Hartzine Yearly Mixtape 14'

best1

Notre bilan 2014, à (re)découvrir par ici.

[button colour="black" type="slightlyroundedarrow" size="large" link="http://www.mediafire.com/download/p21a2eioxpju2xl/hartzine-yearly-Mixtape.zip" target="_self]DOWNLOAD[/button]

Tracklist

01. Night Riders - L'Espace Et Le Temps
02. Container - Glaze
03. Motorama - Dispersed Energy
04. Plurabelle - Lindo
05. Sterling Roswell - The Girl from Orbit in Dub
06. Massimiliano Pagliara - With One Another
07. Wild Beasts - Wanderlust
08. Umberto - La Llorona
09. The Acid - Creeper
10. Ritual Howls - Turkish Leather
11. Koudlam - Negative Creep
12. Femminielli Noir - Me Gusta El Dolor
13. Ricardo Tobar - Hundreds
14. Wild Beasts - Wanderlust
15. TRAAMS - Flowers
16. Hannah Diamond - Attachment
17. Prince Innocence - Cold
18. Real Estate - Talking Backwards
19. Johnny Aries - This Grave Is My Bed Tonight
20. NO ZU - Raw Vis Vision
21. J. Cole - Fire Squad
22. John Carpenter - Obsidian
23. Wu-Tang Clan - Ruckus In B Minor
24. SchoolBoy Q - Man Of The Year
25. Foxes in Fiction - Shadow's Song
26. Vanessa Amara - King Machine
27. Karen Gwyer - Girl With Pitbull
28. Lukid - Nine
29. Violet Poison - Force final
30. Cut Hands - The Claw
31. Morrissey - Mountjoy
32. Former Descent - All-In And Losing The Game
33. Stimming - The Southern Sun (Original Mix)
34. Shamir - Sometimes A Man
35. Shellac - Dude Incredible
36. Vince Staples - Blue Suede
37. Watter - This World
38. Beck - Blue Moon
39. Gesloten Cirkel - Submit X
40. Etienne Jaumet - Metallik Cages
41. Kassem Mosse - Untitled B1
42. Frank & Tony - After Days
43. Lorenzo Senni - Elegant and never tiring
44. Aquaserge - Tout arrive
45. Ariel Pink - Black Ballerina
46. Red Axes - Too Late To Samba
47. Ara Koufax - Brenda
48. SLEAFORD MODS - tweet tweet tweet
49. YG - Sorry Momma (Feat Ty Dolla $ign)
50. Azealia Banks - Desperado
51. Yong Yong - Maca Lu-Lu
52. Helena Hauff - Message From Filippo
53. Vessel - Red Sex
54. Andy Stott - Faith In Strangers
55. Arca - Thievery
56. Valentin Stip - Correlation
57. Future - Honest
58. Rich Gang feat. Rich Homie Quan & Young Thug & Birdman - Flava
59. NehruvianDOOM - OM
60. Freddie Gibbs & Madlib - Deeper
61. Takako Minekawa & Dustin Wong - Party on a Floating Cake
62. Morrissey - World Peace is None of Your Business
63. Jessica93 - Asylum
64. Don't DJ - Swifts
66. TOPS - Way To Be Loved
67. Mac DeMarco - Passing Out The Pieces
68. Future Islands - Spirit
69. Papercuts - Still Knocking At The Door
70. Avi Buffalo - Overwhelmed with Pride
71. The War on Drugs - Under The Pressure
72. Amen Dunes - Lilac In Hand
73. Gem Club - Polly
74. Bing & Ruth - The Towns We Love is Our Town
75. Childhood - Right Beneath Me
76. Adam X - Catenary
77. Violet Poison - Palace of Mirrors
78. Ben Frost - Nolan
79. John Carpenter - Vortex
80. Consumer Electronics - Affirmation
81. Plaid - Hawkmoth
82. Odawas - Black Iron Awakening
83. HTRK - Blue Sunshine
84. In Aeternam Vale - 62,54hz
85. ΑΝΑΣΤΕΝΑΡΙΑ _ Vatican Shadow Version
86. Vanessa Amara - Untitled
87. Lotic - Crazy 4 Val Venis
88. Fugazi - Merchandise
89. Black Rain - Protoplasm
90. Tomaga - Malintesi
91. Profligate - Maniac Will Win
92. The Proper Ornaments - Summer's Gone
93. Pure X - Starlight
94. Beau Wanzer - Balloons
95. Koudlam - Tonight
96. Obalski - hotensia
97. A.r.t. Wilson - Janine's Theme
98. Mamiffer - Caelestis
99. Battle Trance – Palace Of Wind I
100. Wife- Heart Is A Far Light
101. Todd Terje - Delorean Dynamite
102. Grouper - Holding
103. Juan Wauters - Escucho Mucho
104. Nas feat A.Z. - Life's A Bitch
105. Lewis - I Thought The World of You
106. Mogwai - come on die young - cody
107. Lambchop - Nixon - The Old Gold Shoe
108. Psyche - Eye Of The Hurricane
109. Joe Delia & Artie Kaplan - Ms. 45 Dance Party
110. Black Zone Myth Chant - My Glory Will Be to Sing Eternal Law
111. Craig Leon - Nommo
112. Hailu Mergia - Hari Meru Meru
113. Kennedy - The Wedding Present
114. Slint - Good Morning, Captain
115. Unwound - Pardon My French
116. Freedom (Hourya) - Abadane
117. Rodion G.A. - Elastic
118. CHA CHA GUITRI - Monsieur Madame
119. Severed Heads - Dead Eyes Opened
120. Patrick Cowley & Jorge Socarras - She Had Her Nerve


Bilan 2014 : Albums, Tracks & Mixtape

bestnb

[fullwidth_text alt_background="none" width="1/1" el_position="first last"]

TOP ALBUMS

[/fullwidth_text] [box type="coloured" custom_bg_colour="#FFE82A" custom_text_colour="#000000" pb_margin_bottom="yes" width="1/4" el_position="first"]

Tomaga - Futura Grotesk (Hands in the Dark)

20. Tomaga - Futura Grotesk

(Hands in the Dark)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#2e2e36" pb_margin_bottom="yes" width="1/4"]

WIFE - What’s Between (Tri Angle)

19. WIFE - What’s Between

(Tri Angle)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#FFE82A" custom_text_colour="#000000" pb_margin_bottom="yes" width="1/4"]

YG - My Krazy Life (Pu$haz Ink)

18. YG - My Krazy Life

(Pu$haz Ink)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#2e2e36" pb_margin_bottom="yes" width="1/4" el_position="last"]

Profligate - Finding The Floor (Not Not Fun)

17. Profligate - Finding The Floor

(Not Not Fun)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#FFE82A" custom_text_colour="#000000" pb_margin_bottom="yes" width="1/4" el_position="first"]

The War On Drugs - Lost In The Dream (Secretly Canadian)

16. The War On Drugs - Lost In The Dream

(Secretly Canadian)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#2e2e36" pb_margin_bottom="yes" width="1/4"]

Woods - With Light And With Love

15. Woods - With Light And With Love

(Woodsist)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#FFE82A" custom_text_colour="#000000" pb_margin_bottom="yes" width="1/4"]

Ariel Pink - Pom Pom (4AD)

14. Ariel Pink - Pom Pom

(4AD)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#2e2e36" pb_margin_bottom="yes" width="1/4" el_position="last"]

Amen Dunes - Love (Sacred Bones)

13. Amen Dunes - Love

(Sacred Bones)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#FFE82A" custom_text_colour="#000000" pb_margin_bottom="yes" width="1/4" el_position="first"]

Vanessa Amara - Both Of Us King Machine (Posh Isolation)

12. Vanessa Amara - Both Of Us/King Machine

(Posh Isolation)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#2e2e36" pb_margin_bottom="yes" width="1/4"]

ABT040 TOPS LP-Jacket 11183 v2

11. Tops - Picture You Staring

(Arbutus)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#FFE82A" custom_text_colour="#000000" pb_margin_bottom="yes" width="1/4"]

Andy Stott - Faith in Strangers (Modern Love)

10. Andy Stott - Faith in Strangers

(Modern Love)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#2e2e36" pb_margin_bottom="yes" width="1/4" el_position="last"]

CS541835-01A-BIG

09. In Aeternam Vale - Jealous God 05

(Jealous God)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#FFE82A" custom_text_colour="#000000" pb_margin_bottom="yes" width="1/4" el_position="first"]

ANAΣΤΕΝΑΡΙΑ-Music-Of-The-Fire-Walkers-1

08. ANAΣΤΕΝΑΡΙΑ : Music Of The Fire Walkers

(ΚΕΜΑΛ / Berceuse Heroique)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#2e2e36" pb_margin_bottom="yes" width="1/4"]

Grouper - Ruins (Kranky)

07. Grouper - Ruins

(Kranky)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#FFE82A" custom_text_colour="#000000" pb_margin_bottom="yes" width="1/4"]

HTRK - Psychic 9-5 Club (Ghostly International)

06. HTRK - Psychic 9-5 Club

(Ghostly International)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#2e2e36" pb_margin_bottom="yes" width="1/4" el_position="last"]

Violet Poison - Non Sequitur (Haunted Air)

05. Violet Poison - Non Sequitur

(Haunted Air)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#FFE82A" custom_text_colour="#000000" pb_margin_bottom="yes" width="1/4" el_position="first"]

Etienne Jaumet - La Visite (Versatile Record)

04. Etienne Jaumet - La Visite

(Versatile Record)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#2e2e36" pb_margin_bottom="yes" width="1/4"]

John Carpenter - Vortex (Sacred Bones)

03. John Carpenter - Vortex

(Sacred Bones)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#FFE82A" custom_text_colour="#000000" pb_margin_bottom="yes" width="1/4"]

Bing & Ruth - Tomorrow Was the Golden Age (Rvng Intl.)

02. Bing & Ruth - Tomorrow Was the Golden Age

(Rvng Intl.)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#2e2e36" pb_margin_bottom="yes" width="1/4" el_position="last"]

gesloten-cirkel-submit-x

01. Gesloten Cirkel - Submit X

(Murder Capital)

[/box] [fullwidth_text alt_background="none" width="1/1" el_position="first last"]

TOP 4 REEDITIONS

[/fullwidth_text] [box type="coloured" custom_bg_colour="#2e2e36" pb_margin_bottom="yes" width="1/4" el_position="first"]

Mogwai_Comeondieyound-500x500

01. Mogwai - Come on Die Young

(chemikal underground)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#FFE82A" custom_text_colour="#000000" pb_margin_bottom="yes" width="1/4"]

TomEllard_80sCheescakeJacket

02. Tom Ellard - 80's Cheesecake

(Dark Entries)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#2e2e36" pb_margin_bottom="yes" width="1/4"]

Slint_-_Spiderland

03. Slint - Spiderland

(Touch & Go)

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#FFE82A" custom_text_colour="#000000" pb_margin_bottom="yes" width="1/4" el_position="last"]

Black Zone Myth Chant - Straight Cassette

04. Straight Cassette - Black Zone Myth Chant

(Laitdbac)

[/box] [fullwidth_text alt_background="none" width="1/1" el_position="first last"]

TOP 5 LABELS

[/fullwidth_text] [fullwidth_text alt_background="none" width="1/1" el_position="first last"]

OPALTAPES_LOGOrvng-logoantinotebhtesla

[/fullwidth_text] [fullwidth_text alt_background="none" width="1/1" el_position="first last"]

TOPS REDACTEURS

[/fullwidth_text]

Top albums

01. Gesloten Cirkel – Submit X (Murder Capital)

02. Vanessa Amara – Both Of Us / King Machine (Posh Isolation)

03. Profligate – Finding The Floor (Not Not Fun)

04. Tomaga – Futura Grotesk (Hands in the Dark)

05. Black Rain – Dark Pool (Blackest Ever Black)

06. Fugazi – First Demo (Dischord)

07. Odawas – Reflections of a Pink Laser (Bookmaker Records)

08. In Aeternam Vale – Jealous God 05 (Jealous God)

09. Woods – With Light And With Love ( Woodsist)

10. ANAΣΤΕΝΑΡΙΑ : Music Of The Fire Walkers (ΚΕΜΑΛ / Berceuse Heroique)

Top morceaux

01. Watter – This World (Temporary Residence Ltd)

02. Umberto – La Llorona (Mind Records)

03. Former Descent – All-In And Losing The Game (Gooiland Elektro)

04. Vanessa Amara – King Machine (Posh Isolation)

05. Shellac – Dude Incredible (Touch and Go)

Top labels

01. Berceuse Heroique (Angleterre)

02. Opal Tapes (Angleterre)

03. Blackest Ever Black (Angleterre)

04. Antinote (France)

05. Hands in the Dark (France)

Top rééditions

01. Mogwai – Come On Die Young (Chemikal Underground)

02. Slint – Spiderland (Touch and Go)

03. Patrick Cowley & Jorge Socarras – Catholic (Dark Entries)

Un concert

The Space Lady (Night School Records), 2 octobre @ Espace B

Révélations 2014

01. Ekman – Untitled (Panzerkreuz Records)

02. Helena Hauff – Shatter Cone ‎(Lux Rec)

Espoirs 2015
01. Syracuse – (Antinote)

02. Tsantza (Svn Sns Rcrds)

03. Maoupa Mazzocchetti (Unknown Precept)

Album honni
Liars – Mess (Mute Records)

Plaisir coupable

Tous coupables

Top albums

01. Bing & Ruth – Tomorrow Was the Golden Age (Rvng Intl.)

02. Andy Stott – Faith in Strangers (Modern Love)

03. Sleaford Mods – Divide & Exit (Harbinger Sound)

04. Azealia Banks – Broken With Expensive Taste (Prospect Park)

05. Etienne Jaumet – La Visite (Versatile)

06. Takako Minekawa & Dustin Wong -Savage Imagination (Thrill Jockey)

07. Aquaserge – À l’amitié (Chambre 404)

08. Amen Dunes – Love (Sacred Bones)

09. Freddie Gibbs and Madlib – Piñata (Madlib Invasion)

10. YG – My Krazy Life (Pu$haz Ink)

11. Frank & Tony – You Go Girl (Scissor and Thread)

Top morceaux

01. J. Cole – Fire Squad

02. Hannah Diamond – Attachment

03. Massimiliano Pagliara – With One Another

04. Stimming – Southern Sun Feat. Piper Davis

Top Labels

01. Rvng Intl.

02. PlanetMu

03. The Trilogy Tapes

04. Antinote

05. Modern Love

Top réedition

01. Nas – Illmatic XX

02. Mogwai – Come on Die Young

03. Lewis – L’Amour

Espoir 2015

Katie Gately

Plaisir coupable

Lana Del rey – Ultraviolence

Top albums

01. The War On Drugs – Lost In The Dream (Secretly Canadian)

02. Tops – Picture You Staring (Arbutus)

03. Amen Dunes – Love (Sacred Bones)

04. Ariel Pink – Pom Pom (4AD)

05. Juan Wauters – North American Poetry (Captured Tracks)

06. Mac DeMarco – Salad Days (Captured Tracks)

07. Grouper – Ruins (Kranky)

08. Todd Terje – It’s Album Time (Olsen)

09. Cut Copy presents Oceans Apart (Cutters Records)

10. Red Axes – Ballad Of The Ice (I’m a Cliché)

Top morceaux

01. Hamilton Leithauser – Bless Your Heart (Ribbon Music)

02. Prince Innocence – Cold (self-released)

03. NO ZU – Raw Vis Vision (Cutters Records)

Top rééditions

01. Severed Heads – Dead Eyes Open (Dark Entries)

02. Tom Ellard – 80’s Cheesecake (Dark Entries)

Concerts

01. Kate Bush (Fish People), Eventim Apollo @ London

02. WhoMadeWho (Darup Associates), Sonar festival @ Barcelona

03. Hercules & Love Affair (Moshi Moshi), La Machine @ Paris

Révélations 2014

01. Karen Gwyer (Opal Tapes)

02. Syracuse (Antinote)

Espoirs 2015

Pas d’espoir, le monde est flingué.

Top Albums

01. HTRK – Psychic 9-5 Club (Ghostly International)

02. Lorenzo Senni – Superimpositions (Boomkat Editions)

03. Consumer – Electronics Estuary English (Dirter Promotions)

04. Florian Hecker – Articulaçao (Editions Mego)

05. David Moss & Hannes Strobl At The Beach – Music For Voice And Electric Bass (Monotype Records)

Top Morceaux

01. Wild Beasts – Wanderlust

02. The Acid – Creeper

03. Lukid – Nine

Top labels

01. Tesla Tapes (UK)

02. Principe Discos (Portugal)

Top rééditions

01. Cha Cha Guitry – St-Etienne 1981 (Born Bad Records)

02. Rodion GA – Behind The Curtain (The Lost Album)

03. 1970’s Algerian Folk And Pop (Sublime Frequencies)

Un concert

Phill Niblock @ Centre Georges Pompidou 29/11.

