Interview et mixtape : Who are you Free Loving Anarchists ?

Free Loving Anarchists. Un patronyme cinglant, de sa signification naturelle, les fondations branlantes de l’industrie musicale. Ou ce qu’il en reste. Mais bien plus qu’un appel aux armes à l’encontre des promoteurs d’une musique massifiée et encodée en mp3, ces trois mots juxtaposés sont à recevoir telle une invitation sans contrainte à la liberté de créer, qu’elle soit musicale, conceptuelle ou plastique. Une déclaration d’intention que l’on pourrait d’ailleurs étendre à la multitude étourdissante de micro-structures fleurissant un peu partout dans le monde, s’escrimant sans relâche pour s’inscrire dans la durée. Ce temps long précisément – fait d’emballements, de pauses et de sursauts – qui semble être celui de FLA, à l’œuvre sur ses bandes analogiques depuis 1994. Une éternité. Et si James et Tara Wing semblent aujourd’hui accorder une priorité toute particulière à leur groupe Pink Playground – ayant récemment sorti Destination Ecstasy via Mexican Summer – FLA n’est pour autant pas dénué d’avenir, comme en témoignent leurs deux dernières sorties – un EP de Colours et un LP de Fourier -, toutes deux aussi prometteuses que brutes de décoffrage. Rencontre et mixtape commentée en compagnie de James – « gérant de label » fonctionnant à l’affect tout autant qu’artiste libertaire résolument engagé – et chroniques introductives à un son et une esthétique trouvant ses plus profondes racines dans le terreau post-punk et shoegaze des années 1980.

Audio

(DL/TC)

01. Babararar – Hopefully
02. Lost Girl – Quiver
03. Safeashome – Grid (Pink Playground Remix)
04. Safeashome – Peace Watchers
05. Torsion Fields – Demo 3
06. Lois Magic – Mooncreatures
07. Nites – Katie
08. Colours – Guilt Trip
09. Sacred Space – Visions of You
10. The KVB – Something Inside
11. The Procedure Club – Index Finger
12. AAPS – Sick Lullabies

Entretien avec James Wing

Peux-tu te présenter en quelques mots ? Qui es-tu James et que faisais-tu avant FLA ?
Can you introduce yourself in a few words? Who are you James and what did you do before FLA?

Propriétaire et dirigeant de Free Loving Anarchist, de même pour le groupe monté avec Tara, Pink Playground. J’ai fait de l’art avant que FLA ait une existence digitale. J’aime imaginer FLA comme produisant activement tout type d’art, en public ou dans l’espace privé.

Owner / Operator of FLA as well as in a groop w/ Tara called pink playground. I made art before FLA had an online presence but I like to think of FLA as actively producing any art; in public or the privacy of home.

Quelles sont tes influences musicales ?
What were your first musical influences?

Honnêtement, mes premières réelles influences musicales ont été celles des pub et des films des 60’s jusqu’aux 80’s, en plus de la petite collection de disques de mes parents. John Barry, George Crumb, Francis Lai, The T-Bones. Dans ma période pré-ado, Nirvana (naturellement) et Sonic Youth… et plus dans mes années ado, My Bloody Valentine et le Velvet Underground.

Honestly my first real musical influences would have to be Production/Library music (commercials / films) from the 1960’s – 1980’s and the parents small record collection. John Barry, George Crumb, Francis Lai, The T-bones. In my pre-teens Nirvana (naturally) & Sonic Youth…and more into my teens: My Bloody Valentine & The Velvet Underground.

Comment FLA a-t-il vu je jour ? Qui est derrière ? Quelle était l’idée d’origine ?
Tell me how FLA was born? Who is behind? What was the idea of origin?

FLA a été inventé quand j’avais quatorze ans et que je traînais avec ma meilleure pote Tara. FLA c’est d’abord moi, James, mais Tara s’y investit par moment ainsi que la famille. J’ai rencontré Tara pour la première fois à l’école primaire. FLA n’est vraiment pas un business, ni strictement un truc musical : dans ce monde, il y a de vilains petits canards. FLA révèle leur réalité. En 1994, C’était aussi un moyen de transmettre notre musique dans le seul format que nous avions facilement à notre portée. Toutes les cassettes étaient achetées en magasin et postsynchronisées à la maison.

