On y était : Sonar Festival 2015

Zebrasca

On y était : Sonar Festival, 18 au 20 juin 2015 à Barcelone – Par Alex P. & photos par Hélène Peruzzaro

L’édition précédente à peine terminée, on se préparait déjà mentalement et physiquement à cette cuvée 2015 du Sónar. Un an, ça passe vite, et voilà, on y est, prêt à se frotter aux samouraïs du dancefloor du monde entier dans la chaleur catalane. Le Sónar c’est officiellement trois jours et deux nuits mais en vrai, c’est une compète qui se joue sur une semaine, événements off obligent. La première soirée sera d’ailleurs un préambule plutôt soft avec le concert de Steve Gunn dans un petit club du centre-ville, même si la tournée des bars qui a suivi a mis un peu de piment dans l’histoire et dans mon crâne.

Le lendemain, on continue mais ce coup-ci, c’est un entraînement à balles réelles avec le showcase Hivern Discs au Monasterio, point culminant du Poble Espanol. Dorisburg est déjà sur scène et envoie un live machines pas dégueu d’une house aux contours mélodiques et sombres pour une ambiance finalement très relax dans un cadre bucolique. Barnt enchaîne et muscle le jeu avec sa techno hypnotique matinée de beats indus. C’est cool mais le garçon se démerdera quand même pour claquer deux, trois pains assez embarrassants, ce qui l’a d’ailleurs peut-être poussé à terminer son set façon saucisson avec des tracks bien bas du front.

Côté public, on est sur un mélange de cagoles de haute voltige, de touristes ricains aux larges torses et d’aryens quasi à poil droits sortis d’une jaquette DVD de porno gay, le tout encadré par une sécu commandée par une version bodybuildée de Didier Drogba. Je note cependant avec grand plaisir le retour de la banane comme accessoire indispensable à l’élégance des jeunes gens modernes.

Joy Orbison détend l’atmosphère avec un set entre tam-tam et rayons lasers bourré de vocaux pour carrément finir sur une ambiance disco-funk. Viens ensuite la surprise du chef, le créneau 21h30-23h stipulant simplement « guest ». C’est finalement Jamie XX qui fait son apparition derrière les platines. Je dois dire que, même si je conchie son groupe et que je ne suis pas un grand fan de sa sauce en général, le mec va balancer un DJ-set aux allures de sans faute, propre comme un Stephen Curry derrière la ligne des trois points. En bon patron de label, John Talabot clôture l’affaire comme il sait si bien le faire, il est minuit et demi et on se dit que c’est une bonne idée d’aller de finir au Moog, mini-club en plein barrio chino, devant DJ Haus et Legowelt. La sélection officielle n’a pas encore commencé que je suis déjà carbo, comme un claquage à l’entraînement d’avant match.

Mais c’est dans le combat que les vrais joueurs se révèlent et le lendemain après-midi, on est prêt pour retourner au charbon, celui du By Day cette fois. On tombe sur Kindness sur la grande scène extérieure et ce que je remarque, c’est que le type est finalement plus occupé à sautiller sur scène et à taper dans ses mains qu’à faire de la musique, laissant ça à son backing band afro beat par moment et carrément nu soul le reste du temps. Le tout ressemble finalement plus à un jam incorporant même des medleys de reprises qu’à un véritable concert. Je pars m’enfermer dans la salle de cinéma du Fira Montjuic pour assister à la performance audiovisuelle The Well, collaboration entre Koreless et l’artiste Emmanuel Biard. Cette collaboration soutenue par le festival mancunien Future Everything consiste en un dispositif complexe et évolutif. Le jeune Gallois commence par envoyer de grosses déflagrations d’infra basses, la scène est inondée de fumée, les arpèges de synthé montent doucement et les mélodies se croisent. Un grand film plastique sur lequel la lumière rebondit est tendu au fond de la scène et réagit comme la surface d’une mare dans laquelle on aurait jeté un caillou à chaque coup de kick. L’utilisation du glitch est de plus en plus marquée et le spectacle continue d’évoluer, on fait pivoter un grand miroir circulaire et des rayons lumineux se mettent à dessiner un sorte de plan à tisser laser, encore mieux que la harpe de Jean-Michel. On pivote le miroir une dernière fois pour transpercer l’audience de ces rayons laser, le résultat est saisissant, je suis hébété – faut dire que les quelques lattes de blue kush inhalées juste avant m’ont bien aidé à fondre dans mon siège.

On reprend l’air deux minutes avant de repartir pour une courte apnée avec la fin du concert de Nazoranai, supergroup composé de Stephen O’Malley, de l’Australien Oren Ambarchi et de Keiji Haino, figure de proue de la scène expérimentale et psychédélique japonaise. Feedbacks assourdissants de guitares saturées, rythmique doom et phrases de synthés vrillées, le Sónar Dome est quasi vide, l’ambiance est chelou, les gens n’ont rien compris mais putain, je rigole bien quand même avec ma blue kush.

