The KVB – Mirror Being

Est-il encore besoin de présenter The KVB, projet lunaire des Londoniens Nick Wood et Kate Day, couple à la ville comme sur scène ? D’ailleurs, les habitués des soirées Hartzine ont encore en mémoire leurs prestations à l’Espace B ou au Garage Mu où nous les avions invités. Puis vint la sortie de Minus One, paru l’an dernier sur A Records, label bien connu des fans de The Brian Jonestown Massacre, puisqu’Anton Newcombe en est le manager attitré. Album qui imposera le son unique du duo et lui permettra d’acquérir la reconnaissance du grand public, le propulsant dans la stratosphère des charts. C’est donc tout naturellement que la maison de disques continue de pousser son nouveau poulain grâce à la sortie immédiate d’un nouvel EP intitulé Out Of Body, du pur The KVB (From Afar) alliant shoegaze romantique et psychédélisme urbain. Si on retrouve parfois quelques influences de l’ancien projet solo de Nick (Die Jungen), ce dernier maxi sonne clairement comme un croisement du Psychocandy de The Jesus and Mary Chain et du Isn’t Anything de My Bloody Valentine, version Suicide pour le mécanisme des rythmiques synthétiques glaciales qui parcourt des titres comme Heavy Eyes ou encore Between Suuns. Cerise sur le gâteau, Joe Dilworth, le batteur attitré de Stereolab, se pose derrière les fûts et apporte une touche rafraîchissante à ce condensé de mélodies anxiogènes à consommer sous hallucinogènes. Encore une fois, nos deux jouvenceaux (à peine la vingtaine passée) nous surprennent par leur malice et leur constant renouvellement, car Out of Body n’était finalement qu’un début…

THE KVB

En parallèle, à peine six mois plus tard sort Mirror Being, compilation de tracks électro-coldwave enregistrés durant la période Minus One, et paraissant sous la forme de cassette via leur propre réseau de distribution, The Flesh Tapes. On connaissait l’amour de The KVB pour les sonorités technoïdes brutales via l’excellente session de remixes d’Immaterial Visions et leur implication dans le projet Worn, revisitant à l’occasion des titres d’Ike Yard ou ERRAS, mais on était loin d’imaginer le duo se consacrer à la réalisation de compositions 100% instrumentales. A travers ce huit-titres dont Obsession et Poetics Of Space apparaissent comme le point d’orgue, Nick et Kate laissent entrevoir leur passion pour des mélodies nettement plus industrielles, concoctées à l’aide d’une panoplie d’instruments analogiques. Perdu quelque part entre la tiédeur synthétique de Cabaret voltaire et les pérégrinations proto-indus d’un Silent Servant, Mirror Being sort The KVB des sentier battus et laisse entrevoir une troisième voie à ce groupe dont on ne se lasse décidément jamais. Alors que l’on soit plus rock ou plus électro, les Londoniens  en offrent pour tous les goûts. Pour ma part, il serait bien difficile de choisir entre les deux.

The KVB sera en concert le 9 avril au Batofar avec Future en première partie. Des places sont à gagner par ici.

Audio

Tracklist

The KVB – Mirror Being (The Flesh Tapes, 19 janvier 2015)

01. Atlas
02. A Tenuous Grasp
03. Dys-Appearance
04. Obsession
05. Poetics Of Space
06. Chapter
07. Mirror Being
08. Descent

The KVB – Out of Body (A Records, 30 mai 2014)

01. All Around You
02. From Afar
03. Heavy Eyes
04. Cartesian Bodies
05. Across The Sea
06. Between Suns