée régulièrement). Les collaborations ont très bien fonctionné - la Clan destine , La Station Radar et les tributes du Club Tropicana pour ne citer qu'elles.

Je suis très content qu'un grand nombre d'artistes soient désormais signés. Si beko a servi de plateforme de découverte, j'en suis ravi. Procedure Club méritait amplement sa sortie sur le label Slumberland , Splash >ave sur Third Side Records , Eternal Summers sur Kanine Records, Idiot Glee sur Moshi Moshi sans oublier... Memoryhouse.... D'autres suivront, j'en suis convaincu.

Celles ayant eu le plus d'impact émotionnel ?

Sans hésiter la sortie du Mater Suspiria Vision, liée à une belle rencontre. La sortie du single de Procedure Club aussi (qui nous a mis en contact avec FLA et Sore Eros), mais il y en a eu plein d'autres...

Et celles ayant été les plus compliquées à réaliser ?

Jocker ! mais la cs02 a été je pense la plus éprouvante à réaliser : sur la durée (plus de quatre mois) mais aussi sur la composition du tracklisting j'ai loupé deux artistes désormais très connus. Le délai était trop court.

Tu as demandé aux artistes et autres collaborateurs de mixer en dix morceaux l'aventure Beko. Es-tu surpris du résultat ?

Cela s'est fait naturellement, tout le monde a trouvé l’idée très chouette, chacun devait choisir ses dix titres favoris. Dur challenge pour certain... après les goûts et les couleurs... (retrouvez le harzine_plays_beko par ici).

Es-tu un peu ému de stopper net Beko ou tu as déjà la tête ailleurs ?

Je suis très content du chemin parcouru et cette histoire n'est sûrement pas finie... En attendant je vais me poser et me consacrer à mes divers projets musicaux.

Tu nous a concocté une mixtape retraçant ces presque trois années d'activisme, peux-tu nous la présenter ?

Comme je te l'ai déjà dit cela a été très difficile de choisir parmi les 300 artistes sortis. Cette mixtape reflète mon état d'esprit du moment. Si tu m'avais demandé d'en faire une il y un mois, elle aurait été différente...

La seconde, offrant un panorama vers un futur encore incertain, tu nous en touches deux mots aussi... ?

C'est une petite sélection des disques que j'écoute en ce moment. J'attends le Orcas, Benoît Pioulard et le Rafael Anton Irisarri avec impatience. Cette reprise de Broadcast par Orcas est juste sublime. 100% Silk , Phantasma Disques et Spectrum Spools sont de chouettes labels en 2011.

Pour finir nous voulions remercier tous les groupes, les labels, les blogs, les auditeurs qui nous ont suivis et plus particulièrement andréa_ mélanie_ armelle_ nafi_ charly_ noirto_ michael_ xavier_ blaise_ florence_ louise_ christophe_ yannokc_ loic_ olivier meridians_ cosmotropia de xam_ bekos et à bientôt !

Mixtapes

beko_mix_beko


DL

portable morla_i wanna be your dog (beko_skrot up!)
omebi_sea dream (beko_girls)
ela orleans_in the night (beko_00)
yves son ace_my confusion your delusion (beko_lsr)
blood!_witchless (beko_30)
turrks_coal bin (beko_lp008)
lowlands_the world pages (beko_85)
rape faction_pop song (beko_andrea)
the haiduks_use up my time (beko_hobo cult)
pink playground_low (alternate vox demo version) (beko_fla)
chevalier avant garde_sixteen candels (beko_87)
anders_fields (beko_77)
tolouse low trax_dweller (beko_74)
Λ_singularity (beko_82)
d3thplaY_ above and beyond (Cant Sleep d3thplaY RMX) (beko_box3)
ela orleans_song for beko after it's dead (beko_00)

beko_for_hartzine


DL

rowenta/khan_akustikparty (Avantgarde Explosion, Dom Elchklang, 1997)
call back the giants_just rises (The Rising, Kye records, 2011)
pink skull_salamander (Psychic Welfare, RVNG Intl., 2011)
pharaohs_uhh uhh (Silk ep, 100%silk, 2011)
nocow_moonlight flit (Ruins Tape, gimme5, 2011)
regis_blood witness (In A Syrian Tongue ep, Blackest Ever Black, 2011)
ursula bogner_sonne = blackbox (Sonne = Blackbox, Faitiche, 2011)
bruce hart_planet scene (Music For Drawing, Not Not Fun Records, 2011)
circuit des yeux_i'm on fire (live) (Portrait, De Stijl, 2011)
chicaloyoh_xocova (Quand les tables se mettent à tournoyer, Digitalis Limited, 2011)
orcas_until then (Broadcast Cover)
driphouse_in peru (Spectrum 008, Spectrum Spools, 2011)
chasing voices_ex nihilo nihil fit (ep, Preserved Instincts, 2010)
the groupies_people are still having sex with the klf (Groupie Life 69, Phantasma Disques, 2011)


Hartzine on Beko DSL

Merci à tous les artistes ayant collaboré à cette compilation beko_hartzine, notamment aux groupes Neonbirds et To The Happy Few, auteurs de remixes en un temps record. Merci également à Reno pour sa disponibilité et l'artwork pour le moins réussi. Le reste, fruit d'un travail entamé il y a plusieurs mois, se passe de mots. Bonne écoute.

Ce beko_hartzine est à télécharger en cliquant par ici.

Thanks to all the people involved in the making of the beko_hartzine compilation, including Neonbirds and To The Happy Few, who have produced great remixes up against extremely tight deadlines. Thanks also to Reno for being available and for the amazing artwork. Enough said about this months long project, so enjoy!

Download the beko_hartzine here.