Révélations 2014

01. Marie Dior

02. Lutto Lento

03. Gazelle Twin

Espoir 2015

Shia Laboeuf

Album honni

Christine & The Love Mountain, SyrEx (Les Disques de Perlimpinpin)

Plaisir Coupable

GusGus Mexico (Kompakt)

2014, pour moi c’est l’année d’un live, celui de Future Islands qui, après m’avoir fait poireauter quatre ans en me laissant croire qu’ils allaient devenir infréquentables à force de talent, passent dans une de mes salles préférées et non bondée, et enchaînent coup sur coup Tin Man et Before The Bridge. Extraordinaire, inoubliable. 2014.

Top albums

01. WIFE – What’s Between (Tri Angle)

02. Mamiffer – Statu Nascendi (SIGE)

03. Future Islands – Singles (4AD)

04. Jessica93 – Rise (Teenage Menopause/Music Fear Satan)

05. Vessel – Punish, Honey (Tri Angle)

Top morceaux

01. Ritual Howls – Turkish Leather (Felte)

02. Plurabelle – Lindo (Stellar Kinematics)

03. Idioma- Pandore (Marketing Music)

Top label

01. Tri Angle (USA)

02. Felte (USA)

Un concert

01. Future Islands (4AD), 13.05.2014 @ Les Trinitaires (Metz)

02. Young Fathers (Big Dada), 16.08.2014 @ Exit07 (Luxembourg)

Révélations 2014

01. Essaie Pas – Nuits de Noce (Teenage Menopause/Malditos Records)

02. Micro Cheval – Debut EP (svnsns)

03. Strasbourg – Sexe et Violence (Le Turc Mécanique)

Espoirs 2015

01. Aïsha Devi (Danse Noire)

02. Rendez-Vous (Zappruder)

03. Louise Roam (Stellar Kinematics)

Album honni

U2 – Songs of Innocence (N°1 du top 50 2014 de Rolling Stone)

Plaisir coupable

Dd elle – Tell Me

Top albums

01. ANAΣΤΕΝΑΡΙΑ : Music Of The Fire Walkers (ΚΕΜΑΛ)

02. Ben Frost – Aurora (Mute / Bedroom Community)

03. YG – My Krazy Life (Def Jam)

04. Beau Wanzer – Untitled – (no label)

Top morceaux

01. Karen Gwyer – Girl With Pitbull (Opal Tapes)

02. Femminielli Noir – Me Gusta El Dolor (Mind)

03. ScHoolboy Q – Man of the Year (TDE)

Top labels

01. Antinote (Fr)

02. Opal Tapes (UK)

Top rééditions

01. Tom Ellard – 80’s Cheesecake (Dark Entries)

02. Unwound – No Energy (Numero Group)

03. Slint – Spiderland (Touch & Go)

Un concert

Ben Frost @ Sonar 2014, Barcelone

Révélations 2014

01. Karen Gwyer

02. Syracuse

Espoirs 2015

NIQUE SA MERE L’ESPOIR

Album honni… sans même l’avoir écouté

Extreme Precautions – I (In Paradisum) Le terme honni est faible, faudrait inventer une catégorie à part tant ce disque est une merde sans nom.

Plaisir coupable

Egyptian Lover – I Cry

On retiendra assurément de 2014 que c’est l’année de la sortie d’un album de Morrissey n’apparaissant pas dans mon top 5. Du coup, j’ai fait un top 6.

Top albums

01. Gem Club – In Roses (Hardly Art Records)

02. Pure X – Angel (Fat Possum Records)

03. Grouper – Ruins (Kranky)

04. The Proper Ornaments – Wooden Heart (Slumberland Records)

05. Amen Dunes – Love (Sacred Bones Records)

06. Morrissey – World Peace Is None Of Your Business (Harvest Records)

Top morceaux

01. Foxes In Fiction – Shadow’s Song

02. Morrissey – Mountjoy

03. Johnny Aries – This Grave Is My Bed Tonight.

Top label

01. Hand Drawn Dracula

02. Burger Records

03. Fire Records

Top réédition

01. Rééditions des albums de Wedding Present (Edsel Records)

02. Slint – Spiderland (Touch & Go)

Un concert

The Notwist @ Le Grand Mix à Tourcoing, le 14 Mars 2014.

Révélations 2013

01. Full Ugly (lire)

02. Alpine Decline (lire)

03. Wish (lire)

Espoirs 2014

01. Johnny Aries

02. Cheryll

Album honni… sans même les avoir écouté

1. Foxygen – And Star Power

Plaisir coupable

J’assume tout.

Entre une expatriation de six mois en Chine, un nouveau taff où les sites de streaming n’ont pas droit de cité et un appartement coupé d’internet, l’année 2014 aura été quelque peu… filtrée. Top 2014 façon ermites de la Taïga.

Top albums

01. Gesloten Cirkel – Submit X (Murder Capital)

02. Yong Yong – Greatest It’s (Night School)

03. Koudlam – Benidorm Dream (Pan European Recording)

04. Etienne Jaumet – La Visite (Versatile Record)

05. Valentin Stip – Sigh (Clown and Sunset)

Top morceaux

01. Koudlam – Negative Creep – (Pan European Recording)

02. Container – Glaze (Liberation Technologies)

03. Ricardo Tobar – Hundreds (Desire Records)

Top labels

01. Antinote

02. Raster Noton

Réédition

01. Early Recordings – Bal Paré – Medical records (2014)

Un concert

01. Syracuse (Antinote), 04/09/2014 @ La Plage de Glazart

Révélations 2014

01. Syracuse (Antinote)

02. Night Riders (Svn Sns Records)

03. Bitchin Bajas

Espoirs 2015

01. Voiron (Cracki, Concrete, Rave or Die, One Eyed Jack)

02. Micro cheval (Svn Sns Records)

03. Objekt (Pan)

Album honni

Tout ce qui a pu dégouliner de chez Bromance et autres designers sonores de fêtes foraines

Plaisir coupable

Beaucoup trop coupable

Top albums

01. Future – Honest (Epic)

02. Violet Poison – Non Sequitur (Haunted Air)

03. Birdman, Young Thug & Rich Homie Quan – Tha Tour Part 1 (YMCMB)

04. Aquaserge – A L’Amitié (Chambre 404)

05. Lotic – Damsel In Distress (Janus Berlin)

Top morceaux

01. Vince Staples – Blue Suede (Def Jam)

02. Violet Poison – Force (Haunted Air)

03. Night Riders – L’Espace Et Le Temps (Svn Sns / C’est Ca)

Top label

01. Quality Control (Etats-Unis)

02. Opal Tapes (Royaume-Uni)

Top réédition

01. Hailu Mergia – Hailu Mergia & His Classical Instrument: Shemonmuanaye (Awesome Tapes From Africa)

02. Black Zone Myth Chant – Straight Cassette (Laitdbac)

Un concert

Sun Araw & Laraaji, 03/06/14 @ Espace B

Révélations 2014

01. Migos (Quality Control)

02. Night Riders (Svn Sns Records)

Espoirs 2015

01. Leave Things (Fin De Siècle)

Album honni

01. Caribou – Our Love (Merge)

Plaisir coupable

01. Beyoncé – Beyoncé (Columbia)

Trop tard pour être dans le top, bande de boloss des dates de sortie

01. Starlito – Black Sheep Don’t Grin

02. Kevin Gates – Luca Brasi 2

Top albums

01. John Carpenter – Vortex (Sacred Bones)

02. Helena Hauff – Return to disorder (Panzerkreuz Records)

03. Arca – Xen (Mute)

04. Violet Poison – No Sequitur (Haunted air)

05. NehruvianDoom – Sound of the son (Lex Records)

Top morceaux

01. John Carpenter – Obsidian (Sacred Bones)

02. Wu Tang Clan – Ruckus in B Minor (Warner)

03. Cut Hands – The Claw (Blackest Ever Black)

Top labels

01. Farbwechsel (Hongrie)

02. Odd Frequencies (France)

Top rééditions

01. Straight Cassette – Black Zone Myth Chant (Laitback)

02. Joe Della – Ms.45 (Death Waltz)

03. Psyche – Re-Membering Dwayne (Dark Entries)

Un concert

Helena Hauff (Panzerkreuz Records) @ Petit Bain

Révélations 2014

01. Stephen Olbricht (Farbwechsel)

02. Person of interest (L.I.E.S)

Espoirs 2015

La réédition de Brown Book de Death in June façon Nada Plus.

Album honni

ZAZ, non je déconne, Aphex Twin – Syro (Warp)

Plaisir coupable

Wu Tang Clan – A better tomorrow (Warner)

Que retenir de 2014? Christian Gourcuff qui quitte le FC Lorient, et peut-être en effet un peu de musique… Quelques bonnes pioches, mais surtout l’impression d’être passé à côté de beaucoup de choses, vieilles marottes obligent.

Top albums

01. Avi Buffalo – At Best Cuckhold (Sub Pop)

02. Papercuts – Life Among The Savages (Memphis Industries)

03. Plaid – Reachy Prints (Warp)

04. Childhood – Lacuna (Marathon Artists/Pias)

05. James Yorkston – The Cellardyke Recording And Wassailing Society (Domino)

Top morceaux

01. Traams – Flowers (FatCat Records)

02. Night Riders – Sombre Danse (Svn Sns Records)

03. Motorama – Dispersed Energy (Talitres)

Top labels

01. Svn Sns Records (Parc Des Princes, Paris)

02. Antinote (Paris)

Top rééditions

01. Various Artists – C86 (Cherry Red)

02. Lambchop – Nixon (Merge)

03. Réédition des albums de The Wedding Present

Un concert

Slowdive @ La Route Du Rock

Révélations 2014

01. Geena (Antinote)

02. FKA Twigs (Young Turks)

03. Tsantza (Svn Sns records)

Espoirs 2015

01. Motorama – Poverty (Talitres)

02. Tous les prochains tracks de Geena (Antinote)

03. Le retour de Teenage Fanclub

Album honni

Je crois que Sydney Valette a sorti quelque chose.

Plaisir coupable

The Fresh & Onlys – House Of Spirits (Mexican Summer)

Puisqu’il est temps que 2014 se termine… 2015 : end of the World?

Top albums

01. The War On Drugs – Lost In The Dream (Secretly Canadian)

02. Sebastien Tellier – L’Aventura (Record Makers)

03. Forever Pavot – Rhapsode ( Born Bad Records)

04. Woods – With Light And With Love ( Woodsist)

05. Amen Dunes – Love (Sacred Bones)

06. I Love You But I’ve Chosen Darkness – Dust (Secretly Canadian/Monopsone)

Top morceaux

01. Real Estate – Talking Backwards (Domino Records)

02. Beck – Blue Moon (Capitol)

03. Shamir – Sometimes a Man (Godmode)

Top label

01. Woodsist (USA)

02. Born Bad Records (fr)

Top rééditions

01. Songs: Ohia – Magnolia Electric Co. (Secretly Canadian)

02. The Moles – Flashbacks and Dream Sequences: The Story of the Moles ( Fire Records)

Un concert

Sébastien Tellier (Record Makers), Stereolux @ Nantes

Révélations 2014

01. Quilt (Mexican Summer), Levitation festival @ Angers

02. Cosmo Sheldrake (Transgressive Records), Les Transmusicales @ Rennes

Espoirs 2015

Manceau (label à déterminer)… les gars, ne me décevez pas sinon je vais me faire virer de Hartzine rien que pour avoir mentionné votre nom.

Album honni

Pink Floyd – The Endless River ( Columbia). Ils auraient du l’appeler l’ennui sans fin tellement c’est nul de voir un album fait par la moitié du groupe à partir de chutes d’un album déjà plutôt mauvais…

Plaisir coupable

Étienne Daho – Bleu comme toi ( Virgin)

Top Album

01. Wall Eyed – A quest (Humble records)

02. In Aeternam – Vale Gnd Lift (Minimal Wave)

03. Ekman – Panzerkreuz 1015

04. Cabsum Miradolores Ep MINIBAR032

05. In Aeternam Vale – « Jealous God 05″ – 12 » BLACK – JL005 RP

Top morceaux

01. Ben Vedren & Leiris – Procrastination Minibar

02. Monsalve – La Carcaja

03. Francois X – Rising MDR

Réeditions

01. Tom Ellard 80’s – Cheesecake ( Dark Entries)

02. Severed Heads – Dead Eyes Open (Dark Entries)

Labels

01. Dark Entries

02. Dement3d records

Un concert

Who made who à la Cigale

[fullwidth_text alt_background="none" width="1/1" el_position="first last"]

[/fullwidth_text]

[fullwidth_text alt_background="none" width="1/1" el_position="first last"]

VIDEOS

[/fullwidth_text] [fullwidth_text alt_background="none" width="1/1" el_position="first last"]

[/fullwidth_text] [fullwidth_text alt_background="none" width="1/1" el_position="first last"]

MIXTAPE

[/fullwidth_text] [box type="coloured" custom_bg_colour="#FFFFFF" custom_text_colour="#000000" pb_margin_bottom="yes" width="1/2" el_position="first"]

[button colour="black" type="slightlyroundedarrow" size="large" link="http://www.mediafire.com/download/p21a2eioxpju2xl/hartzine-yearly-Mixtape.zip" target="_self]DOWNLOAD[/button]

[/box] [box type="coloured" custom_bg_colour="#FFE82A" custom_text_colour="#000000" pb_margin_bottom="yes" width="1/2" el_position="last"]

Tracklist

01. Night Riders - L'Espace Et Le Temps

02. Container - Glaze

03. Motorama - Dispersed Energy

04. Plurabelle - Lindo

05. Sterling Roswell - The Girl from Orbit in Dub

06. Massimiliano Pagliara - With One Another

07. Wild Beasts - Wanderlust

08. Umberto - La Llorona

09. The Acid - Creeper

10. Ritual Howls - Turkish Leather

11. Koudlam - Negative Creep

12. Femminielli Noir - Me Gusta El Dolor

13. Ricardo Tobar - Hundreds

14. Wild Beasts - Wanderlust

15. TRAAMS - Flowers

16. Hannah Diamond - Attachment

17. Prince Innocence - Cold

18. Real Estate - Talking Backwards

19. Johnny Aries - This Grave Is My Bed Tonight

20. NO ZU - Raw Vis Vision

21. J. Cole - Fire Squad

22. John Carpenter - Obsidian

23. Wu-Tang Clan - Ruckus In B Minor

24. SchoolBoy Q - Man Of The Year

25. Foxes in Fiction - Shadow's Song

26. Vanessa Amara - King Machine

27. Karen Gwyer - Girl With Pitbull

28. Lukid - Nine

29. Violet Poison - Force final

30. Cut Hands - The Claw

31. Morrissey - Mountjoy

32. Former Descent - All-In And Losing The Game

33. Stimming - The Southern Sun (Original Mix)

34. Shamir - Sometimes A Man

35. Shellac - Dude Incredible

36. Vince Staples - Blue Suede

37. Watter - This World

38. Beck - Blue Moon

39. Gesloten Cirkel - Submit X

40. Etienne Jaumet - Metallik Cages

41. Kassem Mosse - Untitled B1

42. Frank & Tony - After Days

43. Lorenzo Senni - Elegant and never tiring

44. Aquaserge - Tout arrive

45. Ariel Pink - Black Ballerina

46. Red Axes - Too Late To Samba

47. Ara Koufax - Brenda

48. SLEAFORD MODS - tweet tweet tweet

49. YG - Sorry Momma (Feat Ty Dolla $ign)

50. Azealia Banks - Desperado

51. Yong Yong - Maca Lu-Lu

52. Helena Hauff - Message From Filippo

53. Vessel - Red Sex

54. Andy Stott - Faith In Strangers

55. Arca - Thievery

56. Valentin Stip - Correlation

57. Future - Honest

58. Rich Gang feat. Rich Homie Quan & Young Thug & Birdman - Flava

59. NehruvianDOOM - OM

60. Freddie Gibbs & Madlib - Deeper

61. Takako Minekawa & Dustin Wong - Party on a Floating Cake

62. Morrissey - World Peace is None of Your Business

63. Jessica93 - Asylum

64. Don't DJ - Swifts

66. TOPS - Way To Be Loved

67. Mac DeMarco - Passing Out The Pieces

68. Future Islands - Spirit

69. Papercuts - Still Knocking At The Door

70. Avi Buffalo - Overwhelmed with Pride

71. The War on Drugs - Under The Pressure

72. Amen Dunes - Lilac In Hand

73. Gem Club - Polly

74. Bing & Ruth - The Towns We Love is Our Town

75. Childhood - Right Beneath Me

76. Adam X - Catenary

77. Violet Poison - Palace of Mirrors

78. Ben Frost - Nolan

79. John Carpenter - Vortex

80. Consumer Electronics - Affirmation

81. Plaid - Hawkmoth

82. Odawas - Black Iron Awakening

83. HTRK - Blue Sunshine

84. In Aeternam Vale - 62,54hz

85. ΑΝΑΣΤΕΝΑΡΙΑ _ Vatican Shadow Version

86. Vanessa Amara - Untitled

87. Lotic - Crazy 4 Val Venis

88. Fugazi - Merchandise

89. Black Rain - Protoplasm

90. Tomaga - Malintesi

91. Profligate - Maniac Will Win

92. The Proper Ornaments - Summer's Gone

93. Pure X - Starlight

94. Beau Wanzer - Balloons

95. Koudlam - Tonight

96. Obalski - hotensia

97. A.r.t. Wilson - Janine's Theme

98. Mamiffer - Caelestis

99. Battle Trance – Palace Of Wind I

100. Wife- Heart Is A Far Light

101. Todd Terje - Delorean Dynamite

102. Grouper - Holding

103. Juan Wauters - Escucho Mucho

104. Nas feat A.Z. - Life's A Bitch

105. Lewis - I Thought The World of You

106. Mogwai - come on die young - cody

107. Lambchop - Nixon - The Old Gold Shoe

108. Psyche - Eye Of The Hurricane

109. Joe Delia & Artie Kaplan - Ms. 45 Dance Party

110. Black Zone Myth Chant - My Glory Will Be to Sing Eternal Law

111. Craig Leon - Nommo

112. Hailu Mergia - Hari Meru Meru

113. Kennedy - The Wedding Present

114. Slint - Good Morning, Captain

115. Unwound - Pardon My French

116. Freedom (Hourya) - Abadane

117. Rodion G.A. - Elastic

118. CHA CHA GUITRI - Monsieur Madame

119. Severed Heads - Dead Eyes Opened

120. Patrick Cowley & Jorge Socarras - She Had Her Nerve

[/box]


On y était : Heart of Glass, Heart of Gold 2014

15405808737_f5d4601919_k

Photos © Patrice Bonenfant

Heart of Glass, Heart of Gold, 19 au 21 septembre 2014 par Alex P.