FLA was coined when I was 14 years old hanging out with my best friend Tara. FLA is primarily me(James), but I do get help from Tara and the family from time to time. I met Tara for the first time in middle school. FLA is truly not a business nor strictly a music thing. The idea is that there are types of people in this world; the black sheep if you will; and FLA is the way of identifying that this is true. The byproduct was to give our art/music to our friends who wanted it at the time (as FLA of course!)…in the only format we had readily available to us in 1994. All Cassette tapes bought at the store and dubbed at home.

Pourquoi ce nom, Free Loving Anarchists ? Une marque de résistance ? Contre qui/quoi ?
Why this name, « Free Loving Anarchists »? A mark of resistance? Against who/what?

Réponse courte. C’est une manière amusante de dire… envoie chier le monde, crois en toi, fais ce qui te plaît et aime comme s’il n’y avait pas de lendemain. La blague c’est le jeu de mots sur Free Loving Hippies. Quand tu vis dans le sud des États-Unis, tu as ton lot d’ignares intolérants… des péquenauds le plus souvent. Imagine-toi entendre FLA prononcé avec un accent du sud dégoûtant ! Sinon, FLA veut simplement dire ce qu’il laisse supposer. Free comme liberté d’être toi-même et faire ce qui te plaît, en dépit des résistances et de l’oppression. Loving, aime, soit l’Amour véritable… pas le désir. Anarchists, l’anarchie et le chaos, ce que j’ai toujours senti être l’amour véritable. Pas de règles – ou plutôt la liberté de réécrire les règles et de les briser librement quand il le faut – en plus de la liberté totale d’aimer.

Short Answer. Its a funny way of saying.. fuck the world/ believe in yourself/ do your thing/ love like there is no tomorrow. The main joke is the play on words Free Loving Hippies. Living in the south of United States you have your large share of bigots… usually in the form of Rednecks. Try hearing FLA in an disgusted southern country accent ! FLA means simply what it Implies. Free = freedom to be yourself and do your thing; regardless of resistance / oppression. Loving = Love. Real love….not lust. Anarchists = Anarchy / chaos, which I always felt real love is. No rules (or more like freedom to rewrite the rules and to break freely when needed to) and total freedom to love.

Pourquoi choisir le format K7 ?
Why are you choosing only the K7 formats?

Nous ne sommes pas strictement juste un label produisant des cassettes. Jusqu’à maintenant on a sorti de nombreuses cassettes, CD et trois 12″. Le but à long terme est de sortir de plus en plus de vinyles tout en continuant à sortir des cassettes. C’est assez facile de commercialiser de la musique quand on est sans le sou…si on le fait sur cassettes. Je n’oublierai jamais l’analogique. Du film à l’audio, c’est une chose à laquelle je suis très attaché.

We not strictly a K7/cassette only label. So far we have released numerous Cassettes, Cdrs, and three 12″‘s. The long term goal is to release more vinyl but I’m sure we will continue on with cassette tapes every once and awhile. Its fairly easy to put music out if your not rich…if you do it on cassettes. I will never forget analog. From film to audio its something very close to my heart.

FLA sort aussi bien des disques indie rock qu’expérimentaux… Comment choisis-tu les artistes avec lesquels tu travailles ?
FLA takes out as well indie rock as experimental’s records… How do you choose the artists you work with?

Tout réside dans le fait d’être émotionnellement touché par l’ artiste ou la chanson spécifique qu’on a sous la main. S’il n’y a pas d’étincelles et que ça ne me parle pas, alors je ne perds pas mon temps. J’ai d’ailleurs appris à me focaliser seulement sur ce que j’adore plutôt que sur tout ce que j’aime bien.

Its all about being emotionally moved by the specific artist/song at hand. If I can’t feel it and its not speaking to me than I wouldn’t waste my time. What I have learned though is how to FOCUS more on what I love only rather than all that I like.

Quelle est la ligne artistique du label ? Il y a une esthétique, un concept que tu essayes de prolonger à chaque sortie ?
What is the artistic guideline of the label? Is there an aesthetics, a concept which you try to keep at every release?

J’essaye de ne pas trop m’y dédier mais oui, il y a des critères et je dirais que tout doit être très propre et rigoureux. Le Bauhaus et le Minimalisme sont probablement mes influences majeures s’agissant des visuels du label et de ses sorties. Notamment pour les épures et les polices qu’on utilise. Factory et 4AD m’influencent également mais en fin de compte il s’agit juste de s’assurer que l’artwork est à la hauteur de la musique tout en ne gaspillant pas mon temps ni mon argent, ni celui des auditeurs. Il faut beaucoup de temps et de concentration pour s’assurer que tout est bien en ordre. C’est un processus continu, un apprentissage sans fin.

