Trente-neuf ans, l’âge de tous les dangers pour les Rencontres Trans Musicales de Rennes, avant qu’une éventuelle crise de la quarantaine ne pointe le bout de son nez. On reste cependant plutôt sereins s’agissant d’un festival dont la prise de risques fait partie de l’ADN. Car malgré sa respectable ancienneté, le crédo du raout hivernal rennais n’a pas changé d’un iota au fil des ans : mettre à l’honneur la transversalité, abolir les frontières géographiques et ignorer les querelles de chapelles au travers d’une programmation aussi pléthorique qu’aventureuse, en forme d’éternel pari. Ce pari, il est également tenu chaque année par un public fidèle, lui aussi en quête d’inconnu et de nouveaux frissons sonores, sans garantie ni filet, en s’en remettant pour l’essentiel aux choix du programmateur en chef Jean-Louis Brossard, il accepte en effet tout autant les bonnes surprises que les mauvaises. Et on a appris donc, à se détacher des plans minutieusement réfléchis à l’avance, acceptant d’être guidés par le hasard au cours de nos pérégrinations avinées dans l’immensité du Parc Expo. Ainsi, aux variations de trajectoire des artistes programmés répondront encore une fois celles du public, pour autant de rencontres explosives ou de perpétuelles rendez-vous manqués. Et tandis que le gros du line up retournera par la suite dans l’anonymat, certains, comme chaque année, seront propulsés vers la gloire et programmés un peu partout en 2018, six mois après leur baptême rennais. En tous les cas, c’est toujours aussi excités par ces folles incertitudes qu’on viendra une fois de plus s’encanailler au cœur de l’hiver breton.

On ne se risquera pas à un namedropping assommant, on vous laisse donc consulter la programmation complète juste ici. Mais, pour le plaisir, on va le faire un peu quand même, en relevant notamment les présences de Borusiade et son indus-disco bien dark comme il faut, des britons Eight Rounds Rapid qui avec leur second album Objet D’Art font pencher la balance du bon côté et signent un rock light punked qui n’est parfois pas sans rappeler ces gredins d’Art Brut, ou encore celle de leurs compatriotes de Bad Sounds, qui tapent eux dans une pop plus légère, avec un petit côté slacker qui fait bien passer la pilule. On tâchera par ailleurs de ne surtout pas manquer le japonais Oki Kano qui devrait fasciner son monde avec son tonkori, instrument traditionnel à cordes dont il est virtuose et avec lequel il jouera, au sein du Oki Dub Ainu Band, un dub folklo pas piqué des vers. On passera aussi faire un tour du côté du pays du matin calme avec la techno bien efficace made in Seoul de Kirara, et on ne manquera pas de transpirer du boule devant l’électronique bien spooky de l’excellente canadienne Rezz. Allez, on s’arrête là, la liste est déjà trop longue.

Histoire de bien vous soigner, on vous offre cinq compilations du festival et un pass 3J pour assister au raout rennais. Pour faire partie des chanceux, rien de plus simple : il suffit de nous envoyer un petit mot d’amour moite à l’adresse hartzine.concours@gmail.com avec vos nom et prénom, les gagnants seront tirés au sort et prévenus par mail.

Si par contre vous avez croisé un chat noir ou nous avez contrarié par le passé, une autre solution s’offre à vous pour assister au festival : acheter vos places via la billetterie, et c’est juste . Pour les autres informations dont vous pourriez avoir besoin, c’est sur le site du festival, par ici.

Rencontres Trans Musicales de Rennes 2017
Du mercredi 06 au dimanche 10 décembre

Audio

Infos Pratiques

Carte non disponible

Date
06/12/2017 - 10/12/2017
00:00

Programme

Liens