Motorama – Alps

alps_front_coverSi on nous avait dit, il y a 20 ans, qu’il était possible de conjuguer tweendie fragile avec cold wave solennelle, nous n’y aurions simplement pas cru. Cet exploit, qui tient presque du miracle, nous le devons à un groupe (au patronyme proche d’une marque de concessionnaire automobile ou de téléphone portable) originaire de Rostov, une ville située à 1000 km au sud de Moscou. En effet, Motorama nous fait revivre et célébrer la fin des seventies et le début des nineties à la fois. Progressivement,le groupe russe, qui marchait auparavant sur les plates-bandes d’Interpol, s’est mis à privilégier les mélodies et les arpèges de guitares plus subtils. Les références à Joy Division sont toujours présentes mais beaucoup moins écrasantes que par le passé. Alps pourrait nous venir d’Angleterre tant ses harmonies sont imprégnées de 30 ans d’histoire de pop pure. La voix de Vladislav, au croisement de Ian Curtis et de Stuart Staples, la basse lourde et basique, la batterie brute sont heureusement enrobées de légereté pop. Nous sommes ravis de rencontrer Sarah dans la maison Factory.

l_c7defbc516f741a78c37ad42bd24016e

Sur certains morceaux, à l’instar de Warm Eyelids, les paroles et mélodies gracieuses réchauffent davantage le grand froid russe pour rendre la cold wave plus discrète. « Give me your hand and lie beside me and cut your hair on saturday eve ». Nous ne sommes jamais pour autant complètement dans le revival. Avec Letter Home, par exemple, Motorama aurait pu séduire Mike Sniper et ainsi ajouter son nom au catalogue de Captured Tracks. Il est difficile de résister à l’éclat du merveilleux single Alps et à ses sons et mots (« I am slow slow slow slow slowly dying, my blue colored eyes are almostly blind ») En voici le clip, réalisé par les membres du groupe eux-mêmes. Alps est un premier album remarquable, téléchargeable gratuitement ici, qui promet un bel avenir à Motorama, notre groupe de l’été.

Vidéo