Liz & László - Rien A Paris

Liz & LászlóLa néo-New-Yorkaise Liz Wendlebo de Xeno & Oaklander et le Montréalais Xavier Paradis, instigateur d'Automelodi, ont composé ensemble, sous l’alias Liz & László, un 7" intitulé Rien à Paris paru en mars 2012 sur le label de Pieter Schoolwerth Weird Records, aujourd'hui en sommeil. Et alors que leurs carrières respectives prennent une certaine ampleur, Xeno & Oaklander ayant récemment sorti Par Avion sur Ghostly International et Automelodi le très bel LP Surlendemains Acides sur Electric Voice Records (lire), le label Canadien Visage Musique réédite en vinyle ladite perle rare. En écoute ci-après, Rien à Paris s'inspire, avec une subtilité synthétique rare, du film surréaliste Céline et Julie vont en bateau (1974) de Jacques Rivette quand la face B, Je ne suis là pour personne, est une relecture d'un morceau de Françoise Hardy. Et plus si affinités donc.

Audio

Tracklisting

Liz & László - 7" (Visage Musique, 25 novembre 2014)

A1. Rien à Paris
B1. Je ne suis là pour personne

Liz&Laszlo


Matthew Samways l'interview

Matthew Samways1

En 2012, lorsque nous avons interviewé Matthew Samways pour la première fois à propos de son label Electric Voice Records qui sortait alors sa première compilation (lire), l'angelot avait à peine dix-neuf ans. De quoi filer des rides à n'importe quel clampin du milieu. Aujourd'hui, le résident de Halifax, en Nouvelle-Écosse canadienne, en tape trois de plus au compteur et parle déjà comme un vétéran ayant avalé d'une traite son adolescence, entre mise sur pied d'un label dénombrant de sérieuses références - Automelodi, Martial Canterel, Xeno & Oaklander, Új Látásmód Fúzió ou ADN' Ckrystall -, projets musicaux personnels et lutte erratique contre une lancinante dépression. La précocité a certes souvent un prix, mais Matthew a de la ressource, en témoignent les parutions alignées en 2014 avec la sortie physique - longtemps repoussée, suite à un souci avec une usine de pressage US - du LP Surlendemains Acides d'Automelodi (lire) et les trois compilations cassettes, instiguées avec l'aide de Sean Mcbride, Sand BeachRailroads In Juxtaposition et l'ultime Cliff Dwellings - avec au tracklisting, entres autres, Silent Servant, Femminielli Noir, Soft Metals et Cosmetics - s'inscrivant toutes trois dans le cadre des dénommées Topographic Symbols Editions. A l'heure de souffler sa cinquième bougie et au moment où Electric Voice Records annonce - sans rien révéler de tangible - des collaborations avec Dirty Beaches et Tropic of Cancer, Matthew a préféré botter en touche tout en nous parlant de ce qui lui tient avant toute chose à cœur, à savoir de son prochain LP à paraître en son nom propre, Litany Against Fear. En prime, il nous a offert une mixtape à écouter et télécharger ci-après.

Matthew Samways l'interview

Matthew Samways2

Cinq ans après les débuts du label, vous préparez une troisième compilation. Pourriez-vous nous en dire plus à ce sujet ? Est-ce-qu’elle témoignera de l’orientation esthétique actuelle du label ?
Five years after the beginning of the label, you prepare a third compilation. Can you tell us more about it? Does she it testify of the current esthetic orientation of the label?

J’ai décidé de ne pas divulguer d’informations sur la sortie jusqu’à ce qu’elle se concrétise. J’ai été confronté à beaucoup d’obstacles ces deux dernières années, en particulier avec le label, et mes ambitions peuvent sembler polarisées. J’apprécie le procédé d’élaboration de ces compilations et j’ai rencontré des personnes formidables tout au long de ces processus, professionnellement et personnellement. Chaque auditeur, ou devrais-je dire consommateur, a une vue subjective de l’orientation du label. Une certaine valeur esthétique s’est développée en parallèle avec mon art personnel et ma pratique musicale qui se reflète sur le label et est également imposée par les artistes avec lesquels j’ai choisi de travailler. Je ne crois pas vraiment que le label puisse exister dans toute sa pureté et sa sincérité étant donné que nos sorties et nos médiums sont éclipsés par la culture musicale contemporaine et notre démographie. Peut-être aussi que mon isolement et le fait que j’habite dans un endroit retiré contribuent à l’image et à la représentation d’EV.

