Qween Beat Presents: QWEENDOM

Dans la vie, comme en musique, il faut toujours remercier les rares rencontres qui vous font découvrir tel ou tel pan d’un univers inexploré. C’est avec ce genre de rencontre que j’ai plongé les deux pieds liés dans la Vogue Music dont je n’avais qu’une vague idée de la vivacité.
Ce qu’il y a de fascinant dans ce courant musical, ça n’est pas tant  qu’il a produit tout un mode de vie et d’organisation particulière (les « ballroom » et les « familles », des fêtes codées avec des danses codées où l’idée de performer son genre, son identité est maitre mot, qu’il a survécu à un presque-assassinat en règle de la part de Madonna, ou encore qu’il est un des rares lieux où les questions de racisations se sont posées dès les années 80 et ne l’ont jamais quitté. Mais c’est sans doute parce qu’il tient peu ou proue en trois morceaux qui se sont disséminés et multipliés quasiment à l’infini. A savoir : Le Ha Dance de Master at Works, le Witch Doctor d’Armand Van Helden, et le Cunty de Kevin Aviance.
On pourrait enfin  citer pour la Vogue d’aujourd’hui la sainte trinité Beyoncé, Rihanna, Nicki Minaj et une relecture convaincante de chanteuses R’n’B qu’on affectionne beaucoup, Sade ou Ciara en passant par Kelela.
On pourrait aussi citer un autre morceau qui a marqué la scène (Work This) pussy.
On s’étonne toujours de la vitalité d’une sorte d’héritage en droite ligne d’un disco engagé dans les questions politiques, d’une house décomplexée, et aujourd’hui d’une relecture audacieuse du r’n’b et des tubes de la variété internationale par la sainte trinité Beyoncé, Rihanna, Nicki Minaj. Il existe aussi des versions latino des ballroom, et on vous a parlé d’ailleurs d’un collectif de cette scène très récemment N.A.A.F.I. (lire)
Mais venons en aux faits. Qweendom est la dernière compilation de Qween Beat un des plus anciens labels/crew de la Vogue américaine. On y retrouve Mike Q, Byrell the great, Beek, LSDXOXO dont nous vous avions dit le plus grand bien (lire)  ou bien encore le plus jeune Ash B qui a sorti cette année un album assez massif…
Voilà donc 11 morceaux qui sonnent comme le manifeste de la vogue d’aujourd’hui et ce, autant dans la droite ligne de la house, ou de la disco des belles années que dans les détournements du R’n’B et du Hip Hop. On y  retrouve des samples à foison des trois morceaux cités plus haut, soit utilisés comme rythmiques, comme mélodie soit comme boucle vocale, où  même samplés ensemble sur le manifeste  I Chant, You Vogue de  Leggoh. On vous conseillera  le classique house de Mike Q,la tuerie « hip hop » de Ash B (qu’il faut définitivement suivre d’urgence) et le tube incroyablement fou de Byrell the Great avec quelques instrus trap ou simili. Autrement dit, le panorama impeccable d’une scène musicale plus que vivace qui passe son temps à se réinventer et à renaitre de ses cendres.
Au final, faîtes l’insurrection ballroom, pas la guerre pourrait-on dire, mais on suppose que les ballroom se débrouille déjà très bien sans nous, alors souhaitons juste encore de nombreuses compilations de Qween Beat, et inspirons nous de ces tentatives politiques et musicales pour donner un peu de folie et de sens à nos ennuyeux dancefloor habituels.Il parait que ça vient, ça finit toujours par venir.

Audio

Tracklist

Qween Beat Presents: QWEENDOM (2016, Qween Beat)

01. Byrell The Great – Legendary Children
02. Beek & Commentator Buddah – Qween Bitch
03. Gregg Evisu XL & Jay R Neutron – Some Type Of Way
04. Leggoh – I Chant, You Vogue
05. Skyshaker – Walk feat. Dashaun Wesley
06. LSDXOXO – Dope Dick Dealer
07. MikeQ & Romanthony – Get Sum
08. Ash B – Realness
09. Koppi Mizrahi & Princess Precious – Manko Backpack
10. Byrell The Great – Bubble Drip feat. Kassandra Ebony, WARREN B. & Princess Precious
11. Qweendom – Qween Beat