« Ainsi aurons-nous vu linguistes, sémiologues, sociologues, psychanalystes…; s’emparer, avec la suffisance des spécialistes, de ce qui dans la peinture ou la poésie des XIXe et XXe siècles avait hautement attenté à l’ordre des choses. Et il est loin d’être indifférent que le surréalisme et ses choix en aient électivement fait les frais. Non plus pour être occultés comme ce fut longtemps le cas mais au contraire pour devenir matière à la fabrication d’une esthétique surréaliste qui n’a jamais existé, à la seule fin de faire oublier quelle révolte fondamentale est à l’origine de ce qui aura été au XXe siècle la plus large tentative pour repenser tout l’homme, et qui plus est en donnant la prérogative à la sensibilité. D’où l’urgence d’en finir avec son projet de « repassionner la vie », en ce qu’il justifie toutes les formes d’insoumission sensibles, passées ou à venir, comme autant de réponses inventées à la seule question qui vaille et qui est de savoir comment vivre. Inassignable à quelque programme théorique qui soit, c’est précisément d’avoir misé, à l’encontre de toute préoccupation culturelle […] » – Du trop de Réalité, Annie Le Brun

Que peut la poésie ? Voilà une question jamais résolue, une question qui, néanmoins, reste d’un maintenant très actuel. Une question à laquelle Rabit (lire), avec Les Fleurs du Mal, essaie peut-être d’apporter une tentative, une piste de réponse.

Est-ce un hasard complet si le producteur texan et boss du label Halcyon Veil en vienne à produire un LP intitulé Les Fleurs du Mal ? Est-ce un hasard complet si ce qu’on nomme parfois les musiques monstrueuses s’emparent des radicalités sensibles d’une poésie qui propose comme horizon des infinis possibles ? Est-ce un symptôme si plusieurs albums sortis ces derniers mois se questionnent sur la poésie en convoquant dls textes plus ou moins radicaux de cette matière de l’art ?

Que peut la poésie ? En voilà une question… On a l’impression d’être à la fin du XIXe, à la fin d’une époque. Avec quoi peut-on sortir de l’époque pour en faire une autre, ou essayer en tout cas d’en inventer une autre ? Il y a le trouble et, pour y répondre, deux possibilités : soit le renier, l’exclure, le classer, le dominer, soit s’en emparer, en faire une matière, un matériau de possibles et d’inconnus à inventer.

Si « je » est « un corps qui fait aussi être le monde, de cette manière-là » comme le théorise Jean-Luc Nancy, alors peut-être que « je », et les phénomènes que perçoit et restitue « je », est une possibilité d’étendre cette matière commune de la perception. De faire de « je » un « on ». Un « on » comme puissance et non comme Bloom. « Les grands Veilleurs sont morts. Sans doute, on les a tués » disait Tiqqun dans Théorie du Bloom. Peut-être qu’au contraire on peut, doit les abolir pour se redonner sa commune puissance.

La poésie est monstrueuse. C’est une abolition permanente. Une dégradation qui dure, encore, toujours. Elle est communication sans communication. Elle est débarrassée. Elle démembre. Elle désidentifie. Elle dit, sensiblement. Elle est pour elle. Elle n’est jamais ce qu’elle est. Elle est toujours bizarre et hors. La dégradation est ce moment d’une infamante destitution, d’une métaphysique vitale, d’une diminution morale et d’une action qui cause un dommage, qui rend quelque chose inutilisable, qui rend l’usage impossible. Alors comment vivre ? Et comment Rabit répond à cette question fondamentale ?

« Confusion dans le détail, diffusion dans l’ensemble ; c’était toute la quantité de contour et de relief qui peut s’ébaucher dans de la nuit. L’effet de profondeur et de perte du réel était terrible. Et cependant le réel était là » – Victor Hugo

Les Fleurs du Mal de Rabit sont habitées d’une matière trouble et tordue, louche et interlope. Accumulation de couches, de voix, puis des frôlements, des bouts du poème de Baudelaire, un abandon au profit du son seul, et à nouveau le poème. Rabit produit un album qui s’empare de Baudelaire, pour en convoquer son irréductible maintenant. Des synthétiseurs hésitants, des monstruosités électroniques, une matière assez électro-acoustique qui joue sur une stratégie de tension et de silence, d’accumulation et de respiration, d’élévation et de déréliction. Une matière comme un poème, une matière où le blanc aurait un son, où le rythme serait non plus une perspective mais la tentative sensible même.

