Avec ses compositions nonchalantes et ses enregistrements DIY, TH Da Freak impose l’esthétique slacker qui manquait à la France. Comme les apparences sont souvent trompeuses, derrière son style je-m’en-foutiste et ses allures de n’en branler pas une, le Bordelais est pourtant prolifique : il annonce trois disques pour cette année alors qu’il vient de sortir The Hood, un album aux mélodies imparables. En prime, il nous livre une mixtape exclusive.

TH Da Freak, l’interview : l’ivresse et la paresse

Bon, déjà, c’est quoi cette obsession pour l’esthétique slacker des nineties ?

Parce que Wayne’s World ! Non, je ne sais pas, sûrement parce que j’adore la musique des années 1990 et que c’est pas bien compliqué de faire des clips ou des visuels comme à l’époque. J’aime beaucoup le grain qu’il y a sur les clips de Sonic Youth par exemple, je trouve ça plus vrai que les vidéos d’aujourd’hui, enfin, je sais pas, ça me parle quoi.

Tu écoutais quoi plus jeune ?

Mes parents écoutent de la musique classique. Donc j’ai commencé à écouter de la musique pop avec la télé surtout, M6 et toutes ces émissions qui passaient du Blink-182, Green Day, Nada Surf mais aussi Gwen Stefani, Snoop Dogg à sa période gangster cuisine, The Servant, 50 Cent, t.A.T.u et tous ces trucs. The Strokes à balle aussi. Les bails du début des années 2000 en fait ! Tout ça avec du Nirvana et du Velvet Underground, éternels sur mon MP3 128Mo.

The Hood est différent des autres albums.

Oui, il est différent, il ne part pas trop dans tous les sens parce que je me suis limité au niveau des instruments pour le recording. Il n’y en a que quatre : guitare, basse, synthé (qui fait les drums) et ma voix, tout ça sur un ampli 15 watts très cheap. Donc il va droit à l’essentiel, il est plus direct, bien que l’ambiance soit un peu léthargique et dreamy.

Tu vis à Bordeaux, tu peux nous décrire la scène musicale là-bas ?

La scène musicale est incroyable, il y a beaucoup de groupes de qualités : les gens d’Iceberg (J.C.Satàn, Sam Fleisch), nos potes de Bootchy Temple ou des groupes grunge/punk comme CHEAAP, Videodrome ou Cockpit qui nous ont beaucoup aidés avec notre collectif Flippin Freaks. Il y a pleins d’assos et de lieux coolos : les stoners de Make It Sabbathy, les weird punks de We Are Vicious, El Chicho, l’Astrodome, le Wunderbar, Bordeaux Rock, l’Antidote, la Cueva, le Void, l’iBoat, la Voute, l’Athénée Libertaire, etc. On se croise plus ou moins tous chez Total Heaven pour acheter nos disques. On est tous copains.

Quels sont tes influences avec TH Da Freak ?

Tout ! De la fourmi qui rampe à l’antilope qui bondit, le kebab du coin, Giant Steps de John Coltrane, euh, le dernier bouquin que j’ai lu ou bien Richard au Pays des Livres Magiques. Mais sinon musicalement, l’insolence et la beauté des années 1990 (Nirvana et Teenage Fanclub en somme), les artistes méconnus avant-gardistes de tout temps, les trucs de Captured Tracks, l’indie en général et le garage… voilà, tout ça c’est ma came.

Quels sont les principales thématiques de tes chansons ?

Ça parle généralement de moi (car je suis très selfish) et de ma vision sur des aspect de la vie, du monde, du love. En tout cas pour The Hood. Sinon ça parle pas mal de chiens aussi.

Tu te sens proche de d’autres artistes en France ?

J’aime me penser proches des artistes français qui font tout en indépendants, du clip à l’artwork, et qui restent dans leur délire parce qu’ils kiffent à fond.

Tu as d’autres projets musicaux ?

Oui, je suis guitariste dans le projet de mon frère, SIZ, je fais de la batterie dans Wet DyeDream et j’ai un groupe de composition où on fait un peu tout ce qu’on veut qui s’appelle 16 Final.

Tu comptes sortir trois albums en 2018. Pourquoi cette frénésie ?

Personnellement, ça me paraît ridicule et pas honnête de sortir quelque chose un an, par exemple, après l’avoir composé, j’aurais l’impression de vivre en décalé par rapport à moi-même. Là j’ai énormément de morceaux déjà composés que j’ai envie de montrer cette année et pas dans deux ans quand ils seront périmés à mes yeux.

Que fais-tu quand tu ne fais pas de musique ?

Et bien j’en écoute, je fais également des clips ou des vidéos rigolotes que je mets sur Instagram, je joue aux jeux vidéos, lis des livres, mate des films et aussi je travaille sur des chantiers avec mes superbes chaussures de sécurité.

À quoi ressemble une journée ordinaire dans la vie de TH Da Freak ?

Toutes les journées sont extraordinaires dans la vie de TH Da Freak. J’ai par exemple mangé un insecte aujourd’hui.

As-tu des anecdotes de tournée à nous faire partager ?

La fois au Cremafest, à Champigny-sur-Marne, où l’esprit de Satan a pris le contrôle de Victor de The Big Idea et m’a (entre autres) lancé un saut rempli d’eau, de bière et de cendres. Je tairai les autres agissements de cette possession maléfique.

Tu te vois comment dans dix ans ? Toujours dans la musique ?

Je me vois comme le futur Maître Gims.

Un dernier mot ?

Le smiley circonflexe circonflexe – c’est pas un mot, désolé.

Mixtape

Tracklist

TH Da Freak – The Hood (Howlin’ Banana Records, 16 février 2018)

01. Old Ladies Of The Blocks
02. See Ya In Da Hood
03. Wanking Glass
04. I Add Some Whisky In My Cola
05. I Don’t Understand
06. Techno Bullshit
07. Thick Head
08. Bored
09. Bienvenidos At Satori Park
10. Moonmate
11. I Was Such An Idiot