Shimmering Stars – Violent Hearts

Qui d’entre nous ne s’est pas réveillé au beau milieu de la nuit pour ne plus se rendormir… Qui peut se vanter de ne pas avoir eu ses nerfs mis à rude épreuve par le défilement au ralenti des chiffres rouges du radio-réveil pendant que les points d’interrogation dansaient dans la chambre narguée par la lumière des réverbères… Qui n’a pas fixé ensuite les moulures du plafond durant la vaine attente des bras de Morphée et qui ne s’est pas repassé alors le film composé davantage des épisodes malheureux et des regrets que des joies vécues tout au long de sa vie. Qui n’a pas été ensuite effleuré par quelque aspiration future inaccessible pour couronner le tout… Ce négativisme précieux est le fil conducteur des 14 perles concises du premier album du groupe de Vancouver. Amoureux des 50’s,Shimmering Stars, qui a déjà repris entre autres des titres de Buddy Holly et Everly Brothers, nous offre sans pudeur ses échecs aigre-doux enveloppés dans un emballage rétro digne desdites influences, mais aussi de The Beach Boys et The Byrds, avec une touche crue, sâle même, qui accentue l’humilité et la sincérité des Canadiens. Ceux-ci se dévoilent sans pudeur en être faibles avec leur violence (« Walking down the street and I wanna kill everyone I see »), leurs aveux de défaite (« Though I could escape this place I can’t escape my mind »), leurs fous espoirs (« I’ve been chasing you in my dreams, I will find you »), leur impudence (« I know people have real problems I have no right to complain, I’ve lived a life of total privilege and undeserved pain »), et toujours avec humour (« I’ve been dancing to music I hate for my whole life »). La force de Shimmering Stars est de transformer cette nostalgie douloureuse en un divin rêve éveillé en 14 étapes nécessaires, en passant par des pics émotionnels tels que I’m Gonna TryEast Van Girls ou le dernier titre, Walk Away, qui vous arrachera vos dernières larmes («We could still be friends, we could just pretend it’s like it was before »).

Mais ne voyez pas en l’éclatant Violent Hearts le doux remède, l’étoile porteuse d’espoir, qui ne filera de toute façon jamais pendant ces longues nuits blanches, mais à juste titre le bouquet des désillusions épineuses qui vous ont façonné, vous, en être fragile, sensible, éternel insatisfait et cynique qui cherchez à tout prix un moyen pour prolonger le souvenir de vos plus beaux échecs avec sadisme.

Audio

Shimmering Stars – East Van Girls

Vidéo

Tracklist


Shimmering Stars – Violent Hearts (Hardly Art, 2011)

01. Believe
02. I’m Gonna Try
03. No One
04. East Van Girls
05. Into the Sea
06. Nervous Breakdown
07. Privilege
08. Sun’s Going Down
09. Sabians
10. Dancing to Music I Hate
11. I Don’t Wanna Know
12. Other Girls
13. Did I Lose You
14. Walk Away