On vous en parle depuis un petit moment et c’est peu de le dire qu’on est impatient. Dans quelques jours s’ouvrira la nouvelle édition du cultisme Berlin Atonal. Pour revenir aux origines de ce festival mythique, il faut faire un petit voyage dans le temps et revenir en 1982. A l’époque  un certain Dimitri Hegemann eu l’idée de faire côtoyer musique avant-gardiste et performances visuels en investissant  le SO36, petit club implanté en plein Kreuzberg, Berlin Atonal était né. Avec un certain succès le festival vit délier des pointures tel que Die Haut, Einstürzende Neubauten ou encore Test Dept. Mais après la chute du mur, Dimitri plus tourné vers l’émergence de la culture techno poursuivi ses nouvelles ambitions en investissant l’imposant bloc industriel ancré dans le quartier de Mitte, le Kraftwerk, et d’y installer son propre club : le Tresor. Il faudra attendre 2013 pour que Berlin Atonal renaisse de ses cendres à l’initiative de trois aventuriers (Laurens von Oswald, Harry Glass et Paulo Reachi) en manque de sensations et bien décidé à faire les choses en grand. Le temps leur aura donné raison car en à peine trois ans, cette nouvelle mouture du Festival est devenu un incontournable d’une certaine forme de contre-culture. Et cette année ne sera pas en reste puisque s’y produiront dans des configurations totalement inédites des artistes imparables tel que Death In Vegas, Russell Haswell, JK Flesh + ORPHX, Silent Servant + Phase Fatale, Roly Porter, Raime, Mika Vainio, Steve Reich… et d’autres artistes plus confidentiels mais néanmoins tout aussi talentueux tels que PITA, 51717, Nuel, Second Woman, Dot Product… On pourrait vous parler de line-up magique pendant des heures mais, on préfère laisser la main aux programmateurs, après c’est encore les plus à même de présenter leur événement.

Hello, votre festival fait carton plein ! Comment cous êtes-vous rencontrés et avez eu l’idée de relancer le festival Atonal ?
Hello! Your festival is absolutely nailing it. How did you guys meet and how did the idea of relaunching the festival come about ?

Nos routes se sont croisées autour de Dimitri Hegemann qui a organisé les premières éditions de Berlin Atonal entre 1982 et 1990. Dimitri nous a montré l’espace Kraftwerk en 2012, dont la rénovation vient d’être achevée, et nous avons eu l’idée de réintroduire Berlin Atonal.

Our paths crossed around Dimitri Hegemann, who organized the early editions of Berlin Atonal between 1982 and 1990. Dimitri showed us the Kraftwerk space in 2012 which he had recently finished to renovate and we came up with the idea to reintroduce Berlin Atonal.

Que représente pour vous cette nouvelle mouture d’Atonal? Comment expliquez-vous son succès face à ses concurrents européens ?
What does this relived Atonal represent for you and how can you explain its success against its European competitors ?

Nous prenons au sérieux notre rôle de facilitateur de nouvelles expériences et de nouveaux projets, à commencer par ceux en lien avec les espaces caractéristiques où évolue le festival. On s’efforce de briser les “cycles de booking” conventionnels généralement guidés par les dernières modes et ont tendance à recycler les mêmes concepts musicaux dans des villes différentes.

We take seriously our role as facilitators of new experiments and projects, particularly ones connected with the specific spaces in which the festival takes place. We try hard to break the normal ‘booking cycles’ that are usually dictated by the latest fashions and tend to recycle the same musical ideas in different cities.


Vous n’êtes pas tous de Berlin je crois, qu’est-ce qui vous plaît tant dans cette ville ? Berlin est devenu l’un des berceaux culturels de l’Europe au début des années 90 avec un nouveau pic d’engouement pour la culture techno depuis la fin des années 2000, mais avec le tourisme de masse ne trouvez-vous pas que le clubbing berlinois ait perdu un peu de son charme ?

I take it that you are not all from Berlin. What do you enjoy so much in this city that it keeps you there ? Berlin became one of Europe’s cultural cradles in the early ’90s, with a surge for techno music since the end of the ’00s – doesn’t mass tourism affect the charm of the Berlin scene ?

Berlin tire parti de la richesse culturelle offerte par n’importe quelle grande métropole, et reste fidèle à ses valeurs premières – donc sans perdre sa saveur. On peut faire une observation similaire à l’échelle de la scène musicale. Les oreilles plus curieuses se rassemblent autour de la scène, ce qui impacte la qualité de la recherche musicale présentée de manière exponentielle. La qualité de la vie et de la création reste la force et l’intention.

Berlin benefits from the cultural richness offered by any large metropolitan city, and still stays true to its essential values – that is, without losing its flavour. A similar observation is valid at the level of the music scene. More curious ears gather around the stage, which drives the quality of the musical research presented in an exponential manner. The quality of living and of the creation remain the force and intention.

En quoi le choix de vous implanter au Kraftwerk était-il important ?
How important was your choice to set your seed in the Kraftwerk ?

L’espace et le concept sont apparus ensemble dès le départ, chacun pointant vers l’autre et le justifiant. Le festival lui-même est plus qu’un simple espace, mais son lien avec une version plus abstraite du concept d’un « espace » est un facteur absolument déterminant.

