Helios l’interview

Helios est le projet  de Keith Kenniff, un artiste américain, originaire de Portland. Auteur de plusieurs albums sur le label Type, il officie également sous le nom de Goldmund, dans une veine plus minimale. Voici un rapide entretien, dont l’objet est de vous faire découvrir un musicien prolifique et créatif.

heliospost

– L’été dernier, je suis allé sur l’île grecque de Rhodes (une île de l’archipel des Dodécanèse, en mer Egée). C’est traditionnellement l’île d’Helios, le dieu du soleil dans la mythologie grecque, y a t’il un lien avec toi ?
J’ai effectivement tiré ‘Helios’ de la mythologie grecque, oui. Je suppose que j’ai du vraiment aimer l’histoire de Helios, l’observateur divin de ce qui se passe sur Terre, tel le soleil qui se levait chaque matin . J’ai souvent tendance à écrire de la musique tard la nuit / tôt le matin et  je vais souvent alors me coucher au moment où le soleil se lève. Comme un relais.

– Tu officies, dans des registres très variés, sous au moins trois entités connues : Helios, Goldmund, sous ton propre nom… Quelles sont les raisons qui t’ont poussé à développer ces différents projets ?
J’ai tendance à travailler sur beaucoup de musique et ce, à n’importe quel moment, et donc chaque étape d’un projet  évolue dans une direction différente. Je pense que le surnom de chaque projet propre est bien approprié. Helios, est plus un projet d’electronic/post-rock/ambient, Goldmund est presque entièrement composé de piano solo donc il y a à peu près aucun élément électronique et
consiste généralement en pièces improvisées courtes. Le son de Mint Julep , le projet monté avec ma femme, prend plus une direction rock/shoegazing et se base essentiellement sur des schémas traditionnels chantés verse-chorus . Ce que j’ai fait pour mon projet appelé Keith Kenniff n’est pas sorti, ce sont  des choses de type acoustique / folky , mais je ne suis pas sûr si quelque chose verra le jour bientôt.

– Peux-tu nous parler du projet que tu fais aussi avec ton amie : Mint Julep
C’est un projet avec ma femme Hollie que nous avons commencé il y a environ un an et demi. Nous sommes tous les deux des fans énormes de musique shoegazing du début des années 90 et avons voulu travailler sur quelque chose qui était plus dans cette direction. C’est la première fois que j’ai vraiment travaillé avec quelqu’un d’autre pour faire de la musique, c’est vraiment amusant de travaiiler ensemble comme cela.

– Tu sors tes disques sur Type Records, comment s’est opéré la rencontre avec ce label ?
J’ai connu John Twells, qui dirige Type depuis des années. Nous nous sommes rencontrés avant qu’il n’ait commencé son label et partagions nos goûts en musique et diverses idées. Quand il s’est décidé de démarrer Type, il m’a demandé si je serais enclin à faire quelques albums. J’ai vraiment aimé la direction qu’il voulait emprunter et donc nous avons sorti la première réalisation de Goldmund, Corduroy Road, en 2005 et ensuite peu après nous avons sorti le 1er disque de Helios, Eingya, en 2006. C’est un grand label et je suis vraiment fier de travailler avec John et d’être entouré par le très bons artistes du label.

– Entretiens-tu des relations privilégiées avec certains artistes du label : Xela, Peter Broderick…
John (Xela) et moi somme très liés et nous avons participé à quelques concerts ensemble. Nous allons jouer au Japon ensemble en août. Je connais beaucoup d’autres artistes du label et j’ai joué plusieurs concerts avec beaucoup d’entre eux aussi. J’étais vraiment heureux de pouvoir travailler sur le design du dernier album de Goldmund avec Erik (Deaf Center/Knive). La première fois que
nous avons joué ensemble, c’était dans un planétarium de 100 ans à Bruxelles et le set de Centre Sourd m’a juste soufflé. Je suis en lien également avec Peter Broderick. La dernière fois qu’il était rentré chez lui à Portland, nous avons passé une chouette soirée à jouer au bowling ensemble.

– L’album « Caesura » (ton dernier sous le nom d’Helios) est sorti il y a quelques mois. Si tu devais le présenter à une personne peu avertie, qu’en dirais-tu?
C’est un album qui est assez accessible si vous êtes friands de choses de style ambiant /post rock. Donc il serait pour les gens fans de Brian Eno, Boards of Canada et les versants plus softs de groupes comme Sigur Ros et Explosions in the sky.

