A coups de clips bien chiadés et d’attitude provocatrice, le collectif parisien DFH&DGB (lire) se fait peu à peu sa place parmi les artisans d’un rap difficile à étiqueter, autant adulé sans limite que profondément détesté. Souvent ramenée à une histoire de couleur de peau, leur musique se paie le luxe de jouer avec les codes, à mi-chemin entre ce qu’elle devrait ou ne devrait pas être, pour les puristes de tous bords.

Après l’ouverture officielle de la saison via un Ne Pleurez Pas Mademoiselle en 2013, construit par les trois têtes pensantes Hyacinthe, L.O.A.S. et Krampf, la route est désormais pavée pour laisser passer à toute vitesse les sorties solos des deux rappeurs de la bande. Si Hyacinthe nous a récemment gratifié d’un best of des 3 années écoulées via les activistes sans frontière de La Souterraine, c’est L.O.A.S qui voit son tout premier LP NDMA nous éclater à la tête fin mars. Après les claques nommées Langue Maternelle et Lady Gaga les années passées, l’enjeu était de taille pour parvenir à fixer dans la longueur tout l’univers complexe du rappeur parisien d’adoption.

Annoncé depuis un bon moment, la gestation difficile de NDMA, finalement transformé en un album en bonne et due forme, aura permis à son géniteur d’en affiner les contours à la cisaille, afin d’en affuter les angles à l’extrême. Jamais avare lorsqu’il s’agit d’y mettre tout ce qu’il est, LOAS y développe ce personnage perdu entre drogues diverses, sexes sans limites et rage difficile à contenir. Des 11 morceaux de NDMA coule un sentiment d’urgence décuplé par le flow agressif et haut perché d’un LOAS jamais plus fort que lorsqu’il va chercher loin au fond de lui le carburant pour ses saillies lyricales balancées sans discernement sur l’ensemble de l’album.

Plus qu’une fenêtre ouverte sur son personnage, NDMA est un véritable déversoir à émotions brutes. Un instant de psychanalyse qui nous fait nous balader dans le cerveau malade de celui qui brûle la chandelle par les deux bouts ; autant chamboulé par ses relations amoureuses complexes (Quand Tu M’Tueras) que noyé sous une pluie de cachetons et de bouteilles vides à 6h du mat’ (NDMA). Un séjour dans l’oeil du cyclone loasien à la richesse soutenue par une palette de productions complémentaires que l’on doit à la fine fleur des producteurs français qui montent (Akeda, Tomalone, Robotnik, Krampf, Holos Graphein…). Le style extravagant, white trash assumé de LOAS se voit transporté dans ces mondes dérangeants, où la petite touche mélodique n’est jamais mise au service d’un instant de répit mais vient plutôt appuyer les ambitions épiques du rappeur (Svastika Bambaataa) ou son envie de proposer ce rap différent, une fusion d’hymne de rue et de déchaînement presque sorti tout droit de la rave du coin.

Revers de la médaille, cette implication débridée de L.O.A.S. sur son disque, si elle le rend impossible à confondre avec quelqu’autre sortie du moment, va finalement pousser l’auditeur à faire sien ce trop-plein et ce malaise pour finir par ne plus pouvoir s’en détacher. Pour preuve : cette outro captivante et clairement dérangeante d’un La Vie vicieux, construit autour d’un sample émo de Patrick Juvet, travaillé avec brio par Krampf, véritable tremplin vers le dernier chapitre du disque, qui nous fait rentrer dans le dernier cercle du rappeur, celui où tout est balancé sans véritable ordre, juste pour s’en libérer avec hargne. Un moment court mais dense, à l’image des 35 minutes du disque, furtives mais chargées, parfois trop.

En ajoutant une voix qui manque parfois d’un peu de maîtrise pour vraiment pouvoir se libérer de toute notion de placement et de contrôle, on obtient un NDMA puissant et imparfait, parfois trop agressif. Un disque que l’on aime pour ce qu’il est mais qui aurait pu en faire plus avec moins. Et c’est probablement le seul véritable reproche que l’on pourrait adresser à l’album. Pour ce premier projet solo, L.O.A.S. aura pris soin de poser avec application, travail et sérieux les bases d’un personnage haut en couleurs, d’ors et déjà au bord d’un précipice, dont on se plaît à suivre les délires pour véritablement savoir où il va terminer : au choix, au fond du ravin ou perdu dans les abysses de sa psyché dérangée

Audio

Tracklisting

L.O.A.S. – NDMA (DFH&DGB, 27 mars 2015)

01. Derrière Les Cyprès
02. Parce Que
03. IPC
04. NDMA feat Tomalone
05. Déjà Mort
06. Quand Tu M’Tueras feat S.Ammour
07. Les Lingots feat Hyacinthe
08. Svastika Bambaataa
09. Bagdad Wagner
10. La Vie