I try not to dictate too much but yeah there are templates there most of the time and I’d say everything has to be very clean and tight. Bauhaus / Minimalism is probably the main influence and focus of the visual of the label and its releases. At least in the placement and fonts we use etc…I’d say Factory and 4ad are probably an influence as well but In the end its just about making sure the art is as good as the music and not wasting the time and money of the listener. We spend a lot of time and thought into making sure everything is very put together and nice. Its a ongoing process and never ending learning experience!

Quels types de relations y-a-t-il entre les groupes et le label ?
What are the relations between the groups and the label?

Parfois les relations se tissent au sein du label, c’est quelque chose de naturel. Mais finalement je sors la musique avant tout pour sa qualité, non pas par amitié. C’est toujours un bonus en plus quand ça arrive ! Découvrir un nouveau groupe peut se faire de multiples façons, mais la plupart du temps ça se fait via Internet. Qu’il s’agisse de bouche-à-oreille ou de hasard. S’engager pour ce que l’on adore à la place de tout ce qu’on aime bien, c’est désormais l’objectif. La grande vision. Du coup, on se disperse moins et les relations sont plus fortes. D’autant qu’on est plus en mesure de prévoir du fait d’une charge de travail moindre.

Sometimes relationships grow from the label but its always a natural thing. In the end though I put this music out for the music not for the friendships. It is always an added bonus when that happens! Its usually a different way of discovering but most of it is via the internet. Whether it be word of mouth or accidentally stumbling across it. I feel with the less we do the stronger the relationships are and the more we can project because the lack of the workload. Doing only what we love instead of all that we like and love. That’s the focus these days. The Bigger picture.

Dis-m’en plus à propos de Pink Playground… L’histoire du groupe est-elle rééllement dépendante de FLA ou peut-elle s’en dissocier ?
Tell me more about Pink Playground… the story of the band is really connected to Fla or would he have been able to continue without?

Par le passé, je pensais que les deux entités ne faisaient qu’un. Mais Tara n’était et n’est toujours pas d’accord à ce propos. Honnêtement, elle n’a pas tort. J’ai initié FLA pour sortir les disques de mon groupe, et je vais continuer à le faire. Cependant j’aime tant la musique qu’il est trop dur pour moi de ne pas vouloir l’exprimer en sortant d’autres disques que j’admire et que je ne peux faire moi-même ! En réalité, Pink Playground passe avant FLA. Parfois j’ai du mal à prioriser dans le bon ordre et à équiliber la chose rationellement. D’où un bon nombre de sorties FLA pour très peu de sorties de Pink Playground. C’est un autre type d’apprentissage. J’y travaille à l’instant même pour que ça marche mieux pour tous les gens impliqués. Tant que nous feront de l’art et de la musique, FLA et Pink Playground coexisteront simultanément telles deux entités à part.

In the past it was my opinion they are one in the same but Tara would/will totally disagree and honestly she is right. I publicly started FLA originally to put out my first band and I will always put out my own art but I love music so much its hard for me to not want to express this by releasing others music that I admire/can’t make! The truth is pink playground takes precedence over FLA and at times I have had a hard time working out my priorities in the correct order and having a manageable balance to it all. Hence a whole lot of FLA releases and very few pink playground. Its been another learning process and I’m working it out as we speak to get things to a place that works better for everyone involved. As long as we are making art / music FLA & pink playground will simultaneously co-exist together as separate entities.

Gone Forever de Rape Faction est co-réalisé avec Skrot Up. En quoi ces collaborations sont-elles nécessaires ?
Gone Forever by Rape Faction is a split release with Skrot Up. In what this type of collaboration is it necessary?

J’ai travaillé avec Morten de Skot Up sur quelques projets avant ça. C’est avant tout une façon de combiner nos efforts pour que nos sorties aient plus d’impact tout en ayant moins d’argent à dépenser, parce qu’on en manque. FLA étant aux USA et Skrot Up au Danemark, eux couvrent l’Europe et nous nous occupons de l’Amérique du Nord en plus de s’entraider et de faire connaître la musique de nos labels respectifs. Au final, c’est toute une famille underground. En élargissant le réseau et en distribuant des morceaux nous-mêmes, nous contournons en majeure partie « l’industrie »… L’underground fait cause commune.