Audio

a_side

a1_Ender Belongs To Me_Animate
a2_Michael Parallax_Growing Splendid
a3_Colours_Lost In A Sea
a4_Happy New Year_The Endless Sea (Iggy Pop Cover)
a5_Ela Orleans_Beat Goes On (Live at Budokan)
a6_The KVB_Discipline
a7_Dead Gaze_Trash All Your Worries
a8_Tan Dollar_The Chase
a9_Neonbirds_Lost In A Sea (Colours Cover)

b_side

b1_William Cody Watson_Mourn For Those
b2_Terror Bird_Jacob's Really Boring
b3_Black Vatican_Oceanic Feelin
b4_Collatone_Ego Book Trippin
b5_Jani/Jussi_Mon Coeur
b6_Phillip Seymour Hoffman_Ear Wax Blocked Ear [Live at Shea Stadium]
b7_Krusht_Dancing Under Stars (feat. Carlos Cebull)
b8_To The Happy Few_Oceanic Feelin' (Black Vatican Cover)
b9_Slim Twig_Lavishing


Chronique & interview : Skrot Up ! on Beko

Skrot Up !, label danois utilisant essentiellement les supports cassettes et vinyles, est la septième micro-structure - après Free Loving AnarachistAmdiscs (lire), La Station Radar (lire), Clan Destine Records (lire), Hobo Cult (lire) et Seven Sons Records (lire) - à poser sa griffe digitale en plein coeur d'un grimoire numérique chaque dimanche mis à jour par l'entité brestoise Beko DSL. Etant donnée la qualité des sorties proposées depuis 2009 - parmi lesquelles on retient sans effort Grave Babies, Gape Attack!, Rape Faction ou High Marks - l'occasion était toute trouvée pour contacter Morten, pierre angulaire de Skrot Up !, afin qu'il nous retranscrive son histoire, ses méthodes et ses projets. Un futur proche prenant corps notamment par la sortie le mois prochain d'un LP de Kid Romance, Scared of Outside. En fin d'interview, Morten présente chacun des groupes ayant participé à cette collaboration/compilation, où l'on slalome non sans effroi entre spectres synthétiques (Endless Endless Endless, Braindamage), hip-hop vicié (Public Pubes), hybridations torturées (Venganza de Cochino), road trip narcotique (Heroin in Tahiti, Fwy!) expérimentations lysergique (Loopgoat, German Army) et saturations décharnées (Syentology, High Marks). A noter l'impeccable reprise tout en apesanteur d'I Wanna Be Your Dog des Stooges par Portable Morla. 

Entretien avec Morten

Peux-tu te présenter en quelques mots ? Qui es-tu et qu’as-tu fait avant la création du label Skrot Up ! ? D'ailleurs, que fais-tu aujourd’hui au sein de celui-ci ?
Can you introduce yourself in a few words? Who are you Morten and what did you do before/during Skrot Up!?

Je suis un adepte des loyers bon marché car cela me permet de me perdre dans des projets ésotériques tout en préservant un lien équilibré avec l’humain. J’ai un boulot qui n’est pas routinier, dans lequel je ne me tue pas à la tâche et qui m’aide à payer mes factures tout en m’en laissant suffisamment de côté pour pouvoir enregistrer des albums pour le label. Quand je ne suis pas occupé à tout cela... je prends du bon temps avec ma famille, je vais à des concerts tout en essayant d’apprendre de nouvelles conneries dès que j’en ai l’occasion.

I’m a big fan of cheap rent, because it allows me to get lost in esoteric projects and remain in a somewhat balanced state of humanness. I have a fairly varied job that doesn’t kill me and helps me pay the bills with enough left over to play record label and when I’m not doing that I hang out with my family, go to a show now and then and try to learn new shit whenever I can.

Quelles sont tes toutes premières influences musicales ?
What were your first musical influences?

Mes toutes premières influences musicales sont héritées de la collection d’albums de mon père. Les Beatles, les Beach Boys et la pop française et belge de la fin des années soixante et du début des années soixante-dix. Joe Dassin ! Mes parents ont vécu en Belgique pendant plusieurs années et mon père a régulièrement acheté des albums lorsqu’il vivait là-bas. J’ai grandi en écoutant cette musique. Avant que j’achète moi-même mes propres CD, j’écoutais aussi des cassettes audio faites par un ami et regroupant différentes musiques extraites d’émissions d’une radio suédoise. Il y avait des morceaux des Pet Shop Boys ou encore de Mantronix, ainsi que du rap old school. Parmi mes préférences, il y avait aussi la B.O. de Star Wars... Quand j'étais adolescent, j'étais fan des Guns’n’Roses, Niggaz Wit Attitudes et Grievous Bodily Harm. Pour moi, le punk représente une certaine approche de la vie que je n’ai jamais vraiment reflétée.

My very first musical influences came via my father’s record collection. Beatles, Beach Boys and French and Belgian pop from the late 60s/early 70s. Joe Dassin! My parents lived in Belgium for a few years and my dad bought records on a regular basis while they lived there. I grew up listening to those. Before I started buying records myself I also listened to mix tapes a friend recorded for me with Swedish radio shows on. I remember there were Pet Shop Boys and Mantronix songs on them, plus some early Rap music. The soundtrack from Star Wars was a personal fave, too. I was a fan of Guns’n’Roses, N.W.A. and G.B.H. all at the same time when I was a teenager.  To me Punk is a certain way of approaching life and I didn’t reflect much on that until later.

Peux-tu nous dire comment Skrot Up ! est né ? Qui sont les initiateurs du projet ? Comment vous êtes-vous rencontrés et quelle était l’idée d’origine ?
Tell me how Skrot Up ! was born? Who is behind? How did you meet and what was the idea of origin?

J’ai lancé le projet Skrot Up ! avec Thomas en 2008. Notre approche de la musique est différente mais il y a certaines sonorités que nous apprécions tous les deux. Nous nous sommes rencontrés dans un disquaire de la ville de Copenhague et nous sommes par la suite devenus amis. Skrot Up ! est en quelque sorte apparu du jour au lendemain. FNU Ronnies m’avait envoyé une démo avec trois nouvelles chansons et Thomas discutait depuis quelques temps  avec les gars de Blood ! via leur MySpace. Aucun de nous deux n’avait d’argent, mais par chance ces deux groupes étaient d’accord pour enregistrer leur musique sur des cassettes. Voilà comment tout cela a commencé. Il y a dix ans, je jouais de la batterie dans un groupe qui s’appelait The Moronics et encore avant cela, j’avais aidé quelques amis qui avaient un label, notamment dans l’organisation de concerts. J’ai aussi collectionné un bon nombre de disques... J’imagine que tous ces intérêts musicaux très divers se sont agrégés dans le projet qu’est Skrot Up !. Nous n’avons jamais réellement eu de plans concernant le label, ni de ligne directrice, ni aucune idée de la musique que nous allions promouvoir. Si cela semble être ainsi, c’est une coïncidence. Des choix ont été faits durant le parcours, mais ils n’ont jamais été planifiés en amont. Thomas, en ce moment, arrête provisoirement son activité au sein de Skrot Up !. Ces derniers temps, c’est donc tout seul que j'entreprends les choses.