Les Fleurs du Mal offre une curieuse atmosphère, entre l’intensité d’une beauté chelou et l’inconfort de la nécessité d’une écoute attentive. Rabit provoque dans son LP une piste sonore volontairement flou, étrange, bizarre. Une hybridation entre électronique, poésie et expérimentation sonore. Ce n’est pas une mise en son ou en musique du recueil de Baudelaire mais bel et bien un essai sonore et plastique. Il y a une matière ambigüe, difficilement saisissable, non immédiate. Une force, une puissance qui se fait jour peu à peu, une inquiétante étrangeté qui ne peine pas à convaincre mais qui fait exister le moment, le maintenant de l’écoute.

Comment vivre alors ? Est-ce que cet album de Rabit nous donne des pistes ? Si rien n’est évidant, si tout est imbriqué et bizarre, il n’en est pas moins question d’une intensité et d’une puissance VNR. Les samples nous troublent, l’accumulation agit comme confrontation. C’est un LP beau et étrange, qui donne une image sonore à l’hybridité que l’on retrouve partout et qui fait trait à l’époque. C’est aussi un agencement particulier qui offre une prestation forte, une radicalité sensible. Une radicalité qui grince et qui dérange les sens et l’écoute. Ça grouille et ça ne cesse de grouiller. Il y a des sons partout, des samples et des morceaux de voix, des collages, des grincements, des ruptures permanentes dans les linéarités envisagées à l’écoute. C’est vraiment de l’ordre d’une tension permanente, sans équilibre ou en tout cas sans centre. C’est un LP décentrée où l’auditeur se retrouve dépourvu de tout confort connu. C’est brillant et bouleversant, c’est très puissant et très mental.

Cette convocation de la poésie par Rabit (et d’autres) semble redonner une responsabilité à l’art – la responsabilité inhérente aux arts en général, celle de pouvoir changer la vie. Pour un moment ou une durée infinie, cette convocation replace l’art dans son contexte social, politique et vital. Rabit travaille un matériau trouble, d’un poème trouble. Il fait entrevoir la puissance des monstruosités qui habitent le monde. Des monstruosités loin d’être négatives, au contraire. Des monstruosités qui, par leur apparence sensible, produisent du sens. Du sens dans une réalité qui en manque cruellement.

Avec Les Fleurs du Mal, Rabit re-passionne la vie, en fait le pari. Donner une responsabilité à l’art, ça n’est pas lui retirer sa spontanéité ou le contraindre à produire tel ou tel contenu, c’est lui permettre de trouver les matières, les expériences, les phénomènes qui sonnent comme des solutions à une situation saturée de signaux mous et avilissants. C’est redonner la possibilité à l’art de toucher la vie même. L’art et la vie confondus. Par le sensible, une insurrection mentale. Par le sensible, beau et trouble, permettre à chacun-e d’envisager une puissance commune.

La poésie est monstrueuse, elle est vitale. Jamais elle ne pourra se résigner. Espérons que les arts non plus, jamais ne finiront par se résigner et toujours produiront des « formes d’insoumission sensibles, passées ou à venir, comme autant de réponses inventées à la seule question qui vaille et qui est de savoir comment vivre ».

Tracklist

Rabit – Les Fleurs du Mal (Halcyon Veil, 02 novembre 2017)

01. Possessed
02. Bleached World
03. Roach
04. Ontological Graffiti
05. Dogsblood Redemption
06. Prayer
07. The Whole Bag
08. Humanitys Daughter
09. Rosy Cross
10. Ontological II
11. Prayer II (Gemme)
12. Elevation