La première édition ayant été une superbe fête (lire notre report), il allait donc de soi que l'on allait remettre le couvert pour la deuxième, toujours à Ruoms dans les gorges de l'Ardèche, toujours dans la joie et la bonne humeur.On arrive sur le site du festival un peu tard en ce vendredi 19 septembre, la faute à une Opel Corsa en fin de vie et à des routes barrées suite aux intempéries qui ont sévi dans la région les jours précédant le festival. On s'installe dans notre bungalow cinq étoiles, on se colle quelques bières en speed et il est déjà temps pour nous d'aller jouer aux DJ.

Mondkopf arrive sur la grande scène et dix minutes plus tard, c'est le déluge, scène inondée, public douché, les concerts en extérieur, c'est mort pour ce soir. Tant pis, on est chaud, on va ambiancer le bar jusqu'à l'ouverture du club avec le classieux représentant de Border Community, Wesley Matsell, puis mes copains de Red Axes. Si jamais t'as lu le report du dernier Baleapop, copie/colle le passage les concernant et ajoutes-y les mots-clés "kétamine", "voix de robot" et "petit zizi". Ça peut paraître un peu abstrait comme ça mais je te promets qu'aucun autre discours ne serait plus proche de la réalité, et puis la bienséance m'oblige à ne pas donner trop de détails, laisse ton imagination faire le taff.

Le lendemain, le soleil est revenu en force et comme on est d'humeur sportive, on va squatter le playground du site pour une partie de tour du monde endiablée remportée par notre Jérémy Lin à nous, le seul gars capable de scorer du milieu de terrain puis d'enchaîner avec un air ball sur un double pas. On retourne près de la piscine pour le concert de Taulard. Les quatre Grenoblois vont balancer leur post-punk à synthés avec énergie et sincérité, je me sens presque comme à la grande époque de l'Alternation. Leur live est encore plus convaincant que le disque et les paroles hyper déprimées pour des gens de leur âge procurent une sensation aigre-douce parfaite. Le monde est de plus en plus flingué, les jeunes doivent s'adapter. Notre voisin de bungalow, Matt Elliott, distillera ensuite ses arpèges de guitare beaux et délicats malgré sa nuit blanche forcée de la veille (on fait pas exprès mais on est vraiment débiles parfois, sorry Matt). Moodoïd investi la scène avec son space rock psyché et même si c'est bien foutu et que ça joue bien, je ne rentre pas dedans. Bravo aux musiciennes qui ont vraiment fait le boulot, la prestation du frontman en revanche n'a pas réussi à me convaincre.

15406381590_e7d1033f9b_k (1)

Le point d'orgue du festival arrive avec le roi de la fête du Moyen-Orient, Omar Souleyman, toujours accompagné de son fidèle claviériste. Ça doit être la quatrième fois que je le vois et comme à chaque fois, je me laisse prendre par la transe. Omar, t'es un grand. Vient ensuite La Femme, désagréable comme un verre d'eau glacée balancé sur ta peau nue alors que tu bronzais tranquille au soleil, une putain de blague de merde en somme. Je suis plutôt de ceux qui pensent qu'il faut respecter tout le monde, mais merde, y'a des limites. Et dire qu'Hartzine les avait fait jouer il y a de ça quelques années... Oui, tout le monde peut avoir un passé douteux. Après, ce qui est pratique au HoG HoG, c'est qu'il y a mille façons de s'amuser, donc je m'éloigne de la scène et y revient pour le concert de Cheveu. J'ai toujours eu un rapport particulier avec ce groupe : je l'ai vu un paquet de fois et j'ai des souvenirs de concerts géniaux comme de performances vraiment pourries, dur à expliquer. C'est donc avec un certain scepticisme que je me mêle au public pour voir ce qu'ils vont nous servir ce coup-ci. Il me faudra à peine un morceau pour comprendre que ce soir, ils ont décidé de sortir le grand jeu. Un set hyper serré et une débauche d'énergie impressionnante pour ce qui sera clairement l'un des meilleurs live du week-end. Et puis ce fût également l'occasion de voir notre rédacteur vedette enflammer le dancefloor et exécuter des mouvements dont je ne pensais pas capable un homme blanc.

On file ensuite au club pour le live sous amphétamines de Golden Teacher. Le contexte club tassé et moite est idéal, c'est la grosse fête. Les gars d'Optimo devaient assurer la suite de la soirée mais ces nazes ayant loupé leur avion, c'est Mondkopf qui les remplace au pied levé, en format DJ, histoire de se venger de la veille. Alors c'est peut-être cool pour lui mais ça l'est beaucoup moins pour nous. C'est mou, sans surprises, et ça me donne la triste impression de quelque chose de parfaitement inoffensif. Un jour sans pour Paulo. On se finira en famille au bungalow jusqu'au lever du soleil.

Le lendemain il fait toujours aussi beau, climat idéal pour la pool party orchestrée par Acid Arab. Ça envoie les youyous, ça s'éclabousse dans la piscine, c'est l'éclate, un truc entre spring break, Intervilles et une séance d'aquagym musclée, ça défonce, rien de mieux que de finir là-dessus. La prochaine édition reste pour le moment enveloppé de mystère et d'incertitudes avec entre autres un changement de site, mais faites confiance à l'équipe du Heart of Glass, Heart of Gold pour revenir avec cette formule unique qui, en deux éditions, a placé le festival sur la carte des événements qui comptent en France.

Photos



On y était : La Route du Rock été 2014

caribou
On y était : La Route du Rock été 2014

Cette année encore, Hartzine était à la Route du rock. Et oui, nous sommes certainement un peu maso, mais comme chaque été depuis maintenant près de vingt ans, vos serviteurs sacrifient ce week-end central de leurs congés annuels, congés qui pourraient nous voir mettre les voiles vers des horizons lointains, pour un festival à Saint-Malo en Bretagne (!) qui se déroule le plus souvent sous la pluie et dans un froid relatif (!!). Vous vous demandez pourquoi ? Eh bien même si vous ne vous le demandez pas, nous allons tout de même vous le dire. Parce que certains d'entre nous sont originaires du coin, (ça aide à se motiver quand on n'est pas obligé de dormir dans les champs de maïs voisins du site), parce que nous n'avons pas trouvé meilleure ligne artistique depuis toutes ces années dans l'hexagone (bon, la je vais peut-être me faire allumer par certains collègues de la rédaction pas vraiment en phase...), parce que l'association Rock Tympans qui a lancé le festival est toujours aux manettes avec autant de passion et d'activisme et que ses fondateurs sont à chaque édition sur la corde raide, à ne pas savoir si leur bébé pourra survivre l'année suivante. Pour cette édition 2014, pas vraiment d'exception à la règle... et évidemment, il a plu. Les trombes d'eau tombées toute la journée du jeudi, avant le lancement de la première soirée au mythique Fort Saint-Père, ont bien salopé le site. De mémoire de fidèle, nous n'avions jamais vu autant de boue baignée dans des marres d'eau sur un site de festival (bon on n'aime pas bien les foires aux bestiaux anglaises, c'est certainement pour ça...).

JOUR 1

De quoi bien plomber la soirée qui s'annonçait la meilleure, vu l'affiche proposée ? Et bien pas vraiment : le Breton ne se laisse pas abattre aussi facilement car il sait s'équiper de bottes et de ponchos, le festival lui assurant le ravitaillement en galettes saucisses et bières. Et puis, évidemment, la pluie s'est arrêtée de tomber en début de soirée. Seule Angel Olsen ne joua pas au sec. Nous ne pouvons pas vous en dire grand chose, la faute à une interview de Real Estate programmée en même temps, mais les quelques morceaux vus de son set nous l'ont montrée  beaucoup moins introvertie et sauvageonne qu'elle n'y paraissait, même si ses compositions sont moins mises en valeur jouées par son groupe country folk.

Les War On Drugs d'Adam Granduciel étaient ensuite très attendus. Apres les écoutes multiples de leur magnifique Lost In The Dream bien calé sur notre platine depuis des mois (lire la chronique), nous ne voulions pas rater ça. Nous n'avons pas été déçus, même si le groupe est ressorti peu satisfait de sa prestation, il est vrai polluée par divers problèmes techniques liés à la pluie et les décharges électriques qui ont fait dresser les cheveux du chanteur, l'obligeant à chanter dans un micro recouvert d'une serviette de bain (!). Les Américains ont été courageux sur ce coup-là, démontrant la finesse de leurs compositions et toute leur classe dans l'exécution. Ça sera moins le cas avec Kurt Vile et ses Violators, le gars semblant rincé et peu enclin à lâcher les chevaux. Ça a donné un concert assez ennuyeux, et ce malgré un final plus enlevé. La vague de la hype l'avait pourtant porté, mais au final c'est moyen. Non pas que le chevelu n'est pas doué guitare en main, mais ses compositions nous semblent belle et bien surcotées. A moins que ce soit un jour sans ; allez... nous voulons bien lui laisser le bénéfice du doute.

Les problèmes techniques se sont multipliés au cours de cette soirée, preuve en est la fin de concert désastreuse de nos chouchous de Real Estate, que personne ne viendra aider alors qu'un ampli rendait l'âme, poussant le chanteur à la crise de nerfs. La palme va au régisseur de cette petite scène qui leur refusa une légère prolongation de set qui leur aurait permis de placer deux tubes attendus par le public venu nombreux. Car ces bons gars du New Jersey qui ne payent pas de mine, sont de vrais orfèvres pop, devenus maîtres dans l'art d'entrecroiser deux guitares claires avec une basse tout aussi légère, capables de délivrer une qualité de son dans des conditions pourtant vraiment pas avantageuses. Nous allions dire prometteur si le groupe n'avait pas confirmé avec son dernier album. Donc vraiment classe. Proposition à nos chers organisateurs préférés : les faire revenir à la Route du Rock d'hiver après leur avoir payé, en signe d'excuse, une bonne thalasso (salvavatrice vu leur longue tournée en cours, d'autant que certainement assez roots).

Si Thee Oh Sees a bien enchaîné à l'heure, ils auront participé à notre frustration de ne pas pouvoir voir une fin de concert de Real Estate digne de ce nom. A priori pour cause de problème auditif du batteur, leur show n'aura duré qu'une demi-heure. Court, mais finalement suffisant, car si le groupe impressionne par la densité punk produite en simple trio, la recette fini par lasser, sans pour autant que puisse être remis en cause l'engagement total de John Dwyer dans sa musique.

La grande lose de l'équipe Hartzine aura été le concert de The Fat White Family passé au bar, la faute à une info donnée quelques heures plus tôt à l'espace presse : "Le groupe s'est bastonné et refuse promo et concert !"... Vous ne saurez donc rien de ces sulfureux Anglais (on tremble...), même si les échos reçus le lendemain étaient plutôt positifs. Avant que la pluie - revenue pour de bon pour la nuit - n'ait raison de nous au début du concert de Darkside (très bon également a priori... C'est pas de bol ça... On les aurait bien vu jouer un peu plus tôt pour notre part), nous avons conclu cette soirée en dansant lascivement sur l'électro disco de Caribou jouée par de vrais gens tout de blanc vêtus avec de vrais instruments. Daniel V Snaith est un habitué du festival, que ce soit avec Caribou ou auparavant avec Manitoba, et le lui rend bien : un show bien mis en scène et bien rodé, généreux. Le public a manifestement apprécié. Nous aussi, même si nous tempérerons un peu tout de même car il sera difficile pour le Canadien de reprendre durablement le flambeau laissé par LCD Soundsystem, le genre semblant un peu épuisé.

JOUR 2
slowdive

Apres une bonne nuit et un bon plateau de fruits de mer chez maman (en pensant bien à la colonie d'Anglais avinée qui s'était installée au "camping" le long d'un tas de lisier du gentil agriculteur ayant mis a disposition son champ pour le week-end), retour au front... enfin dans les douves, où les spectateurs incrédules se sont entassés jusqu'à 18h30, avant que les chers vigiles acceptent d'ouvrir les grilles... Cheatahs en payera les pots cassés, devant jouer son shoegaze devant un public aussi fourni que celui qu'il aurait pu trouver dans un pub londonien. Un peu navrant sur ce coup-là, ce qui vaudra un certain nombre de gentils messages à destination des organisateurs sur les réseaux sociaux du festival.

Et ce n'est pas le set d'Anna Calvi qui amènera les festivaliers à passer l'éponge. C'est convenu, surjoué et ennuyeux. Un réchauffé de PJ Harvey quinze ans plus tard, l'authenticité et l'originalité en moins. Décidément, ce début de soirée nous laissera franchement sur notre faim. Les prétendus allumés de Protomartyr, eux, ne révolutionneront pas le rock. Certes correct, mais trop près des affreux Kaiser Chiefs pour nous convaincre. On doit être honnêtes, on a lâché en cours de route pour s'acheminer tranquillement à travers la paille fraîchement déposée sur la boue de la veille (mélange sympathique !) vers le bar pour un ravitaillement nécessaire avant de se rapprocher de la grande scène pour assister au grand retour de Slowdive, attendu mais craint en même temps tant nous avons été déçus ces dernières années par les réformations financières de gloires passées (The Jesus And Mary Chain !).

Et bien bonne pioche ! Le groupe a su renaître de ses cendres. C'est sobre, propre mais franchement beau. Pas besoin de jeu de scène ; les langoureuses compositions, pour certaines devenues des classiques de l'indie pop, suffisent. Les Américains sont concentrés, peinent à vraiment se lâcher, mais font mieux que bien. Le véritable lancement de ce vendredi soir et une véritable première partie digne de ce nom pour Portishead. Étonnant que, vingt ans après la sortie de son inaugural Dummy, le groupe fasse guichet fermé (car c'est bien le groupe qui a permis au festival de presque atteindre son record d'affluence ce soir là avec 11 000 personnes). La, nous changeons de dimension. On découvre ce qu'est un concert sonorisé par de vrais ingénieurs du son et mis en forme par d'excellents vidéastes. Les Anglais sont au sommet de leur art ; précis, carrés et d'une rare finesse. Ils sont capables de jouer leurs morceaux en live avec la même exigence que ce qui sort du studio. La voix de Beth Gibbons est toujours aussi juste, sensible et possédée. A vrai dire, nous n'en attendions pas moins. Le plus dur avec un tel groupe, à un tel niveau, c'est qu'il aura de fait plus de chance de nous décevoir que de nous surpendre dans l'avenir.

Difficile donc de ne pas s'arrêter là, d'autant que le froid tombe sur Saint-Malo. On se réchauffe tout de même devant l'incandescence de Metz, qui fait subir à nos tympans relâchés ses déflagrations électriques dont ferait bien de s'inspirer Protomartyr. Les gandins donnent tout sur scène. C'est extrêmement sauvage et bourrin mais ça fait drôlement de bien. Nous n'attendions pas grand chose de Liars, suite à la sortie de leur dernier album (lire la chronique). Et bien pire que cela, nous avons assisté à l'imposture du festival. Du grand n'importe quoi, le leader Angus Andrew entrant sur scène en cagoule péruvienne... Ce groupe pourtant prometteur à ses débuts a complètement perdu pied à trop vouloir faire différent et expérimental. Vraiment pas inspiré, voire pénible. Autant vous dire que nous avons vite rendu les armes et répondu à l'appel des bras de Morphée. Tant pis pour Moderat mais Slowdive et Portishead auront suffit à notre bonheur ce vendredi soir.