I started Skrot Up ! with another dude in 2008. His name is Thomas. Our taste in music is different, but we have a few sounds we like in common. We met in a local record store in Copenhagen a while ago and have been friends since. Skrot Up ! sort of just happened one day. FNU Ronnies had sent me a demo with three new songs and Thomas had been talking to Blood! on MySpace for a while. None of us had any money, but luckily both bands were down with releasing their music on cassette and that‘s how it started. Ten years ago I played drums in a band called the Moronics and before that I helped out some friends who had a record label, as well as arrange shows. I’ve also been collecting records a while and I guess all these different musical interests have reincarnated into Skrot Up. We never really had any plans for the label about how it should look or what music we wanted to release. If it looks that way, it is a coincidence. Choices are made along the way, not planned ahead. Thomas is currently on hiatus from Skrot Up !, so I’m doing it by myself these days.

Pourquoi ce nom, "Skrot Up !" ? Est-ce par esprit de résistance ? Si oui, contre qui ou quoi ?
Why this name, "Skrot Up !”? A mark of resistance? Against who/what?

En réalité, il s'agit plus d'une sorte d’étreinte à la vie. Je pense que fuck you, dans n’importe langue parlée, est une déclaration tout à fait valable tant que ces deux mots sont prononcés par quelqu’un de responsable, dans le but d’avancer et de ne pas laisser les petites gens décider de ce qui est vrai ou faux pour vous. Quant au nom du label, Skrot Up !, il n’a pas de réelle signification à mes yeux. Il a fait son bout de chemin et il a un certain charme phonétique. Le son « s-k-r » lui confère une consonance suédoise et l’impression d’entendre quelqu’un se racler la gorge. Il me rappelle à chaque fois pourquoi les Suédois n’ont jamais vraiment été très bons sur les voies de l’impérialisme.

It’s actually more an embrace of life. I think “fuck you” in whatever language a person speaks is a worthwhile statement as long as it’s uttered by a responsible individual and in order to move forward and not let the little people decide what’s right and wrong for you. In regards to the label being called Skrot Up ! it doesn’t bear any significant meaning to me. It’s taken on its own life and has a certain phonetically charm to it. The s-k-r sound in Danish sounds like someone clearing their throat from mucus and always reminds me of why the Danes were never really successful at imperialism.

Skrot Up ! sort aussi bien de la musique indie rock qu’expérimentale. Comment choisissez-vous les artistes avec qui vous travaillez ?
Skrot Up ! takes out as well indie rock as experimental's records... How do you choose the artists you work with?

Au début, nous écumions les groupes sur MySpace en balançant des messages à ceux que nous appréciions. En gros, si les premières chansons de leur player étaient biens, nous pensions qu’ils devaient avoir suffisamment de choses pour un enregistrement. Après dix ou quinze sorties, des groupes ont commencé à venir vers nous. Du coup, nous avons travaillé avec ceux qui nous plaisaient, tout en continuant à en contacter nous-mêmes. Nous nous occupons d'un groupe à partir du moment où nous aimons ce qu’il fait. Avec Thomas, nous apprécions des musiques très diverses, c’est pourquoi notre ligne doit apparaître comme étant très éclectique.

In the beginning we jumped from band to band on MySpace and would just shoot messages to the ones we liked. I guess if the first couple of tracks on their player sounded great, we thought they had it in them to come up with enough good stuff for a release. After ten to fifteen releases bands started getting in touch with us, and we’d work with the ones we liked, as well as keep on contacting new ones along the way. I guess you can say that we choose to work with bands we like just because we like them and both of us like a lot of different music, so if the rooster appears eclectic that’s probably why.

Justement, quelle est la ligne directrice artistique du label ? Y a-t-il une esthétique, un concept que vous tentez de faire transparaître dans chacun de vos travaux ?
What is the artistic guideline of the label? Is there aesthetics, a concept which you try to keep at every release?

Non, il n’y en a pas. Parfois, je regarde notre travail dans son ensemble comme si c’était une peinture abstraite. Chaque sortie a sa propre coloration, sa propre texture. Plus celles-ci sont différentes, mieux c’est. Bien sûr, je ne néglige pas le fait qu'un groupe peut apporter quelque chose d’intéressant tout en gratifiant l’image du label. On peut dire que c'est l’unique ligne directrice. Le plus novateur - le meilleur, ensuite c'est une véritable joie d'assister à la connexion de choses qui n’avaient pas été planifiées ainsi à l'origine.

No, there isn’t. I sometimes look at it as if it was an abstract painting. Each release has its own color and texture and the more different they are the better. Of course, I still think about whether the release will add something interesting to the overall image, but that’s the only guideline. The more different - the better, and then there’s the joy of seeing things connect even if it wasn’t planned in the first place.

Gone Forever par Rape Faction est un projet sorti sous le label Free Loving Anarchist. En quoi ce type de collaboration est nécessaire ?
Gone Forever by Rape Faction is a split release with FLA. In what this type of collaboration is it necessary?

Avant que nous devenions amis avec James de FLA, ce dernier avait eu quelques échanges avec Rape Faction à propos d’un de leurs enregistrements sur cassette. Exactement ce que j'aurais pu moi-même formuler. Je l'ignorais jusqu’à ce que je découvre cela sur leur MySpace. Lorsque nous avons commencé à discuter avec James, l’idée de sortir communément Rape Faction est apparue comme une évidence. Les collaborations de ce type sont un bon moyen pour de nouveaux labels d’emmagasiner de l’expérience tout en apprenant de chacun des protagonistes. En plus, ça amoindrit les efforts et les emmerdements financiers pour sortir un disque.

Before I became friends with James of FLA, he had been in touch with Rape Faction about a release on cassette, just like I had. I didn’t know that until I saw it on RF’s Myspace page. Therefore, when we started talking and got the idea to put a record out together Rape Faction seemed like an obvious choice. I think collaborations of this kind are a good way for new labels to get some experience and learn from each other and it makes putting out a record a less pain in the ass financially.


