Voilà, c’est maintenant un marronnier depuis trois ans, le collectif mexicano-andin N.A.A.F.I sort sa compilation pirate. Pirate parce qu’elle est composée entièrement de mash-ups et autres bootlegs. On y retrouve aussi bien des tubes de la pop music, que les productions du collectif. Rihanna feat. Paul Marmota remixé par LAO, LAO remixant Justin Timberlake, Rafa Maya feat. M.E.S.H, ou bien encore Alejandro Paz de Cómeme remixé par Imaabs. Au milieu de tout ça, beaucoup de DJ ou de beatmakers brésiliens et plein d’edits de Zutzut ou de Moro (dont on a déjà parlé pour un album signé chez NON). D’ailleurs, on retrouve un remix du premier projet réalisé entre NON et N.A.A.F.I, Embaci, sous la houlette d’OMAAR, autre DJ bien cool qu’on a pu voir dans les soirées Ressources du Nouveau Casino.

N.A.A.F.I est un collectif vraiment bizarre, vraiment monstrueux, l’hybridation des genres est inscrite dans son identité comme la techno pourrait être inscrite dans les gènes de Laurent Garnier. Depuis quelques années maintenant, ils remettent à la fois au goût du jour le ballroom en Amérique latine, et notamment au Mexique, mais organisent aussi des soirées, diffusent sur des radios, et inventent une nouvelle forme du club. Une forme non ethno-centrée. Une forme qu’il est parfois un peu compliqué d’apprécier pour certains puristes de l’électronique. N.A.A.F.I organise aussi des expositions et divers événements qui ne sont pas proprement musicaux et ils participent de la bien grande vitalité de Mexico en ce moment. Parfois aussi, on les voit mixer sous le nom Mexican Djihad. On dira que N.A.A.F.I est sans doute un parent ou un pendant du collectif NON qu’on a beaucoup chroniqué. À une différence près, N.A.A.F.I ne travaille pas exclusivement avec la diaspora, ils sont quasiment tous basés en Amérique latine.

Musicalement, on est dans la définition même du monstre baroque et de la musique monstrueuse. Électronique au sens très large, on vole de la jungle au reggaeton, en passant par le dancehall, le calypso, les percussions andines, la pop la plus dégoulinante, le grime, la trap, le hip-hop brésilien, ou la techno andine. Et c’est un bref aperçu de toute l’hybridité des compilations Pirata. Il y a même une sorte de morceau hard trance de Zakmatic qui ne manque pas d’intrigue… Bien sûr, on ne commentera pas chacun des 28 morceaux de la compilation. Mais ce qui est intéressant avec N.A.A.F.I, comme avec NON, c’est peut-être qu’on est en train d’assister à un assaut sur la musique électronique, et un assaut qui pour une fois n’est pas issu de notre universalisme occidental. Et cela, c’est peut-être déjà une forme de mini-insurrection. En tout cas, c’est une démarche politique certaine, et une démarche assez radicale. On ne va pas parler de déconstruction, il ne s’agit pas de ça, mais néanmoins il y a quelque chose d’une tentative de faire de la musique autrement, en utilisant d’autres matériaux, et d’autres manières d’imaginer la musique.

Autre fait notable, on trouve pas mal de Sud-Africains dans les mash-ups, ce qui confirme que N.A.A.F.I et NON ont sans doute encore de beaux jours et de belles collaborations devant eux. En tout cas, c’est un intéressant renversement d’hémisphère qu’il va nous falloir suivre avec beaucoup d’attention. Une sorte de connexion du monstrueux, du queer pour produire le club de demain, c’est assez joli à imaginer. D’ailleurs, ça n’est peut-être pas un hasard si on retrouve un mash up avec Venus X. Quelque chose est en train de se jouer entre un développement des scènes électroniques mexicano-andines, africaines et les diasporas minoritaires afro ou latino. Une insurrection via les minorités racisées ou sexuelles, d’habitude dominées, ça ne manque pas d’intérêt, et en tout cas ça nous rend bien curieux de l’insurrection queer de la musique électronique qui est à nouveau en train de se produire.

Le devenir-monstre en musique, ça parait quand même un peu classe. Mettre fin à une reproduction permanente des comportements et à la mollesse générale via l’hybridation, l’indésirable a priori, et l’ingouvernable… Du fauve, du sauvage et de l’intempestif dans tous les clubs, ça n’est pas pour demain, mais en tout cas il est en train de se jouer quelque chose d’important , quelque chose de l’ordre d’un renversement des circulations et des flux connus. Comme chacun sait, pour voir venir l’insurrection il ne suffit pas de bloquer les flux, il faut aussi les détourner, les renouveler et en créer d’autres. Court-circuiter la vie quotidienne par la musique bizarre, voilà déjà une étape qu’il va nous falloir suivre dans d’autres trajets.