Skrot Up (Morten) and I have worked on a few things prior to this. It’s mostly about combining efforts to make bigger things happen. Less money to spend, because the lack of. Also FLA is in the USA and Skrot Up is Denmark so they cover Europe while we cover North America to help each other get our labels music out there. Its all underground family in the end. Expanding the network and distributing releases on our own and bypassing the ‘industry’…. for the most part. The underground working together.

Tu as réalisé une compilation sur Beko avant Amdiscs, La Station Radar, Clan Destine Records et plus récement… Skrot Up. Comment as-tu rencontré la doublette de Beko et que représente pour toi son travail ?
You realized a compilation on Beko before Amdiscs, La Station Radar, Clandestine Records and more recently Skrot Up. How did you meet people of Beko and what represents their work for you?

On a rencontré Reno de Beko par l’intermédiaire d’Andrea de Procedure Club. J’admire vraiment leur aisance pour sortir de la musique si surprenante. Du point de vue d’un propriétaire de label, il a mis dans le mille. Si FLA est également un moyen de faire découvrir aux gens la musique que nous faisons ainsi que les choses que l’on aime, la différence entre nos deux labels réside dans le fait que je suis personnellement attaché et impliqué dans l’aspect physique d’une oeuvre. Au final, il s’agit de musique. Je suis donc content pour ces gens que Beko existe, moi inclus ! D’ailleurs nous avons récemment collaboré et sorti les nouveaux singles de Colours et Chevalier Avant Garde le 23 mai dernier.

We met Beko (Reno) through Andrea of Procedure Club. I really admire what they are doing in getting music out there with amazing ease. From a label owner standpoint he has hit the nail on the head. I definitely approach FLA as just a way to show people music/art that we are doing as well as the stuff we like. The difference between our labels is…I’m personally attached to the physical of a piece and that’s the part that I want to be involved with. Although in the end I know its all about the music; so I’m glad he’s out there for people (me included!). We just recently collaborated and put out the new Colours & Chevalier Avant Garde singles on 5/23/11.


beko_fla_01_10_10 (DL/TC)

Quel est le futur proche de FLA ?
What’s the near future of FLA?

Le future proche de FLA, c’est le 12″ éponyme de Colours (écouter) et celui de Fourier – Altar Cs (écouter). Pas grand chose de prévu, mais quelques trucs en cours, et on l’espère, plus de vinyles !

Near future for FLA is Colours – Self Titled Ep 12″ & Fourier – Altar Cs . Not too much planned but a few things in the works and hopefully more vinyl !

Et tes espoirs les plus fous ?
And your craziest hopes?

Qu’on puisse gagner notre vie avec notre musique et notre art sans que l’on soit interrompu par des choses nous faisant perdre notre temps, notre argent, notre énergie, nos talents et nos compétences.

That we can make a living off of music/art and make music/art everyday uninterrupted by things that are wasting our time, money, energy and talents/skills.

Quel est ton sentiment sur l’industrie musicale et internet ? La musique a-t-elle un prix ?
How do you feel about the music industry and the internet? Has the music no price?

The Rock’n’Roll Hall of Lame (« le panthéon des ratés du rock’n’roll »). La musique avait une âme avant d’être une vulgaire formule pour faire de l’argent. Je suis convaincu que tout art – même s’il vaut quelque chose – n’est jamais élaboré ou positionné pour être une entreprise financièrement rentable. Regarde dans l’histoire de la musique, tous les groupes qui ont réellement changé le paysage et sincèrement touché les gens… Ensuite montre moi combien d’entre eux se sont fait des montagnes de cash… Très peu j’en suis sûr. L’art n’est PAS uniquement un divertissement. C’est le coeur et l’esprit. C’est quelque chose de sacré et pas une blague. Je n’ai jamais fait de l’art pour quelque autre raison que de le faire… Ceux qui exercent leur art pour d’autres raisons sont des guignols. L’art saigne.

S’agissant de la diffusion, internet change la donne. Les choses sont sans aucun doute différentes dans le sens ou des gens comme moi peuvent atteindre des endroits aussi éloignés que la France avec très peu d’argent et beaucoup de persévérance.