Tu sors une compilation sur Beko après Amdics, La Station Radar, Clan Destine Records et plus récemment Hobo Cults. Comment as-tu rencontré les gens de Beko et que représente cette collaboration pour toi ?
You're just realized a compilation on Beko before Amdiscs, La Station Radar, Clandestine Records and more recently Hobo Cults. How did you meet people of Beko and what represents their work and these collaborations for you?

Ça fait un moment que Reno achète des cassettes et des disques de Skrot Up !, mais je n’avais jamais réalisé jusqu'à récemment que c’était le gars derrière Beko DSL ! Cette compilation a été un projet vraiment fun à mettre sur pied, d'autant que j’admire l’approche esthétique et les penchants éclectiques de Beko. C'était vraiment excitant de contribuer à un concept aussi intéressant et travailler avec tous ces groupes souhaitant alimenter cette discographie continue.

Reno has been buying tapes and records from Skrot Up ! for a while I think, but I didn’t realize he was the man behind Beko DSL until recently. I think the compilation has been a fun project to realize and I admire Beko’s aesthetical approach and good taste in different music. It was exciting to work with bands that wanted to partake in the ongoing discography and contribute to a great concept.

Quel est le futur proche pour Skrot Up ! ?
What's the near future of Skrot Up ! ?

Y aller doucement... Laisser les projets évoluer par eux-mêmes. Le premier LP de Kid Romance est en cours de finalisation en ce moment même. Nous avons aussi quelques autres enregistrements sur le feu et quelques nouvelles cassettes prêtes pour l’automne 2011.

Take things slow and let the projects evolve on their own terms. The debut LP by Kid Romance is being finalized this very moment and we have a couple more records in the works and probably some new cassettes ready by early fall 2011.

Tracklisting

(download)

a side

a1. Endless Endless Endless - We Go On
a2. Braindamage - You Want
a3. Public Pubes - Cum Gonga Din
a4. Heroin in Tahiti - ex-Giants on Dope
a5. Fwy! - the 57
a6. Syentology - Leash

b side

b1. The Secret Society of the Sonic Six - Blame & Blood
b2. Loopgoat - Coverup Peel
b3. Venganza de Cochino - Vengeance of the Scum
b4. High Marks - Aggressive Tropical Depression
b5. Portable Morla - I Wanna Be Your Dog (The Stooges)
b6. German Army - Ottoman Nurse

Pour terminer, peux-tu introduire votre Beko avec une courte présentation des groupes et des titres qu’il contient ?
To finish, can you introduce your Beko with a small presentation of the groups and the pieces which contains?

a1. La première chanson est celle du duo new-yorkais Endless Endless Endless. Ils font de la très bonne musique psychédélique même si celle-ci n’est ni sombre, ni inquiétante. Lorsque je leur ai demandé un titre, j’espérais quelque chose de ce type, d'assez lumineux pour introduire la compilation.

The first song is by a duo from New York City called Endless Endless Endless. I think they make great psychedelic music even if it isn’t dark and ominous. When I asked them for a track I was hoping for something like this, something light and kind of trippy to start things off with.

a2. La suivante est de Braindamage, une formation originaire de Uppsala en Suède. Ce groupe a beaucoup évolué depuis sa première cassette avec Skrot Up ! il y a de ça deux ans. J’aime comment il retranscrit une atmosphère d’horreur caractéristique de la musique synthétique des années quatre-vingt tout en réussissant à la faire sonner foutrement bien et en gardant à leur façon une certaine fraîcheur.

Track two is by Braindamage from Uppsala, Sweden. This band  has evolved a lot since the tape they made for Skrot Up ! two years ago and I like how they have that 80s synth horror vibe down, but still manage to make it sound fucked up and fresh in their own way.

a3. Public Pubes est un groupe avec qui je n’avais pas travaillé auparavant et qui compte parmi ses membres Loopgoat qui a un titre sur la face B de cette compilation. J’ai entendu parler de Public Pubes grâce à elle et j’apprécie leur musique électronique et expérimentale agrémentée de beats de folie et d’un étrange chant rap.

Public Pubes is a band I haven’t done anything with previously and counts Loopgoat who has a track on the B side of the comp as one of their members. I heard of Public Pubes through her and I like their experimental electronics with crazy beats and rap and strange singing over it a lot.

a4. Heroin in Tahiti est un groupe venant de Rome qui comprenant un membre ou deux issus de SFHHH and Thetlvmth (SUT06 and SUT07). C’est une rencontre entre musique industrielle et surf musique, une combinaison que je n’avais jamais entendue auparavant. J’aime beaucoup le rendu final.

Heroin in Tahiti from Rome, Italy contains a member or two from SFHHH and Thetlvmth (SUT06 and SUT07). They have an Industrial meets Surf thing going on, a combination I haven’t heard seen that many bands go for, but I like what I’m hearing.

a5. FWY ! se prononce freeway. Le gars rend un hommage aux routes de l’état de Californie dans lequel il vit. Il me fait regretter de ne pas avoir de routes plus longues au Danemark.

FWY! is pronounced freeway and this guy makes tribute music to the freeways of the state of California in which he lives. It makes me wish we had longer streets in Denmark.

a6. Syentologie vient de France, je crois. Leash est un titre dont la trame est noire et inexpressive et dont le rendu est rude, minimaliste. A chaque fois que j’écoute cette chanson, j’ai le sourire.

Syentology is from France - I think. Leash is such a dark and deadpan tune and delivered raw and basic. It puts a smile on my face every time I listen to it.

b1. The Secret Society of the Sonic Six est un trio originaire de Los Angeles. Ils manient très bien leur matériel informatique et l’atmosphère créée est unique. D’une manière ou d’une autre, ils s'inspirent de l’ambiance des films noirs des années trente, avec un apport plus moderne rendant la musique étrange et dansante à la fois.

The Secret Society of the Sonic Six is a trio from Los Angeles. They know what to do with their hardware and have a unique vibe going on, that’s somehow rooted in 30s movies of the darker kind, but with a future twist that makes it bizarre and danceable at the same time.

b2. Loopgoat est une formation originaire d’Ann Arbor dans le Michigan. La chanson est extraite d’un album à venir, fondé sur une ligne insolite.