I am choosing to withhold any information about the release until it has materialized. I have dealt with many obstacles over the last couple years, especially with the label and my ambitions can feel polarized. I do enjoy the process of curating these compilations and have met some magnificent people throughout these processes, professionally and on a personal level. The orientation of the label is subjective to the listener or shall I say consumer. A certain aesthetic value has developed abreast with my own art and musical practice that is reflected in the label and is otherwise enforced by the artists’ in which I have chosen to work with. I do not really believe the label can exist purely and genuinely, as the releases and the mediums we choose are obscured by contemporary music culture and our demographic. Perhaps also the isolation and my remote location contribute to the output and representation of EV.

Comment juges-tu l’expérience d’EVR après coup ?
How do you judge afterward the EVR experience?

Avec le recul, je n’aurai pas commencé le label à un si jeune âge. Ceci étant dit, l’univers a ses propres lois et il y a une raison à l’existence d’Electric Voice dans ma vie. Historiquement, éventuellement sous un autre nom ou sans association avec une niche musicale particulière, le label aurait existé sous une autre forme. J’ai l’impression que mon besoin de créer et de participer de cette façon à ces communautés musicales est intenable. Il est facile de se sentir désabusé face à soi-même et à ses actions, mais le défi qui consiste à surmonter ça peut déclencher l’enthousiasme à travers cette expérience.

In hindsight, I would not have begun the label at such a young age. This said, the universe is working its ways and there is a reason Electric Voice exists in my life. Historically, perhaps under a different moniker or without any association to a particular niche, the label would have materialized in another way. I feel my urge to create and to contribute to these musical communities in such a manor is untenable. It is simple to feel disenchanted with ones being and ones doing but the challenge behind overcoming this can often spark enthusiasm with this experience.

Est-ce-que ce rapport te donne des clefs et des perspectives pour le futur ?
Does this report give you keys and perspectives for future?

Effectivement, je me suis découvert plus exigeant et impatient avec les résultats du label. Je suis actuellement en train de travailler sur une proposition de financement qui nous installerait pour les cinq prochaines années mais je ne suis pas pressé. J’ai aussi l’intention d’être un peu plus sélectif avec les gens avec lesquels je travaille, d’amener et de travailler de façon plus rapprochée avec des amis. C’est simplement plus agréable de cette manière.

Indeed, I have found myself to be rather over extensive and impatient with the labels output. I am currently working on a proposal for funding that would set us up for the next five years and I do not feel rushed to do so. I also intend on being slightly more selective with whom I work with, and bringing it in and working closer to friends. It is simply more enjoyable this way.

Tu t’es rapproché d’artistes comme X&O. Quelles ont été les rencontres fondamentales durant cette période de ta vie ?
You got closer to artists as X&O and Automelodi. What were the fundamental meetings during this period of your life?

Avant tout, je suis devenu très ami avec Sean Mcbride de Xeno & Oaklander, qui est aussi le cerveau derrière Martial Canterel. Musicalement, l’impact que MC a eu sur ma vie de la fin de mon adolescence et aux débuts de ma vie d’adulte est très puissant et est responsable de certains de mes principes. Cette période semblait en effet excitante puisque j’étais dans un état d’esprit clair et stable et que j’étais capable de mettre en valeur ces artistes. C’était aussi une période transitoire dans ma vie personnelle où ma dépression semblait en quelque sorte être en paix. J’ai depuis compris qu’on ne peut empêcher nos propres démons d’exister mais que l’on peut seulement les mettre au repos et ne plus les nourrir.