19363114049_47e61324af_k

All photos © Hélène Peruzzaro

Vient ensuite le tour d’Alejandro Paz et là l’atmosphère va changer du tout au tout, en même temps difficile de faire pire contraste. C’est parti pour une heure de grosse body music latino avec le poto qui toast en short comme au barrio. Et pour saucer, ça sauce, gosse bassline, gros dancefloor, joooooder comme on dit ici, tu réfléchis pas, avec lui c’est tu danses ou tu te casses.

Direction le Sonar Hall pour le concert d’Autechre. La salle est entièrement plongée dans le noir, on ne voit rien, le malaxage de neurones et de côtes flottantes peut commencer. Je dois avouer que bien qu’adorant Autechre, je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec ce live, j’avais même un peu peur de me faire chier, pour tout dire, mais cette crainte est vite dissipée. L’ambiance est immersive et à part un bref moment durant lequel la salle sera inondée de lumière (ce qui a eu pour effet d’exciter tous les Robert Gil de Catalogne et d’Europe), la grande halle est immédiatement replongée dans le noir. On ferme les yeux et on plonge dans un espace en quatre dimensions fait de textures, de mélodies sous-jacentes et de parasites rythmiques. Une transe en alerte à la fois taxante et incroyablement méditative. Et puis j’ai glissé, je ne me souviens plus trop, j’ai rouvert les yeux et j’ai eu comme l’impression d’avoir fait un rêve prémonitoire. Après ça, tout le reste semble insignifiant et plutôt que d’aller se remettre du son dans les oreilles on passera la soirée avec l’ami Ricardo Tobar à pillave tout ce qu’il y avait à pillave et à disserter sur les bienfaits du pisco et la notion de bookeur pété.

Deuxième jour du By Day, j’arrive juste à temps pour choper le live de Vessel, sorte de rituel tribal et industriel accompagné de projections vidéo rappelant le boulot des actionnistes viennois. C’était l’un des artistes que j’étais le plus curieux de voir et, torse nu derrière ses machines, il m’a mis une grosse gifle. C’est un peu con dit comme ça mais c’est exactement ce que j’avais envie de voir à ce moment-là.

Vient ensuite le tour de la sensation féminine UK hip-hop, Kate Tempest. Trop souvent réduite au qualificatif de version meuf de The Streets, la petite rouquine boulotte et son groupe composé d’un batteur, d’une claviériste et d’une choriste va prendre le contrôle de la scène. Flow tranchant, voix sûre, elle a l’assurance d’un vétéran mélangée à la fraîcheur et la candeur de quelqu’un d’hyper sincère et de content d’être là. Son concert sera interrompu par une coupure son mais c’est pas grave, elle peut se consoler en se disant que le taff a été fait et bien fait.

Je me cale ensuite en plein cagnard pour choper un bout du set d’Owen Pallett et son violon avec sa came grandiloquente cul-cul suivi du DJ-set d’Arthur Baker. Le papa ricain de la production, qui a notamment bossé avec des gens comme Afrika Bambaataa ou New Order, a décidé de partir dans un délire estival, ce qui ne passera pas inaperçu auprès de la frange la plus drogue des festivaliers. Gros bide, barbe, combo cheveux longs/calvitie et selecta pour gens désinhibés, lui dans un truc bien carnaval comme le Burning Man, ça doit être un carnage.
Petit tour du côté des stands du Sonar +D et de la Novation Synth Heritage Exhibition où les gens peuvent manipuler les modèles phares de la marque ainsi que d’autres machines cultes comme la TR 808, 909 ou encore un clavier Oscar. En bon nerd, je vais passer près d’une heure a tripoter la 808 et la 909, que du fun. Il est temps de retirer le casque que j’ai sur la tête et de retourner voir ce qu’il se passe dans le festoche.

Je tombe sur DJ Ossie dans le Sónar Dome et le Londonien va me casser les pieds, voire même carrément me déprimer avec son mix ultra putassier digne des pires campings de la Costa Brava. Le gars va même balancer Gypsie Woman de Crystal Waters en filmant le public avec son iPhone en bougeant, tout content à l’idée d’envoyer une jolie carte postale vidéo à sa maman. On enchaîne avec une session d’hypnose sensuelle avec le live de Xosar qui est accompagnée à la vidéo par Torn Hawk, qui diffuse ses visuels sur des écrans disposés sur les côtés de la scène et qui honnêtement ne servent pas à grand chose tant le regard est attiré par la belle créature à la gestuelle bizarre au milieu de la scène qui manipule ses machines pour délivrer une performance labyrinthique et mentale tout en tapant en-dessous de la ceinture.