Here is Loopgoat from Ann Arbor, MI and this song is from an upcoming album with an alien theme.

b3. Venganza de Cochino est un mélange de crust, de dub et de doom. Une bête sombre avec des "r" roulés et des impulsions rouge, jaune, verte.

Venganza de Cochino plays Crust meets Dub meets Doom: a dark beast with rolling Rs and a throbbing red, yellow and green pulse.

b4. High Marks m’a envoyé un titre qu'il était censé sortir dans le cadre d’une collaboration avec VVAQRT mais qui ne s’est finalement pas faite. Je suis content qu’il m’ait laissé utiliser ce morceau pour cette compilation.

High Marks sent me this track, which was supposed to have come out on a split release with VVAQRT, but it didn’t happen and I’m happy he let me use it for this comp.

b5. Portable Morla interpréte I Wanna Be Your Dog des Stooges.

Portable Morla does I Wanna Be Your Dog by the Stooges.

b6. Les German Army ont décrit leur morceau comme étant idoine pour faire jouir les aliens.

German Army described this song as stimulus music for aliens getting it off.

Liens

Retrouvez Skrot Up ! sur blogspot, facebook, vimeo, bancamp, soundcloud et webstore.


Hobo Cult on Beko Dsl (itw & chronique)

cover_hobo3

Beko récidive ! Après Free Loving AnarachistAmdiscs (lire), La Station Radar (lire) et ClanDestine Records (lire), c'est au tour du label Hobo Cult, basé à Montréal et né de la volonté d'un seul, Francesco De Gallo, de mâtiner notre dimanche soir d'un confondant halo de distorsions réverbérées et disloquées, émaillées ici et là de sourdes rythmiques lo-fi. Entre exhalations brumeuses et extatiques (The North Sea, Panabrite, Élément Kuuda), électronique contemplative (Motion Sickness of Time Travel, Nova Scotian Arms, Hobo Cubes) et saturations blêmes (Pradada, The Haiduks), cette compilation Hobo Cult/Beko recèle de ces milles facettes évoquant l'hypothétique futur d'une musique indépendante, oscillant entre rock et électronique, et insufflant paisiblement un infini océan psychédélique. Un voyage halluciné préalablement évoqué dans nos pages par C V L T S (lire) que l'on ne tardera pas à retrouver sur Hobo Cult. L'occasion faisant démoniaquement le larron, Francesco présente lui-même son label, et ce, sans oublier d'introduire sommairement son bekotage dominical.

Entretien avec Francesco De Gallo

hobo-cult

Tu es à l'origine de Velvet Chrome, Wasted Widow, Pradada, Hobo Cubes et plus récemment de Magic Beach. D'où t'es venue l'idée et la volonté de créer Hobo Cult ? Est-ce l'envie de sortir tes propres disques et ceux de tes amis qui t'a poussé dans cette voie ?

Oui, c'est surtout pour cette raison que j'ai commencé Hobo Cult. Je voulais sortir ma musique. A l'époque j'étais inconnu donc j'ai commencé avec un blog et j'ai fait des cassettes. Depuis, j'aime bien contrôler tous les aspects de la création entourant le label.

Peux-tu nous expliquer la signification d'un tel nom, Hobo Cult, tout en rappelant les grandes étapes du label né en 2007 ?

Hobo Cult est né peu après le début de mon projet Hobo Cubes. Je voulais faire de la musique plus expérimentale que Pradada me le permettait. Le nom provient d'un 'cut-up' à la Burroughs... et puis quand j'ai décidé de commencer un label, je cherchais un nom qui pourrait rassembler une communauté. J'ai choisi Hobo Cult.

Le fait d'être basé à Montréal est-il un avantage quand on fait vivre ce type de structure ?

Peut-être de manière inconsciente...  je crois que j'étais bien entouré au début et qu'en faisant le label, il y a plus de gens qui ont commencé à s'intéresser à ce qu'il se passait localement. Il y a d'autres labels excellents à Montréal... Mais pour moi, au début, c'était juste une manière de sortir ma musique. C'était très personnel mais je voulais inclure plus de gens. J'ai collaboré avec plusieurs amis et j'ai commencé à pousser le label un peu plus loin en attirant les groupes que j'admirais. C'est à partir de ce moment-là que la scène locale a commencé à mieux connaître Hobo Cult.

Comment définis-tu l'esthétique musicale et graphique d'Hobo Cult ?

J'ai une idée assez précise de ce que j'aime comme musique et comme esthétique mais ça reste un peu flou quand même... Musicalement, j'aime la pop plus outsider/shoegaze et les ambiances sonores sci-fi. En ce moment, je me concentre beaucoup sur la musique électronique mais il y a des projets plus rock qui vont sortir au courant de l'année. Visuellement, j'essaye de m'adapter à la musique que je dois présenter. La méthode de design change à chaque fois... J'utilise des scans de revues, des collages, des photos, des images trouvées sur internet.

l1

Comment choisis-tu les artistes que tu souhaites sortir ? Quels sont tes rapports avec eux ?

La majorité du temps, j'inclus les projets de mes amis et des gens avec qui je collabore. Souvent, la personne qui sort une cassette de Hobo Cubes veut aussi avoir une cassette sur Hobo Cult, donc elle m'envoie une démo. C'est un échange de service... Parfois, je vais écrire à des groupes que j'aimerais avoir sur le label. Je reçois plusieurs démos aussi... Je prends ceux qui m'intéressent.

Quels sont les projets immédiats et futurs du label ?

En ce moment, j'ai une longue liste de cassettes à sortir mais je prends une petite pause afin d'économiser pour ma tournée au mois de mai. Il y a le troisième volume du Hobo Cult 3" CD Boxset qui sera prêt vers la fin du mois... Quelques projets qui sortiront cet été sont Femminielli, MSoTT, Duck Dive, CVLTS, Archers By The Sea, etc.

Pourquoi sortir des cassettes et des CD-R à l'époque du tout digital ? Es-tu fétichiste de l'objet ? Et le vinyle ?