Moreover, I became very close friends with Sean Mcbride of Xeno & Oaklander, who is also the intelligence behind Martial Canterel. Musically, the impact that MC has had on my life throughout my late teens and early adult life is rather potent and accountable for certain formalities. This time did indeed seem exciting as I was in a clear and stable place mentally and was able to provide an avenue for said artists’. It was also a very transitional period in my personal life where my debilitating depression seemed at some sort of peace. I’ve since come to learn that ones own demons cannot refrain from existing, yet can only be put to rest and left unfed.

EVR

Tu as annoncé de futures collaborations avec Dirty Beaches et Tropic Of Cancer. Que peut-on attendre d’EVR dans les prochains mois ?
You announce future collaborations with Dirty Beaches and Tropic Of Cancer. For what do we have to expect from EVR in the next months?

Comme mentionné précédemment, actuellement il apparaît inconfortable et imprudent d’annoncer des sorties avant leur concrétisation. De mon expérience, un enregistrement peut prendre forme en plusieurs mois ou même une année. Il m’apparaît impossible de percevoir où nous en sommes, les choses sont en effet très volatiles. J’attends le jour où nous serons satisfaits de nous et où je n’aurai plus à jeûner ou à me placer dans cet état mental anxieux nécessaire au maintien de la “hype”. Jusqu’à que je sois à l'aise avec ça, je souhaite rester évasif tant qu’il reste des points indécis.

As aforementioned, at this point it seems impractical and imprudent to slate releases until the final materialization. In my experience, a record can come together in the matter of a few months or the matter of a year. It seems unpredictable for me to foresee where we will stand as all is volatile. I hope for a day where we are self sustaining and I do not have to starve or put myself in this fragile, stress ridden mental state in order to maintain “hype”. Until I am comfortable with this thing, I hope to keep as much elusive until there are no variables.

Est-ce que le synthé minimal est le plus court chemin à travers la scène techno industrielle ?
Is the minimal-synth the shortest way towards the techno industrial scene?

Je suis sceptique au sujet de la scène techno industrielle mais cela semble faire sens que des artistes utilisent ces termes pour définir la musique.

I am unsure of the techno industrial scene but it seems to make sense that artists’ are using these sister terms in classing music.

Quels sont tes projets musicaux personnel ? EVR les influence-t-ils ?
Individually, what are your musical projects? Did EVR influence them?

Actuellement, je me focalise sur moi-même et je suis juste en train de finaliser mon premier disque sous mon vrai nom, Matthew Samways. Il ne peut se rattacher véritablement à aucun genre et je pense que cette influence vient en partie d’EVR. Le LP contient six compositions personnelles avec des additions et des collaborations avec Camella Lobo de Tropic Of Cancer pour les voix, Dave Ewenson au saxophone et Solomon Vromans au violoncelle et à la flûte. J’ai tout enregistré moi-même et mixé avec mon talentueux pote Ben Brennan. Quelques uns des enregistrements sont sur le feu depuis plus de deux ans et demi et un certain nombre de pistes ont été enregistrées sur le site historique d’Halifax où le centre Khyber pour les Arts fut hébergé pendant des années. J’ai pu enregistrer des sons de pièces caverneuses ainsi que des échos naturels dans les immenses salles de bal où j’ai passé nombre de nuits solitaires. Le LP a pour titre Litany Against Fear et signifie quelque chose de très important pour moi. Je suis impatient de partager les informations sur la sortie quand le moment sera venu. Il représente une période très sombre et solitaire de ma vie.

Currently I am focusing inward, and have just begun the final stages of completing my first record under my birth given name, Matthew Samways. It is very much non-genre specific and I think that influence partly comes from EV. The LP features 6 compositions of my own, with additions and collaborations with Camella Lobo of Tropic of Cancer on vocals, Dave Ewenson on Saxophone and Solomon Vromans on Cello and Flute. Everything was recorded by me and is being mixed by my talented friend Ben Brennan and I. Some of the recordings span from the last 2.5 years and a number of the tracks were recorded in the historical Halifax property, where the Khyber Center for Arts was housed for many years. I was able to capture some cavernous room sounds and natural reverberations in these massive ballrooms, where I spent countless nights by myself. The LP is titled Litany Against Fear and has come to mean a great deal to me, I look forward to sharing the release details when the time is appropriate. It represents a very dark and solidary time in my life.

