Panda Bear – Panda Bear Meets The Grim Reaper

En quinze ans d’existence, Animal Collective aura accompli ce que peu de groupes peuvent prétendre à ce jour : être parvenu à marquer la musique pop indépendante en profondeur en laissant peu de traces des individualités derrière le quatuor originaire de Baltimore. Qui peut prétendre pouvoir reconnaître l’un des quatre musiciens dans la rue, s’il le croisait ? Au vu de l’impact des disques successifs d’Animal Collective sur la musique indépendante des années 2000, ce paradoxe est assez étonnant. Exception qui confirme la règle : Noah Lennox aka Panda Bear, véritable frontman du groupe, est aujourd’hui la seule figure concrète à incarner physiquement AnCo au quotidien.

Sûrement parce que le batteur/chanteur est aujourd’hui le seul membre du quatuor à avoir poussé une carrière solo (qui pré-existait aux aventures à plusieurs) presque au niveau de celle du groupe, tout en explorant une voie parallèle.Avey Tare, de son côté, n’a pas donné de suite à ses dernières tentatives expérimentales de 2010 et les deux autres membres, Geologist et Deakin, n’ont jamais pris le plis d’explorer concrètement un message personnel, en dehors des délires de la bande des quatre. Rien d’étonnant à ce que Panda Bear pousse à ce point sa volonté d’exister à côté de ses aventures en groupe lorsque l’on sait combien les mélodies du quatuor reposent en grande partie sur son utilisation si évidente de la voix, cette singularité instrumentale qui marque en profondeur les disques d’AnCo. Si le son du groupe ne se résume pas à ce seul élément, il en est l’un des plus évidents représentants.

Et c’est avec cette image en tête de « leader de facto » d’AnCo que l’auditeur aborde Panda Bear Meets The Grim Reaper, cinquième LP du musicien et première véritable sortie solo longue durée chez Domino. Une impression dont il est compliqué de se défaire et qui persiste lorsque l’on vient à penser le LP comme une version light d’Animal Collective, plus pop et moins folle, où les délires expérimentaux sont circonscrits à quelques passages bien canalisés. Mais ce serait négliger bien vite le travail de Panda Bear sur ses albums, depuis l’évidente confirmation que représenta Person Pitch en 2007 – véritable pierre angulaire de l’univers Animal Collective. D’autant que les choses ont quelque peu changé ces dernières années pour Noah : devenu véritable résident de Lisbonne au Portugal, cultivant désormais sa musique et sa vie de famille de front, ayant pu bâtir ce nouveau disque sur la base d’une signature solo chez Domino, gage certainement d’une ouverture poursuivie vers un public plus large encore.

Puisque ces changements ne sont que les aléas de la vie en général, il semble évident de comprendre combien ils ont pu influer sur la confection du disque, à commencer par ce thème général de la « mort » présent dès le titre et irriguant certains des 13 morceaux du LP. Qu’elle soit symbolique sur Mr Noah, reflet en partie de l’échec relatif de Centipede Hz en 2012 ou plus évidente sur Selfish Gene. Flotte ainsi au-dessus du disque un sentiment général assez ambivalent, léger par l’exploration de ces mélodies très « panda bearienne » dans l’esprit mais profonde par la retenue, voire une forme de nostalgie, adressant souvent un sujet plus méta lorsqu’il évoque la relation de sa musique aux attentes des fans et des critiques (Crosswords).

Meets The Grim Reaper

Entre les lignes, Panda Bear revendique de manière étrange une inspiration en droite ligne du rap US des 90’s dans la programmation des rythmiques du disque. Mais à bien y réfléchir, au-delà des déclarations un peu pompeuses en interview, il semble évident que le rythme tient ici une place centrale, volontairement inspiré des techniques de sampling encore en vogue à la fin du siècle dernier. Une démarche à l’opposé de ce qu’à pu être Tomboy, à savoir une exploration de la noirceur de l’univers de Noah Lennox portée par des nappes et des couches de sons d’une belle densité. Ici, l’approche est plus neutre et maitrisée, convoquant plutôt un groove hypnotique par une répétition d’une rythmique sur la durée d’un morceau que de véritables envolées presque uptempo.

Si l’on reconnaît aisément la patte Panda Bear, …Meets The Grim Reaper installe l’auditeur dans une zone de confort et une formule bien connue qui ne surprendra ni ne décevra personne : sur un terreau pop très incarné, les quelques expérimentations soniques qui vont bien, le tout emballé par une variété et une diversité incarnées par le jeu autour de la voix sous réverb’ du musicien. Le tout propose même quelques moments très réussis, parce que poussant jusqu’au bout la logique du disque (Come To Your Senses, Principe Real), tout en peignant un panorama varié et riche en émotions. Mais Noah semble pourtant un peu ailleurs, jamais véritablement concerné par l’envie de désarçonner l’auditeur, un peu trop là où on pourrait l’attendre et, au final, jamais véritablement identifiable en bout de course.

Album bien contrôlé et mature, sans véritables surprises mais jamais complètement à côté de la plaque, ce nouveau LP de Noah Lennox laisse plus de questions en suspens qu’il n’apporte de réponses quant à ces cinq années de travail solo depuis son prédécesseur. En grande partie parce qu’il semble évoquer la fin d’un cycle évident, dans le fond comme dans la forme. Il nous laisse ainsi entrevoir un Panda Bear en pleine remise en question, poussant même jusqu’à cet étrange finish Selfish Gene / Acid Wash en forme de « mort » symbolique. Avant une renaissance et un recommencement ? Rien n’est moins sûr, mais Panda Bear devra trouver un nouveau chemin pour la suite de ses aventures, avant de se perdre dans des rengaines qui n’apporteront, au final, plus grand chose au chemin jusqu’ici exemplaire du musicien.

Vidéo

Tracklisting

Panda Bear – Panda Bear Meets The Grim Reaper (Domino, 13 janvier 2015)

01. Sequential Circuits
02. Mr Noah
03. Davy Jones’ Locker
04. Crosswords
05. Butcher Baker Candlestick Maker
06. Boys Latin
07. Come to Your Senses
08. Tropic of Cancer
09. Shadow of the Colossus
10. Lonely Wanderer
11. Principe Real
12. Selfish Gene
13. Acid Wash

Panda Bear