Max Richter – 24 Postcards in Full Colour

richterarchives

Max Richter – 24 Postcards in full colour  (FatCat Records, 2009)

Le compositeur anglais Max Richter sort ce mois-ci son quatrième album (sans compter également la bande originale du film de Ari Folman «Valse avec Bachir»). Ce dernier est sans doute en passe de changer de « statut » et sa musique, jusqu’alors confinée au rang des secrets les mieux gardés de la musique indépendante, a l’air tout à coup d’intéresser un plus grand nombre. Sans doute faut-il y voir un intérêt plus croissant des médias, qui du coup exposent l’artiste de manière plus conséquente…
Dans tous les cas ce disque, quoi que plus visible, n’en est pas moins aussi brillant que les trois précédents. Richter est un tout jeune compositeur contemporain (40 ans) de très grande facture, qui nous offre un album lumineux, riche en couleur, comme son titre l’indique.
Il a, cette fois-ci, réalisé un opus plus conceptuel, alignant 24 vignettes sonores d’assez courte durée chacune, mais donnant la sensation au final d’une pièce unique…
Richter s’est interrogé sur la musique et son utilisation par notamment les opérateurs de téléphonie (sur sa marchandisation donc et sa médiocrité générale…) et s’est aventuré à proposer 24 sonneries potentielles. Les morceaux sont donc fugaces dans l’ensemble, enchaînant des séquences plus expérimentales (électronique et acoustique) avec des pièces orchestrées, habituelles à leur auteur. Toujours aussi minimale, la musique de Richter est à rapprocher de celle de Michael Nyman, John Tavener, Arvo Pärt ou même Erik Satie, quand il joue seulement au piano.
Elle est dans tous les cas très évocatrice et d’une profonde mélancolie, propice à la rêverie et au dépaysement.

Cyril

AUDIO

Max Richter – Cradle Song for A