Traduction : Marie-Eva Marcouyeux

Mixtape

01. Mickey Hart, Henry Wolff & Nancy Hennings - Field of Souls
02. Charlie Haden - Wayfaring Stranger
03. Broken Tables - Image of You
04. Staccato Du Mal - Life Do Us Part
05. Silent Servant - Still Life
06. World of Skin - 1000 Years
07. Dirty Beaches - Xinhai Tunnel
08. Die Gesunden - Sometimes
09. Martial Canterel - Parapraxis
10. Fioritura - Lacrima Profundis
11. Marie Davidson - L'Espoir est mon sentiment le plus noir

Tracklisting

V.A. - Cliff Dwellings. (Electric Voice Records, 17 juin 2014)

01. Martial Canterel - Sad Romance
02. Silent Servant - Still Life
03. Femminielli Noir - Nein Danke
04. Nacht Leiche - Untitled
05. Automelodi - Lendemain acide no2
06. Soft Metals - Hyperloop
07. Cosmetics - Cry Baby
08. Echo West - John is the Last


Automelodi - FriedrichshainMelodi Mixkassette

AutoXavierx3

Photos © Simon Grenier Poirier

Après un passage remarqué à l'Espace B le 3 octobre dernier afin de présenter son ultime Surlendemains Acides (lire) paru l'année passée sur Electric Voice Records, le Canadien Automelodi nous envoie d'Allemagne une FriedrichshainMelodi Mixkassette à découvrir et télécharger ci-après en exclusivité. Pas mieux pour finir la semaine. Une façon pour Xavier Paradis de vous dire merci de votre soutien et de votre présence.

Mixtape

Automelodi - FriedrichshainMelodi Mixkassette

01. Essaie Pas - Retox
02. Violence - La Spirale abîmée
03. Further Reductions - Death To The Beat
04. Kofe - Lomanye Plyaski (Кофе - Ломаные Пляски)
05. S.M. Nurse - Mort Automatique
06. Xarah Dion - Du Désert au jardin
07. Liz et László - Je ne suis là pour personne - remix (extrait)
08. Automelodi - Encore sous la pluie
09. HNN - Tes Mots
10. Sarah Mandiano - Ombre Chinoise (version longue) (extrait)
11. Square - Timide mais humide
12. Ming - Hato No Chushin - Remix
13. Metal Boys - Disco Future (extrait)
14. Cha Cha Guitri - Monsieur Madame
15. Further Reductions - Flesh And Fantasy (2009 demo)

Tournée

21.10. FRANKFURT - Elfer
23.10. AMSTERDAM - Paradiso @ Dark Allies
25.10. SAINT PETERSBURG (with Cold Cave)
26.10. MOSCOW (with Cold Cave)

D'autres dates ?


