RE(FLUX) 10

hangarSi en province, on se dandine encore sur les sardines de Patrick Sebastien, la capitale est elle, assaillie par une déferlante de techno brute, reléguant le rock et la pop au second plan et ravivant la fougue d’un public qui hantait auparavant les hangars. Des nightclubbers aujourd’hui plus branchés par les structures écorchées de tracks tech-indus que l’ambiance bon enfant de sucreries minimal-house. Plus besoin de passeport, aujourd’hui c’est Berlin, Londres et bruxelles qui viennent toquer à notre porte.

AX&P – Ampere & Ohm (AX&P)

AX&P sont tout simplement les initiales d’Adam X et Perc, deux monstres de l’underground réuni autour d’un EP corrosif et brutal, chronique délétère du monde d’en bas. Quand les grands esprits se rencontrent, ça fait parfois du bruit.

L.B. Dub Corp – Unknown Origin (Ostgut Ton)

Est-il encore utile de présenter Luke Slater, activiste electro depuis maintenant plus de vingt ans, ce stakhanoviste musical délaisse quelques temps son projet rugueux Planetary Assault System au profit de L.B. Dub Corp autour d’un album à la vocation initiatique sur les origines identitaires.  Un pamphlet électronique au croisement de l’ambient et des musiques du monde auquel collabore le célèbre poète rasta, Benjamin Zephaniah.

Lakker – Untitled (Stroboscopic Artefacts)

Débarqué récemment sur le label de Lucy, Strobocopic Artefacts, le duo Dublinois Lakker poursuit son voyage à travers une musique extatique à la fois brumeuse et cornue, déjà entamé sur ses deux précédents maxis sortis chez Blueprint. Une dynamique impétueuse au service de mélodies périlleuses qui fait de cet EP sans nom un must-have du genre IDM/Techno.

Sawlin & Subjected - Foreign Awake pt.1 (Electric Deluxe)

Nouvelle collaboration des teutons, Sawlin & Subjected, délaissant une nouvelle fois leur label Vault Series pour une incursion remarquée sur Electric Deluxe, que l’on ne présente plus. Foreign Awake pt.1 se veut comme le premier épisode d’une saga musicale donnant l’excuse aux deux comparses de se plonger une fois de plus dans les affres d’une techno industrielle composée de fractales concassées et de nuances lugubres.