La musique ainsi que tout type d’art n’ont pas de prix. Personnellement je ne crois pas en la possession. Les gens qui achètent de la musique le font pour s’accrocher à l’aspect physique du disque tout en voulant sans doute supporter ceux qui l’ont créé. Je télécharge de la musique et si j’aime profondément un disque, je vais me mettre en quatre pour le trouver. Ceci dit, quand la musique n’a pas de prix, ça peut rendre les choses plus honnêtes. Personnellement, je déteste q’un groupe n’aie qu’une ou deux chansons décentes sur un LP quand les six autres ou plus sont nazes. J’ai l’impression de me faire arnaquer à chaque fois.

The Rock N Roll hall of lame. Music wasn’t as soulless before there was a real formula for making money in this industry. Its my strong opinion that all art that is worth something is never truly formulated or positioned to be a financially profitable venture. Look in musical history at all the groops that really changed the landscape and truly touched people and then show me how many of those made a mountain of cash from this. Very few I’m sure. I will always believe that art is NOT strictly entertainment. Its heart & soul. I can be pretty serious on the subject but I do believe its something sacred and not a joke. I never made art for any other reason but to make it and I feel that people who make art for other reasons besides the love thereof are the joke. Art is bleeding. At least not in my humble opinion.

Things are definitely different in the fact that people like me can reach places as far as France with very little money and a whole lot of persistence, thanks to the internet. We like the internet (for the most part)….especially when used as tool in the correct way.

Music and all art have no price. I don’t personally believe in ownership and I think the people who buy music do so to hold on to the physical of the piece and might also want to support the ones who created it. I download music all the time but I am the kind of person that If I truly love something I will go out of my way and search it out and posses it. I find it interesting as well. I think when music has no price it can keep things more honest. I personally hate it when an group has one to two decent songs on an Lp and the other six plus are garbage. I makes me feel ripped off every time.

Sans mentionner les groupes de ton label… quelles sont les choses auxquelles tu es addict ?
Without mentioning your label’s groups… What are the things you are addicted to?

Je suis essentiellement accro à la création artistique et en ce moment j’y travaille comme un dingue. Aussi, ce qui me rend le plus heureux, c’est de passer du bon temps avec ma famille et de créer avec Tara. Vivre dans notre bulle loin des problèmes du monde, s’adonner à l’art qui nous comble. Voir les gens dont j’aime le sourire.

I’m mostly addicted to making art and am a workaholic period. What makes me the happiest though is hanging out with my family and making art with Tara. Living in our bubble far away from the worlds problems making the art that fills us up. Seeing the people I love smile.

Traduction Floriane Vaillant

Mixtape


(DL/TC)

01. Pink Priest – Bombing Waves // 2009

Derrière Pink Priest, il y a William Cody Watson qui co-dirige Bathetic Label et qui écrit également pour Impose Magazine. Ce titre est tiré de ce que je pense être sa première sortie officielle en tant que Pink Priest. Prolifique !

Pink Priest is William Cody Watson whom co-runs the Bathetic Label and also writes for Impose Magazine. This is off what I believe to be his first official release as Pink Priest. Prolific !

02. Fluker Love – When You Leave EP // vers 2010

Flucker Love est le projet du Londonien Andrew Goldspink. Ce morceau est extrait de son troisième album. Il a récemment sorti un nouvel EP autoproduit, à trouver par . Je l’écoute depuis un petit moment déjà… Il a toujours été très généreux avec sa musique… Je crois qu’il a un genre de connection avec The Weekend.

Fluker Love is Andrew Goldspink from London. This track is off what I believe to be his third release. He just recently self released an new Ep. Follow the links here. I’ve been listening to him for awhile… He’s always been very generous with is music…I also believe he has some kind of connection to The Weekend.

03. Wicked Crafts – No Pleasure // 2010

Derrière Wicked Crafts, il y a Shawn Tony Hui de Montreal. Je l’ai rencontre via Morten de Skort Up avec qui j’ai sorti son premier album en 2010… dont ce morceau est extrait. Les stocks ont vite été épuisés ! Un son dark bien sympathique…

Wicked Crafts is Shawn Tony Hui from Montreal. I was introduced to him via Morten of Skort Up whom we both co-released his debut back in 2010…which this track comes from. Sold out pretty quick! Nice dark tunes….

04. The KVB – With My Gun // 2010

The KVB, un autre artiste prolifique ! Klaus, originaire de Londres, est un type vraiment cool avec qui on espère collaborer à nouveau. Il fait également partie de Die Jungen, Suicide Party, Man on the Moon et d’autres encore… je suis sûr que j’en oublie. Il a aussi réalisé notre toute première vidéo de Pink Playground en une seule journée… évidemment ! Ce morceau est tiré de son premier album ayant eu une sortie physique. Il a récemment sorti un 10 », et bien d’autres se profilent à l’horizon.