VIDEOSTAR 16

VIDEOSTAR 16Il n’y a pas LA vidéo de la semaine, chaque lundi, et toutes celles qui ne méritent pas d’y figurer. On arguera que tout est une question de timing et que, pour le coup, durant les vacances on a reposé nos rétines pour mieux les violenter à la rentrée. On commence par la récente vidéo d'Automelodi dirigée par Emilie Serri, Métropole sous la pluie, adaptation visuelle aussi réussie que ne l'est l'album dont elle est extraite, Surlendemains Acides (lire) paru en octobre 2013 sur Electric Voice Records. L'occasion idoine pour introduire un concert de l’angelot québécois dans l'antre de l'Espace B le 3 octobre 2014 (Event FB). La house music d'Abu Ashley sonne comme une ode à la danse et à l'hédonisme, ça tombe bien puisque son troisième single tiré de l'EP Asmaa, paru en juillet dernier sur Parka Records, Hussein Online, réussit presque à nous faire aimer la pluie. Une chose que le duo de Seattle Rodalex maîtrise parfaitement, canalisant même cette mélancolie humide en compositions synthétiques aussi belles que surannées : face b d'un split partagé avec ((PRESSURES)), coédité par Medical Records et Disko Obscura Records et à paraître physiquement le 25 septembre prochain, la gracile Glass Statuette en témoigne élégamment. Résidents à Athens au Etats-Unis, Bryan Hitchcock et Patrick Scott-Walsh usent quant à eux de claviers pour composer sous le patronyme de The Pen Test non pas des mélodies mais des sinusoïdes kosmische du plus bel effet. Sorti le 12 août sur Moniker Records, le 7" Biology est accompagné d'une mise en images pour le moins cryptique. Dans un registre aux antipodes de celui-ci, se pose White Fence qui avec l'entêtante et sémillante Like That, au tracklisting du récent For the Recently Found Innocent paru sur Drag City, rompt une virginité cathodique originelle. Première vidéo pour Tim Presley qui, malgré les vicissitudes que lui réserve la taule, ne se sépare jamais de sa gratte. Jamais. On termine avec les Canadiens de Teenanger dont le clip de Think About It ressuscite une éructation psych-punk directement issue de la fin des 70' : la redite a parfois du bon, prends ça Simon. Leur nouvel album EPLP sortira le 9 septembre prochain sur Telephone Explosion. Videostar, reçu 6 sur 6.

Vidéos

https://www.youtube.com/watch?v=rA2QlWEhGS4
https://www.youtube.com/watch?v=_S8kqM2iFCU
https://www.youtube.com/watch?v=ihVbm5JFukY
https://www.youtube.com/watch?v=q4J8pKXFcK4
https://www.youtube.com/watch?v=iHylhlys5-k
https://www.youtube.com/watch?v=8o6qxTPd7GU

Éditions précédentes

VIDEOSTAR 01
VIDEOSTAR 02
VIDEOSTAR 03
VIDEOSTAR 04
VIDEOSTAR 05
VIDEOSTAR 06
VIDEOSTAR 07
VIDEOSTAR 08
VIDEOSTAR 09
VIDEOSTAR 10
VIDEOSTAR 11
VIDEOSTAR 12
VIDEOSTAR 13
VIDEOSTAR 14
VIDEOSTAR 15


On y était - Automelodi au Batofar

10558681304_0a8e2739e7_bL'objectif d'Hartzine était au Batofar le 19 octobre dernier pour un concert fomenté par La Forme Lente du duo Automelodi dans le cadre d'une tournée européenne présentant son ultime et bien gaulé Surlendemains Acides (lire).

Photos


Automelodi - Surlendemains Acides

"Lorsque je signe des groupes étrangers, je les encourage fortement à chanter dans leur propre langue, revendiquer leur culture, et éviter l'écueil des étrangers qui chantent en anglais". Ce sont les mots, en 2009, de l'Américain Pieter Schoolwerth, fin connaisseur des moindres recoins de la minimal wave internationale et soutien majeur de son renouveau grâce à son label-pivot Wierd Records à New York. Il ne parle pas français et ne peut donc savourer l'un des aspects les plus croustillants du projet montréalais Automelodi dont il a sorti le premier album, mais on aimerait bien lui dire qu'il a été particulièrement gâté sur ce coup-là.

Rappelons-le, les Québécois ont un rapport parfois délicat avec la francophonie, qui impacte fortement leur production musicale (par exemple, les radios locales sont tenues à 65% de francophone dans leurs playlists). Leur humoriste populaire Stéphane Rousseau racontait une fois qu'on apprenait aux apprentis comédiens au Québec qu'un accent français irréprochable était indispensable pour percer. Par ailleurs, on connaît à nos cousins outre-Atlantique une relation à double-tranchant avec la culture française qui va de la dérision de notre accent à une grande admiration pour nos artistes, ainsi qu'un sens brutal de l'absurde et du pastiche qui nous décoiffent quand on s'y attend le moins.