JOUR 3
macdemarco

Ce dernier soir commencera par un constat : l'équipe de Hartzine aura boycotté la plage durant ces trois jours où étaient programmés Johnny Hawai, Aquaserge et Pégase... Pas bien mais on renvoie volontiers la faute au soleil qui n'a pas daigné pointer le bout de ses rayons. De même, comme les jours se ressemblent, nous avons assez vite passé notre chemin à l'écoute des premières notes du premier groupe du soir, Perfect Pussy, certes signé sur Captured Tracks mais pas très intéressant pour autant.

Une bien médiocre première partie pour leur compagnon de label, Mac DeMarco, devenu en quelques mois la tête de proue de l'écurie de Mike Sniper grâce à trois excellents albums. Et sur scène, me direz-vous ? Et bien nous avons tout d'abord failli ne jamais pouvoir en juger, le Canadien et sa bande de weirdos ayant longtemps été coincés dans les bouchons de Saint-Malo (là encore, classique  le 15 août... mais pourtant...). Arrivés quelques minutes avant de monter sur scène, ces jeunes gens ultra cool sont de bonne humeur, jouent tranquilles les tubes de leur patron qui, lui, est bien fidèle à son image : bordélique, drôle et un peu crado, mais aucun gonflage de cheville ni de tête chez Mac DeMarco. Le spectacle nous a paru un chouïa court (un long changement de corde ayant en outre été magnifiquement meublé par une reprise totalement foutraque de Coldplay par un bassiste franchement jouasse) mais c'est bon signe ; la prestation a bien plu.

Baxter Dury est quant à lui beaucoup plus "professionnel" aujourd'hui. Son set est carré mais le dandy briton gagne toujours un peu plus en charisme pour atteindre un niveau dont nous ne l'aurions pas cru capable après un de ses premiers concerts en France lors de la première Route du Rock d'hiver en 2006. Les morceaux tirés de Happy Soup, dernier album en date, passent toujours aussi bien, et avant écoute du nouvel album, It's A Pleasure, à paraître en octobre, il semble que les extraits soient dans la même lignée, bien que moins immédiats et mélodiques, plus minimaliste. En tout cas, l'Anglais a su se faire un prénom et on prédit qu'il fera passer son glorieux géniteur aux oubliettes d'ici quelques années. L'interview (lire) réalisée quelques minutes après sa sortie de scène nous confirmera le professionnalisme et la gentillesse du garçon, pourtant totalement cuit après une journée semble-t-il harassante.

Ses concitoyens de Toy, eux, seront l'agréable surprise de la soirée. Leurs compositions psychédéliques ont hypnotisé le festivalier pourtant fatigué, l'augmentation des décibels l'empêchant de sombrer après ce calme début de nuit pop. Ça ressemble à pas mal de choses déjà vues et entendues mais ça fonctionne plutôt bien sur scène. Temples enchaînera ensuite par un show assez convenu, bien que très maîtrisé. On sent que le groupe tourne depuis près d'un an et joue à la perfection les très bonnes chansons de son premier album, bien aidé par un excellent son (d'ailleurs assez surprenant pour un groupe aussi jeune). Il manque pourtant un grain de folie dans tout ça. Ce groupe a atteint le haut des affiches très vite, certainement trop. A la différence d'un Mac DeMarco, parfait opposé des Anglais en tout, ça manque d'âme. La suite est un grand écart: ça fait toujours tout bizarre de se prendre une bonne vieille baffe par Cheveu. Le show est enragé, ultra énergique. Les Parisiens jubilent d'être sur cette scène. C'est punk, c'est fort, c'est pas souvent très fin mais ça réveille !

La fin de soirée devait nous dégourdir les jambes. L'honneur était donné a Jamie XX, que nous étions un peu étonnés de retrouver à la Route du Rock, tant le festival avait été mis dans la panade par son refus tardif d'assurer son set dans une boîte de Saint-Malo après le concert de ses corbeaux de The XX lors de l'édition 2012. Pas rancuniers, les organisateurs. On n'est pourtant pas sûr que cela valait vraiment la peine de persévérer. On danse quelques minutes avant de finalement s'ennuyer très vite. L'Anglais est incontestablement doué, mais son dubstep ne nous surprend plus vraiment...Todd Terje peut lui en vouloir, car la mollesse du set aura eu raison de nous et nous aura entraîné à déclarer forfait  pour la suite.

Bilan : du bon et du moins bon comme toujours, mais l'impression d'une édition réussie. Le public ne s'y est pas trompé et l'affluence permettra à Rock Tympans de repartir pour une saison de plus... et évidemment, nous serons au rendez-vous pour souffler les bougies des 25 ans. Ça nous rajeunit pas ces conneries !


Heart of Glass, Heart of Gold (19/21 septembre 2014)

F1000019Du 19 au 21 septembre prochain se tiendra la seconde édition du jeune festival Heart of Glass, Heart of Gold, événement qui a tout pour devenir l'un des meilleurs rendez-vous héxagonaux en terme de musiques actuelles tant par sa programmation à la fois éclectique et exigeante que par le fait qu'il s'agit probablement là du plan le plus sûr pour prolonger l'été dans le cadre idyllique des gorges de l'Ardèche. Ici on n'est pas à l'usine, c'est ambiance partage et amour au milieu des bungalows et en bord de piscine.

De The Soft Moon à Amen Dunes en passant par Omar Souleyman, Optimo ou encore Public Service Broadcasting, impossible de tirer la gueule, alors fais pas le con et réserve ton billet dès que possible parce que j'entends encore chialer celles et ceux qui ont loupé la première édition. Et puis la Team Hartzine sera une nouvelle fois derrière les platines pour faire bouger ton boule entre deux concerts de haute volée, qu'est-ce qu'il te faut de plus sérieux ? Programmation complète, playlist et interview en cinq questions d'un de ses concepteurs, Jean-Marie Sevain .

Crédit photo : Eleanor Logan.

Interview

Hog Hog
Vous remettez les couverts pour une deuxième édition, quels enseignements avez-vous tiré de la première expérience, que ferez-vous différemment cette fois-ci ?

La première expérience a été géniale ! D'abord dans la création de l'événement, depuis l'idée émise un soir de concert à Lyon, puis sa construction avec tout le travail que cela implique, et enfin LE weekend de cette première édition qui reste gravé dans toutes les mémoires de celles et ceux qui ont eu la chance d'y participer, en tant que festivaliers, artistes, organisateurs, bénévoles et techniciens. Les premiers enseignements que nous avons tirés étaient qu'il fallait repartir sur une deuxième édition, de façon plus structurée mais en gardant cette fraîcheur qui a illuminé Hog Hog en 2013. C'est notre plus grand défi : maîtriser un maximum de paramètres pour permettre un maximum de liberté.

La programmation est à nouveau très éclectique, comment tout ça s'est mis en place ?

Elle n'est pas si éclectique que cela car tout est lié. Ce n'est parfois pas toujours évident pour le profane, mais on s'adresse à un public connaisseur et curieux qui pourra établir des ponts entre les artistes proposés. Construire une programmation nécessite beaucoup de patience et d'humilité, faire des choix, trancher, prendre des risques, suivre son instinct, rebondir, saisir les opportunités et surtout aller au bout de ses idées et n'avoir aucun regret. A tous ces paramètres, le niveau des prestations scéniques a une importance capitale à Heart of Glass, Heart of Gold, les groupes qui ne servent à rien sur scène ne nous intéressent pas ! On veut pouvoir proposer des groupes qui ont quelque chose à donner sur scène, que ce soit dans leur présence ou plus simplement dans le son, mais il faut qu'il y ait quelque chose. Les groupes "hype" on s'en fout, ça ne suffit pas à faire pas un bon concert.

L'ambiance de l'édition précédente était géniale, refaire ça sur le même site était une évidence ?

Oui. Dans la mesure où nous n'avons pas fait le plein en 2013, on veut pousser l'expérience sur ce site jusqu'au bout. Avec plus de monde ce sera encore plus génial ! Et puis ce site possède tout de même de sérieux atouts : une scène principale qui ressemble à un écrin, des piscines complètement dingues et surtout beaucoup d'espaces à exploiter. Ce qui ne veut pas dire que nous ne sommes ancrés ad vitam, rouiller ce n'est pas notre truc, mais aujourd'hui nous sommes très bien où nous sommes.

A quoi doit-on s'attendre de nouveau côté animations extra musicales ?

C'est un scoop, nos extras vont s'appeler "Intras". Nous travaillons encore dessus et ce volet n'est pas encore bouclé, mais il y aura un introduction au monde littéraire de façon ludique, il y aura aussi du vin, des ateliers de sérigraphie, des activités pour les enfants, les terrains de sport (toujours)... bref nous proposerons plus que l'an passé ! On y travaille.

Quel est le meilleur conseil que vous puissiez donner aux festivaliers pour vivre l'expérience à fond ?

Réunir une vraie bande de potes et ne pas tout donner le premier soir !

PLaylist idéale

01. Amen Dunes - Lonely Richard
02. Hookworms - Away Towards
03. Golden Teacher - Dante And Pilgrim
04. Jenny Wilson - Opposition
05. Taulard - Pourquoi suis-je allé au Boom-
06. Gentle Friendly - Autumn nite
07. Wesley Matsell - Total Order of Being
08. Red Axes - Kicks Out Of You feat. Abrao
09. Утро - Как Же Я Был Слаб В Те Дни
10. Monkopf - La Dame En Bleu (Live remix)

Programmation

hoghog-poster-web
Vendredi 19 septembre
Amen Dunes
BRNS
Fear of men
Matt Elliott
Mondkopf
Red Axes
The soft moon
Wesley Matsell
YTPO

Samedi 20 septembre

2 boules vanille
Apes & horse
Gentle Friendly
Golden Teacher
Hookworms
Jenny WIlson
La Femme
Moodoïd
Omar Souleyman
Optimo DJ’s
Public Service Broadcasting
Taulard

Dimanche 21 septembre

Acid Arab
& more


Photoshoot : Garorock 2014

Garorock 2014

Photo © Alexia Petitjean

Garorock, Marmande (47), du 27 au 29 juin 2014, par Alexia Petitjean

Malgré l’annonce d’un orage qui n’était pas sans rappeler le drame de Pukkelpop en 2011 et l’annulation forcée de la soirée du samedi, 65 000 festivaliers ont tout de même répondu présents pour cette 18ème édition. Parmi les têtes d’affiches, il y en avait pour tous les goûts, de Phoenix à Skrillex, en passant par Massive Attack, Franz Fernidand ou encore Shaka Ponk. Cependant Garorock a, cette année encore, fait la part belle aux découvertes parmi lesquelles on retiendra la prestation résolument garage des Américains de Parquets Courts, la puissance de The Marmozets ou encore Telegram, porte-drapeau du rock anglais.

Photoshoot


On y était : Sonar Festival 2014

DSC_0010

Photos © Hélène Peruzzaro

Sonar Festival 2014, du 12 au 15 juin 2014, par Alex P.

La fin du printemps et l’arrivée de l’été sont synonymes de fiesta et d’effervescence dans la cité catalane. On pense Primavera ok, mais l’événement majeur de la saison est sans nul doute le Sonar et le moins que l’on puisse dire, c’est que la grande messe ibérique de la musique électronique n’a pas failli à sa réputation : chaleur, soleil, prestations de haute voltige et atmosphère électrique. Le festival se déroule sur trois jours et trois nuits mais c’est sans compter le Off et ses fêtes qui s’enchaînent matin, midi et soir tout au long de la semaine aux quatre coins de la ville. En bons sportifs, on a décidé de se faire la totale et comme avec toute compétition de haut niveau, le physique est mis à rude épreuve mais si tu arrives à survivre dans la jungle du dancefloor, la récompense est au bout.

Après deux premières journées consacrées au tapas et à la playa, histoire d’avoir un peu moins des gueules de blanchots au milieu de cette foule au teint halé, on rentre dans le vif du sujet avec une première fête de journée au Monasterio, point culminant du Poble Español. Le cadre est magnifique au milieu des conifères et des feuillus avec une vue incroyable sur la ville en contrebas. Le sound system de free party est au top, tout est réuni pour que ça se passe à merveille ou presque. Presque, parce que comme la plupart des fêtes du Off, ce showcase Maeve est un gros truc de bourgeois, consos hors de prix et service d’ordre façon G8 à se demander si Obama ne va pas faire son apparition sur la piste de danse. L’autre truc frappant, c’est qu’on a l’impression d’être à un casting de mannequins, à croire que le paquet a été mis sur les petits culs et les beautiful people. Pendant le set de Baikal, les gens sont tellement timides que je commence presque à me demander ce que je fous dans ce plan semi-flingué, grosse erreur. Sur le coup j’ai oublié la règle de base : on ne force pas la teuf, c’est la teuf qui vient à toi, et à mesure que le public grossit, l’événement se retourne totalement sur lui-même. Le sosie de Vladimir Poutine et ses potes de la sécu sont dépassés, les gens ne sont plus aussi beaux, l’énergie est palpable. Matthew Johnson enchaîne avec une prestation live de house ultra rythmique aux sonorités baléariques, ça y est, on y est. Il terminera son set sur un mouvement plus deep et mélancolique avant de laisser la place à Mano Le Tough, qui va tabasser d’entrée avec de la bassline d’éléphant et alterner les moments aérés au bpm plus lent. Ça devient physique, un peu comme un bon Panorama Bar bien lourd du dimanche. Tale Of Us prend le relais et envoie un super live avant de terminer en back to back to back avec ses deux complices précités. Il est minuit, c’est passé super vite, mise en jambe parfaite et ça tombe bien puisque l’on enchaîne avec le Suruba showcase dans un club de plage de la Barceloneta. On vient surtout voir notre chouchou Fairmont programmé à 5h du mat mais en attendant, on se prend de la bonne grosse Miami Bass décérébrée à se croire dans une salle de sport pendant une séance de step sous amphètes. Et pour rajouter au côté débilo-fendard, c’est aussi l’occasion d’observer quelques beaux spécimens de la faune nocturne – spéciale dédicace à la grande Polonaise de deux mètres qui a proposé des choses que je n’avais encore jamais vues sur un dancefloor. Fairmont fait son apparition, il branche ses machines, on va pouvoir passer aux choses sérieuses. Et bien non, les lumières s’allument, tout le monde sort, il ne jouera pas et on ne saura jamais pourquoi. C’est pas faute d’avoir essayé de choper Jake pour essayer de capter ce qu’il venait de se passer mais il s’est évaporé aussi vite que la fin de la soirée. On profitera du lever de soleil sur la plage avant d’aller dormir quelques heures.

workshops02_consuelobautista_sonard2014_

Au réveil, on n’est pas super frais, mais c’est aujourd’hui que commence la sélection officielle du festival. J’abandonne donc les potes du Off (qui eux iront danser sur la plage avec Derrick May) pour aller au Fira Montjuic qui accueille le Sonar by day. L’espace est très agréable, la circulation entre les scènes est limpide et l’organisation impeccable. Après un tour au press bar, je déambule dans le hall consacré au Sonar +D, la sélection multimédia et technologie du festival qui mériterait un article à elle seule tant les différents projets exposés sont intéressants, entre circuit bending top niveau, prototypes d’instruments inédits, installation interactives, mapping et harpe lazer. Si les nouvelles technologies appliquées à l’industrie du spectacle t’intéressent, creuse le truc parce que c’est pour toi. En plus des différents stands, il y avait également tout un tas d’activités autour du +D, des workshops, des conférences, des performances, plein de trucs fascinants destinés à la génération 2.0. Désolé de n’évoquer la chose que brièvement mais je suis une feignasse et je suis déjà bien à la bourre sur mon papier donc si c’est ta came, vas-y, fais tes recherches, débrouille toi, tu ne seras pas déçu. Je continue ma balade et m’arrête quelques instants au Sonar Village et la grande scène extérieure sur laquelle est en train de jouer Machinedrum Vapor City. Je n’en retiens pas grand chose et pour cause, j’ai l’esprit ailleurs, Chris & Cosey ne vont pas tarder à jouer dans le SonarDome. Le couple légendaire de l’EBM ne déçoit pas tant la prestation est impeccable et la setlist bien ficelée, à la fois mentale et terriblement dansante. Les deux Anglais ne sont plus tout jeunes mais ils n’ont pas ramassé comme leur ancien collègue Genesis P. Orridge, tant physiquement que musicalement.

chriscosey_sonardome_arielmartini_sonar2014_1b

Ça commence fort, le festival a à peine commencé que j’ai déjà reçu une bonne gifle, et ce n’est pas fini puisque je m’apprête à en recevoir une deuxième aussi sec. Sitôt les darons hors de scène, je file dans la salle de cinéma du SonarComplex pour le concert de Ben Frost. Le public s’installe confortablement dans les sièges et applaudit avec ferveur l’Australien expatrié en Islande lorsque celui-ci fait son apparition sur scène. Marque d’amour à laquelle l’intéressé répondra par un cinglant : « Keep it quiet, will you? » Ambiance. A croire que le côté froid et con de l’insulaire nordique a bien déteint sur le lascar. En même temps, ça cadre bien le truc et rappelle à tout le monde que l’on n’est pas là pour rigoler. Accompagné par les batteurs des Swans et de Liturgy, le mec est venu présenter l’émanation live de son dernier opus Aurora, pièce noise dantesque. Le son panoramique de la salle est pachydermique et super défini, je vis une expérience sonore et sensorielle intense calé au fond de mon siège. Les rythmiques tribales sont infernales, la polyrythmie est maîtrisée de manière martiale et suscite l’émerveillement en laissant palpiter la vie au milieu du chaos. Les envolées soniques passent le mur du son, de sensorielle l’expérience devient presque spirituelle, transcendantale. Le temps d’une petite heure je ne suis plus à Barcelone, je ne suis même plus sur terre, j’en ai oublié mon corps. Le dernier mouvement passé, il me faudra quelques minutes pour reprendre mes esprits et m’apercevoir que le journaliste ricain à la dégaine de frat boy installé à côté de moi ronfle comme un salaud, le mec a réussi à s’endormir, incroyable. Pour la peine, il se réveillera avec une bite dessinée au marqueur sur le biceps, il l’aura pas volé.

plastikman_sonarvillage_arielmartini_sonar2014

Je retourne sur la scène extérieure pour l’événement de clôture de cette première journée : la performance live de Plastikman. Celui qui a transformé le son électronique d’une époque présente ici une adaptation de son spectacle Objekt donné au Guggenheim de New York en fin d’année dernière, installation massive articulée autour d’un immense monolithe/obélisque servant de support aux vidéos et autres projections lumineuses. L’expérience est réellement déroutante et impressionnante, Richie Hawtin continue à émerveiller avec ce son acid tout droit sorti des 90’s.

