Girls – Album

album-art-girls-album-1024x1024L’intérêt que l’on porte à un groupe est souvent le fruit mûr d’un drôle de hasard. J’arrive à la bourre, comme d’habitude, rapide passage dans la chambre, histoire de se mettre en jambe et d’écouter quelques trucs. Je lui balance aux oreilles Blank dogs – le groupe d’un seul homme, Mike Sniper, au nom et à la cold wave très classe – lui me retourne dans les dents Hellhole Ratrace de Girls. Malaise. On passe à autre chose, très vite, car de toute façon il faut y aller, on nous attend. Si Girls me dit bien quelque chose dans la brume épaisse de ma mémoire confetti, ce refrain… ce refrain déglingué résonne comme le triste échos d’un temps pas si lointain, définitivement révolu. Les jours passent et la toile se met à fleurir, à l’image de la pochette d’Album, de ce nom à la fois simple et saugrenu, Girls, où le projet de deux mecs que l’on croirait tout droit sorti du film Clerks, les employés modèles. Une différence notable : on parle pour eux, comme pour the Pains of Being Pure at Heart et the Big Pink, de revival shoegazing. Alors autant commencer par là : qu’est ce que le shoegaze si ce n’est cette poudre aux yeux balancée à la volé par une nué de journalistes spécialistes du genre ? Réponse : une façon de rassembler sous la même enseigne, et sur une même scène, Oxford, des groupes partageant tant un son qu’une attitude. Pèle mêle, on cite les effets de manche, les nappes de distorsion ou encore la voix reléguée au simple statut d’instrument. Il s’agit d’incorporer le bruit dans un ensemble mélodique pour être shoegaze et ainsi se retrouver dans les pages du NME et du Melody Maker aux côtés de groupes aussi différents que My Bloody Valentine, Moose ou Ride. Ce qui laisse perplexe tant l’histoire de Girls s’appréhende différemment. On pénètre une intimité crue, dépouillée et extrêmement sensible, bien au delà de tout carcan rationnel. Ici, tout est question d’affect.

San Francisco, année 2000, Christopher Owens, véritable écorché vif au destin ubuesque (embrigadé dans une secte dont il s’échappe à l’âge de seize ans, il vagabonde sans le sous avant d’être rescapé par un milliardaire), est guitariste du groupe punk Holy Shit de Matt Fishbeck et d’Ariel Pink. Durant ces années d’apprentissage et d’excès en tout genre, il croise la route de Chet Jr White, bassiste et producteur débrouillard. Les deux types s’apprécient et, suite à un concours de circonstances, sortent discrètement Lust for Life via une page myspace créée pour l’occasion. C’est par ce biais que Frédéric Landini les contacte et leur propose d’ouvrir l’édition 2008 du Midi Festival. De l’aveu de Christopher Owens, « c’est plus ou moins le premier concert que l’on ai fait. Et presque la raison pour laquelle on a monté un groupe. » John Anderson (guitare) et Garett Godard (batterie), après avoir répondu à une petite annonce des plus anodines, se retrouvent derechef embarqués pour la french riviera d’Hyères où l’embryon de groupe ne passe pas inaperçu. Un an plus tard, Christopher Owens et Chet Jr White sortent leur premier disque, et, en douze morceaux, catapulte leur carrière sur les devants de la scène. Il n’y a là rien d’injustifié tant le ressenti personnel magnifie des influences subtilement suggérées et minutieusement produites. La voix, rappelant celle de Lawrence Hayward de Felt, comme les guitares, évoquant le garage sixties, les Beach boys ou encore Yo la tengo, bâtissent un univers fictionnel propice au naturalisme juvénile et faussement naïf de Christopher Owens. Les grands sentiments tels l’amour et l’amitié, le doute ou l’abandon tapissent en filigrane l’ensemble d’un disque entamé pied au plancher par l’épique Lust for life. Si les figures changent, fusionnelles ou délicates, (Laura, Lauren Marie), les blessures restent les mêmes, arides et soniques (Morning light, Summertime) non loin de l’errance confondante (le magnifique Hellhole Ratrace à la mélancolie aigre-douce, Headache). Darling conclu le disque d’un ton presque enjoué et l’on comprend Christopher Owens lorsqu’il confie que ce morceau « parle du bonheur [qu’il a] à écrire des chansons ». C’est déjà un tel bonheur de les écouter.

Thibault

Audio

Girls – Lust For Life

Tracklist

Girls –  Album (Fantazy Trashan, 2009)

1. Lust for Life
2. Laura
3. Ghostmouth
4. Goddamn
5. Big Bad Mean Motherfucker
6. Hellhole Ratrace
7. Headache
8. Summertime
9. Lauren Marie
10. Morning Light
11. Curls
12. Darling