automelodi-2013

Il est utile de restituer le tandem Automelodi dans ce contexte, tant son approche romantique et décomplexée du folklore francophone et français est un de ses plus grands atouts. Le tour de force inattendu de sa tête pensante Arnaud Lazlaud (nom de scène Xavier Paradis, histoire d'afficher la couleur) est bien de parvenir à faire de la Nouvelle Vague française au XXIème siècle en étant québécois et en faisant une synth-pop toutes voiles dehors dans une langue délibérément maniérée, le tout sans perde la face. Ce patrimoine artistique hexagonal, il l'avait déjà revendiqué à l'occasion d'un exquis single avec la moitié chantante de Xeno & Oaklander en 2012, Rien à Paris, qui convoquait joyeusement Jacques Rivette en face A et Françoise Hardy en face B, le genre de références qui sonneraient immanquablement chics et pompeuses de la part d'un Français (Tricatel dans le meilleur des cas, Fauve dans le pire).

C'est pourtant avec une absence totale de complexe que la langue française et son univers sont abordés et magnifiés chez Automelodi, comme le confirme ce deuxième album hautement enjôleur. Ces Surlendemains Acides, ce sont Les Nuits de la Pleine Lune d'Éric Rohmer sur des claviers analogiques en 2013 à Montréal - le titre Fables et Proverbes sonne d'ailleurs comme un clin d'œil à la série des Comédies et Proverbes du défunt réalisateur. Chez Xavier Paradis (et non Dolan, pourtant on n'est pas si loin du compte), on y va sans scrupule : frange basse et chemise cintrée, pop chamarrée et air détaché, on s'alanguit sur son vague-à-l'âme après des nuits agitées (Métropole Sous la Pluie), on déchiffre son mal-être en formes géométriques (À la Date Verticale, et surtout Aléas, Dernières Chances, tube pour danser sous les néons cet automne) et bien sûr, on n'oublie pas que les formes de son corps ne veulent rien dire pour moi (les frôlements érotiques de La Cigale, avec clin d'œil à la Fontaine Pour le Plaisir). On s'autorise aussi des intonations affectées à outrance, des formules ampoulées au bord de la complaisance, et des "r" scandaleusement exagérés qui donnent un relief indécent à des mots tels que "corps" ou "cœur", autant d'éléments que l'on assimilerait ici à de mauvais gimmicks de variété française.

Sur le papier, tout cela pourrait sembler en effet rédhibitoire, et c'est là qu'Automelodi fait fort. D'abord, l'opération s'appuie sur une écriture pop de grande noblesse, et une production tendre et succulente en contraste avec les raideurs pour lesquelles les autres artistes de la néo-minimale wave sont le plus souvent appréciés. Mais Paradis gagne surtout en latitude par le sérieux, l'innocence et la légèreté avec lesquels il nous confie sa fantaisie et son désarroi, là où de nombreux Français n'auraient pu se priver d'un certain second degré voire d'une distance sarcastique. Le Montréalais se joue du registre mathématico-sentimental d'un Moderne ou d'un Performance, frôle parfois le Tranxen 200, mais ne tombe jamais dans le ridicule. Tout au contraire, Surlendemain Acides est un petit chef-d'œuvre de lyrisme assumé, d'humour enlevé et de pop synthétique distinguée auquel on a envie de s'attacher. Comme le dit si bien Xavier Paradis lors d'une de ses poses les plus solennelles, "merci pour l'insolence".

Automelodi sera en concert samedi 19 octobre à Paris au Batofar (Event FB).

Audio

Tracklist

Automelodi - Surlendemains Acides (Electric Voices Records, 2013)

1. La Cigale
2. Aléas, Dernière Chance
3. Vacances à Maiori
4. RT 60
5. Digresse
6. Fenêtres Ouvertes
7. Navette de Remplacement
8. Fables et Proverbes
9. Métropole Sous la Pluie
10. À la Date Verticale


Automelodi - Digresse (PREMIERE)