Another prolific one! Klaus is a real nice guy from London who we hope to do something else together in the future. He’s also in Die Jungen, Suicide Party, Man on the Moon and others…I’m sure I’m forgetting.
He also made our very first video (Pink Playground) in a single day…of course! This track is off his physical debut. He just recently had a 10″ come out on downwards and he has many more lined up on the horizon.

05. Virgo Rising – In The Shade // 2010

Virgo Rising est un trio australien (Sean Duarte, Timothy Snape et Emily Hughes). Ce morceau est extrait de leur premier album. Ils bossent sur leur second depuis un moment… il devrait être prêt courant 2011. On l’attend avec impatience.

Virgo Rising is Sean Duarte, Timothy Snape, Emily Hughes from Australia. This is off of their debut. They have been working on their sophomore for a bit…should be ready sometime in 2011. Really looking forward to it !

06. Rape Faction – Vaporizer // 2011

Rape Faction, c’est Kahlil, Hamza et Mike, soit trois types de Montreal qui n’abandonnent jamais. C’est un extrait de leur premier 12 » qu’on a sorti en collaboration avec Skrot Up. J’aimerais qu’il y ait plus de gens comme ces trois-là dans ce bas monde !

Rape Faction is Kahlil, Hamza & Mike. Three dudes from Montreal who never back down. This is off of their Debut 12″ which we co-released w/ Skrot Up. I wish there we more people like these 3 in the world !

07. Martian Church XX – Max Shreck’s Dead // 2009

Martian Church XX est le projet de Paul, habitant en Russie. Un gars très sympa qui a un tas de morceaux sombres et intéressants à offrir. On a pour projet d’en sortir de nouveaux ensemble mais dans ce cas précis, la distance est un véritable fossé. C’est une de mes sorties préférées sur FLA. Les Russes ont de la chance de l’avoir !

Martian Church XX is Paul from Russia. Very friendly and nice guy who has a lot of interesting and dark music to offer. We planned to work on some more in future together, but the distance has really been a rift in the situation. This is one of my favorite FLA releases. Russia is very lucky to have him ! I believe this is the sole Martian Church XX release to date.

08. Elks – Blight Fields // 2009

Elks, c’est Cody, originaire de l’Oregon. Il est pote avec tout le crew de Seattle, genre Grave Babies, Gape Attack, FNU Ronnies, etc. J’ai pas encore eu l’occasion de beaucoup discuter avec lui. Ce titre est extrait de son second album… enfin je crois.

Elks is Cody from Oregon. He’s friendly with the whole Seattle crew of Grave Babies, Gape Attack and FNU Ronnies etc…Never had too many conversations with him. This is off Elks sophomore release….I believe.

09. Young Henry – Six Ceases // 2009

Young Henryest le fait de Kyle Yerhot du Minnesota. Ce titre est extrait de son premier disque. Il a sorti un tas de morceaux gratuits en ligne depuis. Des impros venues d’ailleurs… Je suis toujours partant pour écouter ce qu’il fait.

Young Henry is Kyle Yerhot from Minnesota. This track is off his debut release. He has released a lot of FREE tunes online since. Very alien type jams….always up for listening to some new Young Henry.

10. Badtimexpress – Hearts Decay // 2009

Badtimexpress est le projet de Joseph Vorskak de L.A. Ce titre est tiré de son unique album en tant que Badtimexpress. Il continue avec (…le bien plus connu) Disaro Records, peu de temps après avoir sorti cet album sous son nouveau nom… Raw Moans. Si tu aimes Raw Moans, tu aimeras Badtimexpress !

Badtimexpress was Joesph Vorskak from L.A. This track is off his only release as Badtimexpress. He went on to (…the much more popular!) DISARO records (sup squeaky!), shortly after releasing this debut under the new name..Raw Moans. If you like Raw Moans you will like Badtimexpress!

11. Sealings – Injured Kids // 2009

Sealings est le groupe de Micheal et Liam, originaires du Royaume-Uni. Je les ai connus via Carl de Clan Destine Recordsen 2009. J’ai vite chopé leur premier album et je leur ai immédiatement demandé de faire quelque chose avec nous sur FLA. Je suis ravi qu’ils aient accepté !

