On y était – Soirée Rétrograde

cm

Soirée Rétrograde – Château Marmont & Gesaffelstein, Chez Moune, Paris, le 8 mai 2010

Le choix est vaste ce soir : Plastikman à la We Love entouré de ses comparses de chez Minus ; Brodinski et sa résidence au Social ainsi que la rumeur d’un dj-set de LCD Soundsystem… Malgré tout je décide d’aller à la soirée « Rétrograde » Chez Moune organisée par Antheros & Thanaton. Deux Grecs à l’hétérosexualité discutable me direz-vous… Hé bien non, tout simplement deux jeunes Parisiens essayant de créer leur propre vision du clubbing, différente et hors de la minimale dictatrice. Et pour tirer leur épingle du jeu, ils ont décidé d’inviter Chateau Marmont, éminence plutôt discrète du label Institubes ayant tout récemment produit l’album de la Neue Alizée, et Gesaffelstein, nouvel acolyte de The Hacker et interviewé par mes propres soins ici-même. Je ne vous cacherai donc pas que c’est avant tout pour cette line-up alléchante que mon choix s’est porté ce soir Chez Moune.

Tout commence par un before organisé dans le bar juste a côté, le Sans Souci, où le disco croise le fer avec la new-wave et le rock de Death In Vegas… Bonne mise en jambe malgré le manque de techno qui s’est fait ressentir auprès de la clientèle… Une fois arrivé dans la salle exiguë de Chez Moune, après avoir réussi à passer cet exécrable physionomiste, les organisateurs nous accueillent avec un set disco, groovy mais burné au beat techno… La température monte doucement et la foule commence à s’amasser près de la scène improvisée pour le live de Château Marmont…. Ils ne seront que deux ce soir-là et ils nous offriront un excellent live… entre disco, kosmiche musik et beat electro. La foule est conquise et moi aussi… C’est magistral sans en faire trop, c’est dansant sans réutiliser les artifices du disco d’antan. Bref, loin de la hype mais plus près des étoiles.

Antheros & Thanaton reprennent la suite avec leur disco burnée… (Alexander Robotnick – Obssession For the Disco Freaks). La salle se vide un peu, le set traîne. Gesaffelstein pointe enfin le bout de son nez, reprend le flambeau et, à rebrousse poil, nous livre un mix glacial au beat sec et synthés grinçants, point de disco et invitant même la techno de Maetrik… Surprenant, déroutant mais loin d’être décevant… Techno ! Le tout se fini en ping pong avec les organisteurs….

La soirée Retrograde a bien tiré son épingle du jeu tout en proposant le tout gratis… On retiendra aussi la bonne ambiance générale. A suivre donc…..

Photos

[flagallery gid=35 name= »Gallery »]