Ça commençait à faire quelques mois que nous n’avions pas parlé de PAN. Étrange sans doute étant donné la qualité assez égale des sorties du label et de ses sub labels. Pour fêter la sortie de l’EP filou de M.E.S.H sur ce même PAN on va faire un point linguistique, mathématique, philosophie et musique.

M.E.S.H c’est un peu l’art de la réitération, et comme chacun d’entre vous le sait peut-être la réitération n’est pas exactement la répétition. La répétition est le fait en linguistique, d’utiliser ou de ré-utiliser, le même mot, la même structure ou la même idée. Plus largement en architecture ou en art, c’est le fait d’utiliser ou de ré-utiliser le même motif, le même signe. Je ne sais pas, disons une banane par exemple. La répétition produit de ce fait un sens particulier, une appréhension particulière. L’itération ou l’aspect itératif comme on dit en linguistique, marque une habitude, une action répétée, un processus entier. Du type tous les jours j’écoute Damaged Merc le dernier EP de M.E.S.H. Il dénote d’une habitude, de la répétition d’un acte ou d’une action dans son entièreté.

En mathématique l’itération désigne la répétition d’un processus et non plus d’un motif, de la même manière en linguistique il désigne la répétition ou le ré-usage d’un process. Exemple l’algorithme qui va répéter un calcul à l’infini ou presque pour résoudre certains types d’équations ou de problèmes. La distinction semble faible, et fonctionner sur le même modèle, mais elle est importante. Si le réalisme spéculative d’un Quentin Meillassoux en fait une distinction philosophique de base pour comprendre la répétition d’un signe creux, c’est-à-dire sans sens a priori, si on l’applique à la musique on acquiert une autre approche de la composition. En somme, la réitération n’est plus la simple répétition d’un motif afin de produire un effet de style, de sens, mais la répétition d’un processus afin d’obtenir un résultat précis, ou bien une méthode qui permet de donner une autre lecture à un ensemble de signes creux. Exemple la répétition du même trait, en mathématique peut aussi devenir l’addition de ces traits. Faire un trait, faire trois traits. Faire un, faire trois, ou simplement trois signes creux. C’est ce que l’on y affecte qui « remplit » le sens du « signe creux ». En gros on peut écrire trois, répéter le chiffre trois, ou tracer trois traits. La différence est sensible voire infime, mais revenons en à M.E.S.H.

La musique sérielle, comme la musique électronique se base sur la répétition, elle est en quelque sorte fractale, elle répète, parfois dans un potentiel infini le même motif. La musique sérielle est à ce titre une musique de répétition. La ré-itération elle, fait passer de la répétition de l’exactement même à la répétition du processus du même, vitesse, décalage, contre-temps, assemblage. Chez M.E.S.H et notamment dans Damaged Merc on voit à l’œuvre ce procédé. Dans les quatre morceaux souvent la répétition, de trois lignes du même procédé, du même processus, donc si vous avez bien suivi, ré-itération. Ça n’est pas simplement un sample, c’est le processus d’un sample prit dans son instance  et son ensemble de vitesse et variation qui se répète. M.E.S.H comme toute une partie de cette scène monstrueuse, joue d’avantage sur le sensible, la sensation, le sens produit par la répétition d’un processus plutôt que d’un même signe. Accélération et décélération, parfois même entropie c’est à dire destruction interne des mélodies sont au programme.

Musicalement on se trouve un peu dans un feat. techno Détroit, Berlin bizarre, samples sans origine qui s’accélèrent ou décélèrent, perdus vaguement entre kuduro étrange, techno début de scène Detroit découverte des synthés, et un certain caractère très brut des mélodies. Une sorte d’approche cérébrale et figurale de la scène club… Une manière de digérer ailleurs et autrement une « culture club », pour aller vite. Il y a une question de vitesse qui est en jeu, et une question de politique du son en quelque sorte.

L’EP est en tout cas un intriguant mélange bizarre, et on a assez hâte de le voir programmé ici ou là pour observer ce que ça peut produire en live sur nos corps endoloris de normalisations diverses. Est-ce que la réitération bouge le corps différemment de la répétition ? En voilà une question…

Audio

M.E.S.H – Damaged Merc

Tracklist

M.E.S.H – Damaged Merc (PAN, 27 mai 2016)
01. Damaged Merc
02. Follow & Mute
03. Kritikal Thirst
04. Victim Lord