Shocking Pinks – Double Vision Version (PREMIERE)

Sorti en novembre dernier, Double Vision Version est un exercice new wave qui sent la qualité VHS et le flare granuleux, de ceux dont on fait des clips de club où, entre deux glitch, les filles arborent des franges ballonnées au râteau ou des édifices capillaires défiant les lois de la gravité, et boivent leur tequila sunrise en dodelinant dans un pantalon à pinces bouffant révélé par quelques spotlights aussi colorés que leurs cheveux.

Nick Harte, qui balade depuis quinze ans sa versatilité dans tout ce que la shoegaze, le post-punk et l’anti-folk trainent d’expérimental, n’avait pas de filles à frange sous la main, alors il a demandé à Ian Jorgensen de prendre sa caméra Super8 sur la tournée. Mettant bout à bout des séquences live tournées dans une ambiance d’alcôve — de celles dans laquelle le groupe aime jouer — Ian multiplie les plans serrés, fondus au grain et doubles expositions pour composer une atmosphère abstraite et intime, sorte de vue depuis les coulisses à la coloration RVB vintage respectueuse de la texture du morceau. La mise en abyme fonctionne, le groupe est aussi flou qu’un souvenir de tournée, reste la saveur du moment.

Vidéo (PREMIERE)