Sonic Protest 2018

Comme chaque année, depuis un petit moment maintenant, Sonic Protest vient asséner une leçon musicale et culturelle bien loin des standards commerciaux tout en défendant une liberté artistique audacieuse et les idées pionnières. Dix jours de festoche articulés autour de conférences, de rencontres, de conventions et bien entendu de concerts. Et cette édition nous gâte, avec notamment la présence d’Arto Lindsay, de Morton Subotnick, créateur des légendaires Silver Apples et entouré au passage d’Alec Empire et Lillevan, pour une prestation unique mêlant musique et image. Mais également Kevin Drumm, Mick Harris, Russell Haswell… Bref, trop de noms pour tous les citer. On vous propose donc de cliquer plus bas pour accéder à la programmation complète – à noter que cette édition n’est pas réservée à la seule « élite » parisienne puisque des dates sont prévues à Lyon, Albi, Amiens, Genève, Nantes et Lausanne. Par ailleurs, Adrien Durand, fondateur de Brown Bunny et acteur actif du festival, nous a concocté une petite sélection des artistes qu’il faut absolument découvrir. Il nous explique pourquoi :

Satan

Aux sources du mal et des terreurs de la rue verte : les drôles d’angoisse de Satan, primitives et toutes fraîches. Tout premier morceau du tout premier CDR du combo grenoblois, paru en 2009. S’en suivront des splits dinguos avec Sete Star Sept, Grinding, puis deux LPs bien chiadés et puissants dont même la presse parlera de maturité et d’un truc à part… hardcore, grind bien sûr, mais hors niche. On vous jure que c’est plein de vie et d’envie, et c’est pour cela qu’on termine avec Satan à 4h20 le dimanche matin.

Pancrace

Quintet atypique (forcément, c’est Sonic Protest), Pancrace est la réunion d’artistes aux pratiques assez hétérogènes qui se retrouvent autour d’un instrumentarium en grande partie pensé par eux-mêmes et principalement fabriqué par l’un d’entre plus doué de ses mains que la moyenne, Léo Maurel. Orgue éclaté, piano paysage, boîtes à bourdons mais aussi violon baroque, uileann pipe ou amplification/spatialisation de traviole : Julien Desailly, Adrian Smith, Jan Vysocky, Prune Bécheau et Léo Maurel n’écartent aucune piste de jeu !

Davide Tidoni

Davide Tidoni, artiste sonore italien plutôt orienté bruit blanc, acoustique, espace et performance, se déplace partout et toujours avec des micros qu’il manipule de manière inattendue et jusqu’alors inentendue. Rencontre fracassante avec une rame de métro, un pistolet à clou ou un conduit de cheminée : le micro sort rarement vainqueur de ces mauvais traitements. Enceintes ou kit de batteries peuvent aussi être soumis à un tir nourri de lance-pierre ou directement aux flammes d’un feu de joie sonore. Ici, on entend documentées quelques explosions de pétards ayant eu lieu sous un pont et leurs échos très rapide qui finit par se transformer en une étonnante note de musique. Bluffant !

Kevin Drumm

Issu de la scène noise/impro, mais toujours sur le bord de par sa très fort singularité, Kevin Drumm est un musicien qui transforme le bruit en poésie depuis plus de vingt ans. Guitare, synthés modulaires, ordinateur, field recordings, aucun moyen ne lui échappe et il contrôle le tout avec une précision épatante. Imprévisible (ses concerts peuvent aussi bien durer 12 minutes qu’une heure), il se permet aussi bien les déflagrations frontales que des plages qui lorgnent franchement vers le drone. Le corpus de ses réalisations commence à être fort épais (près d’une centaine de publications !) et comme on a la chance que le concert qu’il vient jouer à St-Merry coïncide avec la sortie de son tout nouveau double LP chez Sonoris, on en profite pour livrer un extrait de Inexplicable Hours.

Brezel Göring

Sonic Protest, cette année, accueille les deuxièmes rencontres internationales autour des pratiques brutes de la musique. Ça peut paraître pompeux mais ça s’annonce comme un joli moment informel de rencontre (surtout) entre tous les projets hors formats qui envisagent la musique différemment. Et parce que tout ça reste festif et joyeux, est invité Brezel Göring qui fait une espèce de dance music caillassée au fun. C’est aussi la moitié de Stereo Total, le meilleur groupe de rockab dada du monde.

Pour connaître la programmation complète, c’est ici que ça se passe !

Et at last but not least, Hartzine vous fait gagner deux places pour la soirée du 16 mars, idem pour celle du 17. Pour jouer, il vous suffit de nous envoyer un mail avec votre nom, prénom et la soirée où vous voulez aller via l’adresse hartzine.concours@gmail.com. Les gagnants seront prévenu la veille. Bonne chance.

Infos Pratiques

Carte non disponible

Date
07/03/2018 - 17/03/2018
20:00

Programme

Liens