Asap Rocky

Il est temps de bouger sur le site du By Night pour choper le concert d’A$AP Rocky. Le pretty flacko est évidemment accompagné de son A$AP Mob, et c’est parti pour un gros show à l’américaine. Le mec n’est clairement pas un rappeur de scène, faisant le minimum syndical au niveau du micro, laissant le soin à ses acolytes de gueuler à sa place tout en bougeant partout en prenant de belles poses pour les photographes. Ce n’est pas une grosse performance de musicien, d’accord, mais on est en présence d’un entertainer et c’est finalement plaisant à mater, surtout pour le côté débauche comme sur Wild for the Night, où des canons à fumée et à confettis vont nous faire croire l’espace d’un instant qu’on est en plein spectacle de la mi-temps du Superbowl.

On part faire un tour du côté du Sonar Car, la petite scène devant le stand d’autos-tamponneuses, pour choper Powell et son délire musclé, puis le live de Paranoid London. Le duo est accompagné de Mulato Pintado, sorte de MC au look improbable, comme si John C. Riley avait eu le rôle de Dennis Hopper dans Easy Rider avec un bob de pêcheur sur la tête. La TB 303 tourne autant que ta soeur et la 808 de cochon met de bonnes claques aux fesses. Gros défouloir, cabrage violent, katas sur le dancefloor. Et puis faut dire que mettre des auto-tamponeuses devant une scène techno dure, c’est à la fois le truc le plus con et le plus cool qui soit. En plus d’en n’avoir rien à foutre des limitations sonores, nos amis espagnols ont vraiment le goût de la fête et savent comment introduire juste ce qu’il faut de mongolisme pour rendre le moment parfait.

Petite pause pour retourner dans le grand hall et jeter un oeil au live de Die Antwoord. Les narvalos d’Afrique du Sud sont typiquement ce genre de gros monstre débile que tu ne vois qu’en festival (moi en tout cas). Le bordel commence par une projo d’un gros plan sur le visage de leur poto atteint de progéria et décédé récemment, histoire de bien appuyer sur l’imagerie freak qui constitue leur fond de commerce avant d’enchaîner sur leurs titres plus flingués les uns que les autres. A chaque morceau son changement de costumes et de mise en scène, on est en pleine Foire du Trône, entre pyjamas Pikachu et vidéo de petits bonhommes en couleur avec des bites géantes qui volent en éjaculant dans le ciel, trop c’est trop.

On se balade ensuite façon zapping pour prendre quelques bourrasques de Randomer, survoler un peu le live de Tiga et capter quelques morceaux de Hot Chip qui finiront d’ailleurs sur une reprise du Dancing in the Dark de Bruce Springsteen, comme une dédicace à la collègue photographe qui m’accompagne, puis retour devant les auto-tamponneuses pour un DJ-set toujours aussi impeccable d’Helena Hauff. Sexy austère, sympa mais sévère, de la punition qui fait plaisir, du cabrage de compète frère.

Instant détente mérité au bar presse sur fond de Jamie XX et de parties de jeux vidéos sur bornes d’arcade. Sur la sortie, on chopera un bout de Skrillex et de son brostep pour fils de pute, soit le truc le plus blanchot qu’il m’a été donné de voir depuis la vendange de Dugarry en finale de la coupe du monde 98, un truc entre le sentiment de haine et le rire gêné.

Troisième et dernier jour du By Day, je retourne tripoter quelques synthés avant de capter le set de Valesuchi. La Chilienne de chez Comeme envoie un délire chaloupé bien cool avant de laisser là place à Zebra Katz. Je suis le rappeur de Brooklyn depuis son Ima Read de 2012 et j’étais vraiment curieux de voir ce que ça donnait en live et tout ce que je peux dire, c’est que le lascar ne m’a pas déçu.

Après une intro consacrée au Everybody’s Free de Quindon Tarver, notre beau gosse en salopette blanche fait sonner les infra basses et entame une démonstration de contrôle scénique. Le mec dégage une grosse puissance, son flow axé sur une articulation et une diction parfaite est impeccable et son art rap dur soutenu par des productions de Leila Arab va foutre le public en feu. De phases ghetto club au bain de foule en passant par des petits enchaînements voguing queer, le mec étale les différentes facettes de sa personnalité trouble et met le public dans sa poche malgré la singularité du propos. Un futur grand.

Un dernier petit tour du coté du Sonar Planta pour apprécier la belle installation réalisé par le studio berlinois ART+COM intitulée RGB/CMY Kinetic, et rideau histoire de profiter des douceurs de Barcelone avant de reprendre l’avion direction Paris en compagnie de Blaise Matuidi. Sonar, més que un festival.

Photos