Surlendemains AcidesXavier Paradis d'Automelodi - que l'on avait déjà invectivé le temps d'une interview (lire) au cours de laquelle il assurait avoir la démarche d'un compositeur folk et non new-wave sur le retour - reprend là où il avait laissé ses digressions synthétiques avec un nouvel album, Surlendemains Acides, à paraitre le 8 octobre prochain en digital et le 1er novembre en version LP, via Electric Voice Records (lire), le label de Matthew Samways, toujours là où il le faut. Et c'est en parcourant ce très attendu disque - faisant suite à son seul et ultime prédécesseur paru en 2010 sur Wierd Records - que les mots d'alors d'Arnaud Lazlaud, de son vrai nom, résonnent en creux de quelques tintements de claviers, illustrant admirablement la fantaisie mélancolique de ses bravades discographiques : "Autant au niveau des textes que de la musique, cette idée de rechercher une certaine « limite » m’intéresse énormément. Je ne parle pas ici d’explorer les extrêmes, mais plutôt cette zone frontalière, cette région mince et incertaine entre le rêve et l’éveil, entre la douceur et la langueur. C’est cet arrière-goût d’anxiété dans ce qui peut ne sembler être qu’une sucrerie « pop »… ou encore, au milieu d’un jardin magnifique, l’ombre du buisson en fleurs sous lequel on retrouve un jour par hasard un oiseau mort." En attendant un concert à Paris organisé par nos amis de La Forme Lente le 19 octobre prochain au Batofar (Event FB), Digresse est à découvrir ci-après. Clinquante.

Audio


Automelodi - Trans-Europe Express (interview & mixtape)

Grands conflits d'idées et armures s'effondrent à l'écoute d'Automelodi (Wierd Rec). Cette pop synthétique et facile parcourra l'Europe au mois d'octobre prochain et s'arrêtera à Paris... l'occasion de faire parvenir à Xavier quelques questions à propos des attentes placées en cette tournée. Son carnet de route est compilé en quelques morceaux plus bas.

La majeure partie des papiers que j'ai pu lire sur toi convergent autour de questionnements sur la valeur à accorder à ton univers. Ce sont des choses qui retiennent ton attention ?

Je suppose que plusieurs de ces questionnements visent à définir comment Automelodi se positionne dans le spectre des références musicales établies, particulièrement depuis la sortie de l'album sur le label Wierd, qui est perçu comme un des porte-étendards de la résurgence d'un certain genre. C'est un type de questionnement parfois très cartésien... j'ai l'habitude d'y être exposé mais ça n'a jamais vraiment été un souci pour moi car depuis mes débuts, mon approche est essentiellement celle d'un chanteur folk. Dans cette optique, la temporalité et les classifications qui peuvent en découler ne retiennent pas vraiment mon intérêt. En fait je recherche plutôt le contraire.

Mon "univers", comme celui de tout être humain, implique un bagage folklorique et j'ai choisi de m'intéresser de façon très franche et ouverte à certains de ses éléments plutôt qu'à d'autres. Il y a par exemple les sonorités des synthés analogiques, autrefois perçues comme futuristes ou "déshumanisées", qui viennent maintenant s'inscrire dans un folklore en constante évolution. Par conséquent, leur pouvoir sémantique a changé et ces sonorités peuvent maintenant véhiculer quelque chose de plus instable et fragile : quelque chose d'humain... tout en semblant parfois à la limite de l'immatériel. D'ailleurs, en général, autant au niveau des textes que de la musique, cette idée de rechercher une certaine "limite" m'intéresse énormément. Je ne parle pas ici d'explorer les extrêmes, mais plutôt cette zone frontalière, cette région mince et incertaine entre le rêve et l'éveil, entre la douceur et la langueur. C'est cet arrière goût d'anxiété dans ce qui peut ne sembler être qu'une sucrerie "pop"... ou encore, au milieu d'un jardin magnifique, l'ombre du buisson en fleurs sous lequel on retrouve un jour par hasard un oiseau mort.

Dans une de tes interviews tu parlais d'Automelodi comme d'un projet "pop parallèle" voir "pop perpendiculaire" pour désigner à la fois tes moyens de production, de distribution et de rencontre du public. J'imagine qu'il en a été de même pour le montage de cette tournée ?