Retour sur les lieux le lendemain et je me prends FM Belfast en guise de comité d’accueil. Le truc avec ce groupe, c’est que la première fois que tu les vois c’est un peu marrant, mais à répétition ça tape salement sur le système leur histoire. Un truc à mi-chemin entre la fête à la saucisse de Vélizy et un groupe festif estampillé Solidays, ça suffit les clowneries. Direction le SonarHall, grand espace industriel travesti à grands coup de drapés de velours rouge en un truc entre le hall d’exposition et le vieux cinéma porno, sur l’écran duquel sont projetées les vidéos psyché et glitchées de Simian Mobile Disco, qui présente leur nouveau live, Whorl, exercice qui consiste à réinterpréter leur répertoire en remplaçant leur équipement habituel par un instrument chacun, synthé analogique d’un côté, séquenceur de l’autre. Montées en puissance autour d’arpégiateurs scintillants et de basses vrombissantes, progressions d’orgues synthétiques se terminant en vagues de drones, ce n’est pas ce qui se fait de plus original mais ça fonctionne bien, le public est en transe. Bon après, le public est tout le temps en transe en fait, on prend la fiesta au sérieux ici. Je pars jeter un œil aux Péruviens de Dengue Dengue Dengue dans le SonarDome et me prend une basse hyper lourde qui creuse un tunnel conçu pour faire bouger ton boule au ralenti tout en vibrant de la tête aux pieds, une sorte de dancehall sous kétamine, pas mal finalement, lorsque soudain tout part en vrille. Les cons balancent des ambiances mariachi et andines complètement débiles, c’est carnaval, et putain ça craint. Maintenant le public a apprécié, le côté caliente latino je suppose, les drogues aussi. Fallait sortir de cet enfer vite fait et trouver un moyen pour se laver les conduits auditifs. Je pars en direction de la salle de cinéma pour aller voir la performance électro expérimentale de l’artiste libanais Tarek Atoui qui, derrière sa table remplie d’instruments et de modules inventés par ses soins, va hypnotiser l’audience avec ses atmosphères rituelles cathartiques. En déclenchant ses séquences et en triturant ses effets à l’aide de capteurs, il place le geste au cœur du dispositif. Une prestation fine et touchante, les machines semblent être autonomes, méditation autour des interférences. Retour sur la grande scène et on continue dans le contraste avec Bonobo. Bon là les choses sont on ne peut plus claires, on sort l’artillerie lourde avec jusqu’à neuf musiciens sur scène, et c’est parti pour un gros live millimétré où rien ne dépasse, façon boulevard des hits. C’est pas tellement ma came mais la maîtrise du show est assez flippante. On ne sait pas s’il y a beaucoup de sincérité là-dedans mais ça dégage la puissance d’une machine à spectacle et finalement, tu viens aussi au Sonar pour voir quelques gros trucs. Mais ça va bien quelques minutes, retour dans le SonarHall pour Jon Hopkins et son live intense aux sonorités à la fois belles, hyper saturées et agressives. Dans l’éclairage écarlate du lieu, la foule ressemble à un tapis de braises rougeoyant sur lequel l’Anglais balance des sons à griller. BBQ du démon, mortel. Prise d’oxygène à l’extérieur avec le bon mix à papa de Theo Parrish pour se mettre bien puis place à la nuit.

tarek-atoui_sonarcomplex_juansala_sonar2014_05

Malgré une programmation des plus alléchantes, je décide de squeezer la première soirée du Sonar by night pour rejoindre les potes au club The Apartment, situé à deux pas de la rambla, pour la soirée off Lost In A Moment du label techno allemand Innervisions. Au menu, Marcus Worgull, Âme et Dixon. Ces deux derniers étant fraîchement auréolés des distinctions de la part de Resident Advisor, le club est rempli au-delà de sa capacité. Résultat, quelques malaises, une chaleur étouffante et une lutte de tous les instants pour survivre sur le dancefloor, et bien sûr, de la house raffinée et intense jusqu’au petit matin.

Réveil difficile et retour au Sonar by day pour choper le spectacle du turntablist Kid Koala. Il fait 35°C et le mec est en costume koala à faire pâlir d’envie la communauté de furries ibériques, c’est à se demander comment il ne tombe pas dans les pommes. Pendant que la petite troupe de danseuses/hôtesses de l’air qui l’accompagne élabore ses routines, le Canadien revisite son répertoire en un medley géant sous forme de voyage dans l’histoire du hip-hop, du sample et du scratch.

machine_variation-2-creidit-photo-julie-artacho

On s’arrête ensuite pour assister à la performance Machine Variation des canadiens Martin Messier et Nicolas Bernier. Déjà présents au Sonar 2010 avec leur installation La Chambre des Machines, les deux artistes manipulent ici une grande structure en bois. En actionnant des leviers, des ressorts et tout un tas de mécanismes, ils font émerger des compositions aux sonorités s’éloignant drastiquement des matériaux utilisés. Moment agréable, ludique et inventif entre expérimentation sonore et ingénierie.

On va ensuite mater Audion, nouveau projet radical de Matthew Dear avec son dispositif scénique constitué de volumes pyramidaux assemblés de sorte à créer une sphère au milieu de laquelle l’Américain prend place et qui sert de support à la vidéo. Surimpression de formes géométriques et de jeux de lumière qui ajoute au côté spectaculaire de ce son technoise tout en textures et rythmiques agressives.

Place ensuite à Who Made Who et leur électro-disco-pop sur-vitaminée. Les Danois, affublés de jolis petits ensembles assortis, envoient un show tout en puissance et même si leur musique n’est pas vraiment ce que je m’écoute chez moi, leur énergie et leur bonne humeur sont contagieuses. Et puis rien que de voir la collègue photographe à fond, c’était beau. On revoit le live de James Holden, ça fait trois fois en six mois maintenant, on ne va pas revenir dessus, mais tu t’en doutes, c’est toujours aussi génial.

massive-attack_sonarclub_juansala_sonar2014_08

Le moment est ensuite venu de faire un tour au Despacio, histoire de voir ce que vaut cette « expérience club unique dont le public est le principal protagoniste » concoctée par James Murphy et 2ManyDjs (qui sont d’ailleurs derrière les platines pour faire danser les curieux) en collaboration avec McIntosh. La particularité de la chose consiste en une vingtaine de modules d’enceintes amplifiées disposées en cercle autour de la piste de danse de sorte à ce que le son soit absolument identique où que l’on se trouve. Un peu comme si tu dansais avec un casque mais sans casque, une autre idée de l’espace. On finira cette dernière journée de In par un bon set porno L.A. façon Boogie Nights dont DJ Harvey a le secret avant de nous rendre au Sonar By Night du côté de l’Hospitalet. On commence par la session souvenirs de jeunesse avec le live de Massive Attack. La prestation est XXL et leur répertoire est passé en revue donc on a forcément le droit à quelques moments grandioses - maintenant, le son des grands halls de gare n'a jamais trop été mon truc. On continue par une bonne session alcoolisée d'auto-tamponneuses devant Laurel Halo puis on enchaîne avec le DJ-set dansant de James Murphy. L'ambiance vire à la croisière s'amuse lorsque Chic accompagné du légendaire Nile Rodgers investit la scène et balance le répertoire du gratteux, compilation des tubes qu'il a pu écrire pour Bowie, Diana Ross, Madonna, Duran Duran ou encore INXS, qui fait l'effet d'un TOP 50 années 80 et qui te fait forcément penser à l'ancien habillage de Canal+.

Vient ensuite le moment fort de la nuit avec le back to back James Holden/Daphni. En ce moment on parle beaucoup (moi le premier) du Holden live, celui qui s'est affranchi du carcan du DJ-set et de sa mutation en musicien total et tout cela est vrai, sauf que là il a décidé de rappeler à tout le monde qu'il restait un DJ hors du commun. Son association avec Daphni est redoutable et le son est énorme. Les mouvements ultra rythmiques soutenus par des mélodies de basses abyssales se mêlent à des passages abstraits merveilleux puis plus stricts, un truc cérébral et animal à la fois. Une vraie purification cathartique parfaitement illustrée par le poto à côté de moi qui poussait des râles à la fois de plaisir et de renoncement les bras et la tête en direction des astres, sorte de colonne cosmique totalement flinguée. C'est flingué mais hyper beau, comme cet orage tropical qui éclate et qui te procure cette sensation si spéciale du cabrage sous la pluie et dans l'hystérie. Tiga clôturera sous le déluge et un levé de soleil apocalyptique, buenas noches cabrones.

Le réveil est de plus en plus difficile et les jambes de plus en plus raides mais on n'a pas le droit de craquer dans la dernière ligne droite. C'est le début de l'aprèm et on va dans la cour d'un hôtel boire des mojitos en bord de piscine au showcase off du label All Day I Dream fondé par Lee Burridge, DJ résident du Burning Man, qui va se faire plaisir jusqu'à minuit avec son pote Matthew DK à base de house orientalisante à quatre mains, bande-son idéale d'after prolongée. Dans un ultime effort d’acharnés, on ira se finir dans un club du centre-ville sur les sets de Marc Piñol et Hugo Capablanca et leurs sélectas rétro 80's. Je remarque tout de même que le gars Hugo ressemble à une version sous subutex de Patrick Eudeline et putain ça fait peur, c’est là que tu te dis que trop de fête ça peut être dangereux, heureusement que le Sonar ce n’est qu’une fois par an. Hasta luego Barcelona et gracias para todo.

Photoshoot Who Made Who


On y était : Festival MIMI 2014

vega-53
Festival MIMI 2014, 2 au 6 juillet 2014

Ce n’est pas tout à fait le cas le reste de l’année, mais pendant la première moitié de juillet, Marseille est une sorte de gros festival de la culture contemporaine, fourni en musique, cinéma et arts vivants comme en bonne teuf. Depuis son année 2013 de capitale européenne, ça commence d’ailleurs à se savoir, même un peu trop. Institution indéboulonnable, le MIMI est un des peak times de ce rush de début d’été et sa 29ème édition a encore donné son lot de moments rares ou foutraques.

Le 2 juillet, l’ouverture se veut intimiste et locale, nichée dans le sous-sol de l’U.Percut, sympathique nouveau lieu orienté jazz alternatif dans un quartier en cours de boboïsation accélérée. Après le synth-punk de carnaval fun et régressif de Sugarcraft qui doit autant aux Chicks On Speed et à Adult qu’à la performance, Postcoïtum, duo phare du très bon label Daath, déploie toutes ses capacités sur cette petite scène pourtant guère adaptée à ce genre de son. Avec une simple formule électronique/batterie, le groupe développe des pièces encore plus ambitieuses que sur disque et dépasse le stade de post-rock/électro instrumental élégant auquel ce genre de configuration se prête souvent. Moins bourgeois qu’Aufgang, et plus tendu que les très proches Odei, Postcoïtum tente des combinaisons rythmiques à rebrousse-poil, utilise les traitements électroniques avec un juste décalage et se lance dans des compos denses, même si tout n’est pas encore en place.

foster-83

Le lendemain à la Friche La Belle De Mai, l’enchaînement entre l’ethno-jazz festif de Camel Zekri et Josephine Foster est plutôt bancal, mais c’est une habitude délibérée du MIMI. Alors improvisée en dancefloor bon enfant jusque là, le concert de l’Américaine plonge la salle dans un quasi-silence attentif et n’accroche qu’une petite portion du public. Ça restera pourtant le moment le plus précieux et étincelant du festival, une heure de grâce rare et un brin perverse. De prime abord, le folk pointu et très référencé de Foster semble être cousu d’un fil tendre et pur qui en font un plaisir innocent, mais une poésie quelque peu vicieuse se cache derrière ces ballades tout juste effleurées entre lieder et blues/jazz psychédélique. Ses musiciens jouent avec précaution et pesanteur, comme s’ils enfonçaient un couteau dans du beurre, et Josephine dodeline en toute indolence avec ses airs de Joni Mitchell sous champis. Les courts morceaux qu’elle interprète seule à la guitare en mangeant ses mots se situent à la limite de l’indicible, et laissent un souvenir irréel, comme si rien n’avait vraiment eu lieu.

vega-27

Pendant ce temps, dans la branche musique du FID Marseille, on est exposé à des objets souvent insaisissables : une vidéo électrisante découpant le mouvement d’un violoniste exécutant une pièce de Berio, ou un documentaire déprimant et loufoque sur le quotidien actuel d’Yxymalloo, Japonais proto-électro qui sort des K7 dans l’ombre depuis les 80's et travaille à l’usine à Tokyo ou s’occupe de son mari atteint de la sclérose en plaque en Irlande. Samedi soir, un court film un peu confus de Marie Losier nous donne un aperçu de la vie domestique d’Alan Vega à 75 ans, désormais rangé des voitures avec femme et enfant adoptif. C’est le même Alan qu’on retrouve sur l’Île du Frioul le soir, pour un concert de 50 minutes quelque peu borderline avec sa moitié Martin Rev, à guichet fermé. Des spectateurs sans prévente se sont quand même rendus sur l’île pour tenter de rentrer dans l’hôpital Caroline, preuve s’il en est de l’hystérie que le duo techno-punk new-yorkais suscite encore. Après une première partie typiquement improbable (Sevdah Mon Amour, sorte de Conchita Wurst bosniaque et somme toute bluffante sur fond d’électro-fusion surjouée), Suicide entre en scène comme on trébuche dans un caniveau. Ayant laissé de côté ses habituels bandana et lunettes-écrans, Vega ne ressemble plus à Kadhafi, et ses yeux écarquillés indiquent qu’il ne sait plus trop ce qu’il fait ni où il est. Appuyé sur une canne, il invective ponctuellement le public et intervient quand il en sent la nécessité sur des standards quasi-indiscernables, qui sonnent désormais comme du rockabilly-gabber. Martin Rev a d’ailleurs la bonne idée de nous épargner les morceaux récents, et de laisser tourner cette bonne vieille boîte à rythme mono-rythme qui nous assomme joyeusement. Après s’être fait hugger de force par quelques excités du public, Vega ne quitte plus son siège, lance quelques fuck et sort de scène au bout de trente minutes. Il ne remontera qu’avec sa femme et son fils, auquel il confira la tâche de terminer le concert à sa place, comme on passe un flambeau. C’est donc un adolescent de 14 ans d’origine mexicaine, en short et baskets, qui saluera le public en chantant ce qui ressemblait à Dream Baby Dream, effarant happening rappelant la nature toujours conflictuelle des concerts de Suicide, dont on imagine que celui-ci était un des derniers.

concert pinhas jaumet mimi-182

La soirée du dimanche semble forcément plus consensuelle en comparaison, mais également plus qualitative. Peut-être pas assez rôdé, on ne comprend pas très bien où le duo AIE veut en venir, mais on discerne quelques bonnes idées chez ce tandem harpe électrique/batterie. Clôture idyllique de ce week-end insulaire, Richard Pinhas et Etienne Jaumet nous gratifient d’une session stellaire opposant la guitare modifiée de l’un et les interventions analogiques de l’autre. Même si les boucles à la Robert Fripp du légendaire philosophe SF se verront écrasée par les structures électro de Jaumet sur la fin, c’est bien le genre d’architecture sonore qui prend toute sa grandeur dans le décor quasi-mystique du MIMI. L’île décollera-t-elle pour la 30ème édition ?