The space and the concept came together originally, each one pointing to and justifying the other. Now the festival itself is more than just the space, but its connection to the concept of ‘space’ in a more abstract manner, is an absolutely defining factor.

berlin-atonal-2015-©-camille-blake-51-1000x768

Vous accordez une grande place aux visuels, ce qui est de plus en plus rare en club depuis quelques années, en quoi était-ce important ? La configuration particulière du bâtiment ne vous pose pas trop de contraintes ou est-ce pour vous au contraire un vrai terrain de jeu ?
You allow great importance to the visual world in your festival. How did this decision come about. Is the unusual configuration of the building something to work around, or rather an entire pleasure to play with?

Nous sommes convaincus que l’une des directions à suivre avec intérêt dans la musique se trouve à l’intersection entre la musique, la vision et l’espace – surtout pour la musique censée se vivre en live, dans un espace partagé avec d’autres personnes. Certaines de nos meilleures expériences ont fait intervenir le visuel ou d’autres aspects spatiaux.

We think strongly that one of the interesting directions in music to follow is the intersection between music and vision and space – particularly for music that is meant to be experienced live, in a shared space with other people. Some of our best musical experiences have also involved visual or other spatial aspects.

Vous offrez chaque année avec Atonal des projets musicaux complètement fou et totalement inédits. Comment s’organisent ces collaborations, à votre initiative où à celle des artistes ?

With Atonal, you offer each and every year crazy musical projects, that are in most part entirely exclusive or premiered during the festival. How do these projects come about ? Are they under your initiative, or that of the artists ?

Généralement, les projets sont le résultat d’une conversation ou d’un échange entre nous et les artistes. Parfois, on a une idée et on essaie de trouver quelqu’un pour la réaliser, parfois des artistes viennent à nous pour des idées et on collabore à trouver une façon de les développer ou les réaliser. Développer de nouvelles créations sur une période de temps plus importante est d’ordinaire plus gratifiant et a souvent pour conséquence finale des travaux mieux réussis.

Usually the projects come as a result of a conversation, or a back-and-forth between us and the artists. Sometimes we have an idea and try to find someone to realise it, sometimes artists come to us for ideas and we collaboratively come up with a way to develop or realise them. Developing new works over a longer period of time is usually so much more rewarding and tends to result in more successful works in the end.

Chaque année la programmation prend une tournure un peu plus élitiste, avec un goût prononcé pour l’expé, le post-indus et une Techno rêche avec la mise en avant de très gros artistes au côtés d’autres plus confidentiels. Comment se pose pour vous le choix des artistes de part vos influences musicales ?
Year after year, the program takes an ever more elitist turn, with a pronounced taste for experimental, post-industrial and raw forms of techno, putting forward famous talents next to more confidential ones. How do you lay down the choice of artists ?

On constate une certaine continuité dans les actions qu’on programme, de Steve Reich à JK Flesh en passant, d’Alessandro Cortini à Imaginary Softwoods. La ressemblance familiale tient à ce que tous ces artistes prennent au sérieux l’idée que la musique a une forme qu’on peut expérimenter et améliorer d’une certaine façon. Je pense qu’ils partagent aussi la croyance qu’il ne suffit pas pour la musique d’être choquant ou sujet à controverses, ou pour l’artiste de privilégier la compréhension de la musique sur la musique elle-même, c’est plutôt la musique qui a la responsabilité de se confronter à ses propres traditions et d’y répondre d’une façon à chaque fois plus novatrice et intéressante.

We see a certain continuity in the acts we programme, from Steve Reich to JK Flesh to Alessandro Cortini to Imaginary Softwoods. The familial resemblance in that all these artists take seriously the idea that music has a form that can be experimented with and advanced in a certain way. I think they also share a belief that it’s not enough for music to just be shocking or controversial, or for the artist to be more important to understanding the music than the music itself, rather that music has a responsibility to confront its own tradition and respond to it in an interesting, new way each time.

pro atonalEncore une fois cette année le planning est des plus alléchants, mais si vous ne deviez voir qu’un seul et unique show, lequel ne rateriez-vous sous aucun prétexte, et pourquoi ?
This year again, the program is more appetizing than ever, but if you had to choose only one show, which one wouldn’t you miss under any circumstance, and why ?

Nous sommes très fiers de pouvoir développer et accueillir l’avant-première du nouveau spectacle de Death in Vegas, spécialement monté. Il combine une nouvelle matière expérimentale qui résonne à travers les paysages sonores de la techno viscérale et des drones dissonants et perturbants. Le concept visuel a été développé en lien avec notre propre directeur visuel.

We are very proud to be able to develop and host the premiere of the specially conceived new Death in Vegas show. It combines new experimental material, resonating across the soundscapes of visceral techno and unsettling, discordant drones, and the visual concept has been developed in connection with our own lighting and visual director.

Concours

Et comme on est sympa et qu’on pense à nos lecteurs trainant du côté du Berlin où à ceux qui souhaiteraient finir leurs vacances en beauté, on vous offre 2 pass pour le festival à gagner. Pour remporter le précieux sésame, il vous suffit de nous écrire une jolie lettre d’amour à hartzine.concours@gmail.com sans oublier d’y noter votre nom, prénom et adresse e-mail ou de remplir le formulaire ci-dessous. Les gagnants seront tirés au sort dimanche 21 et informés le lendemain.

[contact-form-7 id= »21274″ title= »Concours post »]