5452184206_3b8456ef0a_b

J'aime les cassettes parce que c'est un objet agréable à designer et j'aime le son. Je préfère écouter des cassettes... Les CD restent sur une étagère. Je les upload sur mon ordinateur et ensuite c'est fini. Pour les cassettes, il faut les prendre et les écouter au complet. Tu ne peux pas vraiment juste écouter un seul morceau, tu écoutes le tout. J'adore les vinyles aussi. C'est une expérience sonore et visuelle. D'ailleurs, je suis en train de ramasser des fonds pour le premier vinyle de Soft Mirage (Panabrite & Élément Kuuda) qui sortira vers la fin 2011 sur Hobo Cult.

Comment appréhendes-tu un label comme Beko, entièrement digital ?

Pour moi, le digital c'est un médium pratique. C'est surtout pour faciliter l'écoute à la maison ou sur la route. Personnellement, je télécharge compulsivement... C'est avant tout pour trouver de la musique que je ne peux pas avoir ou bien pour écouter un extrait avant d'acheter l'album. Pour un label comme Beko, il faut prendre en compte le fait qu'ils ne sortent que des morceaux exclusifs... Cela crée une demande car c'est le seul endroit où tu peux entendre ces morceaux.

D'où est née l'idée de la compilation Hobo Cult/Beko ?

J'ai reçu un email de Reno me demandant de collaborer et j'ai accepté. C'est aussi simple que ça... C'est un bon moyen pour faire de la promo pour les groupes.

Peux-tu nous présenter les groupes figurant sur cette compilation ?

Pradada : mon projet rock solo
The Haiduks & Élément Kuuda : Christian Richer de Soft Mirage et Spacekom... Je collabore avec lui pour Cavernes.
The North Sea : Brad Rose de Digitalis, Charlatan, Altar Eagle.
Panabrite : Norm Chambers de Soft Mirage
Motion Sickness of Time Travel : Rachel Evans de Hooker Vision & Quiet Evenings
Nova Scotian Arms : Grant Evans de Hooker Vision & Quiet Evenings
Hobo Cubes : mon projet synthé solo
Sundrips = Nick Maturo de Event Cloak & Ryan Connolly de Trailings... Je collabore avec eux pour Video Diaries
White Wigs = mon projet avec Joshua Frank de Hot & Cold + Parallel Pyres

Enfin, de tous tes projets - mis à part Hobo Cult - quel est celui qui te tient le plus à cœur ?

Mes projets vidéos que je fais sous le nom de Moduli TV (ndlr : la vidéo ci-dessous de The Haiduks est de lui). J'ai fait une VHS de Hobo Cubes qui va sortir bientôt sur Hooker Vision... J'ai hâte de voir le produit final !

1. Pradada - Wasteland Hunters
2. The Haiduks - Use Up My Time
3. The North Sea - Deviance
4. Panabrite - Giraud Mind
5. Élément Kuuda - Hivernale et Mathématique
6. MSoTT - Beside the Quilted Lake
7. Nova Scotian Arms - Mineral Crush
8. Hobo Cubes - Slow Creations
9. Sundrips - Muted Coast
10. White Wigs - Passion Kiss

Video


V.A. - Clandestine Records on Beko

clandestine-bekoMôme, un singulier vague à l'âme plombait mes dimanches soirs. La trouble appréhension d'un lendemain besogneux, la fuite d'un temps dégagé de toute obligation. Les choses ont bien changé, et pour cause. Depuis son apparition dans le landerneau musical, le label digital Beko (lire) confère une saveur autrement délectable aux effluves noctambules d'une fin de semaine désormais propice à l'exploration. Outre la sortie hebdomadaire de singles, véritable marque de fabrique du net-label brestois défrichant avec un discernement certain le maelström indie contemporain (de l'inaugural Death and Vanilla au dernier en date, Tolouse Low Tracks, en passant par Memoryhouse, Gobble Gobble, ou Millionyoung), d'autres formats commencent à prendre une place non négligeable, entre box (trois volumes), cassette digitale (deux pour juillet et août), LP (Procedure Club, Tan DollarMaps and Diagrams et dernièrement l'excellent album des Australiens de Wizard Oz) et compilations/collaborations avec des labels aussi excitants que super-actifs. Ainsi, après Free Loving AnarachistAmdiscs (lire) et La Station Radar (lire), c'est au tour de Clandestine Records de diffuser son empreinte fantasmagorique dans les limbes digitales de nos nuits dominicales. En rien un hasard si ce label sera très prochainement mis à l'honneur dans nos pages tant la constellation d'artistes qu'il recouvre dimensionne les pâmoisons orgasmiques les plus nébuleuses, des confins d'une witch haus (lire) aussi vénéneuse que plurielle, au détour d'une ghost folk endossée par un King Dude, télescopant intimité et religiosité, jusqu'aux spectres d'une pop lunaire et habitée, qu'elle soit engrenée par la mirifique Ela Orleans (lire) - encore émotionnellement déroutante sur Light At Dawn - ou les véhéments Gray Things et Sealings. Dans la nasse inextinguible de cette méandreuse pharmacopée des sens, on remarquera sans peine le bûcher ardent d'un genre souvent réduit à sa plus simple expression - la prophétie witch/drag/haunted haus de Salem - et qui ici embrasse de mille flammes bien distinctes l'onde frémissante qu'elle s'octroie. Rien ou si peu - l'inquiétude omnisciente, l'angoisse insondable... - ne confond la torpeur d'oFF et Gr†LL Gr†LL, doublement présents ici, à la frénésie oppressante de Mater Suspiria Vision ou Drugs For Drunks, du syrupy hip hop transfiguré de F8stercare et Nattymari au gothisme vespéral, croisant voix féminines et synthétiseurs hypnotiques, de Petra SchelmSkylines ou Modern Witch. Et ce, sans parler de l'intensité dégagée par GHXST, du calme malsain déployé par MeddicineI††Malibu Wands ou Central Asian Nervous Systems... L'armée des ombres manœuvre dans la clandestinité, c'est un fait. Une autre chose de sûre, il se trame quelque chose. Ce bekotage en règle n'en est qu'un prémisse, mais pas n'importe lequel.