Sealings is Michael & Liam from the UK. I was introduced to Sealings via Carl of clandestine records back in 2009. I snatched up their debut Cs, and immediately asked them to do something with us on FLA. Glad they agreed !

12. Future Blondes – D.Z.S. Path Torn Child Skill // 2009

Future Blondes ou Domokos de Houston. On a bossé avec lui sur un tas de disques ces dernières années. Ce titre est extrait d’un de mes favoris, E.I.T.H.O.A. // 2009 Tears.

Future Blondes is Domokos from Houston. We have worked with him on a lot of releases through the years. This track is off one of my favorites by him, E.I.T.H.O.A. // 2009 Tears.

13. Bad Life – Howl // 2010

Bad Life, c’est Kurt Vonnegut du Tennessee. Le morceau est extrait de son quatrième album. Encore plus de musiques mémorables pour FLA.

Bad Life is Kurt Vonnegut from Tennessee. This is from his 4th release. More epic tunes for FLA.

14. Froe Char + Havah – Adoration // 2009

Froe Char, c’est Cris, un Italien qui vit maintenant a Paris. On l’a découvert via Chris Keys de Grape Attack. Ce morceau est une collaboration avec Havahet est uniquement disponible sur la version CD de son premier album… et GRATUITEMENT sur cette mixtape… bien évidemment !

Froe Char is Cris from Italy; now residing in Paris. We discovered her via Chris Keys of Gape Attack. This track is a collaboration w/ Havah and only is available on the CDR version of her debut….and FREE on this comp..of course !

15. H . . . N – You Swore You’d Never Leave // 2010

H Dot Dot Dot Nest composé de Shannon et Nathan de Dallas. Ils nous ont un jour contacté via MySpace et ont sorti ce premier album dans la foulée. De bien MEMORABLES morceaux.

H Dot Dot Dot N is Shannon and Nathan from Dallas. They got in touch with us through myspace one day and we put this debut out shortly after. Nice EPIC pieces.

16. Lois Magic – Sweetheart // 2009

Derrière Lois Magic, il y Rhys de Londres. C’est l’un de nos artistes préférés là-bas… et une personne extraordinaire. Ce morceau est extrait de son premier album.

Lois Magic is Rhys from London. He is one of our favorite artists out there…as well a people ! This track is from his debut.

17. Atlas Young – Breath in Newcastle // 2010

Atlas Youngest le fait de Yuji de Tokyo. On adorerait aller au Japon un de ces jours, et on espere que Yuji nous le fera visiter, si ce jour arrive… C’est l’un de mes morceaux préférés issus de son premier album.

Atlas Young is Yuji from Tokyo. We’d love to visit Japan one day and hopefully Yuji will show us around, if that day ever comes… This is one of my favorite tracks from his debut.

18. Colours – Could I ? // 2011

Colours, est l’œuvre de Tom, originaire d’Australie. On l’a découvert en traînant sur MySpace. On lui a demandé s’il voulait faire un disque et il a heureusement accepté. C’est le premier titre issu de cet album.

Colours is Tom from Australia. We discovered him just creeping around on myspace one day. We asked him if he wanted to do a record and he thankfully agreed. This is the first track off of that record.

19. Sacred Space – Love Like a Graveyard // 2010

Sacred Space… c’est Adam Pfaff de Détroit. Ce titre est extrait de son premier album éponyme. Je crois que Sacred Space n’existe plus maintenant… vraiment dommage. Encore un de nos favoris !

Sacred Space is Adam Pfaff from Detroit. This is off his self titled debut. I do believe that sacred space is now totally defunct at this point…. Shame really. Another one of our personal favorites !

20. Pink Playground – Low // 2010

Ce titre est extrait de notre second album Seventeen.

This is from our second release « Seventeen ».

Cette compilation a été éditée en coffret cinq cassettes, disponible par ici.

