Metek – Riski

Si les aléas de la vie ont empêché Metek de sortir son premier album solo avant 2014, Riski n’aurait sûrement jamais pu voir le jour sans les vingt ans de recul autour desquels le rappeur a construit son identité musicale. Sans véritable schéma, la carrière de Metek fait se succéder des cycles up and down, d’éternels recommencements ponctués d’accomplissements personnels avant de repartir de zéro, encore. Issu d’une famille singulière, Manuel Goldman voit planer sur lui l’ombre du père disparu, Pierre Goldman, activiste politique d’extrême gauche tué en pleine rue en 1979, dont le meurtre n’aura jamais été réellement élucidé. Manuel voit le jour alors quelques heures seulement après les funestes coups de feu. Comme une continuité. Un fantasme que le jeune Metek traînera probablement toute sa vie durant, plus ou moins présent alors qu’il alterne entre amours rap, boulot de pigiste, séjour à NYC, apprenti-comédien et braqueur occasionnel – modèle paternel oblige.

Les années 2000-2010 se construisent autour des allers-retours en prison et des délires de Noir Fluo, groupe que Metek monte avec Emotion Lafolie, Tony Lunettes et Slow-A. Metek, rappeur pour rappeur, reconnu et respecté par ceux qui savent, mais dont le parcours demeure suffisamment chaotique pour se noyer dans cette abscence de sens et de finalité. Dans l’entourage du crew ATK dès ses débuts, ancien des Refrés, Metek jouit ainsi d’une image particulière : celui qui aurait dû, aurait pu être. Une carrière en zig-zag, beaucoup de détours et d’occasions manquées avant de voir surgir fin avril Paris 75021, pour s’échauffer. De quoi exciter les connaisseurs de rap lorsque Riski sort du bois chez Bad Cop Bad Cop/LZO Records, après de nombreuses péripéties. Rien n’est jamais simple. Plié en douze, c’est ce qu’il fallait au moins à Metek pour synthétiser avec justesse son personnage singulier.

Riski suinte son auteur dans tout ce qu’il déverse. Dans chaque morceau, Metek projette ce parcours tordu et compliqué à suivre. La raison pour laquelle chaque tentative de son premier solo se révèle être une réussite très personnelle, aussi différents que soient chacun des douze morceaux proposés. Peu de choses rassemblent la tendresse pop de Chiale Un Coup, la frénésie dancefloor de Tonnerre Mécanique et le rap straight forward typé 90’s de 75021, en ouverture, si ce n’est l’image de celui qui agite Riski.

TekLzo

Au-delà du rap, véhicule des obsessions de Metek, cette diversité stylistique trouve son ciment dans la personnalité de son géniteur, ici aussi touche-à-tout, à sa manière. Une véritable variété à la française, appuyée par le travail soigné des producteurs invités : 70cl, Frencizzle, TahitiBoi, Laurent Memmi, Wealstarr, Krampf. De quoi légitimer le chemin de Metek, véritablement à part dans sa manière d’appréhender le rap en 2014, portée par une véritable musicalité et un sens de la mise en scène du disque. Riski n’en ressort que plus fort, une histoire à part entière dont l’écho des aventures de Metek vient en nourrir la sincérité et la pertinence, sans tricher, à l’image des très réussis 1999 et Katoucha, sommets du disque. Et lorsqu’il choisit de dépasser les bornes, Metek grimpe dans son vaisseau et nous balance les délires plus enlevés deTonnerre Mécanique ou Polizei pour oublier l’avant et l’après, vivre sur ce qui est.

En creux, Metek agite le long du disque cette énigme qu’est la relation père-fils. Chaque morceau gravite autour de ce corps céleste qui occupe une place probablement prépondérante dans l’univers de Metek. Tour à tour incarnant lui-même Riski, ses souvenirs d’adolescent des 80’s et 90’s puis se faisant adulte mature à la morale forgée sur le terrain, Metek renverse les rôles au point de perdre l’auditeur, d’incarner lui-même tous les personnages de son propre film et de finir par ne plus savoir qui parle à qui. A l’image de cet étrange traileur où l’on retrouve un Metek grimé en Tom (Romain Duris dans De Battre Mon Coeur S’est Arrêté), chef-d’œuvre de J. Audiard qui fait étrangement écho à ce premier solo singulier du rappeur.

Inattendu et marquant, Riski n’est pas un sommet musical à proprement parler. Bien réalisé et confortablement installé dans ce qui se fait en 2014, puisant habilement dans différents sous-genres du rap, il n’en bouscule néanmoins pas les codes, manquant de réellement agiter l’auditeur autour d’une conception nouvelle de cette musique. Mais incarné à la perfection par son auteur, il en devient un passage incontournable pour celui qui chercherait à comprendre comment donner vie sans forcer, en restant soi-même. Une autobiographie mi-fantasmée, mi-réaliste, volontairement agressive ou résolument pop (Bone que l’on se plaît à chanter à tue-tête, sur cette prod lumineuse de Krampf qui clôt le disque avec brio), qui prouve à quel point le rap peut ouvrir des portes nouvelles vers un horizon plus large. On en vient alors à percevoir, en fin de course, une musique qui dépasserait le cercle restreint des afficionados du genre pour devenir un catalyseur d’influences mises au service d’une vision personnelle capable de toucher l’âme, au-delà du son et des mots.

Crédit photo : Pierre Aé (Dat’)

Audio

Vidéo

Tracklist

Metek – Riski (LZO Records, 26 mai 2014)

01. 75021
02. Chiale Un Coup (feat. Hell Nano)
03. Le Plus Grand Fan De Metek
04. Tonnerre Mécanique
05. Katoucha
06. Gwadanigga
07.Polizei
08. Dragon Ball Z
09. Niquer Tout Ce Qui Bouge
10. Paye Tes Dettes (feat. Rhod DLB & Express Bavon)
11. 1999
12. Bone