Alors peut-être, qu’il est temps, avec N.A.A.F.I ou avec NON, de devenir nous aussi, monstrueux, pirates, ou bien simplement de s’émanciper de la mollesse générale et des injonctions à la moralité ou à la normalité dont nous ne sommes pas dispensés dans la fête ou dans l’intime. La normalité d’aujourd’hui n’est pas forcément autre chose qu’une posture transgressive. Peut-être qu’il est temps de tracer des voies diverses, des voies multiples, des voies sensibles et de se repencher enfin sur la question du sens et du sens politique dans la reproduction permanente du même qu’est souvent notre quotidien à tous. Et si on peut le faire avec une compilation, c’est bien avec celle-ci.

Ah oui, et en plus vous pouvez la télécharger gratuitement avec un simple clic droit. Court-circuiter les flux donc. Décolonisons tout, jusque dans la musique, jusque dans notre plus intime, ça ira sans doute mieux. Peut-être.

Audio

N.A.A.F.I – Pirata 3

Tracklist

N.A.A.F.I – Pirata 3 (19 juillet 2016)

1. LA GOZADERA (LECHUGA ZAFIRO CUMBRELATINX TOOL) – GENTE DE ZONA FT. MARC ANTHONY
2. MOET (IMAABS REWORK) – D ENYEL FT. MIKY WOODZ
3. AIRE SUENAN LAS ALARMAS (PIRATA MIX) – PAULMARMOTA X JKING & MAXIMAN FT YAVIAH
4. SPEND THE NIGHT EDIT – PNB ROCK FT. FETTY WAP X ZUTZUT
5. DASCE DANADINHA X ACID – MCS ZAAC E JERRY X IMAABS
6. RECUERDOS DE MY LOVE BOOTLEG – LAO X JUSTIN TIMBERLAKE
7. SAPOS Y DEMONIOS X DALE PA CA BOOTLEG – LECHUGA ZAFIRO X KENDO KAPONI
8. BUST X FOLLOW MUTE (SANTA MUERTE BOOTLEG) – RAFA MAYA X MESH
9. PHONE DOWN ZZ EDIT – ERIKAH BADU
10. BAD GIRL SPANISH REFIX – TRAXMATIK FT. EEVEE
11. DÉJÀ VU SINIESTRO X EL CADERAZO (ZAKMATIC TRA DEMONIO EDIT) – HOCICO X DEEJAAY QIICKEE
12. SI TE DEJAS LLEVAR 2016 EDIT – OZUNA FT. JUANKA X DJ BEKMAN & DJ AZA
13. DEJA TU ESTRES (ZUTZUT EDIT) – LOS TEKE TEKE
14. CLOAK ENGANGED X TU CUERPO ME ARREBATA (WASTED FATES BOOTLEG) – YAN KEEN X TRÉBOL CLAN X J ALVAREZ
15. TRAIANA X SAOCO (TAYHANA BOOTLEG) – SODA PLAINS X WISIN FT DADDY YANKEE
16. DAME MI BANDA (SINFUL REACTIONS EDIT) – EL MEGA X ZAKMATIC
17. GOLOZA X DJ BEKMAN EDIT – IMPACTO MC
18. LOUCO X HOL (SANTA MUERTE EDIT) – B. HYZZ X MC BRISOLA
19. WE FOUND COLAPSO (LAO BOOTLEG) – PAUL MARMOTA X RIHANNA
20. METELE (OMAAR RMX 2) – ZUTZUT
21. CAVE THONG (LAO BOOTLEG) – OLY X SISQO
22. MASSIVE BANG (PININGA EDIT) – MC MENOR DA VG X RUDEBOYZ
23. SAD SNIPER EDIT – DEADBOY X SANTA MUERTE
24. ERIKA KANE X DENSIDAD CERO (LAO REMIX) D33J EDIT – SPEAKER KNOCKERZ X IMAABS
25. BEAUTIFUL GORGEOUS X GOLDEN GIRL (PININGA EDIT) – MC MENOR DA VG X VENUS X
26. EL HOUSE (IMAABS TRASH EDIT) – ALEJANDRO PAZ
27. MENEITO BOOM BOOM ANGELELA PRAYER MIX – MORO X MISTA JAMS X KELELA
28. FREQUENCY (OMAAR RMX) – LAO FT. EMBACI