– L’esthétique  graphique d’Helios utilise une photographie qui présente souvent la nature  dans tous ces états… ? Est ce le signe d’une orientation artistique affirmée, ta musique serait-elle bucolique ?
Je pense que la musique représente en général une forme idyllique de ce qui nous entoure. J’aime vraiment travailler avec Matthieu Woodson (qui a collaboré pour Eingya et Caesura). Je lui donne une idée générale de ce que je veux et il me présente ensuite des tonnes d’idées fabuleuses . Il était donc difficile de choisir mais je suis vraiment content du résultat final. J’ai donné carte blanche à Ashley Goldberg pour lapochette de Ayres : elle a fait une très belle pochette où le thème de la nature est omniprésent.. donc je suppose que c’est le type d’images qui semblent venir en tête.

Tu es installé à Portland ? Es-tu originaire de cette ville ? Est ce une ville où il se passe des choses intéressantes sur le plan culturel ? Es-tu en lien avec d’autres artistes ou label de là-bas (Eluvium, Audiodregs…)… ?
Je suis originaire de Pennsylvanie, mais avec ma femme nous nous sommes installés à Portland après s’être rencontrés à Boston (où je suis allé à l’école). J’adore Portland, il y a beaucoup d’événements intéressants qui se passent ici et des tas de musiciens/artistes qui font de belles choses. Matthieu (Eluvium) est un chouette type, nous avons joué l’année dernière à Seattle au Decibel Festival  et on s’est rencontrés à plusieurs reprises sur des événements semblables dans les environs. Je pense que nous jouerons bientôt à Portland. J’ai connu Grouper au moment où nous avons fait un showcase Type records à Chicago il y a déjà quelques années.  Quant à Peter Broderick et sa talentueuse soeur Heather, ils sont de Portland aussi, donc ils ont été impliqués dans beaucoup de grandes choses ici et  maintenant c’est au tour du reste du monde !

– Pour mieux comprendre ton univers, quels sont tes influences ou en tout cas tes références en matière de littérature, cinéma, musique… ?
Je suis un grand fan de cinéma, j’aime la musique de film aussi comme Thomas Newman et Mychael Danna, et sans nul doute toutes ces  images m’ont au cours des années beaucoup influencé. J’ai tendance à aimer les  films lents de réalisateurs comme Tarkvosky/Terence Malick etc … je pourrais te donner une liste de centaines de livres et de films, et tout cela a de l’influence sur ce que je compose. En gros, tout ce qui me tombe dans les mains et que j’aime
découvrir m’influence.

– Quels sont tes prochains projets ? Je vois que tu édites également des cdrs ?
Pour quelles raisons…
J’ai fait des sorties en CDR disponibles sur mon site Web, qui est chouette. C’est une façon sans contrainte et directe d’être plus en lien avec les fans et faire un tirage plus limité de cette façon. Je m’amuse à personnaliser les cds en insérant des petites notes et je les emballe avec des petites touches individuelles. C’est quelque chose que je voudrais continuer à faire, et bien sûr je vais aussi faire des sorties plus traditionnelles à l’avenir. Je travaille sur un autre album pour Goldmund, une collection de chansons Guerre civile. Egalement, un album pour Mint Julep et un Helios LP. Dormir peut bien attendre de toute évidence. J’espère que tout cela sortira pour l’année prochaine, voire fin de cette année.

-Ta représentation de la France et de ce qui s’y fait sur le plan musical aujourd’hui ?
J’ai aimé M. Oizo et Ed Banger. Autres Directions in Music produisent également de très belles choses.  J’ai fait un remix pour Propergol Y Colargol en 2007. Je dois admettre être aussi un fan de Daft Punk, leur album ‘Homework’ est génial.

– Ta vision du monde et de son évolution, es-tu plutôt quelqu’un qui serait sur plutôt un versant mélancolique (ta musique nous prêtent à le croire) quant au traitement de la vie et de son analyse ?
J’ai tendance à être très calme et introverti, assez timide. Mais je pense que la musique prend quelque chose de différent en moi. J’ai écrit de la musique qui peut sembler pleine d’espoir alors que je ne l’étais pas personnellement, et vice versa, mais je pense que c’est une expérience personnelle pour l’auditeur et avec un peu de réussite, la musique est assez ouverte pour  qu’elle puisse permettre aux gens de ressentir des choses différentes.

Entretien réalisé par Cyril/traduction Stéph