Oberhofer l’interview

Découvert  voilà déjà deux ans à la faveur d’un EP d’une mémorable fraîcheur, aussi naïf qu’attachant (lire) et que l’on placerait volontiers sur l’échelle du plaisir quelque part entre la noise pop éclairée de Panda Bear et le rock trublion de  Wavves, Brad Oberhofer, la vingtaine à peine entamée,  a su sagement  orchestrer son avènement artistique. Au lieu de renchérir sur un succès d’estime mérité et, comme trop de jeunes pousses exaltées avant lui, de prendre le risque de s’y fourvoyer, le New-Yorkais su se faire discret comme pour mieux se faire attendre. Profitant du temps qui passe comme d’un bien précieux, le natif de Tacoma a pris soin d’acquérir une solide expérience scénique, de se confronter à la réalité du terrain et à son public intransigeant avant de succomber aux appels du pied de Glassnote (Two Door Cinema Club, Phoenix, Childish Gambino, Daughter) et son catalogue fourni en preuves de réussites commerciales.

Oubliées donc les compositions onanistes bricolées dans une chambre d’étudiant de la NYU, les chansons du jeune homme ont été repensées pour être jouées en groupe et passées à la moulinette technique du producteur  Steve Lillywhite (U2, The Rolling Stones, Morrissey) afin de garantir à Time Capsules II, premier album du jeune Américain, un auditoire élargi et un attrait radiophonique. Seulement le mixage endimanche ce qui nous avait  touché au départ chez l’inconnu, son urgence et sa touchante naïveté même si la  capacité originelle d’emballement  des chansons reste préservée et trouveront sans aucun doute leur raison d’être sur scène. Preuve en fut faite d’ailleurs lors du passage du groupe au Point Éphémère en février dernier  (voir photo ci-dessous) et à l’occasion duquel nous avons pu lui soutirer quelques mots.

Audio

Oberhofer l’interview

Quand as-tu décidé de dédier ta vie à la musique et comment cette dernière a-t-elle changé ta vie ?
How did you decide to dedicate your life to music and how did it change your life?

Je n’ai jamais eu l’occasion de décider. Ça peut sembler bizarre mais en 2700 av. J-C, contrairement à la croyance populaire, la majorité de ce qu’on connaît maintenant comme étant l’Europe de l’Ouest était extrêmement surpeuplée, provoquant une disette et des troubles sociaux importants. C’est à peu près à ce moment-là que la première observation d’OVNI a été rapportée. Ces OVNI sont d’ailleurs à la base de la conception du diapason. Ces disques qui tournent rapidement créent en fait une colonne d’air avec des anches qui s’ouvrent et se ferment pour former des mélodies en mineur (Aolian mode). Ces créatures étrangères, que les scientifiques d’aujourd’hui appellent « Aliolians » (plus communément « aliens ») adoraient la musique, seulement ils ne possédaient pas la capacité biologique nécessaire pour créer des sons avec leur propre corps. Ils se sont aperçus que les humains étaient assez intelligents pour comprendre les idées mélodiques et qu’ils possédaient la capacité de recréer des sons convenablement. Donc ils (comme les êtres diplomatiques qu’ils étaient) ont décidé que ce serait plus utile aux occupants de ce que l’on connaît maintenant comme l’Europe de l’Ouest si les Aliolians échangeaient le don de la musique contre la moitié de la population humaine, soulageant ainsi les Européens de leur surpopulation et contribuant à la beauté de leur monde environnant. Je suis simplement le descendant d’un esclave « Aliolien » et par conséquent obligé d’être un musicien conformément à la loi aliolienne.

I was never presented with an opportunity to decide. It may sound bizarre, but in the year 2700 b.c., contrary to popular belief, the majority of what we now know to be Western Europe was extremely over populated, causing food shortages and mass civil unrest. This was approximately around the time of the first reported UFO sighting.
These « UFO »‘s were actually the basis for the design of the pitch pipe. These rapidly rotating discs actually had reeded air vents that opened and closed to sound melodies in the Aolian mode. These foreign creatures, referred to by modern scientists as « Aliolians » (aliens as we call them) were in love with music, but did not biologically possess the ability to make sounds with their own bodies. They observed that humans were intelligent enough to comprehend melodic ideas and possess the ability to project sounds well, so they (being the diplomatic beings they were) decided it would be of better use to the occupants of what we now know to be Western Europe if the Aliolians exchanged the gift of music for half of the human race, alleviating the Europeans of their population crisis, and contributing to the beauty of their surrounding world. I am merely the descendant of an Aliolian slave, and therefore am required to be a musician under Aliolian law.

Tes chansons sont d’une grande ingéniosité stylistique, tu y mélanges beaucoup de choses, de sons différents. Qu’est-ce qui influence le plus ta créativité musicale ?
How do you find the influences to your musical creativity?

Je ne crois pas qu’il soit possible pour une personne de repérer ce qui influence son art si celui-ci est vraiment personnel. Je pense que ce qui influence ma musique se fait de manière inconsciente.

I don’t think it’s possible for a person to pick what influences their art if it’s truly personal. I think the things that influence my music do so on a subconscious level.

À ce propos, comment définirais-tu ta musique ?
How would you define your music?

Je ne la définirais pas.
I wouldn’t

Te sens-tu sens proche de la scène new-yorkaise actuelle ?
Do you feel close to the current New Yorker scene?

Probablement. New-York est TRÈS scénique.

Probably. New York is VERY scenic.

Peux-tu nous en dire plus sur ton avenir ? Un LP en vue, peut-être ?
What are your plans? Is an album expected?

Oui, mon album Time Capsules II sort le 16 avril en Europe.

Yes, I’m releasing Time Capsules II on April 16th in Europe.

Tu tournes beaucoup en ce moment. Es-tu à chaque fois enthousiaste à l’idée de monter sur scène ?
You’re touring a lot currently. Do you enjoy it?

J’adore être en tournée.

I love being on tour.

Traduction : Marie-Eva Marcouyeux

Photos