Rendez-Vous - Distance

Les gars de Rendez-Vous deviennent sérieux, c’est la bagarre à la sortie du club. Elle est loin, l’accessibilité de Donna issue de quelques esprits nostalgiques des soirées batcave de leurs grands frères, cette espièglerie séductrice enroulée autour d’accords ingénus. Enfonçant le clou du précédent EP, le ton se fait toujours plus grave et sombre, les synthés dramatiques, le saxo geignard dans Foreseen Death: la nouvelle théâtralité du groupe le rapproche plus que les prods précédentes de ses aïeux darkwave aux inspirations gothiques et au khôl waterproof.

Il fallait une suite au single Distance sorti plus tôt cette année, il fallait d’autres morceaux cohérents, affirmés, virils, parce que quand on est prêt à la baston, il faut pouvoir l’assumer. Et sur ce point le quatuor s’en sort le menton haut, à guetter du coin de l’œil le prochain à entrer dans la mêlée. Les images du clip même ne sont plus du found footage de grenier de quadra au scénario distancié, ce sont nos contemporains, nos propres déchets qu’on se prend dans la gueule pendant qu’ils se tapent sur la leur.

L’EP non plus ne desserre pas les dents. Claviers et rythmiques agressifs, clameurs gueulardes qui s’étirent en échos infinis, allers-retours urgents sur les cordes: de l’autre côté de la composition on tient à s’assurer que le message est bien transmis. C’est de la new wave de bas-fonds, un Fad Gadget la main sur le cran d’arrêt, une synth pop alcoolique qui aura laissé sa morbidité couler comme la 8.6 dans le premier squat punk venu. Et quant à savoir s’il faut se sentir morbide pour être pris au sérieux, on répondra que non, mais qu’il est des périodes où ses humeurs, on préfère les cracher.

Vidéo

Tracklist

Rendez-Vous - Distance (Avant! Records, 28 avril 2016)
(Side A)
01. Distance
02. Workout
03. Foreseen Death

(Side B)
04. Euroshima
05. Demian
06. Ignorance & Cruelty


Pure Ground - Watch The Lines Grow (PREMIERE)

pure-ground (4)

Greh Holger, cerveau touffu d'Hive Mind et responsable d'une bonne vingtaine de références sur des labels tels que Spectrum Spools ou Chondritic Sound qu'il gère depuis le début des années 2000 de ses dix doigts pour un peu moins de trois-cent références cassette, et Jesse Short, déjà repéré pour son alliance gantée cuir et minimale électronique avec Max Brotman au sein de Brotman & Short, font la paire depuis maintenant trois ans au sein de Pure Ground, formation croisant avec un certain goût pour la provocation synth-wave et EBM et responsable jusque là de trois EP dont Daylight et Protection sur... Chondritic Sound - on n'est jamais mieux servi que par soi même. Sillonnant les bouges des quatre coins de l'Europe, dont le Klub et La Mécanique Ondulatoire, leurs tapes et leurs synthé sous le bras, les deux Angelins s’apprêtent à sortir leur premier LP, Standard of Living, via l'italien Avant Records (LP) et le Berlinois Sleepless Records (CD), le 18 juin prochain. Véritable bombe acide ressuscitant, entre beats syncopés et déluge de bruits blancs, des légendes telles que Nine Circles, KaS Product ou Front 242, Standard of Living s'intime comme la bande-son originale parfaite d'un monde en pleine déliquescence et où la peur ne constitue désormais plus que le seul vecteur de lien social. Une dystopie de plus en plus quotidienne et qui sied chaotiquement à nos oreilles par le biais des élucubrations abrasives du duo Californien dévoilant ci-après éreintante Watch The Lines Grow en exclusivité.

Audio (PREMIERE)

Tracklisting

Pure Ground - Standard of Living (Avant Records / Sleepless Records / Chondritic Sound, 18 juin 2015)

01. Second Skin
02. Watch the lines Grow
03. War in Every House
04. In Silence
05. l´Image
06. Poison
07. The Glory of Absence
08. Centuries
09. Tides


Night Sins - Knife to the Sky

Si Night Sins est la contraction darkwave de Salvation, Mother Of Mercy and Nothing, la formation originaire de Philadelphie s'affranchit de l'étiquette de side-project avec le LP New Grave, récemment paru début septembre via Avant Records. L'album, préalablement annoncé par une cassette et un single digital, évoque les ambiances glauques et so british naguère entonnées par The Sisters of Mercy ou Joy Division et ici portées par Kyle Kimball au chant, aussi profond que ténébreux. A l'écoute de Knife to the Sky, suffit il d'ailleurs de fermer les yeux pour s'imaginer sans peine errer dans le néant, quelque part entre Leeds et Manchester.

Audio

Vidéo