Audio / Tracklist

†HE SOUNDTRACK †O ¥R ORGASMIC DEMISE, NO†HING IS †RUE, EVER¥†HING IS PERMI††ED (DOWNLOAD HERE)

cover_clandestine02

a1. Petra Schelm - Channel The Body
a2. oFF Gr†LL Gr†LL - Cracked Emo
a3. Among The Bones - Tunguska
a4. Gray Things - Fortune Teller
a5. Ela Orleans - Light At Dawn
a6. Skylines - @ Dawn
a7. oFF - Makeupworz
a8. Drugs For Drunks - DZLIGHT
a9. GHXST - IXNYC
a10. Sealings - Two Cups
a11. King Dude - Never Let You Go

b1. Central Asian Nervous Systems - Almost Dead
b2. GuMMy†Be∆R! - False Prophets
b3. Fostercare - Snowdragon
b4. Mater Suspiria Vision - The Trip Garden Of El Diabolo
b5. Gr†LL Gr†LL - Organ Sunday
b6. Meddicine - Some Thing You Knew Before
b7. Modern Witch - Running
b8. I†† - Chambre Ardente Affair†
b9. Party Trash - Alone
b10. Nattymari - K1LL K1LL
b11. Malibu Wands - Sleep With Demons

Vidéos


V.A. - La Station Radar on Beko

beko-lsr

Comme on se retrouve. Il y a moins d'un mois, Beko DSL, label digital d'excellence (lire), invitait les fous furieux Tchèques d'Amdiscs (lire) pour une double compilation au tracklisting proprement hallucinant et ce juste après avoir initié ce type de collaboration avec les Texans de Free Loving Anarachist. Le couvert est remis dès ce soir et pas de n'importe quelle manière puisque cette fois, La Station Radar, label loin d'être inconnu sur Hartzine (lire et écouter), s'occupe de dresser un menu dont Fleur nous révèle la teneur. "Si j'ose dire, nous nous soutenons mutuellement (avec Beko). Reno nous a un jour proposé de participer à son projet de collaboration digitale de labels. Nous n'avons pas hésité une seule seconde ! Il a fait une sélection parmi des groupes que nous avons déjà produits et après s'être mis d'accord, nous avons complété ces choix par des groupes qui ont déjà eu des sorties chez nous ou des choses à venir plus tard... et nous lui avons aussi fait quelques surprises de dernière minute ! Chacun des groupes qui font partie de cette collaboration ont été trés enthousiastes et nous ont envoyés des morceaux exclusifs spécialement faits pour cette compilation." La beauté lunaire de Black and White Flight d'Ela Orleans (lire) - dont le vidéo-clip à découvrir ci-dessous souligne l'acuité spatiale de cette allégation - introduit ainsi une crépusculaire constellation déchirée de comètes déjà largement observées dans nos pages - de la grâce des ombres figurée par Terror Bird (lire) au spleen déstructuré de Jeans Wilder (lire) - côtoyant, passé les quelques champs magnétiques nimbés de saturation d'Archers by the Sea (Leather Jacket Dance) et Skitter (Stutter), la fièvre vespérale d'Yves / Son / Ace et de Dirty Beaches (dont on reparlera très bientôt à l'occasion de Badlands à paraître le 29 mars sur Zoo Music). Avec le conclusif The Garden Room, le psychédélisme des limbes de Wet Hair fait écho au calme inquiet des instrumentaux I Panema et I Have to be Leaving de Je Suis le Petit Chevalier et Gremlinz quand le groove tourmenté d'Holy Strays rappelle comme il est jouissif de plonger dans un océan de nuit. C'est aspiré dans les abîmes de cette collaboration à l'homogénéité insoupçonnable que l'étreinte émotionnelle se resserre. On rêve alors du futur conjugué de ces artistes sur Beko, la Station Radar ou plus si affinités. Ela Orleans, après le split vinyle, Double Feature, en compagnie de Dirty Beaches (février) et l'album Mars is Heaven, prévu pour mars sur la Station Radar, enquillera un second LP dès la fin de cette année sur Clandestine Records. Clandestine Records qui, en plus d'occuper dans un futur proche notre une, sera le prochain invité du label digital. Tiens donc, comme on se retrouve.

Audio

Tracklist

cover_lsr_03a1. Ela Orleans - Black and White Flight
a2. Je Suis le Petit Chevalier - I Panema
a3. Archers by the Sea - Leather Jacket Dance
a4. Terror Bird - Cant Tell What's Real
a5. Jeans Wilder - Be Ok

b1. Holy Strays - Phrenesia
b2. Skitter - Stutter
b3. Yves / Son / Ace - My Confusion your Delusion
b4. Gremlinz - I Have to be Leaving
b5. Dirty Beaches - Night City
b6. Wet Hair - The Garden Room

Vidéo


Procedure Club - The Salmon of Doubt / Tan Dollar - Change Your Mind

tan-dollar-change-your-mindprocedure-club-the-salmon-of-doubtQue voulez-vous, j'ai un rapport avec la musique éminemment personnel. Une fuite solitaire, ne goutant que peu l'écoute collective. J'aime marcher, dévaler les rues, des cavalcades noctambules aux dédales nimbés de soleil, de Mogwai à Coma Cinema. Ou encore Joy Division les jours de pluie, quand le froid pénètre jusqu'à l'os. Souvent, je contemple un film glissant sur mes écrans rétiniens, choisissant tel ou tel disque comme bande originale circonstanciée. Et chaque matin, l'exiguïté suffocante d'un métro aux allures de bétaillère moribonde. Chaque matin, sans parler de ces fins de journées où la vile besogne vide de sa moëlle l'ardeur humaine. Les yeux s'entrouvrent sur le monde pullulant, préférant sans égard l'indicible cotonneux à la réalité contondante. Ambiance de fête et fin d'année, qu'importe, j'ai le casque vissé aux oreilles. Une intime sélection dans laquelle s'immiscent à merveille les guitares réverbérées du duo Procedure Club, ou celles, plus ferrailleuses, des Américains de Tan Dollar. Deux groupes que l'on a tôt fait de retrouver sur le label digital Beko (lire) - abandonnant pour l'occasion sa particule DSL (pour Digital Single Label), The Salmon of Doubt des premiers comme Change Your Mind des seconds étant des LP - après nous avoir gratifiés chacun, tout au long de l'année, d'albums et de maxis indispensables. C'est ainsi qu'Andrea Belkaur et Adam Malec, balançant de leur Connecticut d'adoption, en juin dernier, le tumultueux Doomed Forever via l'irréprochable structure Slumberland Records (Black Tambourine, The Pains of Being Pure at Heart), manièrent l'art de la récidive dès octobre sur nos amis de Beko, devançant de peu les agités de Tan Dollar qui, après Your Body As a Temple paru l'année dernière sur Life's Blood, le split cassette en compagnie de Weed Diamond sur Bathetic Records (écouter) et deux EP à se procurer par , grimèrent leur nom dès novembre en tant que seconde référence Long Play dudit label brestois. Bien qu'ostensiblement différent, Procedure Club recouvrant d'un voile shoegaze une bedroom-pop sensuelle et confondante, quand Chris Thorne, Mike Skehan et Ilya Sandomirsky délayent une pop propulsive et éraillée, munis de leurs claviers et d'une batterie plus que minimale, il n'en fallait pas moins pour guider avec entrain mes pas chancelant, et ce, de jour comme de nuit. L'indie-pop à son firmament, entre saturations blêmes et voix ensorcelantes. Depuis, avec les effluves drone d'A Pulsating History de Maps and Diagrams, une troisième sortie est venue noircir la liste des albums diligentés par Beko, quand bien d'autres, tenues encore secrètes, sont prévues pour l'année 2011. En attendant de percer le mystère, rendez-vous par ici, histoire de garnir, sans contracter d'hypothèques, votre hotte à cadeaux. Un sapin qui ne sent pas le sapin, c'est ça l'esprit de Noël.