Chroniques

Fourier – Altar EP

Fourier est un projet presque anonyme, ne trouvant aucune autre figuration qu’un anonyme blog, Death Head March, et une page FB, sur lesquels on apprend que notre homme – aussi bien influencé par Les Rallizes Dénudés, un obscur groupe avant-gardiste japonais, le MC5, les Stooges ou My Bloody Valentine – traine ses guêtres et son amertume du côté de Miami. Dernière sortie cassette de FLA, Altar étire, d’un bout à l’autre de ses quelque huit morceaux, une ambiance claustrophobe mâtinée d’électricité ferrailleuse. Rythmiques lourdes et lentes, saturations compressées et obnubilantes, voix anémiées et réverbérées, chaque composante d’un shoegaze détrempé de désespoir est bel et bien là, et pourtant on ne se lasse pas de ces saillies parfois agressives (Obelisk, Try), parfois assourdissandes (Conifers, It’s Routine), souvent lascives et désenchantées (Void, Cathedral of Death, Thorne). Le conclusif Morningrise – à quelques encablures des Français de Yussuf Jerusalem – tout comme l’entrainant Hawk Moth, glané sur un soundcloud désespérément vide, laisse présager cependant que le suicide n’est pas encore pour demain.

Audio

Tracklist

Fourier – Altar EP (Free Loving Anarchist, 2011)

01. Void
02. Conifers
03. It’s Routine
04. Obelisk
05. Try
06. Cathedral of Death
07. Throne
08. Morningrise

Colours – s/t

Sorti en avril 2011, mais enregistré en novembre 2010, ce premier et unique EP de Colours – derrière lequel oeuvre le seul Tom Crandles, résidant à Sydney et par ailleurs membre de Pineapple Head (lire) – est autant un aboutissement pour son géniteur qu’une infinie promesse pour ses auditeurs. Un aboutissement car on sent au travers de ces quatre morceaux la cohérence du propos, le soucis du détail, la maturation des arrangements. Une promesse, car aucune de ces comptines shoegaze ne s’essouffle, ne perd en intensité, n’étiole ses mélodies sur une boîte à rythme jamais désobligeante. Propulsant d’ariennes guitares sur Could I?, distendant une sensuelle complainte le temps des presque sept minutes de I’ve Watched You Suffer ou baignant de distorsions une pop-song bien troussée, Tom s’adjuge de facto le ton juste, le regard perdu quelque part entre un ciel dardé de soleil et un horizon aussi urbain qu’accablant. Si l’on sent poindre sous le voile des saturations un spleen transperçant de part en part l’EP – et que l’on retrouve à merveille sur Lost by the Sea mise en image par Klaus Von Barrel (voir) et présent sur la compilation beko_hartzine (télécharger) -, celui-ci se pare de ses plus sensibles effets sur la conclusif A Thousand Words tout bonnement imparable.

Audio

Tracklist

Colours – s/t (Free Loving Anarchist, 2011)

01. Could I?
02. Sleeper
03. I’ve Watched You Suffer
04. A Thousand Words

Pink Playground – Destination Exctasy

On l’aura compris, Pink Playground tient tout autant à coeur à James Wing que son propre label FLA, voire peut-être même plus, partageant celui-ci avec sa femme Tara. Sans doute pour cette raison, Destination Ecstasy – dont il fut déjà question par ici – connaît un destin dépassant le cadre stricto sensu de Free Loving Anarchists avec une parution en LP vinyle via Mexican Summer. Emboîtant à merveille le pas de préalables EP disséminés sur la toile – des inauguraux Pink Dream et Seventeen aux plus récents singles Sunny Skies et Ten parus respectivement sur les labels Zoo Music et Downwards – Destination Ecstasy se révèle à l’aune de multiples écoutes tel LE joyaux shoegaze par excellence de cette année 2011. Indéniablement inspiré par la prosodie monomaniaque du triumvirat anglais composé de My Bloody Valentine, Ride et The Jesus and Mary Chain, le duo texan délaye un hédonisme habilement cousu de saturations blêmes et de vocalises éthérées, tout en étant vertement tancé d’une basse aussi rugueuse qu’obnubilante (Fuck the Wolrd, Severed). Cimes pop sertie de claviers (Sunny Skies, Dark Bloom), embardées bruitistes balayées d’une rythmique échevelée (Ten, Stationary), ou même ballades au romantisme corrodées (I Don’t Know You, Never Was), tout indique que s’il n’y a qu’un chemin menant à l’extase, celui-ci est peut-être le bon – remisant d’un coup d’un seul toute riot grrrrl que ce soit à la plonge.

Audio

Tracklist

Pink Playground – Destination Ecstasy (Mexican Summer, 2011)

A1. Fuck The World
A2. Sunny Skies
A3. I Don’t Know You
A4. Ten
B1. Never Was
B2. Severed
B3. Dark Bloom
B4. Stationary

Vidéos