On y était – Dum Dum Girls (Festival BS(p)²)

dum-dum-asses-webPhotos © Emeline Ancel-Pirouelle pour Hartzine

Dum Dum Girls + Angil & The Hiddentracks + Carp, LaPlage, Paris, 23 juillet 2010

Les Dum Dum Girls se traînent une sale réputation en live. Leur dernière prestation parisienne au Point Ephémère a d’ailleurs été unanimement huée : trop courte, trop bâclée, trop proche de l’album… Alors, Dee Dee et ses copines sont-elles trop feignantes pour être honnêtes ?

carp-1-web

Les Boutiques Sonores et leur excellente programmation estivale, regroupée en un festival répondant au doux nom de Bitter Sweet (Paradise), nous fournissent l’occasion rêvée d’aller jeter une oreille sur le sujet. Malgré le ciel menaçant, je me rends donc à LaPlage de Glazart, bien décidée à conjurer la météo à coups de Mojitos. Peine perdue, c’est sous la pluie et devant un public agglutiné à l’abri autour du bar que Carp commence son set délicat et ciselé alliant pop et folk avec une simplicité touchante. La troupe bien fournie d’Angil & The Hiddentracks succède à Benoît Guivarche et son acolyte claviériste alors que l’averse touche à sa fin et que la plage se laisse enfin envahir par un peu de monde et les morceaux exigeants de Michaël Mottet, accompagné pour l’occasion de tout un tas de musiciens valeureux qui passent d’un instrument à l’autre sans ciller. Les Dum Dum Girls ont intérêt à faire honneur à une si belle introduction.

angil-the-hiddentracks-9-web

Voilà d’ailleurs Kristin Gundred – Dee Dee pour les intimes – qui finit d’installer ses pédales et d’accorder sa guitare. En observant le cerveau du groupe (toutes ses prouesses sont recensées ici) se pencher sur les câbles et nous montrer sa culotte – nous y reviendrons -, je me fais la réflexion que pour un cerveau, elle a les jambes injustement longues. La vie est cruelle, n’est-ce pas ? Et au vu des attributs de ses copines, la jalousie n’a pas finit de m’étreindre ce soir. Voilà les quatre morues lancées avec un Play With Fire bien gentil qui remporte immédiatement l’adhésion du public – ou est-ce parce qu’on voit leurs sous-vêtements que l’auditoire est si bien suspendu à leurs lèvres ? Ce sera finalement ma grande interrogation de la soirée. Leur performance est certes réalisée sans accrocs et fidèle à l’album, mais le jeu de scène du groupe laisse à désirer : si Dee Dee et sa Sandy Vu de batteuse – qui nous fait l’affront d’être en pantalon – se donnent un peu de mal pour occuper l’espace, Jules et Bambi, respectivement à la guitare et la basse, font preuve d’autant de charisme qu’une paire de sardines à l’huile. Bien qu’elles aient un instrument entre les mains et qu’elles semblent en jouer vraiment, elles ont plus l’air de choristes que de rock stars. En résumé, tout ça est bien plaisant à regarder, mais je ne suis pas certaine que leurs fans seraient si indulgents avec les Dum Dum Girls si elles n’étaient pas vêtues de robes aussi courtes. Car il faut bien l’avouer, payer sa place pour à peine quarante minutes de concert pas vraiment transcendant, c’est un peu frustrant, même pour une groupie de la première heure. Autant faire des économies et se contenter de I Will Be, leur dernier album aux sonorités shoegaze-au-bord-de-l’océan ; il est aussi bon et il coûte moins cher. Certes, vous ne verrez pas leurs culottes, mais je peux vous envoyer une photo.

Photos

Setlist

1. Play With Fire
2. Hey Sis
3. Catholicked
4. I Will Be
5. Oh Mein M
6. Young Alone
7. Bhang Bhang, I’m A Burnout
8. Jail La La
9. Baby Don’t Go
10. It Only Takes One Night
11. Everybody’s Out
12. Rest Of Our Lives