On y était – SayCet

saycet-8web

Photos © Emeline Ancel-Pirouelle pour Hartzine

Saycet, Paris, Café de la Danse, le 23 mars 2010

D’un claquement de doigts, il est peu fréquent de se défaire d’une chape de plomb, sans cesse lestée d’innombrables soucis quotidiens. Mis à part s’adonner à de puissants psychotropes, inutile de dire que la doucereuse amnésie est loin d’inonder ma boîte crânienne aux tempes tapageuses. Les affres d’une vie diurne mal assumée s’amusent d’inénarrables frasques noctambules pour anémier cette noble envie de profiter des premières douceurs printanières. L’œil torve, l’humeur cyclothymique et quelques précieux cachetons paracétamolés goulûment avalés, je retrouve Émeline et son fidèle appareil photo à quelques pas du Café de la Danse. L’onirique trio SayCet vient présenter, un jour après sa sortie, Through the Window, album intensément émotionnel et longuement maturé, m’ayant déjà inspiré une logorrhée émerveillée éperdument retranscrite ici. De chape de plomb, il ne restera rien. Ou si peu.

saycet-5web

J’ouvre une parenthèse, histoire de vous enquérir de la seconde partie, DAUU, qui ne sera qu’évoquée partiellement dans ce qui suit. Pourquoi ? Je préfère rester poli… tout en me permettant de susurrer au creux de vos oreilles averties une mise en garde sévère et sans appel. Pas narcoleptique pour un sou, je n’ai jamais éprouvé une telle sensation de fatigue à l’écoute d’un groupe bien décidé à matérialiser l’ennui et sa morne redondance au contact paresseux de ses instruments (contrebasse, clarinette, violoncelle et accordéon). Paraît-il que la petite bande belge traînassait avec Ezekiel pour de capiteuses incontinences dub-électro… A d’autres ! La descente de trip est dure à encaisser… Il est tout bonnement inutile et insupportable de se faire mal de la sorte. La boîte à pandore s’ouvre pour ne plus se refermer, mon fiel ne connaît plus de limite : deux, trois crasses encore à balancer et, promis, je passe à l’essentiel ! Ce quatuor sans frite donc se nomme DAUU pour Die Anarchistische Abendunterhaltung. Mystère je vous dis, mystère… Un petit coup de réverso plus loin et hop, on trouve le sens caché de toute cette mascarade : « la soirée anarchiste ». Autrement dit : n’importe quoi. Autrement dit, dès la fin du premier morceau – de oh… miracle ! quinze putain de minutes – où une note de violoncelle croise mollement la route de deux de contrebasse, et ce tandis que l’accordéoniste s’endort littéralement sur son instrument, je me casse. Voilà, purement et simplement. Je n’ai pas de mouflet, ma vie me tend encore les bras, alors pourquoi une telle invitation à se balancer sous le premier bus qui passe ? Un seul regret taraude ma gouaille compulsive : n’avoir pu apprécier à sa juste valeur l’état d’un public ayant enduré l’ensemble de ce monstre soporifique… Fin de la parenthèse.

saycet-23web

L’essentiel : l’iridescent trio SayCet. Petit détour contextualisant : quelques jours auparavant, les Anglais d’Autechre nimbaient la désormais Machine du Moulin Rouge de leur intense soleil noir, baignant la foule, lors d’un set halluciné, d’une obscurité la plus totale. Enseignement tactique, pour le duo d’électroniciens, il s’agit de présenter leurs déchirures électroniques pour ce qu’elles sont, à savoir une tumultueuse odyssée sonique, intérieure et extatique, dénuée d’artifices visuels. Un point de vue inconditionnellement recevable de par la qualité d’un show unique en son genre. Pour les Parisiens de SayCet, la logique déployée est de toute autre nature. L’utilisation de la vidéo s’avère consubstantielle à la dimension spectrale de leur électronica mélodique. Phoene Somsavath, excentrée au fond à gauche de la scène, fait face à son laptop et à son micro installés de biais par rapport au public. Pierre Lefeuvre, au centre, les yeux rivés à son écran, caresse des mains ses consoles et autres bidouilles digitales. Zita Cochet, à sa droite, tourne presque le dos au gradin du Café de la Danse, fixant son ordinateur, absorbée qu’elle est par le déclenchement en temps réel de projections sur trois surfaces aux formes originales (un écran, une lanterne et une pendule). Concentrés, ces trois-là ne donnent pas dans la prestation live conjuguant relents âcres de sueur et décibels. Sorte d’antithèse au bon vieux rock’n’roll, leurs silhouettes immobiles se distinguent à peine dans l’obscurité, quand le spectateur est invité à s’immerger dans un océan contemplatif où la rétine caresse et embrasse, par le mouvement d’images glissant d’une structure à l’autre, un univers cinétique éthéré, magnifiant la sensitivité d’un halo sonore aux profondeurs abyssales. Signe qui ne trompe pas, et qui souligne cette importance prise dans leur introspection musicale par ce volubile ballet d’images, filmées et réalisées par Zita mais aussi par Nolwenn Daniel et Amaël Réchin Lê Ky-Huong, le concert débute par Her Movie. Un morceau instrumental posant les bases de ce que SayCet insinue tout au long de Through the Window, entre divagations intimes mâtinées de notes de piano suspendues et emballement cardiaque issu de rythmes à la syncope viscérale. Bruyere et We Walk Fast nous envoient par la suite tutoyer l’indicible, Phoene irradiant de sa voix immaculée les aspérités de nos sens chavirés. Essentiellement confectionnée de plages extraites de Through the Window, l’embardée onirique du trio prend le cap – l’espace de deux morceaux, Trilogie et Maud Take the Train – de One Day at Home (Electron’y’Pop, 2005) déclinant une électronica diaphane délicieusement perlée d’une mélancolie que l’on n’ose réprimer. Reculer dans le temps pour mieux se projeter dans l’avenir, SayCet l’opère à merveille et offre avec Easy et Opal, deux des plus luminescents joyaux dont Through the Window est serti. Littéralement happé par la maestria sonore et visuelle du trio, c’est confortablement reclus dans son for intérieur que chacun entame la dernière saillie atmosphérique d’un concert où Chromatic Bird et Fire Flies font office de final étourdissant. Le beat conclusif de Fire Flies se répète en boucle tandis que les lumières de la salle martèlent effrontément leur crudité. S’extirper d’une telle nasse amniotique se meut alors en effort vertigineux, comme celui de (re)venir au monde et d’en accepter sa vulgarité. DAUU est là pour en attester.

SayCet se produira à nouveau au Café de la Danse le 20 mai prochain.

Photos

[flagallery gid=17 name= »Gallery »]

Setlist

1. Her Movie (Through the Window)
2. Bruyere (Through the Window)
3. We Walk Fast (Through the Window)
4. Trilogie (One Day at Home)
5. Maud Take the Train (One Day at Home)
6. Easy (Through the Window)
7. Opal (Through the Window)
8. 15 (Through the Window)
9. Sunday Morning (Through the Window)
10. Chromatic Bird (One Day at Home)
11. Fire Flies (Through the Window)

Video