Photoshoot : Paris International Festival of Psychedelic Music 2014

PIFPM
Le tout premier Paris International Festival of Psychedelic Music s'est tenu à la Machine du Moulin Rouge et au Batofar du 4 au 6 juillet. Pendant trois jours, de 18h à 6h, la place a été donnée aux dérivés garage, psychédéliques et cosmiques du rock, du punk, mais aussi de la techno. Retour visuel sur les shows hypnotiques et transcendants de THE OSCILLATION, TOY, ZOMBIE ZOMBIE, etc. qui ont composé le deuxième jour du voyage. Par Clémence Bigel.

Photos


On y était : This is not a love song Festival 2014

this-is-not-a-love-song
This is not a love song Festival, du 29 au 31 mai 2014, par Sonia Terzhaz

Pour la deuxième édition du festival This is not a love song, une sélection assez éloquente était convoquée - parmi elle, quelques groupes qui figureraient, par la suite, dans la programmation du festival Primavera, étirée entre Barcelone et Porto : Ty Segall, Midlake, Lee Ranaldo and the Dust, Neutral Milk Hotel, Slowdive, Black Lips, Rodrigo Amarante… Une belle initiative permettant de surfer sur la vague des festivals indé et d’attirer dans ses filets des prises de poids et d’envergure même si étrangement, la quasi-totalité des groupes à la notoriété rutilante et à la réputation excellente était répartie sur les deux premières soirées. La programmation du samedi faisait pâle figure à côté. Fallait-il répondre à des demandes spécifiques, ou à des impératifs d’agenda pour les artistes qui enchaînaient par la suite ? Toujours est-il que je n’y suis pas allée, finalement pour d’autres raisons mais qui m’ont bien arrangée car autant dire que, dans ces moments intenses et riches en sensations, le corps arrive à épuisement au terme d’un marathon exalté, alors autant compresser ce temps mais jouir de tous les instants.

Tout a commencé avec les Temples qui ont joué le jeudi, en cette après-midi déclinante, le dernier concert gratuit de la journée sur la scène en plein air. Le soleil battait son plein et on se remettait du sale temps parisien en écoutant la musique irradiante de ce jeune groupe de Kettering, du néo-psyché pour ne pas changer, comme si on ne voyait pas assez de groupes de ce style défiler. On peut déplorer le manque d’originalité, le fait de ne pas mieux s’approprier ces sonorités anachroniques mais finalement, pour une première entrée dans le son, c’était assez élégant. De la musique à remonter le temps… avec des références lancinantes, un gros son à la Eight Miles High des Byrds par exemple, notamment dans leur morceau Sun Structure, du nom également de leur album sorti en février 2014 chez Heavenly Recordings. Je suis, par définition, méfiante, pour ne pas dire réticente quand les réappropriations sont aussi cinglantes. Hé les gars ! Vous le créez votre son nom de nom ? Mais en concert, ils étaient bons. Leur pop psychédélique parfaitement équilibrée était de bon ton même si les musiciens n’étaient pas truculents.

Puis on s’est abrité du soleil (parce que ça nous tapait sur le système !) pour entrer dans la grande salle et voir Man or Astro Man. Des revenants d’un autre temps, dont certains membres se sont réincarnés également, distillant une musique surf rock garage primitive ponctuée de transmissions supramondaines issues des films de science-fiction. Du premier album Is it… Man or Astroman en 1993 en passant par Experiment Zero (avec le morceau Planet Collision) produit par Steve Albini en 1996 et Beyond the Black Hole en 2001, leur concert réactivait ces morceaux d’anthologie. Une très belle résurrection qui a fait sensation ce soir-là, et la palme de l’humour leur revenait de plein droit évidemment. On les sentait avides d’émulation et quelle aurait été notre excitation s’ils avaient joué avec les Jon Spencer Blues Explosion - Jon Spencer et Brian Causey dans le feu de l’action, maltraitant leurs guitares à l’unisson. Outre la maitrise des instruments et des éléments, ils ont tous deux percé le mystère de la thérémine, et si nous leur en avions donné l’occasion, ils se seraient lancés, à la manière de savants fous, dans une battle de sons délirants. C’est à l’issue du concert des Astro Man que Brian aka Star Crunch (tel le snack cosmique chocolaté) a fini de nous impressionner en saucissonnant sa guitare avec son câble de raccordement et, une fois bien enlacée, l’a faite vriller telle une toupie. Le batteur et autre pionnier, Brian Teasley aka Bird Stuff, était lui aussi follement habité et frappait merveilleusement dans un style exubérant à la Steve Moore le mad drummer, tout en prenant part également au chant.

On est sorti tout éblouis par les Astro Man et le soleil pour aller à la rencontre de Lee Ranaldo and the Dust (un projet formé avec son comparse Steve Shelley, Alan Licht et Tim Luntzel). Bien évidemment, on retrouve ce son de guitare typique qui a fait la gloire d’un de mes plus grands groupes de tous les temps, mais dont le talent est désormais en manque d’inspiration. Il fallait s’y attendre déjà à l’écoute de l’album Last Night on Earth sorti en 2013 sur Matador Records. On retrouve avec plaisir ce déluge de guitare noise, ces morceaux fleuves incandescents, à l’image de Rising Tide, mais que retient-on ? Manque d’unité ou d’hétérogénéité, on ne saurait le déterminer en réalité, un peu comme un tableau dont les différents éléments, pris séparément, feraient sens, mais dont l’intégration dans une plus large composition les rendrait incohérents ou inintéressants. On oscillait sans cesse entre un plaisir non contenu par moments, notamment à l’écoute des déflagrations sonores puissantes et autres expérimentations, puis on se lassait aussitôt, et notamment en raison d’un sens mélodique peu accrocheur en dépit d’une belle voix atone et monotone… Enfin la nostalgie nous a finalement enveloppés à l’écoute d'Ambulance, alors que nous nous disions que Sonic Youth, c’était avant.

Autres revenants, le groupe Slowdive formé à la fin des années 80, en pleine période shoegaze mélancolique promu par le label Creation Records, avec entre autres My Bloody Valentine, Jesus and Mary Chain ou encore The House of Love. Mais des quatre formations cultes, Slowdive n’a jamais retenu mon attention. Tandis que les My Bloody Valentine, en véritables précurseurs, excellaient dans ce registre chaotique bruitiste généré par la saturation de guitares et les effets de pédales en tous genres, que les sulfureux Jesus and Mary Chain poussaient encore plus loin leurs expérimentations noisy entre deux bastons, et que Guy Chadwick nous éblouissait avec sa voix majestueuse et ses hits de haute volée, les jeunes Slowdive avaient peine à se démarquer et, en bon suiveurs, synthétisaient les précédentes formations énoncées. Faut dire aussi qu’ils n’étaient pas aidés car ils émergeaient dans un contexte ou le shoegaze perdait de sa notoriété au profit du grunge, qui faisait une belle percée.

The Fall, eux, je les attendais ! Ouais ouais. Et c’est avec fierté que je peux annoncer que c’était un des meilleurs concerts du festival. Enfin du putain (pardon) de post-punk digne de ce nom et honorant ce festival qui, il faut le dire, a emprunté son nom à un morceau de PiL (Public Image Limited), This not a love song. Deux groupes de légende formés dans la deuxième moitié des années 70, soutenus par un John Peel militant et au sein desquels le batteur Karl Burns a d’ailleurs conjointement évolué. C’est tout de même rare de participer à des moments d’intenses retrouvailles punk en toute authenticité. On prenait plaisir à se faire dévisager avec dédain par un Mark E. Smith croulant physiquement mais toujours aussi digne et imposant. Il évoluait tranquillement sur scène, observait impassiblement les autres musiciens qui étaient d’ailleurs très impressionnants, montait le son de l’ampli à fond tout en déclamant de façon « amélodique » avec sa voix criarde et nasillarde, nous assénant ses chansons cyniques et ses « fucking » à tout va. Sa très jolie mais très étrange petite Grecque, Elena Poulou, était également présente, munie de son sac de mamie contenant d’obscures babioles. Peu présente au clavier, elle était finalement davantage utile à son mari, qu’elle contrôlait à distance, telle une thérémine, au moyen de regards et autres gestes mystérieux. Pendant ce temps nous communiions en nous roulant dans la fange, avides de cathartique punk régression, et sachant que ce moment de plénitude ne durerait qu’un temps.

Puis les Brian Jonestown Massacre sont arrivés… et je les regardais d’un air contrit, préférant m’accouder au bar que de les voir de trop près. Faut dire qu’ils avaient tous étrangement changé, sans parler d’Anton Newcombe dont la présence désincarnée nous glaçait tant il était absent et méconnaissable. Je les avais déjà vu au Bataclan une semaine avant et n’avait pu me rendre compte de l’ampleur de la détérioration. A cette occasion, la salle du Bataclan était archi-comble, remplie de jeunes, voire de très jeunes gens, découvrant les illustres pionniers incarnant le renouveau de la scène psychédélique omniprésente actuellement. Il n’y a pas d’autre explication. Ironie du sort, les Dandy Warhols ne suscitent plus aujourd’hui ce même engouement alors qu’ils remplissaient auparavant des salles largement plus importantes. Le très bon film Dig, que tous les jeunes gens du Bataclan évoquaient dans les discussions, a-t-il été à l’origine de cette curieuse inversion ? On retrouvait en revanche avec plaisir un Joël Gion toujours aussi loufoque et décomplexé, au jeu de tambourin nonchalant et au déhanché féminin : une présence aussi indispensable que celle de Bez des Happy Mondays. Quant à la setlist, elle n’a pas évolué d’un iota entre la prestation du Bataclan et celle de Nîmes, augurant des prestations quasi identiques pendant toute la durée de la tournée (That Girl Suicide, Who?, Servo, Anemone, Straight Up and Down, Open Heart Surgery, des morceaux issus du double album Tepid Peppermint Wonderland en somme). Sur un mur participatif du site, les festivaliers pouvaient s’amuser à compléter des phrases commençant par « Before I die I would like to... » ; une personne n’a pas manqué d’ajouter : « ... save Anton Newcombe ».

Il fallait sortir de cette inertie suscitée par les Orégano-Californiens pour se réanimer. Mais Jon Spencer a fait bien plus que nous redynamiser, il nous a, en effet, électrocutés, tant et si bien que les lumières ont disjoncté quand il est arrivé, ou c’est plutôt le régisseur lumière qui était complètement azimuté, ignorant tout de qu’il se passait tandis que Jon Spencer lui hélait : « Woud you turn on the light please? I can’t see anything. I know that I'm old but I’m not that ugly… Come on man, you can do it… Come on! Turn the fucking light on… » Et rien n’a changé. En effet, pendant toute la durée du concert, les Jon Spencer ont joué dans la quasi pénombre, à croire qu’il s’agissait d’un incident déguisé, d’une performance improvisée pour faire gronder l’agitation. Ma cousine était indignée car Jon était ombré. Le concert n’en finissait plus tant le groupe était possédé. J’ignore d'où ils puisaient cette énergie primitive rock'n'roll et ce groove rythm and blues diablement sexy mais c’était flamboyant !

Le deuxième jour, je ne suis revenue que pour la prestation des Texans de Midlake. Que dire si ce n’est qu’il vaut mieux écouter leurs albums que de les voir se représenter, et dans un festival qui plus est. Ils sont proprets et prévisibles, gentillets avec un son bien léché, doucereux, sirupeux, certes… Mais il faut leur reconnaître un sens unique de la mélodie, qui n’est guère fréquent. Le guitariste Eric Pulido, contraint d’occuper le devant de la scène depuis la défection de Tim Smith, se distingue par sa voix, étonnante de clarté, mais à laquelle il manquerait ce timbre et cette tonalité angoissés pour vous faire réellement chavirer. Sonorités innovantes ou goût de l’ancienneté, cette querelle n’a pas lieu d’être activée… Seul le souci de la composition est permanent, et ses morceaux ont, par moments, l’élégance et la finesse des Anglais de Fleetwood Mac ou King Crimson.

Mais passons, passons à Neutral Milk Hotel, la bande à Oui Oui et Potiron (Julian Koster et Scott Pillane). Encore un groupe indé culte dans les années 90, avec son deuxième album In the Aeroplane Over the Sea, ranimé une dizaine d’années après par un Jeff Mangum transformé, caché sous sa casquette et sa barbe de bûcheron, mais que l’on reconnaît pourtant entre mille avec sa voix rauque et rocailleuse, parfaite pour une musique aux accents folk lo-fi, alternativement limpide ou bourbeuse, et même un peu grunge des bois. La scène champêtre était idyllique, avec les quatre pâtres jouant autour de l’agneau mystique disposé au milieu de la scène. Julian Koster, l’homme-enfant, un bonnet phrygien en laine sur la tête, maîtrisait toutes sortes d’instruments : basse, banjo ou encore scie musicale. C’était revigorant mais leur performance s’essoufflait un peu au bout d’un moment. Encore une fois, il m’a semblé qu’ils se seraient davantage donnés s’ils avaient eu la possibilité de jouer en toute intimité.

L’intimité a ensuite été poussée à son paroxysme avec la prestation de Rodrigo Amarante, en toute sobriété. Il jouait dans la plus petite scène du festival mais la remplissait progressivement jusqu’à l’étouffement. Nous étions tous suspendus à ses yeux qui semblaient nous fixer, s’attacher, un moment, à chacun d’entre nous avec bienveillance. Ce dernier sentiment emplissait mon cœur et j’en avais la gorge serrée. Etait-ce la fameuse et mystérieuse saudade qui m’envahissait ? Ce sentiment confus, à l’image de ce mot intraduisible, ce mélange incohérent d’états d’âmes dans une nostalgie absolue. Le dernier morceau joué ce soir-là, intitulé Ribbon, extrait du dernier album Cavalo, à la folk langoureuse et mélancolique, m’a laissée désemparée et j’étais si embarrassée de me laisser submerger par l’émotion, mais mal m’en a pris, j’étais irrémédiablement tombée dedans.

Et pour couronner ce moment fragilité, il fallait ensuite retrouver Chan Marshall et les fantômes qui l’habitent, venus tourmenter cet être doué. Une personne me faisait remarquer que ses concerts étaient bien plus beaux et intenses lorsqu’elle était particulièrement tourmentée. C’était le cas ce soir-là… mais nous l’étions tout autant en la voyant. La voir se battre avec d’invisibles démons… s’accrocher avec l’ingé son parce que sa voix n’était pas assez audible, alors qu’elle irradiait, et en faire le bouc émissaire de la soirée. Combien de fois s'est-elle retournée pour lui lancer des regards tantôt perdus, tantôt exaspérés - et j’imaginais le technicien désemparé, ne sachant que faire pour répondre à ses attentes imaginaires. The greatest pain in the ass mais d’une classe sombre rugueuse et véridique. Depuis son dernier album Sun sorti en 2012, qui montrait une Cat Power vivifiée, les choses ont évolué et ce concert attestait de cette nouvelle plongée dans les abîmes et malheureusement propice à l’expression de son talent.

Le pouvoir du chat était retrouvé et les lèvres noires se sont ensuite manifestées, suscitant des réactions passionnées et à l’origine d’un des pogos les plus violents du festival. Il faut dire que Cole Alexander, le guitariste des Black Lips, nous narguait depuis la scène en se penchant en avant pour nous montrer ses fesses grassouillettes de petit homme blanc. Même si j’étais concentrée à assurer ma survie dans ce violent tourbillon, j’arrivais tout aussi bien à me laisser porter par leur flower-punk primitif et régressif.

Mais c’était surtout la prestation de Ty Segall ce soir-là qui constituait le point d’orgue de la soirée. En attendant son nouvel album Manipulator prévu en août, qui, je le sens, sera palpitant, il nous aura ravi, au-delà de ce que nous aurions pu imaginer, véhiculant l’énergie du rock garage primordial dans sa substantifique moelle, un compendium essentiel et originel… J’étais plutôt sceptique avant pourtant, estimant qu’il se dispersait trop pour être toujours très pertinent, mais à Nîmes Ty était fringuant.


Word & videoshoot : Nos Primavera Sound 2014

Lopp_copyright_hugo_lima-457
Nos Primavera Sound 2014, 5 au 7 juin 2014, Porto, par Nicolas D.

Cette troisième édition du Primavera à Porto (la deuxième pour moi), anciennement baptisé Optimus Primavera Sound et dont le nom a été modifié à cause du changement d'appellation de la marque de téléphonie pour Nos, a de quoi surprendre. Effectivement, l’affiche, un peu moins aguichante à première vue que celle de l’année dernière, n’en était pas pour autant à la baisse en termes d’audace. Un fait notable : la programmation d’artistes locaux ou lusophones. Toujours étalée sur trois jours, cette programmation nous a fait alterner un premier jour un peu morose avec deux autres où les propositions s’enchaînaient à un rythme effréné jusqu’au petit matin, avec une ouverture musicale importante, comme on pourra le voir plus bas. Il y avait de tout, du très bon, du moins bon, du très pop, et de la merde en barre aussi. Comme quoi il faut vraiment de tout. Certes, ma merde n’a sûrement pas le même goût que celle d’une jeune adolescente venue voir ses idoles, ça reste indéniable. Quoiqu’il en soit, les 70 000 personnes venues au festival ont eu de quoi voir, boire, et donc manger. Notons tout de même ici l’excellente gestion de cette vague de public sur trois jours, où on n’a guère l’impression d’attendre, et ce même au bar, chose rare. La convivialité et la bienveillance portugaises étaient bien au rendez-vous, tout était fluide. Je vais tenter d’être exhaustif, tout en évitant le report chronologique.

