À dire vrai, ce disque nous tombe dessus sans crier gare. Il ne va pas révolutionner la musique, il ne vas pas marquer une rupture fondamentale dans notre conception de la pop, il ne balaiera pas d’un revers de manche l’immense cohorte de groupes proposant peu ou prou la même équation mélodique, à savoir une collision assumée entre les bravades mélancoliques de The Durutti Column et la distanciation crachoteuse des rengaines chère au post-punk joy-divisionesque, mais il s’instigue dès la première écoute comme la bande-son la plus idéale qui soit pour un été qu’on espère immédiat. Dépassant la froideur caverneuse de leurs précédentes formations – Little Girls qu’on aimait beaucoup (lire), Mausoleum ou Dopes – le trio, composé du chanteur-guitariste Andrew Wilson, du guitariste Joseph Elaschuk et du bassiste Kayla Devito, inscrit en lettres capitales Sahara, avec une fraîcheur obsédante, en plein cœur d’un océan de dunes où troubles de la vision se conjuguent avec paysages surréalistes. Contemplant de ces cimes sableuses un infini cramé de soleil, le groupe délaye autant d’évidences oniriques que de morceaux présents au tracklisting d’un EP à paraître ce 28 avril via le label de Josh Voynovich – Artificial Sounds responsable des précédents Tiers (lire) et Dream Affair (lire) – , culminant avec Mirage et No Water, mise en images par le groupe, au zénith de ce que l’on nommera pour l’occasion une desert-pop aux refrains plus qu’entêtants.

Audio (PREMIERE)

Vidéo (PREMIERE)

Tracklisting

Sahara – EP (Artificial Sounds, 28 avril 2016)

01. Mirage
02. Jeep
03. No Water
04. Strange Bouquet
05. Sirens