Psychedelic Horseshit – Laced

Froissements éléctroniques, collages reel-to-reel à la hache, voix sur-mixée dans une ambiance étrangement déliquescente : ce deuxième album du groupe de Columbus (Ohio) – après un premier opus sur Siltbreeze et de nombreux singles – attaque très fort. French Countryside verse dans le tropicalisme foutraque avec un refrain en forme de comptine folk d’un autre âge. Le groupe est à géométrie variable. Son membre permanent est le fantasque Matt Horsehit et il est accompagné ici par le percussioniste expérimental Ryan Jewell. Ensemble, ils prennent un malin plaisir à brouiller les pistes, pousser le bricolage maison à son extrême et même tenter un climax grand écart au bout de trois morceaux avec ce Laced au lyrisme interlope. Dès lors on sent bien que si on plonge avec eux, on est parti pour un grand tour. OK. I Hate the Beach sonne comme une hypnotique et remuante vieillerie funk ouest-africaine frénétiquement passée au hachoir électronique. Le rythme est trépidant et à peine a-t-on souri aux traces d’harmonica sur Another Side que Revolution Wavers vient nous secouer de son incroyable enchevêtrement de break-beats et de nappes synthétiques. Dead on Arrival et surtout Automatic Writing nous donnent enfin l’occasion de souffler avant un Making Out final où quelques bribes de chant détaché à la new-yorkaise se mêlent soudain à un sample de film à plein volume. Psychedelic Horseshit signe là un très grand disque, d’une poésie brute dont les éclats éblouissants saignent violemment notre époque.

Tracklist

Psychedelic Horseshit – Laced (Fat Cat, 2011)

1. Puff
2. Time Of Day
3. French Countryside
4. Laced
5. Tropical Vision
6. I Hate The Beach
7. Another Side
8. Revolution Wavers
9. Dead On Arrival
10. Automatic Writing
11. Making Out