Oui, à plusieurs niveaux, on peut dire que cette tournée s'élabore dans un circuit "parallèle". C'est l'aide précieuse d'un collaborateur berlinois, Christian Pommerening, qui permet de structurer le projet mais il y également plusieurs promoteurs indépendants impliqués dans les différentes villes.

De toute évidence il n'y avait pas vraiment de circuit déjà établi pour une tournée d'Automelodi. Cela dit, les invitations sporadiques qui provenaient de contacts à gauche et à droite allaient en augmentant alors nous avons décidé de voir comment nous pouvions relier les différents points. Puis, il y a quelques villes comme Berlin où, entre autres, mes amis Xeno & Oaklander avaient souvent pu jouer auparavant. Dans ces cas, les possibilités étaient déjà très claires.

Il me semble que la question d'une tournée européenne t'agite depuis un petit moment. C'est ta première ? Tu viens seul ou accompagné d'un backing band ? Tu attends quoi de cette tournée ?

Je serai accompagné de Simon Yupiktake, qui a commencé à jouer la guitare et quelques synthés avec Automelodi en début d'année. C'est effectivement la première tournée européenne d'Automelodi. J'ai des amis, notamment à Paris et Berlin, qui évoquent régulièrement cette idée depuis six ou sept ans alors forcément les expectatives sont bien en place d'un côté comme de l'autre. Cela dit, mes attentes sont simples. A priori, c'est un peu comme un rencard qui a plusieurs fois été remis au lendemain : il s'agit de briser enfin la glace, de provoquer une rencontre. C'est un peu ce qui s'est passé en 2009, lorsque nous avons débarqué pour la première fois à New-York à la soirée Wierd sans vraiment savoir ce qui allait se produire.

Peux-tu nous en dire plus sur la mixtape que tu nous a envoyé ? C'est la bande-son de ton voyage à travers l'Europe ?

C'est effectivement une mixtape à dominante européenne, quoique c'est peut-être plus un hasard qu'autre chose. En fait, au rythme auquel vont s'enchaîner certains de nos concerts, la bande-son "par défaut" de notre tournée risquerait de ressembler souvent à "Trans-Europe Express". J'ai simplement sélectionné les pièces selon mon instinct du moment. Il y a là des trucs que j'écoute sans me lasser depuis des années, comme Serge Blenner ou Metamorphus Nex, dont j'avais acheté les albums chez un petit disquaire de Québec au milieu des années 90, sans trop savoir à quoi m'attendre. Il y a aussi Chrisma, un de mes groupes préférés, particulièrement pour leurs deux premiers albums produits par Vangelis qui ont un son vraiment unique. J'ai ajouté The Modern Art, dont j'ai écouté la cassette Underwater Kites durant tout l'été... évidemment la qualité sonore souffre un peu, vu le médium d'origine, mais c'est un cas où la musique transcende. Vous entendrez aussi une des rares chansons enregistrées par Nathalie Rheims sous le pseudonyme d'Alix, avec des paroles plutôt cinématographiques qui me rappellent un peu les premiers films de Leos Carax. Ensuite... : Roberto Cacciapaglia, dont l'album Sonanze est un pur chef d’œuvre ; Conrad Schnitzer, un autre géant qui vient de nous quitter (R.I.P.) et enfin, sans vouloir m'étendre sur toutes les pièces, je termine sur Lena Platonos, la poétesse grecque. Je ne comprends hélas rien de ce qu'elle raconte mais d'une façon ou d'une autre, avec cette musique, c'est énorme.

1. Serge Blenner - Magazin Frivole
2. Gino Soccio - Remember
3. Chrisma - We R
4. Null & Void - Un sédatif ce soir
5. The Modern Art - Death Wish
6. Stranger Station - Minutes To Silence
7. Alix - Asphalte
8. Roberto Cacciapaglia - Sonanze (3rd movement)
9. Conrad Schnitzler - Auf Dem Schwarzen Kanal
10. Metamorphus Nex - Cry
11. Opera Multi Steel - Je veux être bercée
12. Lena Platonos - Markos