Est-ce avec les vieux pots qu’on fait la meilleure soupe ?

Un des phénomènes de festival des années 2000, c’est bien le retour des groupes des années 70-80 autour d’un revival des souvenirs d’écoute des anciens jeunes (dont je fais un peu partie). Figure imposée, à la fois esthétique (pour voir les figures influentes des « nouvelles scènes ») et économique (ce sont entre autres ces têtes d’affiches qui attirent du monde, ou, si le groupe n’a plus trop le vent en poupe, cela permet à la fois de surfer sur cette vague rétro, tout en permettant au musicien sur le retour de payer ses dettes accumulées pendant les années de disette).

Ici, nous avons eu le droit aux Pixies, qui célèbrent leur retour avec l’album (très mitigé) EP1 que le groupe s’est quand même attelé à défendre alors même le public allègrement massé devant la scène n’attendait que des vieux titres… Voeu qu'ils ont effectivement exaucé avec brio, avec un Frank Black particulièrement en voix et donnant de sa personne ou encore le guitariste Joey Santiago faisant son guitar hero… avec un solo de Jack ! Les titres les plus connus y passèrent, le public se déchaîna jusqu’à slammer, chose particulièrement rare lors du festival, ou à chanter en chœur, comme sur l’ultime Where Is My Mind, véritable hymne du groupe.

Dans la même série des retours, soulignons la présence du groupe culte de noise-psych-rock Loop avec Robert Hampson à la guitare et au chant. Le trio (sur la scène ATP, qui possédait la programmation la plus intéressante), a produit un rock lourd, lent, proto-stoner délectable, puissant et halluciné, avec un son des plus impressionnants. Dans le genre come backSlint, les ancêtres du croisement entre post-rock et spoken word, nous ont offert un beau live. Aucune prétention, un son incisif et une batterie précise, les morceaux s’enchaînent avec élégance.

Puisque l’on parle de post-rock, je retiendrais surtout le live de Godspeed You! Black Emperor, dont la musique s’imagine mal dans le cadre d’un festival… Avis totalement infondé lorsqu’on entend l’énergie qu’ils parviennent à dégager lors de l’hypnotique Mladlic (précédé d’une intro de drone électronique/violon/contrebasse de vingt minutes !). Leur vidéaste est également de la partie, et les visuels projetés sur pellicule semblent dans le prolongement de leur dernier disque, ce qui ne les empêche pas de jouer un morceau plus ancien comme Moya.

Slowdive_copyright_hugo_lima-402

Les vétérans du rock Television étaient aussi de la fête avec l’interprétation intégrale de leur album Marquee Moon. C’était propre, bien joué, les musiciens étaient heureux d’être là et de rejouer cet album de plus de 35 ans, mais n’étant pas spécialement nostalgique de ce groupe, je ne pus réellement goûter aux joies de voir la revisite de leur premier album.

Je fus par contre agréablement surpris de découvrir en live les comparses de My Bloody Valentine et Jesus & The Mary Chain, à savoir le groupe Slowdive, les malaimés de la scène shoegaze - un rock sincère, sans fioritures, avait une certaine lourdeur, l’expérience d’une vie pas évidente assez touchante, et un son à rendre jaloux tous les petits pseudo-groupes actuels de rock psyché de boutonneux taiseux approximatifs. Autre génération avec le chanteur Caetano Veloso, figure (qui m’était certes inconnue) de la scène brésilienne. Le public est à son aise en cette fin d’après-midi, reprenant ses refrains. On peut également remarquer un effort pour sonner un peu plus moderne que les accords syncopés auxquels on s’attend en mentionnant la bossa.

Toujours du côté des « vétérans » notons un intrus : Charles Bradley. Physique de vieux chanteur de funk/soul (qui se changeant au moins deux fois lors de son set), dans la droite lignée des Al Green, Marvin Gaye ou encore de son idole James Brown. Sa voix est marquée mais le chanteur entouré de musiciens talentueux assure vocalement et scéniquement, même s'il n’en est en fait qu’à son deuxième album (avant, c’était un cuisinier rêvant d’être une sex-machine et qui a longtemps écumé les petites scènes new-yorkaises). Loin d’être ridicule, son énergie est communicative et le public n’hésite pas à se dandiner au son de la funk. On notera le moment où il demande à son jeune batteur s’il veut faire un solo après une plage suave et toute en retenue, ce dernier hochant la tête pour lui signifier qu’il ne sait pas trop quoi faire à ce moment-là, Bradley lui lâchant alors un « stop » qui met fin au morceau ! Un set généreux qui éclipsera d’autres têtes d’affiches quelque peu décevantes (The NationalMogwai…). Cette surprise ne fut pas le seul coup de cœur du festival.

On retrouvera dans cette catégorie les indéboulonnables (quoiqu’un peu prévisibles maintenant…) Shellac, abonnés du Primavera. Live toujours puissant, électrique, où chaque parole d’Albini semble faire partie d’un show bien rodé, mais son énergie fait oublier ce léger bémol. Le live de Kendrick Lamar, jeune prodige de la scène hip-hop actuelle, a mis le feu au poudre. Accompagné de son groupe (claviers, basse, batterie, guitare) pour un live bien plus énergique que sur disque, son jeu de scène est marqué par une assurance dingue, surtout quand on connaît l’âge de ce jeunot. Le public était venu pour lui lors du premier jour de festival et a volé la vedette à de nombreux autres groupes du festival. Dans les grosses déceptions, je noterais Mogwai, qui n’a pas réussi à me toucher. La distance par rapport à la scène empêche-t-elle de rentrer dedans ? Ou a contrario, être près induit-il de ressentir l’énergie du groupe et les basses qui prennent au corps de manière optimale ? The National vu de près me confirme que ce n’est pas le cas, je me suis fait autant chier au bout de deux morceaux. Du côté de la gente féminine, assez bien représentée également, la hype de Sky Feirera (qui avait son lot de jeunes fans) me désorienta au plus haut point. Alors que les adolescent(e)s y voyaient la représentante de la nouvelle génération, je n’y distinguais qu’une pisseuse désabusée amateur chantant très faux, totalement empotée sur scène. Un point positif ? Avoir réussi à fédérer la majorité du public autour des différents bars. Haim était aussi assez fade, et le set de Warpaint me laissa de marbre, malgré la reprise un peu intéressante du Ashes to Ashes de Bowie. Dans le même lot, on peut ajouter la perplexité laissée par les Dum Dum Girls - le souvenir que j’avais d’elles était qu'elles produisaient un garage assez sympathique… Les trois guitares (dont un homme intrus) qui jouaient la même chose n'apportent en fait rien à cette soupe qui a l’air d’être la nouvelle direction prise depuis.

Mimes_copyright_hugo_lima-121

Le renouveau pop me laisserait-il de marbre ? Serais-je devenu un vieux con ? Je m’aventure au set de St Vincent (qui est venue taper le guest avec The National d’ailleurs) et reconnais en elle un véritable talent aussi bien scénique que guitaristique, bien que je ne sois pas friand de son électro-rock. Tout comme Jagwar Ma (dont la programmation électronique m’interpelle mais la voix me dérange), le rock country de Courtney Barnett m’ennuie, l’électro de fête foraine de Todd Terje m’amuse uniquement deux minutes comme un tour de manège, Trentmøller me parasite, John Wizzard ne m’envoûte pas, John Grant ne m’a garanti aucun frisson. J’ai 31 ans. La pop music semble m’emmerder en majorité. Midlake me le confirme. Neutral Milk Hotel ou encore !!! me font penser le contraire et me sauve un peu par l’énergie qu’ils déploient. Je me retrouve alors plus avec les groupes déjà vus comme Follakzoid (dont le set kraut-répétitif me fait bien voguer - encore plus que lors du BBMIX). Le set de Ty Segall en point d’orgue personnel du festival a été la catharsis de toute cette frustration. Énergie contagieuse de la fosse, je me retrouve à sauter partout au milieu des slams et à faire flageoler mes courbatures et ma joie de vivre. J’ai toujours 20 ans. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai préféré faire l’impasse sur Lee Ranaldo.

Je préfère penser à d’autres découvertes locales comme HHY and The Macumbas (légère frustration de n’avoir vu que la fin), groupe masqué et déguisé qui donne l’impression d’être un croisement entre Master Musicians of Bukkake et Sun Ra avec l’Arkestra, le rock instrumental très bien réalisé de Torto, dont les trois membres pourraient être votre dentiste ou votre pharmacien. L’avantage de ce festival est vraiment sa convivialité, et ce malgré sa taille (qui reste malgré tout bien moindre que nombre de festivals estivaux), on échange facilement avec des gens du public, (ou encore dans l’espace presse avec un sosie de Didier Bourdon qui semble être une star locale - ou du moins essaie de me le faire croire ? -…).

Le fait d’avoir vu autant de groupes provoque une certaine saturation, mais ce fut encore une fois une expérience enrichissante, qui n’apporta pas de réelle réponse sur mon rapport au live en festival ou encore à un goût/dégoût pour la pop. D’ailleurs, c’est quoi la pop ? Ce n’est pas le moment de s’endormir sur des questions aussi nazes, j’en ferais des cauchemars de Sky Fereira retrouvant ma trace et voulant m’énucléer. J’entends au loin, au moment de partir, le set de Cloud Nothings qui termine en apothéose sous la tente Pitchfork, sacré bordel. J’ai sommeil quand même, j’ai 31 ans.

Vidéos © Penny Green-Shard

http://www.youtube.com/watch?v=5YsL5gm9I6Y&list=PLf9VgeYjN4vhgqTeFdKBdwyx4DIsoHfun&index=2


On y était - Sonic Protest 2014

10176075_702198863177181_1482502757_n

Sonic Protest (lire), du 4 au 13 avril 2014

4 avril - Centre Barbara

Sonic Protest - son rituel, son ambiance de connaisseurs, ses line-up sucrés-salés, ses pics de grâce radicale, ses mini-bides. Bref, comme chaque année, on se retrouve au Centre Barbara, cette fois-ci pour une session all-night étonnante mais un peu difficile à avaler d’un coup.

Will Guthrie et David Maranha en ouverture, c’est une affaire de frôlements, d’à peu près, de suspense. L’un à la batterie et l’autre à l’orgue Hammond, le duo de jazz improv' tape autant dans le drone que dans le Bitches Brew, se fait difficile à l’oreille juste comme il faut, jamais complet, toujours à la limite, sans jamais vraiment déranger non plus - la bonne mise en bouche.

Certains dans le public aussi se demandaient si Radian existaient encore, et ils ont pu en avoir la preuve sur scène ce soir-là. Le groupe appartient effectivement à un état d’esprit et une manière de faire très « post-rock savant », qui semble aujourd’hui un peu poussiéreuse. C’est d’ailleurs l’impression qui domine sur les premiers morceaux, celle d’une routine un peu convenue, comme si ce rock instrumental aux structures ouvertes n’avait finalement plus grand chose à dire, mais c’est à ce moment là que les Autrichiens nous attrapent et nous foutent à terre : une mise en danger s’installe, sans en faire trop, avec une poignée de détails, un jeu de batterie qui provoque, une basse un rien maltraitée, un petit coup de sang bien placé, et voilà qu’il émane soudainement du pouvoir de ce groupe qu’on aurait pensé éteint.

On ne savait pas non plus que le français KG était toujours actif, et un nouvel album est pourtant venu nous le rappeler récemment. De 93 à 2002, ce one-man-band sortait des choses folles et variées, et donne aujourd’hui dans une noise-pop plus cadrée et volontiers germanophone. Accompagné de tout un groupe en live, c’est finalement un groupe de rock qui enchaîne des pop songs potentiellement drôles et légèrement grésillantes, divertissant mais pas aussi excentrique qu’on l’imaginait.

11 avril - Église Saint-Merri
merzbow_7

Puisqu’on ne va pas à l’église tous les jours, Sonic Protest est l’occasion qui fait le larron, et Dieu sait qu’il n’y a pas mieux qu’une telle bâtisse pour donner aux musiques expérimentales la grandeur qu’elles méritent. La soirée s’entame avec la performance la plus forte de la soirée : Zeitkratzer est une structure d’ensemble contemporain, mais avec une démence qu’on croise rarement dans des contextes académiques. Son fait d’arme le plus connu est d’avoir retranscrit en partition et interprété l’impossible Metal Machine Music avec Lou Reed himself. Pour leur tout premier concert parisien, il interprète un répertoire personnel très varié, qui passe du chant folklorique détourné à des pièces dans le style de Penderecki ou Xenakis. Dans la pénombre de l’église, c’est la vibration ultime, l’effroi primal, que l’orchestre effleure ses instruments ou qu’il gronde et ouvre la terre. À la différence du cercle classique contemporain, Zeitkratzer laisse place à une approximation et une mystique légèrement angoissantes et donne ainsi un corps puissant à cette musique qui manque parfois dans les lieux consacrés.

On redescend sur terre avec le happening conceptuel de Mathieu Saladin, Adam David et Patrice Caillet qui tentent un mix de silences sur platines vinyles. Ces trois plaisantins se sont amusés à sortir une compilation de silence (Sounds Of Silence, évidemment) qui réunit Soulfly, Warhol ou Whitehouse, et proposent même de la sonorisation évènementielle silencieuse pour cocktails et cérémonies. Les voilà donc affairés à mixer des tracks silencieux, malgré le craquement assourdissant des vinyles. La blague est poétique et irrésistible, même si peu de gens jouent vraiment le jeu - ça braille au bar, et rappelons qu’on est dans une église. Mais le trio tient un peu plus d’une demi-heure face à une indifférence partielle, et se fait néanmoins applaudir.

Tout le monde aura goûté au clin d’œil dans le déroulé du line-up : à ces moments de silence, Sonic Protest oppose une antithèse parfaite avec Merzbow, figure tutélaire du bruit total. Avec 35 ans de carrière et une discographie indénombrable, le Japonais fait partie de ces artistes qui n’ont plus rien à prouver et dont on peut à peu près tout recevoir. En l’occurrence, comme par hasard, 50 minutes de bruit blanc, à l’exception d’une introduction toute en pulsations et de quelques variations sur le dernier quart d’heure. Peu de nuances, et finalement peu de souffrance, parce que le bruit crée vite une accoutumance acoustique et entraîne une sorte d’ivresse. On entend un peu de tout dans le bruit, au-delà des crissements et de la vitesse sonique. C’est comme se prendre le jet d’une lance à incendie en pleine poire et d’aimer ça, ou fixer un mur blanc et voir apparaître mille couleurs. On n'écoutera plus jamais le silence de la même manière après ça.


Perc l'interview

Aux côtés d’artistes tels que Sandwell District, James Ruskin ou encore Adam X, le Londonien Ali Wells, plus connu du grand public sous le pseudonyme de Perc, s’attache à abreuver nos oreilles de tracks brutaux et sans concession, démonstration viscérale d’une musique tirant son inspiration du chaos urbain et reflet mélodique d’une civilisation au bord du précipice. Chaque nouveau morceau est un tour de force, frôlant la perfection, entre manifeste indus et machine à carboniser le dancefloor. Alors qu’il y quelques mois déboulait dans les bacs The Power & The Glory, nouveau pamphlet incendiaire entre bruitisme et tribalisme, nous avons cherché à interroger l’homme derrière la machine et à le questionner sur son processus de création et sa manière d’appréhender la musique.

Perc retrouvera Clark le 21 novembre prochain au Showcase (Event FB). On fait gagner cinq fois deux places pour cette soirée, en plus de deux compils Perc Trax. A vous de jouer.

[contact-form-7 id="21274" title="Concours post"]

Audio

Perc, l'interview

Perc
Tu as commencé ta carrière en tant que Spartak and Votion. Pouquoi avoir choisi de continuer sous le nom de Perc au final ?
You began your career as Spartak and Votion. Why do you have finally choose to continue under Perc?

J’ai toujours préféré le nom de Perc. Les autres noms ont juste été créés parce que certains des labels avec lesquels je travaillais au début de ma carrière voulaient des noms d’artiste qui leur étaient exclusifs. Heureusement, ça n’arrive plus trop maintenant et les artistes sont libres d’enregistrer pour pour plusieurs labels sous le même nom.

I’ve always liked the Perc name the most. The other names were just created as some of the labels I was working with early in my career wanted artist names that were exclusive to their labels. Thankfully this does not happen so much now and artists are free to record for multiple labels using the same recording name.

Tu fais partie d’une poignée d’artistes qui ont mis la hardtek ou plutôt la musique techno-industrielle sur le devant de la scène. Qu’écoutais-tu plus jeune ?
You’re a part of handful artists who presented Hardtek or rather Techno-industrial music front of the stage. What did you listen younger? 

