The Pains Of Being Pure At Heart – Belong

belong1Nous vivons une époque formidable. Depuis quelques années maintenant, tout quadragénaire prend un bain de jouvence et retrouve une deuxième adolescence grâce au retour du shoegaze et de l’indie pop. Le DIY, la C86 et tutti quanti sont à nouveau vénérés même si parfois, avouons-le, certains projets actuels ne sont en réalité qu’un vernis twee ou noisy sur une œuvre sans consistance… car n’est pas My Bloody Valentine, Ride, Slowdive ou Field Mice qui veut. D’autres en revanche, à l’instar de The Pains Of Being Pure At Heart, ont séduit d’emblée et méritent leur lien de filiation direct avec les artistes suscités. Le premier album des New-Yorkais est en effet une perle délicate qu’il est difficile d’extraire longtemps de sa platine tant il recèle des trésors. Par ailleurs, si à l’exemple du retour aux sources évoqué plus haut, la vie est un éternel recommencement, l’Histoire se répète et avec elle la quête à l’originalité ou le désir de parfaire son produit. Ainsi, pour ce deuxième opus, le jeune groupe s’est associé à de grosses pointures : Flood à la production (Nine Inch Nails, PJ Harvey, Depeche Mode) et Alan Moulder au mixage (Ride, The Jesus and Mary Chain, My Bloody Valentine). Ces collaborations annoncées depuis quelque temps déjà (interview) ainsi que les guitares grasses qui ouvrent l’album avec le titre éponyme Belong laissaient entrevoir une direction plus « late nineties ». Le réussi Heaven’s Gonna Happen Now, plus familier d’apparence à TPOBPAH, confirme cette facture plus heavy dans la rythmique. Cet opus apportera un public plus large au combo de Brooklyn, c’est évident. Cependant, nous ne pouvons que souligner quelques déceptions. Dans le désordre, My Terrible Friend, titre entraînant à l’image d’un Just Like Heaven – ce n’est pas le meilleur de la bande à Robert Smith – The Body où l’on se surprend à penser, au même moment où Kip Berman le chante, « I can’t feel it anymore », Too Tough, pâle copie de Stay Alive qui était un sommet du premier album. Par contre, il est des moments exquis dans Belong. En font partie Heart In Your Heartbreak, un des tops of the indie pops de la fin de l’année dernière, Girl Of 1,000 Dreams avec sa distorsion plus éthérée et sa voix de bad boy, Anne With An E et Strange, joyaux qui auraient pu être accouchés par Sarah. À l’écoute de Belong, on ne peut s’empêcher de penser à James, groupe de Manchester qui a sorti des singles et des albums exceptionnels à la fin des années 80 (Village Fire, Stutter) mais qui, en suivant une scène mancunienne dansante qui n’avait pas que de bonnes choses à lui offrir, a perdu sa fraîcheur et son originalité. La fragilité et la spontanéité sont bien trop précieuses pour les confier à des professionnels.

Audio

The Pains Of Being Pure At Heart – Belong

Tracklist

The Pains Of Being Pure At Heart – Belong (Fortuna Pop!, 2011)

1. Belong
2. Heaven’s Gonna Happen Now
3. Heart In Your Heartbreak
4. The Body
5. Anne With An E
6. Even In Dreams
7. My Terrible Friend
8. Girl Of 1,000 Dreams
9. Too Tough
10. Strange