Audio

Procedure Club - Life on Earth
Tan Dollar - How Can It Be True?

Tracklist

Procedure Club - The Salmon of Doubt (Beko, LP01, 2010)

1. Seven Days Later
2. Life on Earth
3. Art of Ignoring
4. Between the Eyes
5. Witches
6. Ed
7. Index Finger
8. Andrea's Drunk Song
9. Walking (Feat. Adam)
10. Snowy (Feat. Sore Eros)
11. Indigineous
12. Dead Rocks

Tan Dollar - Change Your Mind (Beko, LP02, 2010)

1. Be Happy for Me
2. Always Holding Back
3. Uneven
4. Waiting
5. How Can It Be True?
6. Let You Go
7. Losing Affection
8. Get It


Charly's Last Chance Club & Prémisses 2011 par Beko DSL

beko2Est-ce encore la peine de présenter nos amis de Beko DSL ? D'une entrevue en avril dernier à la présentation de l'hallucinante compilation regroupant un nombre incalculable de groupes vivotant du côté de chez Amdiscs (lire) sur ledit label digital, on n'est pas loin d'avoir fait le tour de la question, d'autant qu'on avait évoqué les trois LP sortis en 2010 par la structure brestoise (Procedure Club, Tan Dollar et Maps & Diagrams). Dans le vocabulaire d'usage, la qualification "d'activistes de la cause indé" n'est pas volée, loin s'en faut. Mais s'il fallait encore une preuve, une marque indéfectible de leurs engagements et de leurs appétences pour les expérimentations sonores et visuelles de toutes sortes, de l'électro punk à la witch haus, en passant par l'ambiant drone, des collaborations avec le label texan Free Loving Anarchist ou celle à venir avec les Anglais de Clandestine Records, Reno nous l'insinue en deux mixtapes, commentées par ses soins, écoutables et téléchargeables ci-dessous. L'une, Charly's Last Chance Club, prenant la forme d'une rétrospective 2010, quand l'autre matérialise d'un œil furtif l'actualité du label en 2011. Le bilan, les prémisses, au moins, avec eux, on sait à quoi s'attendre.

Charly's Last Chance Club (download)

beko_mix_a1

1. Sandra Electronics - It Slipped Her Mind (Downward, 2010)
J'ai découvert ce label avec la sortie du Tropic of Cancer en 2009. Explorative droning 1970's electronic punk rooted experimental !

2. Ghoul Poon - Satanic Lunch
Morceau extrait de la compilation digitale Do The Fright Thing - Volume One où de nombreux groupes sont à découvrir.... Allez voir par également.

3. The KVB - Wahsinn (Fla, 2010)
Extrait de la K7 sortie sur Free Loving Anarchist. Un inédit sur notre beko_fla.

4. Claw Toe - Ingrown Eno (Mong Attack, 2010)
Sur le 7" éponyme.

5. Dania Shapes - Cemetery Feeling Limited (Naivsuper, 2008)
Aka Oneotrix Point Never sur le CD-R Soundsystem Pastoral...

6. Kreidler - Impressions d'Afrique (Unit 4's Oro Borum Bonga Baum Chant Remix) (Italic, 2010)
Extrait d'Impressions d'Afrique EP. Fan de la première heure, je suis passé totalement à coté de leur album Mosaik 2014 en 2009, un de mes favoris cette année. Je ne ferai cette erreur le 5 mars prochain avec TANK, leur nouvel opus à sortir.

7. Charlatan - Lost In Bubbles (Tranquility Tapes, 2010)
Drone expérimental par Brad Rose (The North Sea, Altar Eagle), découvert en achetant le split K7 Afterlife / Bedroom, autre projet de Michael de Liquid Days (beko 61).

8. Jeremy p Caulfield - Hush (Dump Unit/2010)
Extrait de 10 Year Tango EP, présenté comme de la tech house minimal... mais très proche de certaines productions witch haus (lire).

9. Gl∆ss †33†h - White Knives (Tag Yr It rmx)
Un de mes projets witch haus préférés ....avec d3thplaY et \\\^◊^/// (beko box3).

10. † SCOUT KLAS † - Sick Bird
Satie, The Italian Horror, white noise,YMO, Jean Rollin (RIP).... Ses influences résument bien le morceau.

11. Mater Suspiria Vision - Ritualz of the Crack Witches
Extrait de la compilation ISVOLT sur Robot Elephant Records. La plus belle découverte et rencontre de 2010 ! Qu'on se le dise (beko box1+box3) !

Bonus : prémisses 2011 (download)


beko_mix_a2

7" tracks - Allemagne + Suède + Allemagne + Hongrie + Australie + Canada + France (ghost tracklist).
Le dernier morceau au ralenti est une de nos fiertés à paraître le 3 janvier 2011.