Hmmm je ne dirais pas que je représente la hardtek ; il y a beaucoup de techno qui sort qui est bien plus dure ou rapide que ce que je fais et joue. Regarde des trucs comme Pet Duo. Quand j’étais plus jeune, j’ai commencé à écouter de la pop à la radio, puis de l’indie et du grunge, ce qui a mené aux raves et au hardcore qui à leur tour m’ont mené à la house et la techno. Maintenant j’écoute beaucoup de choses, de la pop très commerciale à des sorties plus abstraites, expérimentales et bruitistes.

Hmmm I would not say I represent Hardtek; there is a lot of techno out that that is much harder or faster than what I make and play. Look at something like Pet Duo. When I was younger I started listening to pop music on the radio, then indie and grunge, this led to rave / hardcore which in turn led me to house and techno. Now I listen to a lot of things, some very commercial pop music to more abstract noise and experimental releases.

J’ai l’impression que tu as justifié la dureté de Wicker & Steel par l’ambiance qui régnait alors en Angleterre et en particulier à Londres (émeutes, crise économique, etc.) mais The Power & The Glory sonne encore plus dur. Quel était ton état d’esprit quand tu l’as enregistré ?
It seems to me that you had justified the hardness of Wicker & Steel by the climate that prevailed in England and especially in London at that time (riots, economic crisis, etc.) but The Power & The Glory sounds even rougher. What was your state of mind when you recorded it?

Je ressentais une certaine insatisfaction avec le système politique au Royaume Uni au moment d’écrire l’album, mais c’est un disque plus personnel que Wicker & Steel. Il parle du pouvoir qui existe en chaque personne et de ce qu’elle peut accomplir. La brutalité fait partie du son actuel de Perc mais elle pourra diminuer avec le temps. J’aime continuer à évoluer donc ce n’est pas comme si chaque disque que je ferai deviendra de plus en plus bruitiste et expérimental. La dernière chose que je souhaite, c’est d’être prévisible.

I was feeling some dissatisfaction with the political system in the UK at the time of writing the album, but it is a more personal album that Wicker & Steel. It is about the power within a person and what one person can achieve. The roughness is part of the current Perc sound but it might reduce as time goes on. I like to keep evolving so it is not like every album I do will get more and more noisy and experimental. The last thing I want to be is predictable.

Le morceau Rotting sonne très industriel, la rythmique est très particulière. Tu as travaillé avec Nik Colk Void de Factory Floor sur ce morceau. Comment votre collaboration s’est-elle faite ? Il semble que vous partagez une même vision tout en évoluant dans deux milieux différents.
The track Rotting sounds are strongly industrial, the rhythm sounds really particularly peculiar. You’dve worked with Nik Colk Void from Factory Floor on this track. How did  your collaboration took take place? You seem to share the a vision while you’re evolving in two different backgrounds.

Je connais Nik et le reste de Factory Floor depuis un moment maintenant. Ils ont remixé Forward Strategy Group sur Perc Trax il y a quelques années et j’ai remixé leur morceau Two Different Ways pour DFA en 2012. Nik vient d’un milieu plus artistique et expérimental tandis que je suis arrivé ici par la techno et la musique industrielle du Royaume Uni. Je crois qu’on partage quelques idées sur la musique mais je pense plus au dancefloor alors que Nik a plus une vision artistique globale de ce qu’elle fait.

I’ve know Nik and the rest of Factory Floor for some time now. They remixed Forward Strategy Group on Perc Trax a few years ago and I remixed their track Two Different Ways for DFA in 2012. Nik comes from a more art and experimental background whilst I arrived here though techno and UK industrial music. I think we share some ideas about music but I think more of the dancefloor whilst Nik has more of an overall artistic vision of what she is doing.

Contrairement à ces nombreux artistes techno qui décident d’émigrer en Allemagne et le plus souvent à Berlin, tu as préféré rester à Londres. Tu a l’air particulièrement attaché à cette ville et ça se ressent dans ta musique. Qu’est-ce qu'elle t’inspire ?
Unlike than these many Techno artists who choose to migrate in to Germany and more often in to Berlin, you preferred to stay in London. You seem really especially attached by this town particularly and it feel shows in your music. What does this city inspire to you?

Pourquoi déménagerais-je à Berlin ? On me le demande souvent et c’est une question si bizarre. Il y a de multiples raisons qui poussent à choisir une ville où vivre. Je sais que Berlin possède une scène artistique et musicale intéressante mais si ta raison principale au choix d’une ville pour y vivre est le prix des loyers, alors tu as vraiment besoin de prendre du recul et de revoir tes priorités. Londres m’inspire en ce sens que c’est chez moi, mais si je vivais ailleurs ma musique sonnerait toujours pareil. Ma musique vient de moi et non de la ville qui m’entoure.

Why would I move to Berlin? I get asked this a lot and seems like such a strange question. There are many reasons to choose a place to live in. I know Berlin has an interesting art and music scene but if the dominating factor in where you live is how cheap the rents are then you really need to step back and look at your priorities in life. London inspires me as it is my home, but if I lived somewhere else my music would still sound the same.  My music comes from me not from the city around me.

Perc Trax

Ta musique a un côté très réaliste. Tous les sons que tu utilises semblent être enregistrés live et ne pas provenir de machines ou de banques de sons. Quelle est ta manière de travailler ? Comment construis-tu ta musique ?
Your music has a very realistic side. All the sounds that you use seems to be recorded live and does not come from machines or soundbanks. What is your way of working? How do you build your music?

J’utilise les même trucs que beaucoup de musiciens électroniques. Ableton Live, quelques boîtes à rythme en hardware et des effets. J’aime à penser que quand je fais quelque chose qui ressemble à ce que fait quelqu’un d’autre, je m’arrête tout de suite et je l’efface, je ne continue pas avec pour m’accorder avec la scène techno existante. Il y a beaucoup de peaufinage et de randomisation dans ma musique, les sons et les rythmes changent constamment ce qui donne l’illusion d’une performance live complète plutôt que d’une boucle d’une mesure répétée sur 6 minutes. Faire une musique qui comprend un élément humain et qui est en évolution constante est un de mes principaux objectifs. Je n’utilise pas beaucoup de field recordings, ou d’enregistrements de longues performances instrumentales ou de percussions et j’aime travailler sur la musique en coupant ou en épurant les sons, et pas en apportant des choses continuellement.

I use the same stuff as a lot of electronic musicians. Ableton Live and some hardware drum machines and effects. I like to think that when I make something that sounds like someone else I stop right there and delete it, not continue with it to fit in with the existing techno scene. There is a lot of subtle tweaking and randomization in my music, sounds and rhythms change all the time giving the illusion of a full length live performance, rather than a 1-bar loop repeated for 6 minutes. To make music that has a human element and which is always changing is a main aim of mine. I don’t use a lot of field recordings or recordings of long percussion or instrument performances and I like to work on music by deleting or thinning sounds, not continually building things up.

Tu as sorti un EP avec Einstürzende Neubauten. Comment s'est passée votre collaboration ? Ils possèdent une spontanéité DIY que l’on peut aussi trouver dans ta musique. Comment concevez-vous vos lives ?
You released an EP with Einstürzende Neubauten. How was your collaboration? They have a DIY spontaneity that we can also found in your music. How do you approach your lives?

Je crois que leur spontanéité passe par le groupe se réunissant pour jouer live, improviser et jammer. La mienne passe par des mois de travail solitaire en studio à utiliser un ordinateur pour simuler une performance live ! Je crois que les gens comme moi, Nok Void et Neubaten ont des approches très différentes de la musique mais quelque part vers le milieu existe une petite zone de points communs.

I think their spontaneity is through the group coming together to play live, improvise and jam. Mine is through months of lonely studio work using a computer to simulate a full length live performance! I think people like myself and Nik Void and Neubauten have very different ways in which we approach our music but somewhere near the middle is a small patch of shared common ground.

Tu as également l’air très concentré sur l’activité de ton label. Des artistes comme Sawf ou Forward Strategy ne travaillent qu’avec toi. Quel genre de relation entretiens-tu avec eux ?
You seem also very focused on your label activity. Artists like Sawf or Forward Strategy Group work only with you. What type of relation do you maintain with your artists?

Personne n’a de relations exclusives avec Perc Trax et aussi bien Forward Strategy Group que Sawf ont enregistré des EP pour d’autres labels. J’essaie de travailler avec des artistes avec qui je peux m’entendre sur le plan personnel en plus de les respecter musicalement. Si je sors la musique d’artistes et qu’ensuite je les rencontre et que je ne m’entends pas avec eux ou que je les trouve impolis ou arrogants, alors je ne leur demanderai probablement pas de faire quelque chose d’autre pour le label, qu’importe la qualité de leur musique. Ça me facilite la vie et ça me stresse moins et si des artistes jouent à un showcase Perc Trax quelque part dans le monde je sais qu’il n’embarrasseront pas le label en étant impolis ou exigent.

No one is exclusive to Perc Trax and both Forward Strategy Group and Sawf have recorded EP for other labels. I try and work with artists who I can get on with personally as well as who I respect musically. If I release an artist’s music and then meet them and I don’t connect with them personally or I find them rude or arrogant then I probably won’t ask them to do anything else for the label, no matter how good their music is. This makes my life easier and less stressful and if I have artists playing at a Perc Trax showcase somewhere in the world I know they will not embarrass the label by being rude or demanding.

Comment définirais-tu l’identité de Perc Trax ? Y a-t’il une idéologie derrière ton travail ?
How could you define the Perc Trax identity? Is there an ideology behind your work?

La plupart des productions du label ont un son brut et c’est évidemment centré sur la techno mais toute musique est la bienvenue sur Perc Trax du moment qu'elle me plaît. J’aime croire que Perc Trax a plus de personnalité que certains autres labels techno. Tout, des titres des morceaux au graphisme en passant par le choix des remixeurs, est fait pour essayer de différencier Perc Trax de la masse des labels de techno industrielle répondant au même portrait-robot. L’explosion actuelle d’une techno industrielle assez banale est la raison qui éloigne de plus en plus Perc Trax de ce son en 2014.

There is a rough sound to most of the label’s output and of course it is techno focused but any music is welcome on Perc Trax as long as it appeals to me. I like to think there is more personality to Perc Trax than some other techno labels. Everything from the tracks titles to the artwork to the choice of remixers used is done to try to differentiate Perc Trax from the mass of identikit industrial techno labels out there. The current explosion of fairly generic industrial techno is the one thing pushing Perc Trax further away from that sound as 2014 continues.

Es-tu intéressé par la scène techno en France ?
Are you interested by the techno scene in France?

La scène parisienne et la scène française m’intéressent bien entendu. Je pense que Paris est beaucoup plus intéressant pour le clubbing aujourd’hui qu’il y a 5 ans, des styles musicaux plus divers trouvent leur place et pas seulement l’électro d’Ed Banger et Justice, ce qui constitue une chose positive pour tous les genres de musique électronique.

Of course the Paris scene and the French scene is interesting to me. I think Paris is much better now for clubbing than it was 5 years ago, more musical styles are being embraced, not just the electro sound of Ed Banger and Justice and this has to be a positive thing for all genres of electronic music.

Traduction : Marie-Eva Marcouyeux

Tracklisting

Perc - The Power and the Glory (Perc Trax, 17 février 2014)

01. Rotting Sound
02. Speek
03. Lurch
04. Galloper
05. David & George
06. Horse Gum
07. Dumpster
08. Bleeding Colours
09. Take Your Body Off
10. A Living End


On y était - Festival Mo'Fo' 2014

On y était - Festival Mo'Fo' 2014Comme chaque année, l'équipe d'Hartzine était à Mains d'Œuvres pour le Festival Mo'Fo (lire). On vous raconte jour par jour, ou presque.

Vendredi 24 janvier par Guilhem Denis

Cela est devenu un rituel depuis plusieurs années maintenant, le festival Mo’Fo marque officiellement le coup d’envoi des concerts. 2014 débute donc sous la forme de Jessica Pratt, jeune folkeuse venue tout droit de San Francisco, assise seule sur scène et uniquement accompagnée de sa guitare acoustique. La protégée de Tim Presley (White Fence) offre ainsi un moment simple mais non dénué de grâce et de fragilité aux quelques spectateurs déjà présents à Saint-Ouen. 

C’est ensuite au tour de Happy Jawbone Family Band de prendre le relais et les Américains n’avaient vraisemblablement pas manqué l’étape du bar avant de monter sur scène, le chanteur ayant un mal fou à déchiffrer la set-list située juste devant ses yeux. D’humeur bavarde, il nous parle de l’histoire du cristal magique de son village, de lucioles et de fromage. Entre ces moments de folie, les branleurs du Vermont enflamment pourtant la salle avec leurs morceaux power-pop bordéliques au chant approximatif et aux accents psychédéliques jubilatoires.

Deux passages à la salle Mo espacés d’un quart d’heure et la sensation d’entendre toujours le même morceau joué par un couple blasé les yeux fixés sur son laptop (Lucky Dragon) me fait passer mon chemin pour m’attarder un peu sur Messer Chups. Les vieilles images de séries Z et de films d’horreur projetées sur scène ainsi que la chanteuse habillée en pin-up dévoilent immédiatement une ambiance rétro fleurant bon les fifties. Les Russes font dans le rockabilly de papy, sympathique et efficace, qui malheureusement lasse au bout de quelques morceaux mais finira probablement en BO du prochain Tarantino. 

Axel Monneau a fait du chemin depuis la sortie l'année dernière de Super Forma, troisième album sous l’alias Orval Carlos Sibelius. Acclamé (à juste titre) par la critique, c’est en tête d’affiche qu’il conclut cette première soirée du festival. Épi sur la tête et chemise à l’image de sa musique, tout en patchwork psychédélique, il semble prendre énormément de plaisir à jouer devant nous. Et le plaisir est réciproque tant ses chansons sont faites pour vivre sur scène et s’extirper du format album, s’étirer et s’enrichir au fil des minutes dans une incroyable odyssée musicale. Le monumental Desintegraçao et sa sublime mélodie conclut ainsi en beauté un concert mémorable. On ne pouvait rêver mieux pour commencer l'année.

http://www.dailymotion.com/video/x1abswa_cobra-full-live-mo-fo-festival-paris-25-01-14_music

Samedi 25 janvier par Alexandre P.

La programmation de cette édition 2014 du Mo'Fo continue de dérouler son éclectisme et la soirée débute sur une note blues rock à l'ancienne avec John The Conqueror. Si t'aimes la musique à papa et les Ricains qui jouent bien en place c'est peut-être pour toi mais si comme moi, le parfum des truck stops et les gimmicks usés t'ont toujours fait chier, passe ton chemin, surtout que Blackmail commence à s'installer dans la salle d'à côté et s'apprête à délivrer l'une des meilleurs prestations de la soirée. Si la voix du combo parisien ne m'a jamais plus emballé que ça, ses sonorités no wave EBM sont mises en valeur avec puissance dans ce contexte live. Le son est bon et le duo claviers et machines/percussions tabasse et porte un show pendant lequel il est très difficile de ne pas bouger son corps.

Place ensuite à The Obits. Bien que je sois un grand fan de Drive Like Jehu ou des Hot Snakes, le dernier projet de Rick Forberg ne me fait vraiment pas grimper aux rideaux. Faut dire qu'ils n'ont plus la fraîcheur de leur jeunesse, à moins que ça soit moi qui devienne un vieux con. TV Ghost enchaîne un set propre de son post-punk mâtiné de shoegaze puis Electric Electric met le public en transe avec sa noise épileptique et terriblement dansante.

Vient le tour de la touche hip-hop du festival, Rhume. Et bah putain c'est pas le grand frisson et c'est pas avec ces deux-là que tu risques de choper le virus du rap si tu n'es pas familier du genre. Pourtant les instrus ne sont pas trop mal mais il n'y a rien à faire lorsque ton MC a un flow de chèvre dans un corps d'administrateur réseau. Quand je lis que certains les comparent avec ce qui se fait du côté de l'écurie Def Jux, je me dis que c'est un coup à faire tousser ce bon vieux Jaime encore plus fort que sur sa première latte de skunk brooklynoise.

La fin de la soirée approche et l'attraction majeure du jour s'apprête à investir la scène. Flying V brandie fièrement, discours virilistes bas du front à mourir de rire et grosse disto, Cobra c'est pour les bonhommes, les cas sociaux et surtout pour celles et ceux qui ont de l'humour. Sorte de mélange de Trust (le vieux groupes de hard français hein, pas les deux Canadiens), de punk alterno et de clichés métal bien gras, le tout dispensé avec une attitude déglinguée et un second degré jubilatoire. Comme ils le disent si bien eux-mêmes, "c'est Cobra et c'est comme ça, qu'ils aillent tous se faire enculer". Et puis parce qu'une vidéo vaut mieux qu'un long discours, vous pouvez, grâce à Sourdoreille, visionner cette attaque terroriste envers le bon goût et la bienséance dans son intégralité ici.