New-York, downtown. Entre la la Cinquième Avenue et la Neuvième Avenue, de la 34e rue à la 42e rue, The Garment District étale ses fastes et imprime les modes vestimentaires : cet immense quartier absorbe – outre de nombreux entrepôts et d’innombrables ateliers de confection de vêtements – l’Empire State Building, le Madison Square Garden en plus de l’un des plus grands magasins du monde, le Macy’s. La démesure à l’américaine, comme souvent, pour un lieu réputé être l’une des places fortes mondiales de la création et de l’habillement. The Garment District, encore et toujours, ou le patronyme sous lequel Jennifer Baron déploie solitairement sa verve mélodique. « The Garment District – nous apprend elle – évoque un sens de l’artisanat, du travail créatif et de la production, qui, je l’espère, se retrouve dans ma musique et mes vidéos. J’aime beaucoup l’idée de prendre un concept englobant un espace qui aurait certaines connotations – et qui implique une quantité inimaginable de travail et d’énergie humaine à une échelle de consommation en masse – pour l’associer avec un projet très artisanal, tactile et viscéral. » A l’écoute de Melody Elder – LP disponible digitalement par ici et récemment sorti en cassette via l’inestimable label de Shawn Reed, Night People – les mots de Jennifer tombent sous le sens de cette musique cousue main, intimiste et expérimentale, mais tutoyant sans relâche d’imprescriptibles desseins, telles l’harmonie, la filiation ou l’innovation. Une tension vitale entre l’un et l’infini qui confère à ses chansons une insondable mélancolie, celle légère et bleutée, que l’on porte avec discernement sur une vie déjà bien remplie. Car si The Garment District est un récent projet pour cette multi-instrumentiste patentée, Jennifer est loin d’être née de la dernière pluie. Habitant désormais Pittsburgh, elle connait bien New-York pour y avoir fomenté – à la mi-temps des années quatre-vingt dix – et ce en compagnie de son désormais ex-mari Jeff et d’une triplette composée de Gary Olson, Edward Powers et Javier Villegas, The Ladybug Transistor, l’une des formations les plus excitantes affiliées au collectif « Elephant 6 ».

1995, l’indie rock se fait escroquer sur l’autel de la renommée : si Pavement et Sonic Youth résistent nonchalamment, le haut du pavé est tenu par des groupes aussi excitants que Silverchair et Bush. Une sale époque enfantée par la glorification commerciale de Cobain et ses apôtres. Dans l’ombre, Big Apple assure le passage de témoin. Le do it yourself pop incarné par Sarah Records (lire) migre de Bristol à l’autre rive de l’Atlantique : à l’initiative de Robert Schneider et de ses Apples In Stereo, une flopée de groupes, à la fois fascinés par les sixties – des Byrds aux Sonics en passant par les inévitables Beach Boys – et l’avant-gardisme, envahissent les ondes dès 1995 sous la bannière de l’Elephant Six Collective. Parmi eux se distinguent les Neutral Milk Hotel, The Olivia Tremor Control, Elf Power, Of Montreal et donc The Ladybug Transistor. Participant à substituer à la pression commerciale le plaisir de jouer une pop légère – en agrémentant celle-ci d’instruments jusqu’alors incongrus, tels le violon et le saxophone -, The Ladybug Transistor connait son apogée à l’orée d’un troisième album, The Albemarle Sound (1999), avant de glisser lentement mais sûrement dans un relatif anonymat. Groupe à géométrie variable, leur sixième album Clutching Stems, est paru en juin dernier, toujours sur Merge Records.

Jennifer quitte l’aventure dès 2002 et coupe pour un temps toutes relations avec l’univers discographique. L’occasion pour elle de déménager et d’approfondir ses autres lubies liées notamment à l’art contemporain. Il lui aura ainsi fallu un peu moins d’une dizaine d’années pour se réapproprier la production d’un disque, avec cette ferme volonté de ne pas reprendre les choses là où elle les avait laissées. « J’avais l’habitude de me concentrer sur l’idée du “morceau”, et parfois, ça peut finir par restreindre et bloquer l’élan créatif. J’ai voulu essayer différentes approches avec Melody Elder. » Dès Only Air, morceau introductif, on perçoit cette liberté de ton ne pouvant aller de pair qu’avec un projet d’album conçu sur la durée, dans son entièreté, avec comme fil conducteur l’omniprésence de claviers aux sonorités anachroniques, à situer quelque part entre un psychédélisme très sixties et cette vision panoramique que conférait Ennio Morricone aux films pour lesquels il composait. Unique chanson à prétention pop de Melody Elder – sur lequel Jowe Head (Television Personalities, Swell Maps) love sa basse – Bird Or Bat ferait, sortie de son contexte, immédiatement penser aux volutes sirupeuses des trois New-Yorkaises d’Au Revoir Simone, si elle n’était pas sertie d’une relecture déconstruisant celle-ci dans ses moindres recoins (Bird Or Bat Reprise). Entre sinuosités mélodiques (The Parlance, Apple Bay Day), ambient cinématographique (I Am Not The Singer, Supermoon) et patchwork sonores du plus bel effet (Mountain Highway Hymnal Rain, Gaza Drift, Push), difficile de ne pas sentir Jennifer coucher sur bandes magnétiques d’éparses bribes de sa propre biographie.

Audio

Tracklist

The Garment District – Melody Elder (Night People, 2011)

01. Only Air
02. The Parlance
03. Bird Or Bat
04. I Am Not the Singer
05. Nature-Nurture
06. Supermoon
07. Bird Or Bat Reprise
08. Highway Mountain Hymnal Rain
09. Apple Bay Day
10. Gaza Drift
11. Push