Rafael Anton Irisarri 3

Moitié d’Orcas (lire), qu’il partage avec un autre faiseur de rêves Benoît Pioulard, le compositeur américain Rafael Anton Irisarri a dévoilé via Room 40, le label de l’Australien Lawrence English, son sixième LP dénommé A Fragile Geography. Du moins numériquement puisqu’encore une fois, comme nombre de sorties attendues émanant de labels indépendants, la qualité du pressage vinyle n’est pas au rendez-vous : un problème récurrent dont l’explication a largement été exposée au cours de notre dernier éditorial (lire). Véritable épreuve de force pour son auteur qui aura mis plus de deux ans à l’achever, A Fragile Geography s’intime tel le nœud gordien qu’Irisarri, et par métaphore l’Amérique, refusera toujours de trancher, entre tumulte quotidien et aspiration à la plénitude. Perdant dans un déménagement précipité de Seattle à Big Apple, puis du fait d’un vol de matériel, la plupart de ses premières ébauches, le néo-New-Yorkais a du reprendre à zéro son disque, impulsant avec un oeil neuf la trame de celui-ci, à l’ambient drone majestueux, symboliquement perçu par son auteur telle une réflexion culturelle sur le destin d’un pays à la fois confronté à sa propre violence et recelant paradoxalement d’une flopée de paysages à la beauté rassérénante. Œuvre monolithique aboutie, au souffle continu et à la spécialisation sans cesse extensible, telle une lumière ondoyante se répandant envers et contre tout sur l’obscurantisme, A Fragile Geography gravite autour du morceau pivot Empire Systems, que l’immédiat contre-point Haitus, dont la mise en images admirablement signée Sean Curtis Patrick est à découvrir ci-après, met remarquablement en relief.

Vidéo (PREMIERE)

Audio

Tracklisting

Rafael Anton Irisarri – A Fragile Geography (Room 40, 16 octobre 2015)

01. Displacement
02. Reprisal
03. Empire Systems
04. Haitus
05. Persistence
06. Secretly Wishing For Rain